France : le ministre de l’Intérieur démissionne

Bruno Le Roux. D. R.

Le ministre de l’Intérieur français Bruno Le Roux a donné sa démission au président de la République, a-t-il déclaré aujourd’hui, tout en affirmant son «honnêteté».

Le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire sur l’emploi par le ministre de l’Intérieur de ses filles, alors adolescentes, comme collaboratrices parlementaires. Bruno Le Roux était député (PS) entre 2009 et 2016.

«L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF)», indique le PNF. Hier, l’émission Quotidien (TMC) a révélé que Bruno Le Roux avait fait signer 24 contrats de collaboratrices parlementaires à ses filles, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes, pour un montant total de quelque 55 000 euros. Certaines dates interrogent sur la réalité de leur travail. Elles n’avaient, lors des premiers contrats, que 15 et 16 ans.

 R. I. 

Comment (6)

    nouari019
    22 mars 2017 - 17 h 27 min

    un jour in challa nous
    un jour in challa nous aussi nous aurons une réelle démocratie digne de ce nom , une fois que toute cet puanteur qui tiens les rennes de l’Algérie depuis 62 aura disparu de la surface de la terre ,j’y crois sincèrement l’Algérie le mérite amplement ..




    0



    0
    LÂLYA
    22 mars 2017 - 14 h 34 min

    wach idjib wed lehlib
    wach idjib wed lehlib lwed ettib ? Là bas c’est L’ ETAT de droit, la démocratie, la compétence, l’éthique, LA LOI ET LA MORALE, la transparence et la clarté dans la gouvernance et les décisions, l’ALTERNANCE réelle aux postes de commandement qui priment . Ici c’est TAG 3ÂLA MEN TAG, le culte de la personnalité, la bassesse, le non-droit, la CHITA, le fakhamatisme , l’amour (à mort ) du pouvoir ; l’opacité, la gouvernance dans la clandestinité par la mafia de l’ombre à travers des lettres (écrites par QUI ? ) soit-disant du Président et lues au journal télévisé , par des agents QUI SONT SEVEREMENT SANCTIONNES S’ils oublient de dire  » FAKHAMATOUHOU « . En vérité les Algériens blâment la monarchie absolue voisine, mais en fait n’ ont rien à lui envier ! RAHOUM KI BAÄDHAHOUM KIF KIF !




    0



    0
    La CATA, 62
    22 mars 2017 - 11 h 30 min

    Un acte qui NE SE RISQUERA
    Un acte qui NE SE RISQUERA JAMAIS DE SE PRODUIRE EN ALGERIE, vu L’INDIGNITÉ des RESPONSABLES POLITIQUES; la CORRUPTION INSTITUTIONNALISEE et une JUSTICE AUX ORDRES TELEPHONIQUES vers les environs de minuit




    0



    0
    TAYEB EL DJILLALI
    22 mars 2017 - 9 h 29 min

    c est pas comme chez nous ou
    c est pas comme chez nous ou chakib khellil est libre est ou said bouteflika donne des ordres et ou ould abbes dont les fils distribuent de l argent sale reste en poste; vive la france et abat les pays ou regnent les president a vie tel que le notre;




    0



    0
    lehbilla
    22 mars 2017 - 7 h 17 min

    En France, avant que l
    En France, avant que l’enquête ne soit ouverte sur le ministre en question celui ci démissionne. En Algérie, un dirigeant condamné à de la prison ferme, emprisonné pendant quelques mois puis libéré est renommé à la tête de la plus grande société du pays ou plus communément appelée la source qui alimente tout le pays.




    0



    0
    MOMO
    21 mars 2017 - 19 h 53 min

    nos ministres devrait prendre
    nos ministres devrait prendre exemple..arreter un marathon pour les beau yeux d un ministre .




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.