Abu Dhabi prend de vitesse les pays voisins de la Libye

Fayez Al-Sarraj et le maréchal Haftar. D. R.

L’accolade que se sont donné, la semaine dernière, à Abu Dhabi, Fayez Al-Sarraj, le Premier ministre du Gouvernement d’union nationale (GNA), et le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), à l’issue de leur entretien destiné à désensabler le processus de réconciliation en Libye, a requis le soutien de l’ensemble de la communauté internationale. Même l’ONU, qui ne semble pas avoir été associée à la préparation de la rencontre et qui donne présentement l’impression de tourner en rond dans le cas de la Libye, a encouragé les deux responsables à poursuivre leurs contacts.

En parrainant la rencontre et en persuadant surtout Al-Sarraj et Haftar de se rasseoir à la table des discussions, les Emirats arabes unis ont pris de court les observateurs qui s’attendaient plus à voir l’Algérie, la Tunisie ou l’Egypte accueillir un tel événement. Les trois pays œuvrent, en solo et collectivement, depuis au moins deux longues années, à essayer de réconcilier les gouvernements rivaux de Tripoli et de Tobrouk. La Tunisie est allée même jusqu’à mettre sur la table un plan de règlement de la crise libyenne. Mais visiblement, cheikh Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane a su trouver les arguments qu’il faut pour convaincre Tripoli et Tobrouk de faire d’Abu Dhabi une étape importante de la réconciliation inter-libyenne. 

L’activisme diplomatique des Emirats arabes unis n’est en tout cas pas pour déplaire au président égyptien, Abdelfattah Al-Sissi. Après tout, Abu Dhabi et Le Caire comptent tous les deux sur le maréchal Khalifa Haftar pour faire barrage au terrorisme et à l’islamisme politique. Tout le monde sait, par ailleurs, que les deux capitales le soutiennent financièrement et militairement. Ce n’est d’ailleurs vraiment pas un hasard si Abdelfattah Al-Sissi se trouvait dans la capitale émiratie lors que la reprise des discussions entre Fayez Al-Sarraj et Khalifa Haftar. L’Egypte et les Emirats arabes unis ont certainement dû agir de concert pour débloquer les négociations inter-libyennes et se poser en bienfaiteurs des Libyens. 

Du coup, il semble évident qu’il n’y ait pas lieu d’attendre grand-chose de la réunion d’Alger, des pays voisins de la Libye, du moment que le dossier de la crise libyenne est entre les mains des Emiratis. Cela du moins jusqu’à preuve du contraire. Le constat ne veut cependant pas dire que l’Algérie, la Tunisie, le Niger, le Tchad et le Soudan soient définitivement évincés du règlement de la crise libyenne.

Abu Dhabi et Le Caire savent pertinemment qu’un accord entre Fayez Al-Sarraj et Khalifa Haftar ne suffira pas, à lui tout seul, à ramener la paix en Libye. Un accord ne peut être crédible et durable que si toutes les régions du pays y souscrivent. Et ce n’est pas encore gagné. Actuellement, le seul pays à avoir une bonne touche avec tout le monde reste l’Algérie. Et un jour ou l’autre, Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane et Abdelfattah Al-Sissi viendront certainement lui demander de l’aide.

Sadek Sahraoui

Comment (10)

    TARZAN
    8 mai 2017 - 18 h 10 min

    la diplomatie du dollar
    la diplomatie du dollar




    0



    0
      Chaoui
      8 mai 2017 - 22 h 02 min

      A chaque époque ses moyens..
      A chaque époque ses moyens…Rappelons-nous que dans les années 60/70 l’Algérie n’avait pas de « dollar » et n’en avait pas moins pour autant l’une des meilleures diplomaties du monde…La qualité d’une diplomatie ne se jauge pas seulement à l’aune des hommes investis à cette fonction mais, ensemble, par le prisme du pays qui la porte, de son histoire comme du particularisme de son peuple. Ainsi, les hommes destinés à cette fonction – qui il est vrai devraient être de la plus haute qualité, et donc soigneusement choisis -, sont en des temps heureux talentueux et en d’autres temps moins. Mais dans tous les cas, souvenons-nous qu’il arrive même aux meilleurs diplomates d’être ça et là décriés.




      0



      0
    Chaoui
    8 mai 2017 - 3 h 01 min

    Se servir de cet espace pour
    Se servir de cet espace pour s’insulter ne grandit personne. Il en va de même quand on y transpose un sujet sans rapport avec celui faisant l’objet des commentaires. Enfin, de tous temps, et dans tous les pays du monde, la Diplomatie existe. Parfois, elle échoue, parfois elle réussit. Le propre de cette discipline n’est pas de se répandre publiquement de même que toute annonce cache bien souvent d’autres buts, plus réels et conséquents. En se rendant là où ils se sont rendus pour « discuter »…, les deux « opposants » dont s’agit n’ont fait que de se rendre dans un lieu artisan de la conspiration visant leur pays et qui est à l’origine de leurs maux…(comme des nôtres…). Que d’avoir des jugements à l’emporte pièce contre notre Diplomatie, je conseille prudence et modestie. Signé : un chaoui qui aime son pays.




