Des activistes saoudiens promettent un dimanche noir au roi Salmane

Vers quel printemps s’achemine l’Arabie Saoudite ?

La contestation et les grèves ne sont pas terminées en Arabie Saoudite. Des bloggeurs et des militants saoudiens des droits de l’Homme ont à nouveau appelé, hier, par le biais des réseaux sociaux, les jeunes à se rassembler dimanche devant les centres de recrutement pour protester contre le chômage, l’exclusion et la vie chère. Lancé sous le slogan «Unissez-vous contre le chômage le 30 avril», cet appel critique sévèrement la politique d’austérité du gouvernement et dénonce de façon véhémente la monarchie saoudienne qui est accusée de dilapider les richesses du royaume wahhabite. 

Les auteurs de cet appel ont exprimé une nouvelle fois leur opposition à la vente d’une part des actions de la compagnie nationale pétrolière Saudi Arabian Oil Company qui, disent-ils, est le bien de tous les Saoudiens. Cette compagnie nationale saoudienne possède la quasi-intégralité des ressources en hydrocarbures du royaume et, du point de vue de ses réserves comme de celui de sa production, est de loin la première compagnie pétrolière mondiale. La valorisation du capital de Saudi Aramco pourrait atteindre 3 400 milliards de dollars. Le vice-prince héritier Mohammed Ben Salmane, fils du roi et homme fort du régime (ayant à peine 30 ans), a confirmé sa décision de céder 49% du capital du groupe pétrolier, en dix ans, dans le cadre d’un appel public à l’épargne. La vente de ces actifs permettra d’alimenter le fonds souverain à hauteur de 2 000 milliards de dollars, ce qui en ferait le plus important du monde.

C’est la seconde fois en une semaine qu’un appel de ce genre circule sur les réseaux sociaux saoudiens. Le premier avait été lancé le 21 avril dernier. La semaine dernière, les auteurs des appels à la grève étaient même allés jusqu’à demander la mise en place d’une monarchie constitutionnelle. Craignant de se faire bastonner, la population ne l’a cependant pas suivi. Il faut savoir que depuis 2014, les autorités saoudiennes assimilent à du terrorisme tout type de manifestation. C’est sous cet argument fallacieux que la monarchie wahhabite a emprisonné de nombreux activistes. Pour dissuader les gens de sortir dimanche, Riyad a décidé d’ores et déjà d’augmenter le nombre de policiers dans les rues des grandes villes.

La mobilisation de milliers de policiers montre néanmoins que le roi Salmane craint que ces manifestations se transforment en révolte et fassent tomber son trône. Pour calmer la colère de la population, il a promulgué, le 22 avril dernier, un décret royal annulant sa décision de geler les salaires des fonctionnaires. Il avait également promis des primes aux militaires engagés dans la guerre contre le Yémen. Sans nul doute, la peur s’est emparée de la monarchie saoudienne. La population l’a visiblement bien compris.

Khider Cherif

Comment (34)

    Nobody Paris
    29 avril 2017 - 20 h 28 min

    LES ANGLAIS LEURS ONT BIEN
    LES ANGLAIS LEURS ONT BIEN APPRIS A PORTER LES SERVIETTES DE
    TABLES SUR LA TETE.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.