Commerce extérieur : forte réduction du déficit

Les exportations ont augmenté à 8,944 milliards de dollars. New Press

Le déficit commercial de l’Algérie a atteint 2,74 milliards de dollars (MDS USD) au premier trimestre de 2017 contre un déficit de 5,54 MDS USD sur la même période de 2016, en baisse de 2,8 MDS USD correspondant à un recul de plus de 50% du déficit entre les deux périodes de comparaison, a appris l’APS auprès des Douanes.

Les exportations ont augmenté à 8,944 MDS USD contre 6,32 MDS de dollars à la même période de 2016, soit une augmentation de 2,62  MDS USD correspondant à une hausse de 41,52%, précise le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS).

Pour les importations, elles ont baissé à 11,68  MDS USD en janvier-mars 2017 contre 11,86  MDS USD en janvier-mars de l’année écoulée, soit un recul de 1,5%. Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 77% contre 53%.

Grâce au redressement des cours pétroliers qui ont oscillé entre 50 et 57 dollars en janvier-mars, les exportations des hydrocarbures, ayant représenté 94,73% du total des exportations, ont atteint 8,47 MDS USD contre 5,91  MDS USD à la même période de 2016, en hausse de 43,42%.

Quant aux exportations hors hydrocarbures (5,3% du montant global des exportations), elles ont augmenté à 471 millions USD contre 412 millions USD(+14,32%). Les exportations hors hydrocarbures étaient composées des demi-produits avec 349 millions USD, des biens alimentaires avec 87 millions USD, des produits bruts avec 19 millions USD ainsi que des biens d’équipements industriels et des biens de consommation non alimentaires.

Pour ce qui est des importations, sur les quatre groupes des produits importés, deux ont enregistré une baisse : les biens destinés à l’outil de production et les biens de consommation non alimentaires. Les importations des produits alimentaires ont augmenté à 2,26  MDS USD contre 1,98 milliard USD (+14,2%), alors que les biens d’équipement ont haussé à 4,44  MDS USDcontre 4,14  MDS USD (+7,23%).

Par contre, les importations ont chuté dans les groupes des biens destinés à l’outil de production à 3,33 MDS USD contre 3,71 MDS USD (-10,32%) et les biens de consommation non alimentaires à 1,64 milliard USD contre 2,02 milliards USD (-18,6%).

Sur les 11,68  MDS USD d’importations enregistrées, des montants de 7,14  MDS USD ont été payés par cash (61,13% des importations), soit une hausse de 4,3% des règlements par cash par rapport à la même période de 2016. Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 35,7% pour un montant de 4,17  MDS USD (baisse de 6,7%), tandis que les comptes en devises propres n’ont financé aucune importation.

Le reste des importations a été financé par le recours à d’autres moyens de paiement à hauteur de 372 millions USD (en baisse de 31,4%).

L’Italie et la Chine préservent leur statut de premiers partenaires

Les cinq premiers clients de l’Algérie, au cours de janvier-mars 2017, ont été l’Italie avec 1,74 milliard USD d`exportations algériennes (19,45% des exportations globales algériennes), suivie de l’Espagne avec 913 millions USD (10,21%), des Etats-Unis avec 903 millions USD (10,1%), de la France avec 897 millions USD (10,03%), et des Pays-Bas avec 495 millions USD (5,53%).

Quant aux principaux fournisseurs de l’Algérie, la Chine est restée en tête avec 2,47  MDS USD d’importations algériennes (21,2% des importations globales algériennes), suivie de la France avec 971 millions USD (8,3%), de l’Italie avec 796 millions USD (6,8%), de l’Allemagne avec 781 millions USD (6,7%) et de l’Espagne avec 709 millions USD (6,1%).

R. E. 

Comment (10)

    AMAR MOKHNACHE
    6 mai 2017 - 9 h 02 min

    OUI effectivement ces
    OUI effectivement ces chiffres ne veulent rien dire…! Cest comme si on soigne une bronchite chronique avec 5 injections au lieu de 20….si pour nos illustres genies ils ont reussi a reduires de 15 l ‘ordonnance pour le medecin avise on aura un asthmatique en plus…mais le proble n est pas la ! LE VRAIS DRAME C EST QUE L ON VEUT GAGNER DU TEMPS A N IMPORTE QUEL PRIX!!!!




