Benbitour souhaite une «grande percée» des islamistes aux législatives

Benbitour a souhaité «une présence plus forte» du courant islamiste à l'APN. New Press

Dans un entretien accordé au site de la chaîne qatarie Al-Jazeera, l’ex-chef de gouvernement Ahmed Benbitour, qui ne se dit pourtant pas islamiste, a souhaité «une présence plus forte» du courant islamiste dans le prochain Parlement afin, dit-il, qu’«il puisse transmettre, de l’intérieur des institutions, ce désir de changer le système politique». Benbitour justifie son souhait par la paralysie qui empêche, selon lui, l’institution législative de jouer jusqu’ici pleinement son rôle et qui fait qu’aucun projet de loi émanant de l’APN n’a été adopté.

Interrogé sur le rôle que peut jouer l’armée dans le changement auquel ils aspirent, lui et ses partenaires de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD), l’ex-ministre des Finances dit ne rien attendre d’une institution qui «obéit à une organisation particulière et à une réglementation qui lui impose des conditions clairement définies dans toute intervention». Et de poursuivre : «Tout ce que nous attendons des tenants du pouvoir est qu’ils soient conscients du danger qui guette le pays, et nous attendons des citoyens qu’ils expriment avec force, mais pacifiquement, leur revendication d’un changement de système.»

Sur la question de «la vacance de pouvoir», Ahmed Benbitour dira que «les périls sont tels qu’il faut réclamer un changement du régime politique, et ne pas se contenter d’un changement de personnes». C’est pourquoi il ne veut pas perdre son temps à «parler de la vacance du poste de président».

Dans la même foulée, Benbitour affirme que tous les indices d’un Etat «failli» sont aujourd’hui réunis en Algérie. Il en énumère cinq : l’institutionnalisation de la médiocrité et de l’immobilisme, le culte de la personnalité, l’institutionnalisation de la corruption, concentration de la prise de décision entre les mains d’un groupe de personne qui se substitue ainsi aux institutions compétentes et, enfin, le morcellement des pôles de décision au sein du pouvoir.

R. Mahmoudi

Comment (72)

    AMAR MOKHNACHE
    8 mai 2017 - 12 h 51 min

    Personnellement je pense que
    Personnellement je pense que la couleur politique importe peu si la tendance vers le changement en sera l objectif principal…par changement il faut entendre LA FIN DE L IMPUNITE !
    LE probleme actuel c est que l algerien se sent seul ! tres seul! il doit toujours avoir un parain pour acceder a ses droits legitimes! il voit devant lui des « elus « du peuples ABSOLUMENT non concernes ni par ses « ennuis  » et ils sont tres nombreux ni par ses joies! il « grandit » pour grandir, vieillir …mourir….On lui impose un cadre ou il lui est interdit
    de « faire quelques choses » et pourtant il y a beaucoups de choses a faire…..il y a la masse …mais le processus d emergence de l elite pour l animer , l encadrer , la faire emerger vers des objectifs grandioses a meme de la faire valoir , de la quoter dans le « concerts  » des valeurs…le pays est devenu une cartographie pleine de case dirigeantes et de cases dirigees ou abondonnees a son sort..les centres de productions d idees aussi se sentent orphelins..personne ne veut de leurs travaux! a t on vu un candidat exploiter une « etude sociologique » de l electorat, …le candidat, l elu, n a comme projet que de remplir la case dirigeante pour acceder dans l environnement dirige qui gravite autour…dans ce contexte la couleur politique aussi bien des islamistes partisants de l aplaventrisme que des « democrates » dont l itineraire ne fera jamais oublier la trahison de 1992 soutenant l arret du processus electoral et qui a coute plus de 2000000 MORTS N A AUCUNE IMPORTANCE..LE PREMIER OBJECTIF URGENT EST DE METTRE UN TERME A L IMPUNITE ET DE METTRE EN VALEUR LE CONCEPT DE RESPONSABILITE COMME CA ON SENT QU IL Y A QUELQU UN NONT PAS POUR REPRIMER SEULEMENT MAIS POUR VENIR EN AIDE QUAND IL FAUT…




    0



    0
    Anonymous
    6 mai 2017 - 11 h 39 min

    Oh mon dieu, ils sont tous
    Oh mon dieu, ils sont tous les mêmes.
    Juste parler avec les qatariens ce  » Benbitour » devient islamiste en souhaitant «une présence plus forte» du courant islamiste à l’APN. Pourqoui Mr n´as pas souhaiter la presence plus forte des independants, et d´autres partis anti systeme? Il a montré sa face cachée. Les islamistes ont montré leurs visages durant la decennie noir.Est ce qu´on peut leurs donnés encore confiance à ces retrogradés pour une nouvelle decennie noir? s´ils ne sont pas content en Algerie alors qu´ils aillent chez leurs maîtres Seoudiens, qatariens et turques car c´est de cela qu´ils s´inspirent pour essayer de nous faire avaler la pire dictature islamique. Au diable islamistes, heureusement qu´on a connu l´ islam avant de connaître ces energumènes vide de personalités et qui s´accrochent à la religion pour des interêts personels. L´islame de la tolerance mais pas politique nous a été inculquer dans le quotidien et il fait parti de notre relationel .Donc on est anti islamiste et surtout contre vos geules de traîtres et de rusés.
    Allez-y voir ailleurs en Arabie les gens qui vous ressemblent pour vous vous assembler.
    De grâce quitter cette Algerie et on aura pas mal de problème qui vont êtres immediatement resolus.

    :-))




    0



    0
    memoi
    29 mars 2017 - 18 h 16 min

    tu explique l’eau par l’eau,
    tu explique l’eau par l’eau, toujours la fuite en avant , si tu a un probleme avec les islamistes c’est ton affaire, mais n’insulte pas les gens, tu n’a pas m’expliquer qui que ce soit parceque tu est un extremiste, tu ne peux pas utiliser la logique parceque tu est borné entre l’orgeil et l’insulte.tu me fait rire tu ne fais repeter les conneries des autres grain et epi de blé tu es vraiment myope , tu ignore les grandeurs physiques. stop et fin.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.