Sonatrach compte investir plus de 50 milliards de dollars

Pour les cinq années à venir, Sonatrach se fixe des objectifs ambitieux. New Press

Sonatrach prévoit d’investir plus de 50 milliards de dollars sur la période 2016-2021 en matière d’exploration et de production, a-t-on appris mercredi à Oran du vice-président de l’activité Exploration et Production de ce groupe pétrolier, Salah Meknouche. Dans une communication lue en son nom par Farid Djattou, directeur de la division Associations à Sonatrach, dans le cadre du Napec 2017, M. Meknouche a affirmé que «malgré l’incertitude sur l’évolution des prix au niveau mondial, l’activité Exploration et Production de Sonatrach prévoit d’investir plus de 50 milliards de dollars sur la période 2016-2021».

Ce programme d’investissement ambitieux, assuré à 70% sur fonds propres, vise en priorité l’élargissement de la base des réserves nationales et l’augmentation des capacités de production, et par conséquent, l’exploitation du domaine minier algérien inexploré et loin d’avoir livré tous ses secrets. Pour les cinq années à venir, Sonatrach se fixe des objectifs ambitieux qui s’inscrivent nettement dans les tendances à la base de la nouvelle dynamique d’évolution de ce groupe, a annoncé le même responsable. «Cette nouvelle dynamique est caractérisée par un effort permanent et soutenu en matière d’exploration et de production, afin d’élargir la base de nos réserves pétrolières et gazières et d’augmenter nos capacités de production à travers le développement des gisements tout en s’engageant dans de nouvelles thématiques porteuses de croissance», a-t-il souligné.

Pour M. Meknouche, la nature cyclique de l’industrie de l’énergie renseigne sur une baisse des prix et des investissements toujours suivis d’une hausse des prix pour ajuster l’offre et la demande, ce qui renforce l’optimisme pour l’avenir.

D’autre part, une enveloppe de 40 milliards de dollars a été consacrée pour le développement des gisements, avec un objectif prioritaire d’augmenter le niveau de production primaire tous produits confondus, a-t-il indiqué. Plus de 1 300 forages sont prévus d’être réalisés dans la période 2017-2021 avec comme objectif d’atteindre progressivement d’ici à 2021 un niveau de production supérieur à 230 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP).

En matière d’exploitation des gisements, des actions se poursuivent pour augmenter leur taux de récupération et leur niveau de production à travers la levée des contraintes d’exploitation et l’utilisation des méthodes de récupération assistées, a conclu M. Maknouche.

R. E.

Comment (13)

    Amar MOKHNACHE
    25 mars 2017 - 13 h 42 min

    L’ACTE D INVESTIR PARLONS EN!
    L’ACTE D INVESTIR PARLONS EN!!!
    Pour que l acte d investir soit consensuel partage et responsable il y a lieu d abord de ne pas le laisser entre les mains d un groupe ferme de politiques!!! les hommes etant ce qu ils sont et les scandales economiques occupent la une de tous les medias du monde..notre pays n a jamais ete epargne ..ces dernieres decenies nous avons presques monopolises la une de la delinquance mondiale avec el khalifa les bejaouis..saipem et tonton chakib…donc ce serait tres laborieux de prendre la defence du dossier…et ce serait avanturier de laisser meme les meilleures intensions depenser autant d argent sans un vrais plan marschall de la transparence!!!! avec 50 MILLIARDS DE DOLLARDS NOUS POUVONS PRETENDRE AU DEVELOPPEMENT COMPLET DU PAYS!!!
    un pipe vers le sud du pays avec toutes ses stations de dessallement et de pompage creera un vrais BOOM economique ! aussi bien dans la production d equipements hydrauliques( pompes pipes tubes raccorderie ..)que dans la maitrise de la technologie et l emergence d une agriculture d elevage et d industrie alimentaire pensee et reffechie…ca coutera beaucoups moins! mais le probleme pourquoi ne songe t on qu au petrole…les specialistes sont d accord pour dire que c est une vrais alternative mais nous avons l impression que ca derange beaucoups d interets…




    0



    0
    Lghoul
    24 mars 2017 - 8 h 56 min

    50 milliards en 5 ans c’est
    50 milliards en 5 ans c’est donc 10 milliards par an. Alors faites vos comptes combien de « bedjaoui et Co » font la chaine pour la « seconde tranche de distribution ».
    Pourquoi khelil n’est plus an Algerie et pourquoi le tout récent ould quelque chose fut incarcéré dans son passé pour apparemment des histoires de dominos et de chocolats dans le café du coin ? Jamais une telle opacité et des bizareries pareilles ont existé chez la vache a lait (de quelques uns) Sonatrach !




    0



    0
    Anonymous
    23 mars 2017 - 16 h 14 min

    Puisce que « les partis d
    Puisce que « les partis d’opposition  » censés defendre les interets du peuple algerien ne trouvent rien
    a dire pour cet extraordinaire plan de sabotage / destruction / dilapidation de pas moins de cinquante millirds de dollars , eh bien , tekhla , on ne merite pas mieux !




