Des archives prises d’Algérie sont à l’état d’abandon en France

L'Algérie fait de la récupération des archives prises la France une question de principe. D. R.

Un volume important d’archives n’a pas encore été ouvert depuis leur rapatriement d’Algérie et sont restées dans des cartons, a indiqué un rapport de la Cour des comptes française, qui relève une conservation et un classement «souvent défaillants». A la demande de la commission des finances du Sénat, la Cour des comptes a effectué une enquête sur les archives nationales gérées au sein du ministère de la Culture et de la Communication et a conclu dans son rapport mis en ligne que le classement des archives «est problématique» suite à des «arriérés de tri et de traitement», y compris «un volume important d’archives non encore ouvertes depuis leur rapatriement d’Indochine et d’Algérie».

Décrivant le grand bazar, le rapport évoque les missions de collecte, de classement, de conservation et de communication des archives qui sont «assurées d’une manière inégale et souvent défaillante». Parmi les «arriérés de classement», la Cour des comptes indique que «certains fonds n’ont pas encore été déballés depuis leur rapatriement d’Algérie en 1962», ce qui renforce ainsi l’impossibilité pour les chercheurs et les citoyens de pouvoir exploiter les sources.

Le rapport a relevé cependant qu’en plus de l’état civil d’Algérie, «sont accessibles sur le site internet un nombre important de photographies (34 000) et de cartes et plans (4 300) et d’autres fonds, qui intéressent davantage la recherche scientifique que la généalogie (bureaux arabes en Algérie, missions religieuses, personnel colonial, notamment)». Il a rappelé dans ce contexte la circulaire du Premier ministre français du 4 mai 1999 qui a ouvert l’accès aux archives relatives aux massacres à Paris du 17 octobre 1961 et la circulaire du Premier ministre du 13 avril 2001 qui a ouvert l’accès aux archives en relation avec la guerre de libération nationale. Mais plusieurs associations activant en France, avec le soutien d’historiens français, demandent, pour les massacres du 17 octobre 1961, l’ouverture des archives de la brigade fluviale qui avait établi des rapports sur la récupération des corps d’Algériens jetés dans la Seine.

En 2005, un arrêté a ouvert l’accès par dérogation à des archives datant de 1951 à 1972 versées aux Archives nationales par la Direction centrale des renseignements généraux, a ajouté la Cour des comptes, indiquant que le site des Archives nationales d’Aix-en-Provence trouve son origine dans «la nécessité de trouver des locaux pour accueillir les archives rapatriées des anciennes colonies et de l’Algérie, qui étaient dispersées dans la France entière à Paris, Vincennes, Bordeaux et Marseille».

Pour l’Algérie, la Cour des comptes a évoqué un «contentieux» qui reste au sujet des archives de la période de la colonisation, rappelant que le fonds ottoman (antérieur à 1830) qui avait été emporté «par erreur» a été restitué en 1975 «après identification». «Un volume important d’archives non encore traitées subsiste, parfois encore dans leur conditionnement d’origine, faute d’avoir été déballées depuis leur rapatriement d’Algérie en 1962. Même si le manque de normalisation des classements et cotations réalisés par les services d’archives sur place, le caractère incomplet des bordereaux de versement, voire leur absence compte tenu des circonstances parfois hâtives du rapatriement, nécessitent un traitement consommateur de temps et de moyens, rien ne justifie qu’aucun instrument de recherche synthétique n’ait été établi 50 ans après le transfert des archives rapatriées au centre d’Aix-en-Provence», a précisé le rapport, qui s’interroge sur la qualité des instruments de recherche réalisés, «l’exhaustivité des inventaires n’étant pas garantie du fait de l’existence d’archives en vrac».

L’Algérie fait de la récupération des archives prises la France au lendemain de l’indépendance une question de principe. Lors de sa visite en janvier 2016 en France, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, avait indiqué qu’une commission bilatérale a été installée pour examiner ce contentieux «très complexe» qui n’a pas encore trouvé un règlement. Des archives de 12 pays arabes ont été récupérées par l’Algérie, dont notamment la Tunisie, la Libye et l’Egypte.