    0



    0
    Anonymous
    23 avril 2017 - 13 h 13 min

    Commerce extérieur : forte
    Commerce extérieur : forte réduction du déficit
    Réduction conjoncturelle, provisoire, et éphémère
    L’économie algérienne est toujours fragile, structurellement déséquilibrée, en manque de diversifications
    De ressources, et de richesses diverses
    L’Algérie vit, malheureusement, au dessus de ses moyens, et au dessus de ses capacités
    L’Algérie pioche, malheureusement, de ses ressources, et de ses réserves sécuritaires, et stratégiques
    Par une politique économique, étatique, et gouvernementale fausse, qui a prouvé ses limites, et sa faillite
    Qui encourage la demande, la consommation des produits étrangers, et les …..barons – importateurs heureux
    Au lieu de créations, et de productions de richesses, par les investissements productifs
    Dans l’Agriculture-Hydraulique, les Elevages, la Peche, l’Agro-alimentaire, les P.M.E industrielles dynamiques
    La matière grise:les formations technologiques, et industrielles, l’enseignement – la recherche de haut niveau,
    Et de haute qualité
    Sources de productions, d’accumulations, et d’exportations des richesses vers le grand marché africain,…..




    0



    0
    lehbilla
    23 avril 2017 - 6 h 54 min

    Voila des chiffres qui n’ont
    Voila des chiffres qui n’ont aucun sens dans la lecture du développement du pays. On a à faire à un gérant d’une épicerie. Si au moins on faisait un bilan correct et vrai des trente ou quarante dernières années, on s’apercevrait sans coup férir que les chiffres qu’on nous balance chaque année n’ont aucune signification. tant que la création de richesse n’est pas des mains et du génie des Algériens, tout ces chiffres ne veulent absolument rien dire. Tant que nos exportations hors hydrocarbures ne sont pas à 50% de nos exportations totales tous ces chiffres sont à mettre à la poubelle., Pour résumer, dans ce contexte de vision par nos dirigeants de la gestion du pays, n’importe quel Algérien peut être à la place de n’importe quel dirigeant du pays, depuis le président de la république jusqu’au vendeur de cacahuètes. Tout le monde peut faire le travail de monde, car personne ne fait rien en fait du moment que l’on ne crée aucune richesse et que notre pays est tributaire du pétrole que nous soutirons à l’aide des étrangers et que nous vendons pour pouvoir manger.




    0



    0
      Kassaman
      23 avril 2017 - 11 h 27 min

      @lehbilla, tu est tellement
      @lehbilla, tu est tellement défaitiste et négativiste que tu ne vois pas ce qui ce fait en Algérie. Tiens rien que pour toi je te ramène cette nouvelle: « Le Centre de Développement des Énergies Renouvelables a présenté lors d’une conférence de presse une voiture électrique, le 20 avril 2017 au niveau de son siège à Bouzaréah, Alger, à l’occasion de la journée du savoir « Yawm El Ilm ». Cette voiture électrique a été réalisée par M. TOUABA Oussama, chercheur à l’Unité de Recherche en Énergies Renouvelables en Milieu Sahraien rattachée au CDER sous la supervision du Professeur Ait Chikh de l’ENP. » source: http://www.cder.dz/spip.php?article3132 Je suppose, bien évidemment, que tu vas y trouver pleins de points négatifs…




