La vraie nature des ambassadeurs du roi mise à nu : diplomates esclavagistes

Mohammed VI visite le consulat du Maroc à Orly. A sa droite (en lunettes), Malika Alaoui. D. R.

Après l’ambassadeur du Maroc à Rome, Hassan Abou Ayoub, qui est poursuivi pour harcèlement sexuel par la justice italienne pour avoir transformé une de ses employées en objet sexuel, c’est au tour de la consule générale du Maroc à Orly Malika Alaoui d’être au cœur d’un scandale tout aussi abominable. Selon le site internet du magazine marocain TelQuel, qui rapporte l’information, Malika Alaoui est accusée de mauvais traitements et de séquestration par sa femme de ménage. TelQuel fonde son article sur la base d’une vidéo postée le 11 mars sur YouTube par le journaliste et défenseur des droits de l’Homme Ali Lemrabet. Dans la vidéo en question, on peut voir la femme de ménage de la représentante consulaire réclamer, la peur dans les yeux, une intervention policière à deux hommes se trouvant sur le seuil du domicile de la consule.

Malika Alaoui, visiblement contrariée et gênée, tente, mais en vain, de fermer la porte au nez aux deux hommes venus à la rescousse de la pauvre femme de ménage. «Vous voulez parler à la police ?» demande un des hommes, tandis que son camarade essayait de savoir si la femme de ménage était séquestrée. Ce à quoi elle répond : «Oui Monsieur. Si, si.»

«S’il vous plaît», supplie la domestique qui menace de se suicider si la police ne vient pas la délivrer. Malika Alaoui tente, quant à elle, de tempérer la discussion, demandant aux deux hommes de partir tout en promettant que tout allait rentrer dans l’ordre. «Ecoutez, Messieurs, s’il vous plaît, on va arranger le problème. Je vous en supplie», déclare la consule. «On n’arrange rien. Elle a demandé la police, on l’appelle tout de suite, Madame», répond l’un des hommes au seuil de la porte.

Ce cas d’esclavagisme a été occulté par les médias français qui réagissent habituellement au quart de tour lorsqu’il s’agit de relater des petits faits divers dans lesquels sont impliqués des Algériens. Pourquoi ce silence ? La réponse est à chercher dans d’anciennes révélations du hacker marocain Chris Coleman. Au mois d’octobre 2014, il avait mis en lumière les liaisons complexes qui existaient entre le Maroc et de nombreux journalistes français dont le pays protège la monarchie marocaine.

Chris Coleman avait notamment dévoilé comment la DGED, le service de renseignement extérieur du Maroc, avait réussi, moyennant argent et séjours dans le luxueux palais de la Mamounia, à recruter les journalistes Vincent Hervouet (LCI), Dominique Lagarde (L’Express), Mireille Duteil (Le Point), José Garçon (Libération), Florence Beaugé (Le Monde), Ruth ElKrief (BFM TV), Jean Pierre El-Kabbach (Europe1). En contrepartie, tous ces journalistes se chargent de tresser des lauriers à Mohammed VI et de taire les violations des droits de l’Homme au Maroc.

TelQuel rappelle que «Malika Alaoui fait partie de la nouvelle vague de consuls nommés en octobre 2015 par le ministère des Affaires étrangères. Une série de nominations qui intervenait moins de trois mois après la colère royale contre le personnel consulaire» gangrené par la corruption et les passe-droits. Cette énième affaire révèle en réalité le niveau de déliquescence atteint par la diplomatie marocaine. En novembre dernier, Rabat avait dû rappeler son ambassadeur à Madagascar qui était empêtré dans une scabreuse affaire de détournement.

L’affaire, relatée en son temps par Algeriepatriotique, avait éclaté en plein déplacement de Mohammed VI à Madagascar. Mohamed Amar, c’est le nom de cet ambassadeur, avait été précisément accusé d’avoir «détourné des fonds humanitaires destinés au peuple malgache». Le diplomate aurait également entrepris «des actions d’ingérence dans les affaires intérieures du pays, en violation des usages diplomatiques et aurait fait montre de discrimination à l’égard des communautés non musulmanes du pays».

Khider Cherif

Comment (38)

    Anonymous
    16 mars 2017 - 6 h 57 min

    Les égyptiens c´est la même
    Les égyptiens c´est la même salade.




    0



    0
    Med Benhamou
    15 mars 2017 - 12 h 39 min

    Retrait du Marokistan de
    Retrait du Marokistan de Guerguerat : «De la poudre aux yeux»

    L’interminable conflit entre le Marokistan et le Sahara occidental se met à peser très lourd parmi les dossiers en charge de la communauté internationale. L’affaire Guerguerat est venue raviver un feu que tous tentent de contenir.

