Décès de l’ancien chef du gouvernement Smaïl Hamdani

Smaïl Hamdani a commencé à occuper des postes de responsabilité en 1962. New Press

L’ancien chef du gouvernement Smaïl Hamdani est décédé dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 86 ans. Cette triste nouvelle a été annoncée ce mardi 7 février par l’APS en citant les proches du défunt. Né le 11 mars 1930 à Bordj Bou-Arréridj, Smaïl Hamdani a occupé plusieurs hautes fonctions de l’Etat dont notamment celle de chef du gouvernement du 15 décembre 1998 au 23 décembre 1999.

Selon sa biographie officielle, il a commencé à occuper des postes de responsabilité en 1962. Ainsi, M. Hamdani a été conseiller juridique du ministre de l’Information (1962-1963), secrétaire général du gouvernement (1977-1979) et conseiller à la présidence de la République (1980-1983). Ce diplomate de carrière a été plusieurs fois ambassadeur au Danemark, en Norvège et en Finlande (1983-1984), en Espagne (1984-1985) et en France de 1989 à 1992.

Smaïl Hamdani a été Premier ministre successivement de Liamine Zéroual puis d’Abdelaziz Bouteflika, du 15 décembre 1998 au 23 décembre 1999. Outre ses responsabilités au sein de l’Etat, Smaïl Hamdani s’est également distingué par son travail au sein de l’Association algérienne des relations internationales (AARI). C’est d’ailleurs en tant que personnalité nationale et président de l’AARI qu’il a été invité aux consultations sur la révision constitutionnelle en 2011. Smaïl Hamdani avait présenté 18 propositions «pour une consécration de la démocratie avec conviction et fermeté». Il avait demandé que le droit de saisine du Conseil constitutionnel, dont bénéficient le président de la République ainsi que le Parlement dans ses deux chambres, soit élargi à d’autres instances. Il avait aussi plaidé pour la séparation de la politique du monde des affaires et à lutter contre la corruption.

Smaïl Hamdani était un fervent défenseur d’un système politique «ni entièrement présidentiel ni entièrement parlementaire, mais qui garantit un équilibre entre les deux». Des propositions qui ne semblent pas avoir été prises en charge dans la nouvelle Constitution adoptée, comme par hasard, le 7 février 2016. Autrement dit, il y a un an.

Sonia Baker

Comment (8)

    ElWatani
    8 février 2017 - 12 h 56 min

    Il est mort Allah Irahmou. J
    Il est mort Allah Irahmou. J’espère que Mme Boumediène lui a pardonné.




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    8 février 2017 - 5 h 00 min

    Un grand commis de l’état.

    Un grand commis de l’état.
    Toutes mes condoléances.
    Repose en paix




    0



    0
    Un commis de l'etat
    8 février 2017 - 4 h 58 min

    Un aine sur lequel nous avons
    Un aine sur lequel nous avons toujours voulu prendre exemple nous a quittes. Nous gardons de lui un souvenir emu. Compassion et soutien a sa famille. Il faut enterrer le chagrin et cultiver et cherir la fierte de son parcours digne au service de son pays et son amour pour sa famille. En toute tristesse et sincerite d’un coin du monde trop recule pour me permettre de venir personnellement partager la peine de ses proches et de ses innombrables amis.




    0



    0
    Anonymous
    7 février 2017 - 19 h 14 min

    Un digne haut fonctionnaire
    Un digne haut fonctionnaire de l’ Etat. Il était connu pour son érudition, son honnêteté intellectuelle. Un véritable homme d’Etat. ALLAH yarhmou et sincères condoléances à toute sa famille. Rien à voir et aucune commune mesure avec l’ actuel premiers ministre.




    0



    0
    BRAÏDJA
    7 février 2017 - 13 h 43 min

    inna li LAH oua inna
    inna li LAH oua inna ILLEIHI RADji3ôun . La Haoula ouaLa Qouata Illa BILLAH . ALLAH YARAHMEK YA SI SMAÏN .




    0



    0
    CASSIOPEE
    7 février 2017 - 12 h 14 min

    Il est si rare qu’un homme
    Il est si rare qu’un homme puisse réunir ce que le défunt recelait dans un parcours si riche et si éclectique. Médersien, parfait bilingue, homme de culture, responsable politique au panache et à l’élégance dans les attitudes .Réservé, il n’est pas descendu dans l’arène de la médiocrité non plus celle, plus délétère de la rancœur. Il a su ne pas stipendier et faire preuve de la nuance idoine sans entrer en adversité .Mélomane intarissable, il a vécu la symphonie de la vie dans ses noubates en acceptant ce qui est. Sans le bémol de la condescendance ni le dièse de la pédanterie. Que sa famille en ses moments douloureux puisse accepter les décisions de Dieu. Et qu’elle s’enorgueillisse de ses attitudes dont nombre de personnes devraient en méditer le sens .Paix à son âme et pérenne soit son souvenir.




    0



    0
      ferial
      8 février 2017 - 6 h 38 min

      Cassiopée quel artiste!
      Cassiopée quel artiste! Chapeau bas.




      0



      0
        CASSIOPEE
        8 février 2017 - 11 h 39 min

        Merci
        Merci




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.