Le RND appelle l’Etat à ne pas renoncer à son rôle moteur du développement

Ahmed Ouyahia. D. R.

Le Rassemblement national démocratique (RND) admet la gravité de la crise, mais appelle les hauts dirigeants à ne pas désengager l’Etat de son rôle de promoteur du développement. Poursuivant la publication par chapitre de son programme électoral pour les élections législatives du 4 mai prochain, le RND estime plus que nécessaire de maintenir et d’adapter le rôle moteur de la dépense publique d’investissement.

Il considère que le recul des recettes du Trésor ne doit pas désengager l’Etat de son rôle de promoteur du développement humain et infrastructurel, ni de son statut actuel de moteur du développement économique à travers la dépense publique d’investissement. Le parti d’Ahmed Ouyahia prône ainsi la rationalisation des dépenses. Il plaide ainsi pour la concentration de la dépense publique d’investissement sur la finalisation des programmes déjà décidés, notamment dans le domaine du développement humain, et la concentration des dépenses nouvelles sur l’entretien des infrastructures déjà réalisées et l’amélioration de leur gestion.

A cela s’ajoutera un effort pour le développement des villages et des quartiers avec la réalisation et l’entretien des routes, des réseaux d’eau et d’assainissement, ainsi que des infrastructures de santé. «Ces programmes amélioreront les conditions de vie de la population et seront réalisés par des entreprises algériennes», estime le RND, qui s’oppose également, comme nous l’avions déjà rapporté, à l’endettement extérieur et défend l’urgence d’une transition économique. Le parti d’Ahmed Ouyahia s’engage dans ce sillage à œuvrer à lever tous les obstacles bureaucratiques qui freinent l’investissement productif. Il estime qu’il faudra retarder l’intégration à l’OMC, mais aussi le démantèlement total des barrières douanières avec l’Union européenne.

Sonia Baker

Comment (5)

    Hamid
    24 mars 2017 - 14 h 25 min

    Le RND s’appelle lui meme ou
    Le RND s’appelle lui meme ou quoi ? Ouyahia est « conseiller » de fakhamatouhou. et ce qui est appelé « RND » est une aile du poivoir pour la distribution de la rente.




    0



    0
    Nora
    24 mars 2017 - 9 h 10 min

    Je me suis arrêtée à la
    Je me suis arrêtée à la lecture du titre, il ne sert à rien d´aller plus loin, mes cheveux se sont dressés sur la tête de hargne, de dégoùt et surtout d´impuissance!!! Le gus parle d´un Etat moteur de DEV !!AW!!!!!!!!!!!! le seul dévelopement dépuis l´an zero est celui de l´investissement ´outre- mer´ des paltoquets du pouvoir, le seul développement est l´arnaque de tous les temps sur un peuple pacifique et génereux, le seul développement est l´instauration de la chkara depuis 99 et les valises pleines qui sortent par avion, le seul développement est la casse de tout ce qui est intelligent, cérébral, digne, compétent et surtout patriote, et la pullulation de gros lards, ´bougredanes´ et ´bougredandouilles´ analphabètes à en mourir de honte par les temps qui courent et qui s´affichent ´bla hachma´leur cervelle avoisine le poids nul et leur suffisance braverait mm Merkel par manque de neurones!!! le seul developpement est leur poids sur la balance de l´ignorance, la bêtise et l´esbrouffe!!! si ce n´est la gravité de la conjoncture, c´est à s´eclater la râte de rire! Le developpemnt ya si hmimed sont vos acquisitions des ´techniques nouvelles´, de pointe mêmepour vider la patrie et de ses enfants -authentqiues- et de ses richesses!!
    Ya si hmimed de la dernière heure, ailleurs ´rahom´ occupés à trouver d´autres lieux dans l´espace pour l´occuper, soucieux du bien être de l´humanité tandis que toi, tout petit de tête, trouve encore le moyen de berner un peuple, valeureux entre les mains indélicates!!! occupe-toi de London et comment y verser encore qques sous pour tes rejetons et laisse-nous au moins noyer notre indignation et notre frustration de voir un jour le pays lever sa tête et débarrassé des sangsues ´binatna´ sans au moins voir ta gueule

    ps/ Le tutoiement est un des signes de mépris envers l´autre.




    0



    0
    Anonymous
    23 mars 2017 - 18 h 47 min

    le RND appelle ses frères la
    le RND appelle ses frères la FLN a racketter un peu plus les modestes citoyens pour subvenir aux besoins de la classe dirigeante;la flambé de l’euro et le dollars par apport au dinars et la baisse de prix de pétrole aggrave la situation de ces pauvres dirigeants;ils ne vivent pas en algérie la majorité vient en europe et en particulier en france;déja y’a environs cent cinquante médicament qui manque dans les pharmacie;et nos malades souffre de plus en plus;monsieur belahmar a fermé sa clinique;et la solution;quel courage quel culot;quel visage qui osent se moquer de ses propre citoyens;




    0



    0
    Tikherbichine
    23 mars 2017 - 17 h 04 min

    …. « Le RND appelle l’Etat à
    …. « Le RND appelle l’Etat à ne pas renoncer à son rôle moteur du développement » … Non mais il continue à se foutre de notre gueule ce bourourou de Ouyaya. Il ne sait que quand il s’adresse à « l’Etat », il ne fait que s’adresser à lui-même, à se parler à lui-même, puisqu’il est l’Etat, il est le pouvoir, il est au commande sous les ordres et le «baise main » à Bouteflika, notre rab edzaier ! Mais ya bourourou, l’Etat c’est toi, le pouvoir c’est toi, les grandes décisions c’est toi (avec quelques autres qui se compte sur les doigts d’une seule main) donc faites ce qu’il vous plait, ne nous embêtez pas, ne nous dérangez pas, nous les citoyens, car on a d’autres chats à fouetter (inflation folle des prix des fruits et légumes, des boissons, de l’électricité, du gaz, de l’essence, du manque de médicaments, de la désorganisation et du mauvais fonctionnement de nos hôpitaux, du transport etc..etc.. , donc laissez nous tranquille, c’est un conseil qu’on vous donne !




    0



    0
    lhadi
    23 mars 2017 - 16 h 07 min

    Face aux remous de notre
    Face aux remous de notre époque agitée, le pays doit avoir un Président de la république en excellente forme physique et morale qui, tel un bon navigateur, doit savoir bien tenir le gouvernail et posséder la science de manœuvre ; celle qui oblige à louvoyer pour prendre les vents porteurs ou à biaiser pour éviter les écueils. Le pays est au bout du gouffre et il lui faut un excellent guide pour le conduire au salut. Le pays frôle l’abîme et il a besoin d’une politique de redressement national. Ainsi, face aux progrès de l’intelligence et aux exigences, le présent et l’avenir sont liés au devenir de deux qualités majeures : le dévouement et la compétence mises entre autres au service des stratégies de transition vers la justice globale à partir des injustices existantes. La crédibilité d’un homme d’Etat se juge sur son attitude face aux événements et sa capacité à résoudre les problèmes.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])
     




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.