L’entêtement du Libyen Khalifa Haftar à vouloir faire cavalier seul irrite Alger

Khalifa Haftar, commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL). D. R.

Le projet de l’état-major de l’Armée égyptienne de faire assoir le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL), et le président du Gouvernement d’entente nationale (GEN), Faïz Sarraj, autour d’une même table est tombé à l’eau. Les deux hommes ont quitté cet après-midi Le Caire sans se serrer la main ni même se rencontrer. La rencontre devait permettre aux deux parties de trouver un accord sur la place de l’ANL et de son commandant en chef dans un gouvernement d’entente remanié.

Selon des échos en provenance de la capitale égyptienne, le chef du Gouvernement d’entente nationale (GEN), reconnu par la communauté internationale, n’a pas voulu signer de chèque en blanc au maréchal Haftar. Le commandant en chef de l’ANL et son parrain égyptien veulent que Sarraj capitule et hisse le drapeau blanc. En clair, ils attendaient à ce qu’il donne des garanties que leur accord – dont les lignes sont à peine tracées – ne serait en aucune manière rejeté par les forces en présence à Tripoli. Garanties que Faïz Sarraj ne pouvait bien évidemment pas donner. Il n’est pas question pour lui que le maréchal Haftar ne rende de comptes à personne dans le cas où il viendrait à intégrer le GEN.

Le désaccord entre Tripoli et Tobrouk tourne autour de qui dépendra la future armée libyenne unifiée. Le maréchal Khalifa Haftar refuse, en effet, de s’en remettre à un gouvernement qui serait dominé par des personnalités issues de partis ou de milices affiliés à la confrérie des Frères musulmans. C’est du moins la raison qu’il avance officiellement. Dans ses nombreuses déclarations à la presse, l’ancien officier supérieur de l’armée de Mouammar Kadhafi a clairement indiqué qu’il ne sera tranquille que lorsqu’il aura débarrassé la Libye des Frères musulmans et des milices salafistes qui, selon ses dires, tiennent en otage la population libyenne.

Dans un long entretien accordé récemment au journal français Le JDD, le maréchal Haftar, qui est soutenu par l’Egypte, les Emirats arabes unis et la France, a accusé clairement la Turquie, le Qatar et le Soudan d’aider financièrement et militairement les Frères musulmans libyens. Il a dit également refuser de participer à un gouvernement dans lequel siégerait Abdelhakim Belhadj, ancien membre du Groupe islamique combattant (GIC) et actuellement chef militaire à Tripoli. De leur côté, les partis libyens affiliés à la confrérie des Frères musulmans et dont la plupart se trouvent dans l’Ouest libyen refusent de se laisser diriger par ce qu’ils appellent un «nouveau Al-Sissi».

En réalité, la ligne de conduite de Khalifa est dictée par Le Caire. L’Egypte perçoit la crise libyenne comme un prolongement de sa politique intérieure. Son approche est mue uniquement par des considérations purement sécuritaires. L’entêtement de Haftar dérange Alger au plus haut point, car il veut faire cavalier seul. Il se croit fort parce qu’adoubé par Al-Sissi et les Emirats, ennemis des Frères musulmans.

Le règlement de la crise libyenne dépend en grande partie, en réalité, de la capacité de l’ONU et des partenaires régionaux de la Libye, comme l’Algérie, à rapprocher ces deux points de vue très divergents. C’est le dur défi que s’est fixé l’Algérie, essayant depuis plusieurs mois de convaincre les uns et les autres de se lancer dans un dialogue inclusif duquel ils ressortiraient avec un Smig politique. Smig qui leur permettrait de s’entendre sur une période de transition et d’organiser par la suite des élections desquelles sortirait un gouvernement crédible et légitime.

Contrairement à l’Egypte qui ne pense qu’à ses intérêts, l’Algérie présente l’avantage d’avoir de bonnes touches avec tous les acteurs du conflit. Mais cela ne veut pas dire que c’est gagné d’avance, car la crise libyenne est complexe, comme le démontrent chaque jour les faits.