    Les responsables de la RASD (République arabe sahraouie démocratique) crient leur colère. Hier, c’était au tour du ministre sahraoui des Affaires étrangères d’intervenir, lors d’une conférence de presse, pour faire une mise au point aux propos des Marocains. «L’annonce du retrait marocain de Guerguerat est une fausse information, une manœuvre pour tromper l’opinion publique internationale», assène Ould Salek devant une presse avide de détails sur une affaire qui défraye la chronique depuis de longues semaines. Guerguerat : ce no man’s land de quelques kilomètres se situe à la frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie. Vers la fin du mois d’août dernier, l’armée marocaine crée la surprise en entamant la construction d’une route goudronnée à quelques kilomètres de son mur de défense.

    Le Front Polisario alerte les Nations-Unies, la communauté internationale et dénonce une «grave violation du cessez-le feu» par la partie adverse.

    Le roitelet M6 se défend en faisant tout d’abord croire à une opération de poursuite entamée contre des contrebandiers et des éléments terroristes qui ont pris la fuite hors du territoire où ils étaient pourchassés. Très vite, il s’avère que les troupes marocaines ont été en fait déployées pour assurer la sécurité de convoyeurs marocains chargés d’écouler de la marchandise en Mauritanie.

    L’affaire se déroule en période de crise intense entre le fils du Glaoui H2 et l’ex-secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon accusé de parti pris pour avoir entrepris des démarches en faveur d’une accélération du processus devant mener à l’autodétermination du peuple sahraoui. Engagé dans une politique de fait accompli, le roi se distingue également en sommant les forces onusiennes de maintien de la paix au Sahara occidental de retourner à leur QG. Les faits prennent alors une tournure dangereuse.

    Décidés à ne pas se laisser faire, les Sahraouis envoient de leur côté des troupes chargées de mener des incursions dans ce no man’s land considéré comme faisant partie des territoires libérés. Le nouveau président de la RASD, Brahim Ghali, se déplace en personne sur les lieux et diffuse des photos où on le voit entouré de militaires aguerris à la guerre des sables. Des images effarantes dévoilent également un dispositif militaire de défense aérienne déployé par le Front Polisario. Des quotidiens espagnols en font quotidiennement leur Une. A New York, des voix s’élèvent pour attirer l’attention sur les dangers pouvant découler d’une telle situation.

    Dans les couloirs des Nations-Unies, des pourparlers s’entament discrètement avec les deux parties. Six mois plus tard, le 27 février dernier, le Maroc crée une autre surprise en annonçant son retrait de la zone de Guerguerat. Comme l’ont fait précédemment Brahim Ghali et d’autres responsables de la RASD, le ministre sahraoui des Affaires étrangères affirmait hier que les forces marocaines ne se sont pas retirées comme elles le prétendent. «Elles se sont retirées de quelques mètres uniquement, c’est de la poudre aux yeux.» La phrase de Joachim Chissano, envoyé spécial de l’Union Africaine pour le Sahara occidental, résonne plus que jamais dans les esprits : l’étincelle risque de raviver le feu…




    0



    0
    algerie
    15 mars 2017 - 10 h 54 min

    toute monarchie arabe est
    toute monarchie arabe est esclavagiste par nature et par destination .. Au nom de quoi les monarchies arabes veulent régner sur les berbères et les soumettre , au nom de quels mensonges ??? Les terres berbères du Maroc et du Sahara occidental doivent être nettoyées de cette royauté épouvantable et toute l’Afrique du Nord nettoyée des idéologies monarchistes arabes cancéreuses alaouites ou wahabistes saoudiennes qui sont la même chose à l’origine .. les peuples berbères ne doivent plus se taire et doivent se réveiller pour nettoyer leur terre bénie de ce Cancer monarchiste arabe et de ses chaouchs




    0



    0
      Tin-Hinane
      15 mars 2017 - 13 h 54 min

      Ce n’est pas une question de
      Ce n’est pas une question de berbères ou d’arabes, il s’agit de système. Les monarchies arabes Maroc, Arabie saoudite ont des systèmes pourris, ils corrompus et dépravés et en ce qui concerne le Maroc ils sont corrompus et dépravés sans distinction les berbères tout autant que les autres (les non berbères) Il faut arrêter de tout ramener à la berbertié et au berberisme, il faut réfléchir un peu à la fin.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.