Le RPK répond à Rabah Boucetta

Par Tahar Khouas – N’étaient-ce les affirmations mensongères qui ont été portées par M. Boucetta sur le RPK sur une question aussi fondamentale que les événements de 2001, cette réponse n’aurait, à la limite, pas été nécessaire. Mais ses propos sont graves et les insinuations encore plus pour passer sous silence une déclaration qui laisse entendre que le RPK a fait acte d’«oubli» délibéré des événements du printemps noir. Pour quelqu’un qui s’évertue à faire dans l’analyse politique la moindre des choses est de maîtriser son sujet par la connaissance, à tout le moins, des documents quand il les cite. Son passage, dans la très officielle agence APS devait normalement le familiariser sur les principes de gestion des sources de l’information et l’astreindre à la rigueur journalistique.

Mais comme ce n’est malheureusement pas le cas, nous rappelons à notre «analyste politique» que la déclaration d’existence politique du RPK, du 24 février dernier, affirme de manière explicite que son texte fondateur reste le «manifeste pour un statut politique particulier de la Kabylie». Et si on veut faire bonne lecture, voilà les termes que nous avons utilisés sur le printemps noir : «En avril 2001, le pouvoir entre dans une nouvelle étape de provocation-répression qui se solde par l’assassinat, dans l’impunité totale à ce jour, de 128 jeunes Kabyles. Le 14 juin 2001 à Alger, le pouvoir a démontré ses tentations génocidaires en lançant une véritable chasse aux Kabyles venus pacifiquement, à l’appel du mouvement des Archs, remettre leur plateforme de revendications, en organisant la plus grande marche de l’histoire du pays. Cette fracture à laquelle le pouvoir a poussé volontairement, en dressant de manière machiavélique et irresponsable les Algériens les uns contre les autres, est inscrite à jamais dans notre mémoire collective.»

De tout ce qui a été écrit par les uns et les autres sur les événements de 2001, on ne peut pas dire, sauf à vouloir faire dans la fourberie et le déni, que ce qui vient d’être cité dans notre texte fondateur participe de l’«oubli» de cette période tragique. Si nous étions dans l’exhibition ou l’instrumentalisation politique, que M. Boucetta sache bien que cette réponse aurait pu lui être faite par un cadre dirigeant du RPK dont le corps porte de manière indélébile les traces de deux balles qu’il a reçues au cours du printemps noir ! Au cours de la convention politique que nous avons tenue, un débat a eu lieu sur l’hommage à rendre aux martyrs de la Révolution de 1954 et aux martyrs du printemps noir, tout comme à toutes les autres victimes de la Kabylie. Après concertation, il a été décidé, à l’unanimité, de ne pas les distinguer, et c’est pour cette raison que nous avons terminé notre déclaration finale par : «Gloire à tous nos martyrs !»

Parce que nous ne trichons pas avec l’histoire, parce que nous nous interdisons de faire dans le révisionnisme, nous en affirmons que ceux qui ont la paternité sur la conduite politique des événements de 2001 restent les animateurs du mouvement citoyen (les Archs), et que le projet politique porté, alors, a été incontestablement incarné par la «plate-forme d’El-Kseur» dans une vision nationale. Le mouvement autonomiste kabyle, auquel ont participé certains de nos cadres en qualité de membres fondateurs, même s’il a vu le jour durant cette même période, n’a pas eu d’emprise significative pour revendiquer une quelconque légitimité sur la mobilisation des citoyens en Kabylie face au pouvoir, tant sur le plan politique que sur le plan de la contestation sur le terrain (émeutes).

Concernant les élucubrations de M. Boucetta sur la création du RPK, nous l’invitons à ne pas transposer une haine aveuglante qu’il a sur M. Saïd Sadi, son ex-chef, en leitmotiv politique au risque de sombrer dans la paranoïa politique. Le RPK a été fondé de manière souveraine, transparente et démocratique par des autonomistes kabyles. L’appel à la convention politique, rendue public le 30/12/2016 peut, à lui seul, témoigner que la démarche que nous avons adoptée est celle de l’ouverture et de la transparence. Dans cet appel, nous avons explicité nos objectifs politiques et organiques de manière claire, ce qui nous permet de dire que si certains ont enregistré la création du RPK comme une surprise, ils ne la doivent qu’à leur manque de discernement. Les plus avisés, par contre, savent que le projet était en gestation depuis 2011.

