Affaire Lafarge : le gouvernement français pris de court par la démission du PDG

Le ministre de l'Economie français, Michel Sapin, avec son prédécesseur, Emmanuel Macron. D. R.

L’affaire du financement du terrorisme en Syrie par le groupe franco-suisse LafargeHolcim a connu ce mardi de nouveaux rebondissements. Moins de 24 heures après la démission de son président, Eric Olsen, le ministre de l’Economie et des Finances français, Michel Sapin, a estimé dans une déclaration à la presse que les responsables du groupe devaient être «condamnés», jugeant ainsi insuffisante la décision du PDG dans un contexte politique marqué par une obsession sécuritaire, qui a d’ailleurs largement dominé la campagne électorale pour la présidentielle qui vient de s’achever. Même si cette question du financement, direct ou indirect, des groupes terroristes en Syrie ou dans les pays du Sahel demeure taboue dans les débats politiques français.

«Tout financement de cette nature doit être poursuivi et ses responsables, quels qu’ils soient, condamnés», a encore affirmé le ministre. «Ce n’est pas acceptable que l’on cherche à transiger avec un mouvement terroriste. En transigeant, on donne de l’argent ; et en donnant de l’argent, on finance», a-t-il ajouté. Le ministre estime que si son administration a saisi la justice, c’est bien parce que ce n’est pas supportable, «même si, localement, ce doit être compliqué pour ceux qui ont la responsabilité d’une cimenterie dans un monde aussi violent», a-t-il souligné.

L’enquête judiciaire ouverte en octobre après une plainte de Bercy a révélé des erreurs de jugement «significatives», contrevenant au code de conduite de l’entreprise. Selon les révélations du journal Le Monde publiées en juin dernier, Lafarge avait missionné un intermédiaire pour obtenir de l’organisation terroriste autoproclamée Daech des laissez-passer pour ses employés aux checkpoints. Une pratique qui aurait certainement continué sans obstacles si la presse n’avait pas percé le secret, et qui cache sans nul doute une longue histoire de compromission des entreprises françaises et occidentales, à différents niveaux, avec les organisations terroristes dans les zones de tensions, où la violence et le crime organisé attirent des investisseurs aventuriers, comme Lafarge, intéressés par la multiplication des gains rapides et échappant à tout contrôle fiscal ou de qualité.

Cette scabreuse affaire pose, par ailleurs, le problème du sort du géant du ciment franco-suisse dans des pays comme l’Algérie, où il a racheté plusieurs cimenteries, dont celle de Biskra. Il s’était engouffré dans le marché algérien, rappelons-le, suite au rachat en 2007 d’Orascom Ciment pour 9 milliards d’euros, sans donner de réelles garanties sur une réelle relance de la production de ce matériau essentiel pour le bâtiment.

R. Mahmoudi

Comment (11)

    le citoyen
    28 avril 2017 - 8 h 37 min

    Toutes les guerres ont eu un
    Toutes les guerres ont eu un objectif économique . La finance mondialisée à toujours financé les guerres et mêmes les deux belligérants comme dans le cas des 2 guerres mondiales . Le vainqueur ( la finance mondialisé ) a toujours ramassé la mise . Pendant la seconde guerre mondiale aussi bien l’Allemagne hitlérienne que l’URSS de staline ont été à des moments différents financés par wall street et la city de Londres. Cette guerre à permis d’effacer les dettes de la crise de 1929. Les victimes par millions ne compte pas . Pour staline,  » les millions de victimes n’étaient qu’une statistique » . La guerre en syrie est d’abord une affaire de gazoduc, qui aurait permis à l’Europe de ne pas dépendre des russes, certes , mais qui aurait fait gagner un paquet d’argent à quelque uns
    Entendre Mr Sapin condamner Lafarge est une blague
    Quand on connaît le soutien que la France a apporté et apporte toujours au terrorisme en syrie . Quand les 10 premières fortunes du monde possèdent autant que 3,5 milliards d’individus sur la planète , un tel accaparement des richesses par si peu de personnes ne peut se faire que par la guerre .
    La cupidité est la source de la guerre .
    Au Congo , plus de 3 millions de morts en moins de 10 ans , un vrai génocide, qui ne fait pas la une des journaux ! Parceque c’est une guerre mené par les multinationales des Télécom pour le Coltran , une terre rare , indispensable à la fabrication des téléphone que nous achetons tous . C est valable pour les autres conflits . La concurrence qu’exerce la chine vis à vis de l’occident , sur les ressources naturelles ne fera qu’aggraver les risques de conflits .Ce qui est en cause c’est notre modèle de consommation, nous sommes tous un peu responsables de ses conflits et complices de ces massacres.
    Malheureusement, les gagnants de la mondialisation ne se posent pas de questions , seuls les perdants savent le prix à payer .




