Le FFS met en garde à partir de Ghardaïa contre les dangers de «l’exclusion»

Abdelmalek Bouchafa : «Le patriotisme, c’est la consécration de la démocratie». New Press

Le premier secrétaire du FFS, Abdelmalek Bouchafa, a dénoncé à Ghardaïa les entraves administratives et judiciaires dressées contre le parti dans cette wilaya et dans bien d’autres. «Nous sommes ici non pas pour faire campagne pour nos candidats, mais plutôt pour se solidariser avec eux, car empêchés par des procédures administratives et judiciaires viciées. Nous mènerons donc campagne contre l’exclusion. D’ailleurs, comme aujourd’hui ici dans la vallée du M’zab, nous irons ailleurs dans d’autres wilayas dans lesquelles le FFS a été également empêché de présenter ses candidats», assure M. Bouchafa, qui conduisait une délégation du parti composée notamment du chef du groupe parlementaire et de membres du secrétariat national. Le FFS veut à travers cette action démontrer que sa campagne ne se limite pas aux législatives et au nombre de sièges à décrocher. Elle concerne l’avenir de plus en plus incertain de l’Algérie.

Abdelmalek Bouchafa a réitéré lors de ce déplacement dans la vallée du M’zab l’entière solidarité du FFS avec tous ceux qui ont été victimes du harcèlement judiciaire du pouvoir, dont certains cadres et militants du parti. «Nous rejetons et nous condamnons toutes les menaces et les harcèlements judiciaires, toutes les formes de violences ciblant les citoyens et les militants et les cadres du FFS. Nous rappelons une fois de plus au pouvoir que la répression et l’exclusion génèrent l’extrémisme et la violence», souligne le premier secrétaire du plus vieux parti de l’opposition, considérant dans ce sillage que «l’exclusion est l’allié objectif des menées extérieures dans la région».

Abdelmalek Bouchafa estime que «le patriotisme aujourd’hui, c’est la consécration de la démocratie afin de permettre au pays de se construire sur des bases solides et de faire face aux défis du développement». «Nous sommes porteurs d’un projet politique et stratégique pour préserver l’Algérie de tous les aventurismes», a assuré Abdelmalek Bouchafa, qui salue «la fondation Amidoul de ksar Tafilalt et à travers elle toutes les initiatives de bonne volonté qui ont pu ramener la paix dans la vallée du M’zab. Le premier secrétaire du FFS est revenu sur le mot d’ordre de la campagne électorale du parti «Pour un consensus national et populaire». Il assure que seule la reconstruction de ce consensus est capable de faire sortir le pays de la crise et de l’impasse «mortelle» dans laquelle il se trouve depuis des années.

Sonia Baker

Comment (8)

    bougamouss
    12 avril 2017 - 7 h 35 min

    Le FFS n’a rien à faire à
    Le FFS n’a rien à faire à Ghardaïa…




    0



    0
      Anonymous
      12 avril 2017 - 8 h 46 min

      @BOUGAMOUS : c’est ton roi
      @BOUGAMOUS : c’est ton roi Salmane ibn Saoud qui a à faire à Ghardaïa ?? ou son parrain Netanyahoo ?




      0



      0
    Fatima
    12 avril 2017 - 6 h 19 min

    Je mets en garde, tu mets en
    Je mets en garde, tu mets en garde, il met en garde, nous mettons en garde, ils mettent en garde. Et ainsi de suite et ainsi de suite jusqu’a perdre la voix et a vie « politique » continue.
    Va raconter test salades chez les endormis.




    0



    0
    Mindjibalina
    11 avril 2017 - 13 h 23 min

    Une grande symbolique que
    Une grande symbolique que cette visite à la wilaya de Ghardaia qui signe le regain et l’intérêt des questions de solidarité exprimées pour cette wilaya meurtrie et blessée et qui doit renouer avec sa sagesse et sa tolérance séculaires. Cette partie intégrante de l’Algérie à été de tout temps stigmatisee, et visée par l’ignorance et le salafisme wahabite. Elle doit se diriger maintenant vers une véritable réconciliation entre l’ensemble de ces enfants loin de la manipulation des salafistes et des cadres de l’état qui pêchent par leur zèle et certaines de leurs initiatives qui compliquent davantage la situation. Ghardaia nécessite une solution politique et non sécuritaire. Pour cela le FFS est le mieux outillé.




    0



    0
    tangoweb 54
    10 avril 2017 - 16 h 27 min

    Vous n’êtes pas les
    Vous n’êtes pas les bienvenues a Ghardaia, ce fut un temps ou cette ville vivait dans la paix et la sérénité, malheureusement depuis votre arrivé vous FFS et celle du RCD, les problèmes et la déstabilisation ont commencé, vous avez semer la haine et les séparatisme entre les citoyens d’ une même région, ce que vous n’avez pu réaliser dans les Aurès,ni chez les Touareg encore moins chez les Chnaoua vous avez pu malheureusement le faire Ghardaia.Je pense que l’état a bien fait de mettre un terme a la dérive sectaire a Ghardaia.




    0



    0
      GO
      11 avril 2017 - 7 h 43 min

      @TANGOWEB : il est préférable
      @TANGOWEB : il est préférable pour vous d’aller cuver ta haine anti-berbère ailleurs et voir un peu ce que fait ton pays et ton Roi comme massacres au Yemen et en Syrie et même dans ses prisons sur son propre territoire ,avant de venir parler avec arrogance sur les Berbères pour essayer de les diviser .. t’en fais les berbères algériens sont d’accord sur l’Essentiel et savent ce qu’ils veulent : ne jamais être les esclaves des saoudien et leurs mercenaires de ton espèce .. VA VOIR AILEURS , on a pas besoin des leçons d’un mercenaire comme toi




      0



      0
    Anonymous
    10 avril 2017 - 12 h 15 min

    Roh a mi roh l’ffs yemouth…
    Roh a mi roh l’ffs yemouth…….patience Mrs du neo-ffs=RHB= Rassemblement Hybride Bahlouliste dans quelques jours le pouvoir vous jettera votre OS en vous attribuant votre QUOTA de sieges et ainsi vous pourrez jouervotre role dans l’orchestresymphonique qui nous jouera encore et toujours votre rituelle VALSE des pleureuses pour crier au loup et a la fraude




    0



    0
    muhand
    10 avril 2017 - 8 h 53 min

    Tu nous donnes la nausée Mr
    Tu nous donnes la nausée Mr Bouchafa. Participer à cette élection est une allégeance au système. Remarque le FFS a toujours été l’associé utile pour diviser la Kabylie. Nous, les Kabyles, avons encore une fois de plus raté l’occasion de nous démarquer de cette mascarade électorale en appelant au boycott. Il aurait fallu non seulement refuser de participer à ce carnaval mais en plus interdire par tous les moyens aux partis traîtres de présenter des listes en Kabylie. La démocratie c’est d écouter la majorité silencieuse. La Kabylie na jamais voté au delà des 10%, les 10 % qui cullotte baissée votent, le font pour quelques imbéciles, par intérêts personnels , pour d’autres, ils le font par l’étroitesse de leur cervelle , en fait ils sont incapables de penser par ceux mêmes.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.