Concernant le choix du sigle, RPK, permettez-moi de témoigner que même à ce niveau, la question a été soumise au débat, et que c’est à l’issue d’un vote démocratique que le sigle RPK a été adopté en «compétition» avec d’autres sigles proposés. Certains des participants ont émis le vœu de faire apparaître le terme autonomie ; d’autres ont insisté sur le concept démocratie mais, finalement, l’idée de rassembler la Kabylie a été plus forte que tout. Cette valeur de rassemblement nous accompagnera dans toutes nos actions en direction de tous ceux qui peuvent transcender leurs différences pour la sauvegarde des intérêts de la Kabylie.

Après avoir donné une filiation quasi notariale du RPK à M. Saïd Sadi pour construire les justifications de ses analyses aussi farfelues qu’imaginaires, M. Boucetta fait dans la «prospective» et passe vers une autre idée où il laisse entendre que la création du RPK résulte d’un besoin de négociation avec le pouvoir et contrecarrer le MAK. Nous pouvons comprendre que quelqu’un qui a échoué dans la création d’un mouvement politique ne puisse imaginer la création d’un mouvement politique que pour servir de strapontin ou d’offre de service mais concevoir ce procédé, par contre, comme une démarche communément partagée, il y a des insultes que tout le monde ne peut accepter. Que les choses soient claires, le RPK n’aura à négocier avec le pouvoir algérien qu’une seule chose : un statut particulier accordant une large autonomie de la Kabylie et, bien entendu, après qu’il eut reçu le mandat du peuple kabyle de manière souveraine. Nous n’avons jamais mangé dans la main du pouvoir pour développer une quelconque nostalgie de ses prébendes.

Au lieu de s’interroger de manière lucide sur ses entreprises politiques avortées, M. Boucetta s’ingénie à les transférer désespérément sur les autres, oubliant que pour faire de la politique, la vraie, il faut avoir un projet et non pas un adversaire à descendre. Une dissidence politique peut, pour une période donnée, constituer une raison d’être mais l’ériger comme perspective, c’est ruminer désespérément ses déboires pour étaler dans le temps son incapacité à se relever de l’échec.

Tahar Khouas
Membre de la direction du RPK

Comment (21)

    yiwen
    11 avril 2017 - 12 h 24 min

    je connaissais pas ce rpk je
    je connaissais pas ce rpk je l’ai jamais vu personne ne le connais on l’a jamais vu par contre je me connaissais le MAK




    0



    0
    H. Gaia
    11 avril 2017 - 10 h 53 min

    Mr Boumedine,

    Mr Boumedine,

    Dans votre déclaration d’existence, vous n’avez pas soufflé un mot sur les assassinats commis par les gendarmes algériens lors du Printemps Noir. Votre déclaration d’existence n’est pas facile à trouver sur le Web.
    J’en ai un titre dans le matindz (http://www.lematindz.net/news/23487-agraw-i-tmurt-iqbayliyen-rassemblement-pour-la-kabylie.html), pas une pauvre trace des assassinats de Kabyles par les gendarmes, encore moins de les traduire en justice. Jusqu’à preuve du contraire, vous avez menti sur toute la ligne, menti sur les vrais défenseurs de la Kabylie (pour des miettes en plus ou par jalousie !!) à part « Gloire à tous nos martyrs » !!!
    Arrêtez de jouer avec le feu. Les Kabyles ont franchi une nouvel et grand étape. Un mémorandum va être déposé à l’ONU prochainement. Comparé au MAK-ANAVD, vous êtres encore au Moyen-Age. La Kabylie doit être indépendante. Elle a toujours été autonome pour sa survie, et ce malgré les attaques idéologiques, politiques et violences du pouvoir algérien.
    Laissez la Kabylie tranquille. Ses vrais enfants s’occupent de son destin.
    Sinon, dans votre projet, vous ferez quoi avec la langue arabe, devant le kabyle ou derrière ? La salafisation, l’islamisation de la Kabylie, vous allez les stopper ou les encourager ? L’école, elle sera laïque ou on garde la même ? On enseignera quoi comme histoire ? que OKBA et les Califes de damas étaient bien accueillis par Kahina et Koceila ou dire la vérité sur les combats qu’ont menés ces derniers contre les invasions barbares des bédouins d’Arabie ? Soyez clair dans vos objectifs