    0



    0
    Anonymous
    26 avril 2017 - 22 h 01 min

    Pendant qu’on critique les
    Pendant qu’on critique les autres avancent c’est notre façon de produire en se faisant un croChe pied a nous même.




    0



    0
    Shtroump Rieur.
    26 avril 2017 - 20 h 51 min

    Lafarge le Cimentier de Daesh
    Lafarge le Cimentier de Daesh Groupe Inc . .Terrorisme c’est un metier , une main-d’oeuvre bon marché , en CDD ,.CDI , ..certains Etats Occidentaux , Monarchies du Golf apprécient cette Main d’oeuvre qui «fait du bon boulot» , egorge modérément , déstabilise modérément , terrorise modérément , et pour Lafarge tant que tout se fait dans la modération , sans aucun doute , alors travailler avec Daesh Group Inc est tres Démocratique . . Normal…..VOUS TOUS UTILISEZ LA TERRE POUR CONSTRUIRE VOS MAISONS , JAMAIS AVEC DU CIMENT LAFARGE , CIMENT SOUILLÉ , SALE , PUANT.




    0



    0
    Khelfane
    26 avril 2017 - 12 h 14 min

    Pacte avec le diable

    Pacte avec le diable

    L’accord,avec l’assentiment de la bande à bonnot,holland- nethanyahoo- trump-crif-arabie Tahoudite-

    And co c’est du ciment- béton

    Le reste comme d’habitude c’est larmes de crocodiles et et du syro. Libanais

    A boire à jeun le matin

    L’essentiel…in Oil we trust. Et Syrie transformée en scierie




    0



    0
    Shtroump Rieur.
    26 avril 2017 - 12 h 06 min

    LE Pdg de Lafarge ne pouvait
    LE Pdg de Lafarge ne pouvait pas seul financer le TERRORISME en Syrie sans accord Politique de La Commission Européenne dont dépend la France a travers le traité Européen et sans accord du Pouvoir Français et sans l’accord de l’OTAN lié par un traité à L’Union Européenne , sachant que L’OTAN Est sous commandement Américain . .Donc il y a beaucoup de coupables Officiels qui feront que le fusible (Pdg de lafarge ) saute pour se proteger Eux même .




    0



    0
    Hend Uqaci
    26 avril 2017 - 11 h 18 min

    Moua ce qui me turlupine c
    Moua ce qui me turlupine c’est l’attitude de Marikène à ce sujet. Eux qui dégainent les sanctions dès qu’il s’agit du moindre viol d’un embargo contre l’Iran ,la Russie , iksitira.




    0



    0
    anonyme
    26 avril 2017 - 5 h 12 min

    LAFARGE=terrorisme

    LAFARGE=terrorisme
    Oui c’est la réalité et derrière LAFARGE, il y a toujours un service d’espionnage occidentales……….




    0



    0
    anonyme
    26 avril 2017 - 5 h 01 min

    La question qui se posent qui
    La question qui se posent qui est le commanditaire derrière ces groupes industriels??? On sait très que ces groupes emploient des espions………..Qui sont les commanditaires?
    Des traîtres qui ont vendu l’Algérie à ces groupes industriels qui finance les terroristes.




    0



    0
    djamel
    25 avril 2017 - 23 h 36 min

    c’est une honte pour l
    c’est une honte pour l’Algérie.On est entrain de se vendre. Gloire aux martyrs.




    0



    0
    amel
    25 avril 2017 - 22 h 32 min

    Ouais, financer des
    Ouais, financer des terroristes afin qu’ils détruisent logements et infrastructure pour pouvoir leur vendre du ciment par la suite. C’est ce qu’on appelle créer le besoin.




    0



    0
    Erracham
    25 avril 2017 - 21 h 55 min

    J’emprunte à Thierry Meyssan
    J’emprunte à Thierry Meyssan quelques informations croustillantes sur le groupe Lafarge (présent en Algérie). Ce groupe aurait été chargé par l’OTAN de construire des bunkers pour protéger DAESH. Il aurait utilisé plus de 3 millions de tonnes pour celà. Par ailleurs, il nous informe que le groupe collabore avec les forces spéciales françaises grâce à son président d’honneur Bertrand Collomb et tiens, yiens, du Général Benoît Puga, chef d’état-major (toujours en poste grâce à Hollande. Meyssan nous apprend que les bunkers ont été détruits par l’aviation russe. Mr. Olsen ne serait donc que la partie visible de l’iceberg. La classe politique française est mouillée jusqu’au cou par ce scandale, Attendons donc la suite de ce Lafargegate! Le DRS devrait aussi garder un oeil sur tout le personnel étranger de Lafarge en Algérie, il y va de notre sécurité nationale.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.