L’informel, éternel ?

Par Kamel Moulfi – Ce qui est remarquable dans l’interview accordée par l’économiste Alexandre Kateb à Algeriepatriotique, c’est sa position singulière sur l’économie informelle. Ce qu’il dit va à contrecourant des idées dominantes qui considèrent l’informel comme la cause du retard pris par le secteur formel en Algérie. Lui appelle à ne pas stigmatiser l’économie informelle, alors qu’il sait pertinemment que ses acteurs ne se sentent pas concernés par les contraintes et obligations imposées par l’arsenal juridique qui réglemente et encadre l’économie en Algérie. Les compétences d’Alexandre Kateb sont suffisamment établies pour être convaincu qu’il ne lance pas de paroles en l’air sur ce qu’il considère comme un «problème fondamental».

Pour cet expert, si l’économie informelle a réussi à se développer comme un segment du secteur privé, c’est parce qu’elle a su échapper à «la pression fiscale et administrative trop lourde» exercée par le gouvernement sur l’investissement. Effectivement, on n’a jamais entendu un seul de ses acteurs se plaindre de la bureaucratie qui empêche les autres d’investir ou des charges diverses qui grèvent les profits de ceux qui jouent le jeu de la légalité.

Alexandre Kateb a sans doute vite compris que l’Etat tolère l’économie informelle qui, tout en étant illégale, n’a rien de souterraine ; elle se développe au grand jour dans des espaces parfaitement localisés et connus de tous, à l’exemple des marchés de change de devises. Elle est tolérée parce que, comme l’a souligné l’économiste, elle est une «soupape de sécurité économique et sociale». Prône-t-il le statu quo, en se contentant de proposer, comme tout le monde, d’inciter les acteurs de l’informel à rentrer dans les rangs, sans dire comment ? La campagne électorale des législatives est pleine de promesses sur le traitement du phénomène de l’économie parallèle et sur son intégration dans la sphère de l’économie formelle légale. Par quelle baguette magique ? Les candidats, eux aussi, ne le disent pas.

K. M.

Comment (4)

    Anonymous
    19 avril 2017 - 13 h 58 min

    Je me demande de quoi nous
    Je me demande de quoi nous parlons…l’économie informelle est une économie de déprédation, qui ne créer aucun consensus national…l’impôt est un consensus national et un projet commun sur lequel chaque état nation peut compter. Les acteurs de l’ECONOMIE car si nous décidons de la nommer ainsi elle doit être définie comme une économie, avec des acteurs et sa propre logique, sont les ennemies économiques de ceux de l’économie formelle, puisque la concurrence est déloyale. Donc il y a peut être au minimum, une notion de proportion. car l’économie informelle détruit l’économie formelle.




    0



    0
    Anonymous
    19 avril 2017 - 8 h 42 min

    L informel ou la black economy…
    Ecoutez..pour ceux qui croient que l economie informel ne doit pas exister, je vous dit detrompez vous..ELLE DOIT EXISTER ET DOIT ETRE LAISSSER TRANQUILLE JUSQU A SON EVOLUTION A UN ETAT INVISIBLE … POUR VERIFIER ALLEZ DANS TOUT LES PAYS..VOUS ALLEZ TROUVER UNE ECONOMIE INFORMELLE QUI EST ESTIMER ET AJOUTER AUX LIVRE COMPTABLE DE CES PAYS..PERSONNE NE SE PLAINT..Mais chez nous les artistes d economie se verse daans un monde utopique . Il vaut mieux gerer le monde reel que le monde qui existe dans votre tete. L L ECONOMIE INFORMEL SERA TOUJOURS LA . VIVEZ AVEC ..ACCOMODER LA ..GERER LA…MAIS NE PAS LA POUSSER UNDERGROUND. MERCI DE PUBLIER.




    0



    0
    Anonymous
    18 avril 2017 - 20 h 55 min

    Economie informelle?
    Une économie informelle tolérée, c’est peut-être une soupape de sécurité économique et sociale certes, mais pour combien de temps ? D’autre part, le fait qu’elle soit non intégrée nous fait perdre par année des points de croissance au P.I.B. avec un risque de désintégration économique et de graves tensions sociales à terme. Et par rapport à l’économie mondiale, nous risquons de connaître une marginalisation. Enfin, les véritables entrepreneurs créateurs de richesses pour lesquels un environnement économique et politique sains et bien défini est nécessaire pour mener des projets à long terme risquent d’être découragés par le manque de règles précises ou aléatoires.




    0



    0
    Anonymous
    18 avril 2017 - 17 h 39 min

    Qu’est ce que l’economie
    Qu’est ce que l’economie informelle: ce sont des acteurs Qui n’ont aucune confiance en l’administration et ils ne sont pas les seuls. La cause : toute sorte de blocages que cette administration pratique à travers les banques et autres pratiques de corruption et autres tares bureaucratiques. Pour régler la question cette administration doit se mettre au service de ces acteurs et non l’inverse Ex : le commerce de l’argent dans la rue. Des kiosques adéquats sont pourtant très simples à mettre en place. Prenez exemple de la yougoslavie de Tito?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.