Comment Mohamed Raouraoua a été lâché par le pouvoir à la dernière minute

Mohamed Raouraoua avec le Premier ministre Abdelmalek Sellal. New Press

La disgrâce annoncée du président de la Fédération algérienne de football (FAF) ne finit pas de livrer ses secrets. Algeriepatriotique a appris de sources très au fait du dossier que Mohamed Raouraoua a cessé de nourrir des illusions pour se faire adouber par les membres de l’Assemblée générale de la Fédération depuis qu’il se savait indésirable en haut lieu, après avoir longtemps attendu d’être reçu par les autorités politiques, en vain. S’il a été reçu une fois par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El-Hadi, toutes ses demandes d’audience incessantes introduites ultérieurement auprès du ministre sont restées lettre morte. Suite à quoi Raouraoua a engagé un bras de fer avec la tutelle, en décidant unilatéralement le report de l’AG élective contre toute attente. Décision qui a été, rappelons-le, immédiatement mise en échec par le ministère quelques heures à peine plus tard.

D’après nos informations, les autorités politiques n’ont pas pardonné au désormais ex-président de la FAF d’avoir trahi le «deal» qui avait été conclu avec lui, lequel deal consistait à obtenir le retrait en douce de Raouraoua de la course à la présidence de la FAF contre un soutien actif de l’Algérie à sa candidature au Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) lors du renouvellement des instances de direction de cette instance continentale. Or, le désormais ex-président de la FAF a surpris tout le monde en adoptant une attitude aussi surprenante qu’intempestive lors de l’Assemblée générale ordinaire tenue le 27 février dernier, où celui-ci se targua d’être fort du soutien des présidents de club, membres de l’AG.

Confiant dans sa démarche, Raouraoua se donnait, pendant ce temps, l’image de l’homme «indispensable» et «appuyé par les plus hautes autorités» du pays. Il a même confié à ses plus proches collaborateurs qu’il aurait reçu des «garanties» pour sa réélection aussi bien à la tête de la FAF qu’au Comité exécutif de la CAF. Coup de bluff, puisque le gouvernement avait décidé, dès le lendemain de l’humiliante débâcle des Verts à la dernière Coupe d’Afrique des nations, de lui retirer son soutien dont il jouissait depuis de longues années et qui lui avait permis de faire de la FAF une quasi propriété privée.

R. Mahmoudi 

Comment (34)

    Anonyme
    23 mars 2017 - 6 h 20 min

    Sur la photo l’un montre le
    Sur la photo l’un montre le soleil que je t’offrirai si tu es clément avec moi .
    Et l’autre regarde le bout du doigt du premier en se disant qu’à t-il à me montrer son doigt.
    Moralité ils sont pathétiques.

    Rachid
    21 mars 2017 - 23 h 37 min

    Oui ç est vrai la chute de la
    Oui ç est vrai la chute de la j SK n est que le résultat de la mauvaise gestion. Mais malgré ça la jsk ne va pas être reléguée car hanachi l avait mentionné et il sait ce qu il dit. Car Si Elle Sera Classée Dernière L Année prochaine ON Se retrouvera avec 20 clubs , et concernant la faf et le nouveau président je ne crois pas que ç est lui qui va tout changer ç est juste que le pouvoir à décidé de changer de tactique en utilisant le changement pour satisfaire le peuple et qu il est temps de sacrifier l ancien président, alors arrêtons de trop porter plus haut le nouveau président comme su il est meilleur, et vu qu’il était seul candidat alors tout est bien clair

      ahmed
      24 mars 2017 - 21 h 07 min

      tu ne devrais pas louer
      tu ne devrais pas louer hanachi ici.il a un jour offert le maillot n°3 a boutef (facon de lui souhaiter un 3 mandat).mais ici c’est un coin anti-chita.dédié spécialement aux hommes avides de liberté peace

    Patrouche
    21 mars 2017 - 10 h 38 min

    Pour construire une maison on
    Pour construire une maison on commence par les fondations pas par le toit car il tiendra pas,Mr raouraua a commencé par le haut sans s’occuper de la réalité du foot en algerie et de sa jeunesse et des écoles de foot dans les clubs au contraire on démoli ce qui reste dans les années 80 et on verse de l’argent dans des magouilles et on remplit les poches et on sucre ses proches et amis tous ca pour en dormir la jeunesse algériens. Au revoir Mr raouraua ,s’ils vous plaît les autres laissées vos places pour c’eux qui veulent travailler pour leur jeunesse qui est en or

    Anonymous
    21 mars 2017 - 9 h 21 min

    enfin bon debarras. mais il
    enfin bon debarras. mais il faut vérifier ce qu’il a, lui sa femme et ses enfants ce qu’ils ont gagné illicitement par ce poste. Il a bidonvilisé riadh-el-feth en le bradant à ses amis et plaçant des gestionnaires de bas niveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.