Anniversaire de l’écrivain Mouloud Mammeri : un riche programme durant l’année 2017

L'écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri. D. R.

La célébration du 100e anniversaire de la naissance de l’écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri a été adossée à un programme riche étalé sur toute l’année 2017, a assuré mercredi à Béjaïa Si El-Hachemi Assad, secrétaire général du Haut Comité à l’amazighité (HCA). Dans une conférence de presse animée à la nouvelle bibliothèque principale de la ville, M. Assad, accompagné des membres du comité scientifique et de coordination du centenaire, a décliné les moments charnières de cette manifestation, qui va alterner les rencontres littéraires, cinématographiques et théâtrales, des caravanes livresques, des colloques scientifiques et des festivals de poésie, ponctués par des visites et des concours dans certains établissements scolaires.

Le programme reste, par ailleurs, ouvert aux initiatives en vue de donner à la célébration un éclat et un rayonnement qui soient à la hauteur de l’homme, a tenu a souligné le SG du HCA, qui, pour la circonstance, entend réaliser divers projets pour faire mieux connaître le personnage, son oeuvre et son parcours. Il évoquera à ce titre la réédition de quelques-uns de ses ouvrages, notamment La colline oubliée, L’opium et le bâton, Le banquet, Le sommeil du juste et La traversée, l’édition des traductions en tamazight de quelques-unes de ses œuvres, à l’instar de la pièce de théâtre Le foehn, des poèmes kabyles anciens et d’autres qui seront réunis en coffret et coédité en commun par une association composée du HCA, de la maison d’édition Dar El-Outhmania et le ministère de la Culture.

D’autres projets, notamment le doublage en tamazight du film L’opium et le bâton du réalisateur Ahmed Rachedi, la mise en place d’un site web en collaboration entre le HCA et l’APS consacré au centenaire, font également partie de ce programme, a expliqué M. Assad, qui a évoqué dans ce sillage l’association de l’évènement à divers festivals culturels nationaux.

R. C.

Comment (2)

    Anonymous
    25 mars 2017 - 8 h 20 min

    Pourquoi dés qu » il s’agit
    Pourquoi dés qu » il s’agit de cet écrivain et de la culture algérienne berbère amazigh en général , on charge le HCA , du « Dossier » comme les anciens « bureaux arabes » de la Coloniale .. l’Algérie nation berbère ou colonie saoudienne .. il faut le dire une fois pour toute !!




    0



    0
    TAYEB EL DJILLALI
    24 mars 2017 - 9 h 40 min

    L HOMMAGE DIGNE EST DE
    L HOMMAGE DIGNE EST DE REFAIRE LE FILM L OPUIM ET LE BATON EN EVACUANT LE MOT ABBAS MAIS AMIROUCHE ET RESTITUER AUX PERSONNAGES LES PRENOMS AUTHENTIQUES DU LIVRE A SAVOIR AKLI IDIR MHENNI MOKRANE AREZKI ET NON KADDOUR BACHIR MOHAMED INEXISTANT DANS LE LIVRE. ON SAIT QUE AHMED RACHEDI A RECU LES INSTRUCTIONS DE BOUMEDIENNE QUI AVAIT PEUR DE AMIROUCHE MEME MORT . C EST AVANT TOUT CA QUE DEVRAIT FAIRE LE HCA ET ENFIN PUBLIER LA LETTRE DE MOULOUD MAMMERI ECRIT AU TORCHON EL MOUDJAHID QUI L AVAIT INSULTE . BANDE DE MECREANTS ET DE FAUSSAIRES.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.