Le FEM sur l’Afrique plaide pour une croissance économique

Le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa. D. R.

Le Forum économique mondial (FEM) sur l’Afrique de trois jours s’est terminé vendredi à Durban, en Afrique du Sud, avec à l’ordre du jour : la croissance inclusive, le commerce intra-africain et l’emploi de l’économie numérique.

Dans ses remarques finales, le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a déclaré qu’il y a eu un consensus sur les défis et les opportunités sur le continent. M. Ramaphosa a affirmé qu’il a été convenu d’aborder d’urgence l’exclusion, l’inégalité et le chômage.

«Cette réunion a souligné le grand consensus entre les décideurs, les hommes d’affaires, les praticiens du développement, les militants et les communautés, que le continent doit poursuivre une voie de croissance économique accélérée, durable et inclusive», a précisé M. Ramaphosa.

«C’est cet impératif fondamental qui est le garant principal d’une croissance durable et soutenue sur le continent africain. Les peuples de ce continent ne doivent pas partager seulement les avantages de cette croissance. Ils doivent posséder, contrôler et diriger les leviers des activités économiques», a-t-il ajouté.

Il a déclaré que les résultats du FEM transformeraient l’Afrique d’un continent de promesses en un continent de prospérité. Il est nécessaire de relever les défis et de développer les économies. M. Ramaphosa a souligné que la capacité intellectuelle des Africains devrait être développée pour exploiter les opportunités de la quatrième révolution industrielle.

Le vice-président sud-africain a appelé le continent à s’attaquer aux facteurs sociaux, culturels et économiques qui limitent leur accès à l’éducation. Pour aborder l’inclusivité, il faut se concentrer sur les pauvres des régions rurales, les communautés de migrants et les personnes déplacées par le conflit afin qu’ils puissent avoir accès à une éducation de qualité, a-t-il préconisé.

Selon un rapport du FEM, le commerce intra-africain représente 10 à 12% du commerce extérieur global du continent. Alors que l’Afrique représente une plus petite proportion des marchés mondiaux (1%), ses exportations vers l’Europe représentent environ 60% des exportations africaines.

R. E.

Commentaires

    Thidhet
    6 mai 2017 - 19 h 33 min

    L’expression « croissance
    L’expression « croissance économique » est devenue douteuse, voire même dangereuse. En tout cas, elle est à manipuler avec une extrême précaution. On a vu des pays avec un taux de croissance à deux chiffres, mais dont les populations ont sombré dans une misère qu’elles ne pouvaient même pas imaginer. Les africains doivent faire très très attention à ne pas se laisser rouler dans la farine.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.