Dlamini-Zuma humilie le ministre marocain des Affaires étrangères à Addis-Abeba

Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine. D. R.

Une source africaine de haut niveau a révélé que la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a infligé, hier jeudi à Addis-Abeba, au ministre marocain des Affaires étrangères, Salah-Eddine Mezouar, une leçon de droit, de politique et d’éthique qu’il n’oubliera pas de sitôt. La scène s’est déroulée en présence de nombreux responsables de l’organisation panafricaine. Accompagné du responsable des services secrets marocains, Salah-Eddine Mezouar était venu dans la capitale éthiopienne spécialement pour demander à Mme Dlamini-Zuma des laissez-passer afin de lui permettre ainsi qu’à sa délégation de participer aux travaux du prochain sommet de l’Union africaine. Mais le ton extrêmement déplacé, à la limite de l’insulte, avec lequel la demande a été formulée a mis hors d’elle la présidente de l’Union africaine qui ne s’est pas privée de dire tout ce qu’elle pensait du représentant du Makhzen, surtout que le chef de la diplomatie marocaine l’a accusée de ne pas avoir été neutre dans le traitement de la demande d’adhésion du Maroc à l’UA. Une manière sans doute de la mettre sur la défensive pour l’obliger à répondre favorablement à sa demande.

Mme Dlamini-Zuma, qui a reçu en audience ses «invités marocains» en même temps que les huit commissaires de l’Union africaine et un certain nombre d’autres fonctionnaires, ne s’est ainsi pas fait prier pour remettre à sa place de la plus humiliante des façons l’impertinent ministre marocain des Affaires étrangères. En plus de lui avoir exigé de changer «immédiatement» de ton, la présidente de la Commission de l’Union africaine lui a fait clairement comprendre, «avec une voix orageuse», selon la source africaine, que son comportement indigne n’avait pas sa place dans l’enceinte de l’Union africaine, cela non sans lui avoir interdit de ne plus jamais s’adresser de la sorte à un responsable ou à un fonctionnaire de l’organisation panafricaine.

Toujours hors d’elle, Dlamini-Zuma a signifié une fin de non-recevoir à l’envoyé du roi Mohammed VI, lui expliquant, arguments juridiques à l’appui, que le Maroc n’avait pas le droit d’assister aux travaux du sommet de l’UA pour la simple raison qu’il n’en est pas membre. Elle a ajouté, sur un ton ferme, qu’elle avait été élue pour faire appliquer les règlements de l’UA et qu’il n’était pas question pour elle de les transgresser. Devant la dureté et l’intransigeance de la réaction de Mme Dlamini-Zuma, le chef de la diplomatie marocaine a dû présenter ses excuses les plus plates. 

Néanmoins, et ne s’arrêtant pas là, Mme Dlamini-Zuma a soutenu que le comportement de Mezouar était loin de correspondre aux valeurs nobles de l’Union africaine à laquelle son pays aspirait adhérer. Elle a, par ailleurs, précisé que la demande d’adhésion du Maroc était inscrite à l’ordre du jour des travaux du sommet de l’UA et qu’il revenait aux chefs d’Etat et de gouvernement africains de décider des suites à donner à cette demande.

Aussi, Mme Dlamini-Zuma a-t-elle demandé au chef de la délégation marocaine d’attendre le 30 janvier pour connaître le résultat de la délibération du sommet. La présidente de la Commission de l’Union africaine a expliqué à son interlocuteur qu’il était inadmissible de se comporter comme si l’UA n’avait pas de règles. «Et ses règles, a-t-elle dit, s’appliquent à tout le monde, y compris au Maroc.»

La mise au point de la présidente de la Commission de l’Union africaine rappellera certainement – et pour longtemps – à Rabat que l’UA n’est pas le prolongement de la monarchie marocaine et que celle-ci n’y fera pas sa loi.

Khider Cherif

Comment (111)

    Redouane
    29 janvier 2017 - 6 h 17 min

    Une petite précision pour
    Une petite précision pour Ilham.dz :mezouar ou plus précisément amezouar en amazigh signifie premier. mzouar en arabe signifie effectivement falsifié ou faux
    Ce n’est pas une critique!salut




    0



    0
    amel
    28 janvier 2017 - 20 h 09 min

    elle ne joue pas cette femme.
    elle ne joue pas cette femme. Elle est aussi issue d’un peuple qui a été à grande école dans le domaine de l’émancipaton des peuples et qui a donné un beau coup de ped à la muerda dont il était victime, l’envoyant sur les visage qu’il fallait. Donc pas étonnant qu’elle aie encore la main et qu’elle dise aux gens ce qu’ils auraient dû entendre depuis longtemps..




    0



    0
      RACHID
      28 janvier 2017 - 22 h 46 min

      SA SE VOIT QUE TU NE CONNAIS
      SA SE VOIT QUE TU NE CONNAIS PAS LES ZUMAS ..CE SONT LES GROS CORROMPUS …ILS ONT TRAHI LA MEMOIRE DE MANDLA … CE QUI DIT QUE SUIS MAROCAIN A TORT QUI N ADMET PAS D AUTRES OPINION …




      0



      0
        OMAR
        29 janvier 2017 - 14 h 34 min

        les ibn glaouis ou el kl…..
        les ibn glaouis ou el kl……… bat… descendants de lyautey, ils sont des imposteurs et des bat… qui sont les plus grands trafiquants de drogue, et de la prostitution qui dénaturent l’islam au profit d’israel.
        tu es juste un infiltré ou un rescapé mokoko de la rafle de 1975 !!




        0



        0
    Sprinkler
    28 janvier 2017 - 18 h 10 min

    Bonjour sprinkler¥¥¥¥¥¥ de
    Bonjour sprinkler¥¥¥¥¥¥ de lyes oukane
    Il y a un parasite qui nous brouille la situation,bon bref peut être qu’il a raison.




    0



    0
    Nour
    28 janvier 2017 - 15 h 34 min

    Le complexénon maroc continue
    Le complexénon maroc continue.




    0



    0
      Di Jijel
      29 janvier 2017 - 4 h 17 min

      C’est quoi un complexénon?
      C’est quoi un complexénon?




      0



      0
    chermat
    28 janvier 2017 - 15 h 27 min

    la réaction de madame zuma
    la réaction de madame zuma est logique ,venant d’une nation des révolutionnaires contre un état colonisateur




    0



    0
    Vangelis
    28 janvier 2017 - 14 h 47 min

    L’arrogance et la suffisance
    L’arrogance et la suffisance des marocains leur permet de croire qu’il suffit d’élever la voix pour être entendus. Mal leur en a pris car avec la présidente de l’U.A, femme de caractère et ayant baigné dans l’apartheid sud africain, a donné une belle claque à cet insignifiant représentant du Maroc qui se croyait en terrain conquis alors même que son pays est encore colonisé. Cet énergumène était accompagné par le chef des services secrets et on se demande pourquoi si ce n’est pour épier les membres et tenter de les rallier à leur demande moyennant, comme de coutume la politique de la Mamounia. Le Maroc n’aime pas le moins du monde les africains et pense plus vers les occidentaux en leur permettant de pénétrer le pays par tous les moyens et les exonérant de toute taxe sur des périodes trentenaires au minimum. S’il prétend avancer dans le développement, ce n’est pas grâce à ses sujets qui sont mis sur le bas côté mais bien grâce à ces sociétés étrangères qui prennent le jus sans scrupule et partirons aussi vite qu’elles sont venues. Ce jour là, ça fera mal.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.