R. N.

Comment (7)

    Tin-Hinane
    6 mars 2017 - 15 h 04 min

    Je comprends leurs
    Je comprends leurs hésitations, ce sont les archives de leurs crimes




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    5 février 2017 - 2 h 49 min

    J’ai pris soin de lire les
    J’ai pris soin de lire les commentaires, ma contribution, modeste, mais véridique : Cette histoire des Archives méritent Une Grande Mise Au Point. Les situations, les histoires individuelles, attention Le Microscope est un instrument indispensable, bref ne rien négliger, c’est un tout, complexe… Évolutif… Une trame… Dans le cas d’espèce, « L’Algérie » signifie à la fois deux dimensions humaines, et un centre politique à Alger… Deux dimensions humaines parce que « nous » sommes pris à la fois dans deux logiques territoriales, ceux qui vivent en Algérie et ceux qui vivent « chez les Français ». Un exemple concret, j’en suis sûr pas unique : Replacez vous dans le contexte algéro français de « 1978 »… Les Archives concernant l’histoire 1830-1962 étaient aussi des livres introuvables en librairie, des livres précieux ! A titre personnel, sans l’orientation de quiconque, et par nécessité intime, alors étudiant à Aix-en-Provence, j’ai abordé le responsable des Archives « d’Outre-mer » , il m’a parfaitement bien reçu, et tout ouvert dans les limites d’un motif qu’il a lu comme sincère, ces livres là sont de nos jours téléchargeables, mais de l’expérience vécue au contact du personnel de cette structure j’ai acquis l’enseignement que le meilleur a porte ouverte à condition d’une sincérité réciproque absolue. En Effet, L’Histoire est Fatalité, « Kadar », pour tous, TOUS, tantôt sous un visage de bien, tantôt sous un visage de mal, et La Roue tourne… Ne jamais, jamais perdre de vue que « Nous » sommes et Ici, « Algérie », ET Là-bas, « France », pour que triomphe l’Universel, à nous d’être en harmonie avec le sens… Dans le film consacré à Mostefa Ben Boulaïd, on l’entend dire à ses compagnons : Nous faisons la guerre à la France coloniale, pas au peuple français… De nos jours, il faut faire la différence entre la France politique, et le peuple français… Etc.




    0



    0
    Anonymous
    4 février 2017 - 18 h 28 min

    Allez ceux qui ont fait de la
    Allez ceux qui ont fait de la guerre d’Algérie un fond de commerce, c’est encore une occasion en or pour sortir les crocs !




    0



    0
      anonyme
      4 février 2017 - 19 h 06 min

      Les naturalisés de ton espèce
      Les naturalisés de ton espèce ne sont pas concernés par l’histoire de notre Révolution.




      0



      0
        Anonymous
        4 février 2017 - 20 h 21 min

        « notre » c’est en général ceux
        « notre » c’est en général ceux que tout le monde connaît comme des soumis hier comme aujourd’hui qui te hissent à chaque détour « la révolution ».
        C’est sans commentaire.




        0



        0
      kasbadji
      4 février 2017 - 20 h 17 min

      C’est un pan de notre
      C’est un pan de notre histoire bourricot de la classe !




      0



      0
    Ali
    4 février 2017 - 16 h 09 min

    Des dizaines de cartons sont
    Des dizaines de cartons sont au Fort de Vincennes, ils intéressent diverses époques de l’histoire algérienne. Il y a évidemment les rapports de soldats français, mais aussi des lettres rédigées en arabe par des algériens, qui n’ont jamais été traduites. Ces derniers documents devraient être rapatriés par l’Algérie. On s’en fiche des documents français, il y a eu suffisamment de livres écrits durant les premiers temps de la colonisation pour pallier à ces documents. Je parle des biens de l’Algérie. J’ai passé des après-midi entiers à recopier des textes de l’époque, il est interdit de photocopier, copier etc…Au fort de Vincennes on vous permet d’avoir une feuille blanche et un crayon fourni par les responsables. Il faudrait des équipes, de chercheurs passionnés, sincères et motivés, personnellement je n’en ai pas trouvé, c’est la compétition (mortelle) entre Algériens, pour ne pas dire la guerre, là où il faudrait une saine émulation. Hélas.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.