      0



      0
        lehbilla
        23 avril 2017 - 15 h 50 min

        Bonjour Kassaman, il y a
        Bonjour Kassaman, il y a mieux. il y a le jeune chercheur Algérien (Du côté de batna ou biskra je ne sais plus) qui a mis au point un système de sécurité automobile et que les constructeurs automobile veulent enrôler. Il est en pourparlers avec un constructeur anglais je crois ils sont sur le point de breveter quelque chose Bref. Je pourrais t’en citer des tas de génies du genre, même du temps où j’étais étudiant où une bande de quatre jeunes étudiants ont établis les plans entier de construction d’un nouveau modèle 4×4. c’était dans les années 70/80. Et pour le renouvelable que je connais assez bien, il y a aussi une équipe qui a mis au point un logiciel d’hybridation des centrales diesel au photovoltaïque impressionnant et je sais de quoi je parle. Et pourtant, avec tout cela notre économie est au point zéro. On n’exporte rien qui soit sorti de notre génie. On n’exporte que du pétrole et on achète en plus ses dérivées car on n’a pas les capacités suffisantes pour le faire. Donc on retient que nous ne sommes pas un pays créateur de richesse au sens où le voudrait le terme. Mais tout le monde sait que le problème est ailleurs, et que tout est biaisé chez nous. Peut être dans un siècle et demi à deux, on aura peut être plus de chance. Un seul regret, on ne sera plus là pour le constater. Bien à toi l’ami.




        0



        0
    Anonymous
    23 avril 2017 - 6 h 26 min

    Nous continuons à vivre au
    Nous continuons à vivre au dessus de nos moyens.Ce deficit est un deficit de consommation donc improductif.




    0



    0
    Anonymous
    22 avril 2017 - 21 h 08 min

    La France, malheureusement,
    La France, malheureusement, avec moins d’investissements, de technologies, et de créations de richesses
    En Algérie

    La France plus d’investissements dans les centres culturels,(bien sur la langue & la culture françaises) en Algérie

    La diversification, et l’équilibrage stratégiques de nos investissements, et de nos échanges commerciaux
    Garantissent notre autonomie, et notre indépendance économiques, financières, et commerciales
    Allemagne,Chine, Corée, Suède, Suisse, pays nordiques,Grande Bretagne…..
    Pays du B.R.I.C.S (Brasil, Russia, India, China, South Africa)

    Par contre L’Espagne, et l’Italie sont des pays non fiables, et à problèmes,…..?!
    (nombreux litiges….., responsables & matériels & pièces de rechanges, non fiables, réseaux en Algérie,…..




    0



    0
    Mohamedz
    22 avril 2017 - 17 h 18 min

    Le plus interessant dans cet
    Le plus interessant dans cet article est que cette france neo-colonialiste est en train de perdre du terrain meme face a d’autres pays europeens comme l’Italie, et l’Allemagne. Excellent.




    0



    0
    Rachid Dj'ha.
    22 avril 2017 - 17 h 09 min

    Si le déficit commercial de l
    Si le déficit commercial de l’Algérie a atteint 2,74 milliards de dollars (MDS USD) au premier trimestre de 2017 celui de la Narco-monarchie a atteint 3.58 milliards de dollars (MDS USD selon la presse propagandiste du Regime du Makhnez qui trouve le moyen de dire aux sujets du roitelet M6 que leur pays va tres bien, C’est aussi cela le paradoxe marocain.




    0



    0
    Anonymous
    22 avril 2017 - 15 h 25 min

    La France opportuniste néo
    La France opportuniste néo-colonialiste économique cherche toujours a avoir un excédent commercial
    (des balances commerciale, et de paiements …positives
    (de services bidons bureaucratiques, conseils, formations théoriques,académiques,abstraites, et paperasses)
    Voitures, médicaments, et formations (?!),…..toujours positives
    Avec des sauces, et des cerises aux gateaux: des réflexes historiques arrogantes, nostalgiques & colonialistes

    La France = Beaucoup de ventes de produits de consommations finis (voitures, alimentaires, médicaments,…)
    La France = Moins d’investissements et de créations d’usines de productions de richesses diverses en Algérie
    Pour des raisons psychologiques, c’est à dire par manques de confiance
    Aux pauvres, et dupés algériens, et à l’Algérie dominée, et surexploitée
    (retour facile, et sans risques des bénéfices , et des capitaux, en France avec une garantie politique)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.