«La main dans le sac»

Par Kamel Moulfi – Les nostalgiques de la France coloniale persistent à ne pas admettre qu’avec l’Algérie «la guerre est finie» et que notre pays a été libéré du colonialisme. Des spécimens de ce type de résidus de l’histoire, il en subsiste de l’autre côté de la Méditerranée, et dans la chaîne de télévision France 24, ils sont piteusement représentés. Il n’y a qu’à voir comment une journaliste de cette chaîne a cherché à atténuer – car il est impossible de l’effacer – un des nombreux crimes contre l’humanité dont seuls ont été capables les colonialistes français qui ont atteint, en Algérie et ailleurs, des sommets dans la barbarie jamais égalés depuis.

Cette journaliste a été prise «la main dans le sac» par l’historien Ali-Farid Belkadi qui a dénoncé, à propos de l’affaire des ossements d’Algériens détenus à Paris, sa manipulation des faits. «La journaliste stagiaire d’origine algérienne ainsi que le cameraman ont édulcoré mes propos. Ils ont eu accès à ma documentation, à mes photos, sans lesquels le reportage aurait été sans intérêt. Ils n’ont gardé que quelques minutes de mon intervention lors du montage. Michel Guiraud (directeur des collections au Muséum de Paris) avait catégoriquement refusé de laisser France 24 filmer les ossements. Qu’à cela ne tienne ! Je leur ai fourni les documents photographiques en ma possession.»

Ali-Farid Belkadi a trouvé bizarre quand «la journaliste a insisté pour intégrer les soldats «indigènes» morts pour la France dans son reportage», et il explique que c’est «certainement pour minimiser la portée de la revendication du côté algérien, cela aurait faussé la portée du reportage et du combat de nos résistants au nom de la liberté». «J’ai refusé, poursuit-il, de leur livrer les documents de la base de données du Muséum de Paris en ma possession.» Au lieu de dévoiler plus encore les crimes colonialistes et même de les condamner, comme l’ont fait et continuent de le faire courageusement nombre de Français, dont des intellectuels, la journaliste algérienne de France 24 pratique, au contraire, des entorses à la déontologie de son métier pour défendre l’indéfendable. Sa basse manœuvre a été mise à nu par l’historien algérien. C’est heureux pour la vérité. L’interview est à lire.

K. M.

Comment (7)

    amel
    8 février 2017 - 17 h 25 min

    elle a peur d’être expulsée
    elle a peur d’être expulsée la pauvre. Mais peut-être que l’ordre lui est vnu d’en haut et que la chaine risque de voire des subventions voler en fumée; il faut vivre avec, même dans les pays dits démocratiques et droits de l’hommisme les gens ont peur; ils ont la frousse, car en définitive tout n’est que fiction et paraitre.
    Quel pays au monde va crier sur tous les toits « nos fèves sont pourries »? D’autant plus que s’ils le faisaient ils risquent qu’on leur dise « vous n’avez pas honte de le reconnaitre, de le dire sans sourciller »?
    C’est trés compliqué tout celà et il faut une trés grande maturité pour en arriver à reconnaitre ce genre de crime à la télé; il est aussi important de trouver l’art et la manière pour ne pas choquer et s’humilier.
    C’est vra que l’humilation est là, virtuelle, puisqu’il y a eu crimes, actes immoraux, choses qui ne font pas bon ménage avec la réputation « pays des droits de l’homme » qu’on veut se faire. Mais tant que tout n’est pas dit et tant qu’ils continuent de dire que le fln – pourtant n’ayant eu ni leurs bombes, ni leur napalme, ni leurs armes chimiques – était LE HORS LA LOI qui a puni des harkis, ils conservent l’illusion que ce qu’ls ontt fait est peanuts et croient ainsi conserver leur amour-propre, comme quelqu’un qui a pété en public et accuse son chien.




    0



    0
    USMS
    7 février 2017 - 10 h 59 min

    Comment s’appelle la
    Comment s’appelle la journaliste ALGERIENNE?




    0



    0
    Nasser
    2 février 2017 - 19 h 07 min

    une fois de plus les média
    une fois de plus les média français font dans la désinformation et de surcroit une apprentie journaliste Algérienne qui « roule pour ces néocolonialistes » une novice une pseudo journaliste de bas niveau qui feraitmieux se documenter avant de faire une interview sur un sujet quelle ne maitrise pas au lieu d’ essayer de tenter nous faire avaler des couleuvres.
    alors chers compatriotes préférez « Mediapart » du journaliste E.Plenel aux autres médias français qui roulent pour les « nostalgiques de l’ Algérie française »




    0



    0
    anonyme
    2 février 2017 - 18 h 23 min

    UNE CHAINE DANGEREUSE
    La chaine France 24h est dangereuse et de propagande.




    0



    0
    Lady Faria
    2 février 2017 - 16 h 13 min

    Ignoble
    Rien que la terminologie employée dans le reportage dénote un parti pris flagrant : parler de « conquête de l’Algérie » et de « corps expéditionnaire français », c’est minimiser, pour ne pas dire justifier, les horreurs perpétrées par l’armée française en Algérie. La journaliste a omis de s’attarder sur les explications, récits et descriptions de M. Belkadi. Et que ce soit pour ménager les sensibilités,ne pas titiller les susceptibilités ou pour une raison inavouable, occulter à dessein la substance d’une interview c’est produire un travail tendancieux. Car épargner aux téléspectateurs des « détails » qui leur auraient permis de prendre la mesure de l’horreur de la colonisation, c’est confisquer à nos résistants non seulement leur tête mais aussi le respect, la reconnaissance et une juste place dans la postérité eu égard à leur bravoure, leur héroïsme et leur sacrifice. Une remarque en passant : la journaliste indignée écrit à AP pour demander, dit-elle, des rectifications. En particulier au sujet de sa nationalité algérienne. Pourtant, à aucun moment dans le reportage, le timbre de sa voix ne laisse filtrer un brin d’émotion, un semblant d’indignation ou une pointe de fierté. Non, tout ce qu’on entend, c’est le ton monocorde, artificiel et dédaigneux de la journaliste qui croit que ça fait professionnel de hacher les phrases. Plus grave encore, son intérêt pour les supplétifs de l’armée française, et à plus forte raison son refus de l’assumer, permettent de douter légitimement de son algérianité effective. Ignoble est l’épithète qui sied le mieux à cette curiosité mal placée.




    0



    0
    Thidhet
    2 février 2017 - 12 h 51 min

    Vous n’avez qu’à ne pas
    Je ne comprends pas ces algériens qui accordent des interviews à des chaînes comme France 24 et qui, ensuite, se disent consterné par le détournement de leurs propos. Quand on accepte le premier micro qui nous est tendu, on doit assumer.




    0



    0
    selecto
    2 février 2017 - 12 h 14 min

    Pour elle les harkis c’est
    Pour elle les harkis c’est « des soldats indigènes  » des supplétifs de l’armée Française », quelle escroquerie ! on dirait une nostalgique de l’Algérie Française qui parlait, c’est leur langage.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.