Loi sur la retraite : l’Intersyndicale marche à Tizi Ouzou

L’Intersyndicale compte maintenir la pression jusqu’à satisfaction de ses revendications. New Press

Des milliers de syndicalistes et de militants politiques et associatifs ont marché aujourd’hui à Tizi Ouzou pour maintenir la pression sur le gouvernement et exprimer à nouveau le rejet de la loi qui met fin à la retraite anticipée.

L’amendement qu’a connu cette loi suite à l’intervention du président de la République, rendant la suppression de la retraite anticipée progressive, reste, aux yeux des syndicats autonomes, insuffisant. L’Intersyndicale estime qu’il est inacceptable que l’on fasse payer aux travailleurs la mauvaise gestion d’une caisse. Pour eux, le départ à la retraite sans condition d’âge est un acquis qu’il faudra «récupérer», en exigeant l’abrogation de cette loi.

Par cette marche pacifique, l’Intersyndicale veut interpeller «le président de la République afin de faire annuler le nouveau texte de loi et associer les syndicats autonomes au débat des projets de lois afférents au monde du travail». Réitérant haut et fort son refus du contenu de la loi sur la retraite, même après adoption par le Conseil de la nation, ce bloc syndical dénonce à ce propos les pratiques «arbitraires» visant à étouffer ce mouvement.

Si la loi sur la retraite reste sa principale revendication, l’Intersyndicale ne se limite pas à cela. Elle réclame sa participation à l’élaboration du Code du travail et la préservation du pouvoir d’achat, en vertu de la loi de finances de 2017.

Composé de 12 syndicats autonomes relevant de différents secteurs de la Fonction publique, l’Intersyndicale avait entamé une grève cyclique de trois jours du 21 au 23 novembre dernier, puis du 27 au 29 du même mois, après celle observée les 17 et 18 octobre dernier pour la reconduire les 24 et 25 du même mois. Mais ces grèves n’ont pas fait reculer le gouvernement, qui a maintenu le projet de loi controversé qui a été adopté par le Parlement après un léger lifting opéré à la demande du chef de l’Etat.

Malgré l’adoption de cette loi, l’Intersyndicale décide de poursuivre son mouvement de protestation dans l’espoir d’obtenir son annulation et afin de défendre d’autres droits et acquis menacés. Surtout qu’elle bénéficie du soutien de plusieurs partis politiques. D’ailleurs, plusieurs représentants de partis politiques ont pris part à la marche d’aujourd’hui. Parmi eux, ceux du FFS qui a même tenu à annoncer sa participation par le biais d’un communiqué.

Sonia Baker

Comment (5)

    Anonymous
    26 février 2017 - 19 h 11 min

    ces syndicats de festi ne
    ces syndicats de festi ne veulent que du sur mesure alors que la caisse des retraites est laminée par les hauts fonctionnaires en retraite
    C’est un pays à formater de fond en comble




    0



    0
    un citoyen
    25 février 2017 - 18 h 51 min

    Pourquoi c’est toujours Tizi
    Pourquoi c’est toujours Tizi-Ouzou-Béjaia et Bouira Est qui manifestent et revendiquent ? Les 45 et 1/2 autres wilayas se sont elles pas concernées? Vivent elles dans un paradis terrestre?




    0



    0
      Hadj Omar Bettou
      25 février 2017 - 20 h 14 min

      Elles attendent de cueillir
      Elles attendent de cueillir le fruit mure comme en 1962. Le proverbe populaire algérien dit : « Khobzet eddar yakoulha el berrani « 




      0



      0
        Amazigh 15
        26 février 2017 - 11 h 27 min

        Ou bien aussi comme entre
        Ou bien aussi comme entre 1954-1956, lorsque les autres régions(excepté les Aurés) et le futur clan d’Oujda se posaient la question : « Wech bihoum leqbayel ma3 franssa ?? »




        0



        0
    AKLI ATH IDIR
    25 février 2017 - 17 h 17 min

    il est ou le vieux es croc de
    il est ou le vieux es croc de l ugta?OU EST ALI LA POINTE OUMOUZIR? OU EST OU LE TRIGAMME VIEILLARD OULD ABBES? HEUREUSEMENT QU IL YA TIZI POUR PERMETTRE A L OPPOSITION DE MANIFESTER….LE PEUPLE ALGERIEN EST PEUREUX AMNESIQUE SOURD A SES SOUFFRANCES.AUCUNE COMPARAISON AUX ROUMAINS AUX POLONAIS….L HORRIBLE VIEILLARD A LA CASQUETTE DE L UGTA EST UN SUPPORT D OUDJDA LUI ET LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL TOUS SONT LES ACOLYTES DU CLAN DE TIKRIT OU TLEMCEN




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.