    0



    0
    jughurta
    11 avril 2017 - 10 h 41 min

    Vraiment je suis heureux de
    Vraiment je suis heureux de la création du RPK. An3am ih, 90% des Kabyles ne sont pas du tout daccord avec ce mehenni instinct et viscère de khada3. Nous n’ avons pas pu démontrer notre mécontentement profond à son égard car nous n’ étions pas médiatisés et que ça a était délibérément voulu ( par qui ??) tandis que le MAK
    lui, bénéficiait de toutes les grandes chaines médias. C’ est pour cela que l’ ambiguïté c’ est installé sur la Kabylie. Avec le RPK, maintenant c’ est une tout autre paire de manche. Oui voyez clair, tous les Kabyles ( hors MAK) détestes profondément le gouvernement marocains et son compère, le gouvernement israelien, c’ est comment dire, dans nos gênes, il est impossible de travestir cela, vous pouvez vous faire berner un temps soit peu, l’ instinct lié à la raison vous rattrape tôt où tard. C’ est une véritable libération pour les non makistes, Il y ‘ en avait assez de donner à manger aux porcs, les putrides pervers, les sales d’ esprits, les hassasd, les jaloux, les envieurs, sales et lâches anti Kabyle trouvant ce prétexte (mak mhenni) pour baver sur la Kabyle avec leur salive radio-active ( le chien aboie, la caravane passe). Assez aussi de voir le MAK être l’ outil de chantage du Makhzen marocain. Du style vous nous emmerdés avec le Sahara Occidental, on va vous emmerder avec la Kabylie indépendante, vous comprenez maintenant mes frères ? Tous cela est piloté et ça viens de loin, tres loin. Il y a aussi un autre cheminement malsain, celui ci est israelien. Suivez bien : israel nous haï profondément par rapport à notre positionnement avec la Palestine indépendante. Alors pour nous faire chier, ils se sont servi du MAK pour nous porter atteinte a travers le maroc leur pays frère. Ils sont deux pays vraiment alliés contre nous corps et âme, unis pour la même cause, la destruction de notre pays par éboulement et effritement en utilisant uniquement la Kabylie comme chantage avec la parfaite soumission servile de mhenni ( mhenni qui a une haine vociférante à l’ égard des berbères arabophones et de notre Armée. Nous leur avons enlevé l’ occasion de continuer leur utopie pervers ( taghenent) à travers le RPK en leur démontrant une bonne fois pour toute que la les Kabyles étaient PRO SAHARA OCCIDENTAL ET ÉTERNELLEMENT ATTACHÉS A LA CAUSE PALESTINIENNE ET A LEURS MALHEURS DU COLONIALISME QUE NOUS AVONS CONNU DANS LE PASSÉ . Voila mon analyse. Si un journaliste professionnel pouvait améliorer mon analyse se serait super. A3tikom saha. Salam.




    0



    0
      Anonymous
      12 avril 2017 - 10 h 29 min

      tu es un jugurtha taa Taiwan
      tu es un jugurtha taa Taiwan , 2eme choix




      0



      0
        jughurta
        13 avril 2017 - 11 h 24 min

        Je n’ est que faire des
        Je n’ est que faire des pouces en haut ou en en bas. Tu es sans repères, donc sans attaches. J’ écris ça plait tant mieux, ça plait pas tant pis. Je ne suis pas diplomate moi. 1er choix, 2eme choix, 3eme choix, arrête de parler comme un tiers mondiste, ça me répugne.