Khider Cherif

Comment (47)

    La Cigale
    18 février 2017 - 9 h 25 min

    @@@ UN ALGÉRIEN. (non
    @@@ UN ALGÉRIEN. (non vérifié)
    18 Feb 2017 – 02:11
    Moi à mon humble avis je suis presque certain que vue l’historique géopolitique des sionistes comment ils ont toujours fonctionné pour arriver à leurs fin.
    Par des manières futiles scabreux de subversion des coups de passe passe qui leurs ont permis presque à chaque fois avec beaucoup de patiente que tout le monde doit reconnaître qu’ils programmes très souvent par tranche de 10 ans pour que leurs plans fonctionne et que la boucle soit bouclée et que le la les soit sous leurs influences partiel où total.
    Si l’Égypte la Libye et l’Algérie venaient à s’entendre parfaitement.
    Cela créerait un axe qui ferait que les sionistes devrait changer leurs objectifs leurs visions contre l’Algérie.
    Donc pour moi je suis quasiment certains que Abdel Fattah al-Sissi et le pseudo général Khalifa Haftar sont le revers d’une même pièce aux services des sionistes.
    Les raisons tu les devines.
    Le monde est un échiquier et chacun avance ces pions.
    Ça c’est juste mon analyse personnel chacun à la sienne jene prétend pas que mon analyse est la bonne.

      Anonymous
      18 février 2017 - 21 h 14 min

      OUI , @LA CIGALE , LE JEUX
      OUI , @LA CIGALE , LE JEUX PARAIT COMPLEXE , ( ET AFTAR ETAIT EXILÉ AUX USA , ) ET L’INTERET DES SIONISTES EST EST IMBRIQUÉ AUX USA……LE TEMPS A VENIR NOUS EN DIRA PLUS . .MERCI POUR TON ANALYSE @LACIGALE.

    La Cigale
    17 février 2017 - 21 h 50 min

    le maréchal » Khalifa Belgacem
    le maréchal » Khalifa Belgacem Haftar et (( le président )) Abdel Fattah al-Sissi roule pour les occidentaux les yankees.
    Leurs but et de cour circuiter les plans de l’Algérie pour les empêcher d’instaurer la paix civile inter-libyens.
    Ce qui permet aux ennemis de l’Algérie de s’installer à sa porte sur le flan centre est.

      UN ALGÉRIEN.
      18 février 2017 - 1 h 11 min

      MAIS ALORS , @LA CIGALE , QUE
      MAIS ALORS , @LA CIGALE , QUE PENSES TU DE LA VISITE DE AFTAR A ALGER , SUIVI DE CELLE SUR LE PORTE AVION RUSSE ET SON VOYAGE A MOSCOU SACHANT L’ANIMOSITE DE SISSI ENVERS FRERES MUSULMANS WAHABITE SACHANT QUE CEUX CI ONT LEUR SIEGE A LONDRES PROCHE ALLIÉ DES USA ?….A MON SENS SISSI SERAIT PLUS PROCHE DE MOSCOU ET ALGER SUR LE NOEUD LIBYEN !!! .DE MÊME LES FRÈRES WAHABITE CHERCHENT A S’IMPLANTER EN LIBYE DE MANIERE DURABLE EN IMPOSANT DES NÉGOCIATIONS ???