    0



    0
    Anonymous
    23 mars 2017 - 13 h 45 min

    50 milliards! Incroyable!
    50 milliards! Incroyable! Donc 100 milliards se trouvant normalement dans la cagnotte moins les 50 milliards d ‘investissement il ne resterait que 50 milliards au Trésor. Le seuil de pauvreté approche à grand pas. Les revenus de cet investissement irait à qui? Au peuple? Jamais! Ca sera perdu et dilapidé donc laissons les autres nappes de pétrole tranquilles, ainsi que les mines d ‘uranium, d’ or, de diamants etc..ça restera aux futures générations. Je ne suis pas économiste, ni financier, ni rien du tout, mais en toute simplicité je vois les 50 milliards dans l’ agriculture, l’ agro-alimentaire, l’ élevage, la pêche, dans l’ éducation, dans la santé, dans les nouvelles technologies, créer d’ autres centres de recherches avec le concours des compétences algériennes, développer les banques, la finance, etc… ce qui implique la production, l’ auto-suffisance, l’ exportation, la création d’ emploi, la richesse par le travail, la créativité. Nous devons vivre par notre travail et non pas par perfusion.




    0



    0
    5colonne
    23 mars 2017 - 6 h 01 min

    50 milliards ? COMBIEN IRAS
    50 milliards ? COMBIEN IRAS DANS LEUR POCHE J’APPEL CA UN BRAQUAGE DECLARÉ ,L’ORANIE LES ENVAHISsEUR DISENT C’EST UNE REGION PACIFIÉ ET LIBERER C’EST UNE REALITE




    0



    0
      Nora
      24 mars 2017 - 8 h 31 min

      Ceci explique cela alors! ils
      Ceci explique cela alors! ils placent un repris de justice, traitre par dessus la barbe à la tête de sonatrach pour siphonner les fonds du tiroir!!!étant gouverné par des traitres, des renégats et autres va-nus-pieds de l´ouest, inconnus de l´histoire de la patrie. iI ne nous reste plus qu´â invoquer tous les saints de la terre-mère pour nous en débarrasser!!!




      0



      0
    Anonymous
    22 mars 2017 - 21 h 46 min

    Pourquoi les déclarations de
    Pourquoi les déclarations de politique de l’entreprise se font toujours à Oran ? Le siège social à changé de lieu ? Alger est toujours notre capitale ?
    C’est pour être plus proche de Khellil Hemche Bedjaoui les escrocs ??*




    0



    0
      anonyme
      23 mars 2017 - 4 h 41 min

      Vous avez raison.
      Vous avez raison.




      0



      0
    Anonyme
    22 mars 2017 - 21 h 08 min

    Nous ne demandons qu’à vous
    Nous ne demandons qu’à vous croire mais nous n’y arrivons pas.
    Eh oui c’est comme ça hélas.




    0



    0
    el wazir
    22 mars 2017 - 20 h 58 min

    il ne faut pas perdre de vue
    il ne faut pas perdre de vue que les premiers investissements a réaliser, sont : -L’aboutissement de tous les projets lancés et par la suite oubliés, -Les opportunités d’investissement et de croissance nouveaux devront etre terminés dans les délais (des délais non respectés sont synonime d’opportunités gachée) de meme pour les opportunités d’investissement a l’étranger – La dynamisation et l’exploitation avec rentabilité la réelle ‘ampleur de son potentiel d’activités existant (notamment de production);
    il est évident que la réussite de SH dans ses activités, dépend de plus en plus de ses capacités à gérer efficacement ses Ressources humaines et surtout ses compétences, afin que que chacun dans l’organisation puisse travailler avec autant de productivité que d’efficacité (il y a lieu de souligner l’importance de la pléthore a SH, lesquels handicape l’entreprise a réaliser de la valeur ajoutée dans son activité propre (si ce n’est le prix du baril particulièrement avantageux), comme elle a besoin d’éliminer les pratiques obsolètes de ses effectifs (paresse, absence au travail, bureaucratie, …etc) .
    Aujourd’hui SH a besoin plus que jamais a relever le défi de valoriser son cœur de métier, tout en améliorant sa rentabilité et sa croissance, car diversifier l’économie nationale et réduire notre dépendance au pétrole, devra commencer a SH en premier lieu.
    Comme il est recommander a SH de mettre a niveau son système d’information qui devra intégrer toutes les structure et filiales de l’entreprise et offrir la possibilité a la direction de renforcer ses capacités de procéder de façon globale afin d’améliorer sa compétitivité et apporter de la valeur ajoutée dans son activité propre et disposer de disposer rapports de meilleure qualité et mieux actualisés, ceci devra permettre a chacune des décisions de la direction d’avoir une incidence sur la valeur des actions entreprises




    0



    0
    Rascasse
    22 mars 2017 - 20 h 53 min

    Voilà le pourquoi du comment
    Voilà le pourquoi du comment




    0



    0
    Anonymous
    22 mars 2017 - 20 h 46 min

    50 milliards pour les voleurs
    50 milliards pour les voleurs avides de pétrole que refusent de lâcher le pouvoir, ils ne voient le développement que dans le pétrole alors que les caisses de l’état sont presque vides et les prix du pétrole sont extrêmement bas. Ce régime illégitime n’a pas le droit d’investir 50 milliards dans le pétrole en chute libre, alors que d’autres créneaux économiques sont complètement délaissés.




    0



    0
    Anonymous
    22 mars 2017 - 20 h 24 min

    Arrêtons de penser pétrole!
    Arrêtons de penser pétrole! Investissons dans les activités productifs, développons notre agriculture, les TIC,…
    Les énergies fossiles doivent servir développer aux investissements productifs, aux générations futurs et aux fonds souverains afin d’investir en Afrique.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.