        0



        0
    demarcations
    11 avril 2017 - 8 h 03 min

    RPK , MAK , RCD , pouvoir ,
    RPK , MAK , RCD , pouvoir , gouvernement partis wahabistes , anti-kabyles , pro -kabyles baathistes panarabistes résiduels , anti -berbères , berbéristes , terroristes islamistes , frères musulmans etc…. tout ce que disent ceux -ci et ceux -là en Algérie est accessoire par rapport aux tendances lourdes de l’Histoire en marche .. Tout ne se joue pas en Algérie mais au Moyen Orient .. Le destin des berbères (puisqu’il s’agit de ça ) se joue dans la guerre mondiale en cours en Syrie -Irak et dans tout le Moyen Orient entre l’Axe arabo-juif sous la conduite d’Israël et l’Arabie Saoudite et l’appui des USA et l’Axe Russo-perse avec l’Appui secret de la Chine ( et de l’Inde ) et ouvert des partis nationalistes euro-aryens chrétiens d’Europe Occidentale .. La situation des berbères en Algérie et en Afrique du Nord dépendra plus de l’issue de cette guerre et de ses conséquences que des palabres algériennes sur le Sujet Kabyle en particulier et berbère en général




    0



    0
    l'indépendant
    10 avril 2017 - 15 h 08 min

    Merci au RPK pour cette
    Merci au RPK pour cette réponse




    0



    0
    lhadi
    10 avril 2017 - 14 h 52 min

    « Celui qui naît têtard quand
    « Celui qui naît têtard quand il essaie de faire le saumon n’arrive qu’à être une loche ». Cette citation de W. Faulkner sied bien à cet « Erostrate des temps modernes » qui, dans le royaume du déshonneur serait, sans aucun doute, un roi. Ne lui en déplaise, les frontières de l’Algérie ont été définies par le sang d’un million et demi de martyrs. Ceux et celles qui veulent le meilleur pour l’Algérie savent que la source de tous les maux, de toutes les dérives, provient de cette mauvaise gouvernance qui s’inspire d’un logiciel branché sur le dix-neuvième siècle alors que la situation de toutes les régions d’Algérie impose d’épouser celui du vingt et unième siècle. A l’évidence, la politique de décentralisation ou de déconcentration doit intégrer les radars d’une nouvelle orientation politique que la situation rend nécessaire. Pourquoi ? Parce que la politique de décentralisation ou de déconcentration est une assurance tous risques contre les brasiers des régions déshéritées. Cette politique aura pour but principal de répartir harmonieusement sur le territoire la production des richesses. Elle visera à résoudre le problème de l’emploi, conséquence du développement très inégal des activités et des régions. Et en particulier, elle tendra à réaménager et réanimer les régions, à les rééquilibrer, et les faire sortir du sous-développement régional. Il n’est rien de plus normal et de plus indispensable que de donner les moyens et les prérogatives, que la constitution lui confère, à un gouvernement de compétences de jouer le rôle d’avant-garde qui fait de lui l’instrument indispensable des grandes transformations politiques, économiques, sociales, culturelles et morales qu’appelle notre temps. Dans cet esprit, et afin que l’intégrité de l’Algérie ne soit plus source de critique, j’invite, humblement et respectueusement, le Président de la république, affaibli par les choix politiques d’une vision dogmatique, de prendre acte afin que la maison Algérie s’affranchisse du pandémonium voulu et entretenu par les récipiendaires de l’absurde. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
      dziri
      11 avril 2017 - 15 h 19 min

      Entièrement d’ accord avec
      Entièrement d’ accord avec toi l’ hadi mais y a t-il « hayet liman tounadi ». Anyway « thanmirthikk afayen denidh tamurt thahwedj lekrar atarwas mara ».
      Je traduit : Merci pour tes propos, le pays a besoin de concorde et de tous ses enfants.




      0



      0
    Rachid Djha
    10 avril 2017 - 14 h 29 min

    Je ne sais pas ce veut de
    Je ne sais pas ce veut de plus ce RPK du moment que tous les postes de responsabilité politico-socio-economiques et même sécuritaires centraux et déconcentrés sont entre les mains de leurs sympathisants et autres ex militants du RCD. Je peux dire la même chose de la majorite des postes de haute responsabilité dans les administrations centrales et déconcentrées (Ministères- Wilayas-Dairats-communes…).
    D’ailleurs c’est pour cela qu’un pays aussi riche que le notre va si MAL.