    Anonymous
    17 février 2017 - 15 h 00 min

    NOUS SAVONS TOUS QUE LES
    NOUS SAVONS TOUS QUE LES DIRIGEANTS DES « FRÈRES DIT MUSULMANS , WAHABISME  » ONT PACTISÉ AVEC USA/OTAN POUR PRENDRE LE POUVOIR LORS DE « L’OPERATION » PRINTEMPS ARABES ET LES PRÉTENDUES RÉVOLUTIONS , COMME CELA A ÉCHOUÉ EN EGYPTE , SYRIE ET TUNISIE , LIBYE , LES SEULS ENDROITS OÙ ILS ONT ENCORE QUELQUES RACINES SONT LA LIBYE ET TUNISIE . .S’ILS PARVIENNENT A S’IMPLANTER EN LIBYE DE MANIÈRE OFFICIELLE PAR DES NÉGOCIATIONS OU ACCORDS , ALORS LA LIBYE SERVIRA DE BASE POUR ETENDRE DANS LE TEMPS LEUR RAMIFICATIONS EN LIBYE , SUIVIE DE LA TUNISIE , ALGERIE ….AVEC L’AIDE DU QATAR , TURQUIE AKP ERDOGAN …..LES FRÈRES DIT MUSULMANS WAHABISME ONT BESOIN D’UN POINT D’ATTACHE EN AFRIQUE DU NORD ET LA LIBYE RESTE L’OCCASION A NE PAS RATER !!! .LE GÉNÉRAL AFTAR ET SISI EN EGYPTE ET L’ALGERIE SAVENT CE PLAN ET POUR AFTAR , SISSI C’EST UN NIET DIRECT QUAND A L’ALGERIE C’EST DE MANIÈRE FEUTRÉ . ,C’EST MON ANALYSE DE LA SITUATION . .L’ISLAMISME WAHABISME EST UN VRAIS DANGER QUI ECHOUERA IN CHA ALLAH . .L’ALGERIE A SUFFISAMMENT D’EXPERIENCE POUR CONTRER LA RUSE DES « FRÈRES DIT MUSULMANS  » MAIS WAHABITES COLLABOS , HYPOCRITES , QUI SONT PRET A TOUT POUR LE POUVOIR , NOUS AVONS EU LES PREUVES LORS DE L’AGRESSION CONTRE LA LIBYE OÙ l’OTAN BOMBARDAIT LA LIBYE PAR LES AIR ET LES MILICES FRÈRES WAHABITES ATTAQAIENT AU SOL EN TUANT LES LIBYENS AVEC «  » ALLAH AKBAR » » , LE MÊME CENARIO EN SYRIE ….LE DANGER WAHABISME FRÈRES MUSULMANS , UN VIRUS DANS L’ISLAM QU’IL FAUT ETTOUFFER. .

    Anonymous
    17 février 2017 - 10 h 41 min

    Avec le « maréchal » Khalifa
    Avec le « maréchal » Khalifa Belgacem Haftar de la tribu bédouine saharienne des « Khadafa » sur la Méditerranée
    (Adjdabia (sur l’est du golfe de Syrte) 1943 – )
    L’Algérie modérée, et sage, doit se patienter beaucoup , moins impulsive (que son interlocuteur ) ,
    L’Algérie prudente,
    Adepte de la politique des étapes à petits pas prudents, et réfléchis
    Le « maréchal » Khalifa Belgacem Haftar militaire impulsif, agité, et agressif
    Ce n’est pas un fin politicien modéré
    C’est un militaire ancien allié du feu Colonel Mouaammar El Khadhafi
    Ancien prisonnier des Tchadiens de Hissène Habré soutenus par la France,
    Une longue guerre avec les Tchadiens (1978-1987) et deux opérations militaires (interventions) françaises
    Au Tchad « Manta », et « Epervier »
    Et les U.S.A (avec ses missiles anti-aériens très efficaces « Redeye »)
    ( la guerre des « Toyotas » 1986 -1987 , opération militaire française « Manta » au Tchad:
    Couverture militaire aérienne française : Mirages, Jaguars, et Transall , missiles low range « crotale »),
    Assistance technique terrestre, électronique, télécommunications française (par satellites, bien sur)

    Collaborateur de la C.I.A, et des américains pour renverser feu Colonel Mouaammar El Khadhafi
    (Ponts aériens en R.C.A, et au Congo

    Tentant de s’approcher avec les Egyptiens (main d’oeuvre, visions économiques et stratégiques à long terme)
    Des Russes prudents (qui ont perdu un marché d’armes de plus de 3 milliards de dollar),
    Par ses visites à Moscou pour lever l’embargo des armes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.