    0



    0
      AZIZ
      10 avril 2017 - 16 h 05 min

      VOUS AVEZ DIT TRES HAUT CE
      VOUS AVEZ DIT TRES HAUT CE QUE 90% DES ALGÉRIENS PENSENT TRES BAS TELLEMENT LA CHOSE EST DEVENUE ÉVIDENTE.




      0



      0
        toutouche
        11 avril 2017 - 19 h 29 min

        quelle chose ?????????????
        quelle chose ?????????????




        0



        0
      Anonymous
      10 avril 2017 - 16 h 45 min

      Inutile de tenter de
      Inutile de tenter de détourner l’attention, le marochien, nous savons très bien que tes compatrotes d’Oujda tiennent le pays, et le RPK n’a rien à voir avec eux




      0



      0
        Mohamedz
        10 avril 2017 - 17 h 24 min

        Je pense que Rachid djha à
        Je pense que Rachid djha à dit une vérité qui blesse mais de là à le traiter d’esclave de maroki c’est trop facile surtout quand on estsait à court d’arguments. De toutes les manières cc’est bien Mohcine Belabbes qui a demandé à partir de Casabordel la réouverture des frontières du Haschich. Non ?




        0



        0
          Antalas
          11 avril 2017 - 11 h 27 min

          Et quand c’était Lakhdar
          Et quand c’était Lakhdar Brahimi qui, en sortant de chez le Président Bouteflika tout récemment, a dit la même chose que Mohcine Belabbes, quelle a été votre réaction??? Ou bien la même chose dite par un Kabyle et par un non Kabyle ne suivent pas le même traitement. Cela me rappelle le problème de la régionalisation (ne pas confondre avec régionalisme). Si mes souvenirs sont bons, le premier à avoir suggéré la refonte du découpage administratif de l’Algérie sur la base de la régionalisation (wilayas historiques au nombre de 6) fut le Colonel Boubnider. A ce moment là il n’y a eu aucun tollé, mais quand l’idée a été reprise par Said Sadi, une campagne hystérique a été déclenchée contre ce dernier.




          0



          0
      Sidali
      10 avril 2017 - 17 h 39 min

      Merci rachid pour cette
      Merci rachid pour cette implacable vérité. On appelle cela  »la dictature des minorités » et d’autres vous diront sur ces gens  » yakoul elghala wa issab el mela ».




      0



      0
        Antalas
        11 avril 2017 - 11 h 00 min

        Quand il fallait payer la
        Quand il fallait payer la facture du sang c’était « la minorité » qui l’avait payée. Tout le poids de la guerre de libération de l’Algérie a été supporté par la Kabylie et les Aures (14 colonels sur 26, qu’ a comptée la révolution) sont Kabyles!
        Aujourdh’hui plus de 26 walis sont originaires du même village de la wilaya de Tlemcen, sans compter du nombre de chefs de dairas et autres responsables. Alors « chcoun yakoul elghela????….




        0



        0
      Elguerroumi
      11 avril 2017 - 16 h 16 min

      Ils veulent le beurre , l
      Ils veulent le beurre , l’argent du beurre et la crémière.. الله يهد ما خلق.




      0



      0
      juba
      11 avril 2017 - 20 h 50 min

      Postes économiques plus ou
      Postes économiques plus ou moins car nous sommes mkhakh, politique pas du tout excepté les KDS plus baathistes que les baathistes d’orient.
      Ce que nous voulons c’est une Algérie algérienne qui ne nie pas sa race et ses racines africaines au profit des bédouins du hijaz qui sont la risée de l’humanité.




      0



      0
    Le Patriote
    10 avril 2017 - 14 h 08 min

    Pourquoi vouloir à tout prix
    Pourquoi vouloir à tout prix nous entretenir sur des sujets aussi insignifiants comme l’objet de cet article alors que nous avons besoin de débattre sur le comment protéger notre Algérie contre nos eternels ennemis que sont la Narco-monarchie de l’Ouest, cette France néo-colonialiste ou encore ces feodales monarchies arabes du Golfe.




    0



    0
      AZIZ
      10 avril 2017 - 14 h 42 min

      MERCI POUR CETTE RÉACTION
      MERCI POUR CETTE RÉACTION PATRIOTIQUE




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.