    0



    0
    Bouabsa
    7 mai 2017 - 20 h 10 min

    Les résultats sont visibles,
    Les résultats sont visibles, sauf pour les sourds et les aveugles : la diplomatie algérienne ne semble plus avoir d’influence dans les pays voisins et encore moins à l’ONU ou l’UA. Les diplomates de valeur sont mis à la touche pour laisser la place à des hommes incompétents qui veulent toujours nous vendre leurs grands échecs comme des succès. Il y a déjà des mois que MESSAHEL annonçait la tenue d’une réunion entre HAFTAR et SARRAJ à Alger, mais WALOU. Et par miracle cette réunion a pu avoir lieu à Abou Dhabi. Mais au lieu d’avoir la pudeur de se taire, le MAE nous ponde un communiqué, qui n’a aucune valeur diplomatique. Sauf pour reconnaitre implicitement l’importance des Emirats et reconnaitre indirectement la supériorité de sa diplomatie par rapport à la nôtre. Si BOUMEDIENE (Allah yarhmou) était encore en vie, il les mettrait tous au cachot.




    0



    0
    DZ
    7 mai 2017 - 20 h 03 min

    L’Algérie roulée dans la
    L’Algérie roulée dans la farine une énième fois, et pour enfoncer le clou, par des soi-disant débutants qui ont vite appris à manœuvrer en coulisse. Mais pourquoi bon sang on cherche à régler les problèmes des autres et la situation makhliya fel bled?! Akhtiwna !!!!




    0



    0
    VIVE L’ALGÉRIE!
    7 mai 2017 - 17 h 57 min

    le ministre Messahel s’est
    le ministre Messahel s’est vraiment décarcassé pour résoudre cette fichue crise libyenne , c’est quand même un comble que les bouguenours aient réussi à les rabibocher ces 2 compères là alors qu’ils n’ont rien fait d’autre jusque là que de financer le terrorisme ! je ne suis pas sur que la solution trouvée et dont on ne sait rien du toit soit bonne et profitable à notre pays mais j’ai dans l’idée qu’elle profitera surement aux égyptiens ! quand Messahel rentrera de Libye on en saura plus long surement !




    0



    0
    AKader
    7 mai 2017 - 16 h 10 min

    Le régime algérien est un
    Le régime algérien est un loser absolu….Effacement de la dette africaine de 4 milliards de dollars, sur un coup de tête de son gourou….en pure perte, témoin, le retour du Maroc avec la bénédiction de pays qui ont bénéficier de cette faveur algérienne….Dossier du Mali, échec patent….Dossier libyen, aucun impact malgré les va-et-vient de notre deuxième ministre des AE…etc…Un perdant restera perdant malgré tout l’argent jeté par les fenêtre ! Comment gagner des défis extérieurs alors qu’on est incapable de gagner quoi que ce soit à l’intérieur ?




    0



    0
      HANNIBAL
      7 mai 2017 - 19 h 45 min

      AKader (non vérifié)

      AKader (non vérifié)
      07 May 2017 – 17:10 Ta mission de grenouillage te fais oublié que momie VI s’épanche en france avec un président sortant je pense que bouffi VI lui sied mieux le titre de looser en politique surtout en recevant le chanteur lamjareb
      le violeur en cachette a Paris peut etre qu’il veut l’inviter a son chateau de Betz ça sera du lobying makhnazien royal !




      0



      0
        AKader
        7 mai 2017 - 20 h 27 min

        HANNIBAL, si l’Algérianité se
        HANNIBAL, si l’Algérianité se mesure par la servilité, là, je ne peux te battre, tu es imbattable ! Ta bassesse me laisse froid et me conforte dans mon opinion que les minables prennnent toujours des pseudos qui sont trop lourd à porter pour eux. Je te dis MERDE, toi, ton momo ou Bouffi VI . Espèce de minable dégénéré. Si tu étais Algérien, tu saurais qu’il n’y a pas pire insulte pour un Algérien que d’être pris pour un marocain. Je te crache à la figure, espèce de minable larbin du FLN-RND ! Ta brosse ne te servira à rien, car tu ne recevras rien d’eux !




        0



        0
        AKader
        7 mai 2017 - 20 h 28 min

        HANNIBAL, si l’Algérianité se
        HANNIBAL, si l’Algérianité se mesure par la servilité, là, je ne peux te battre, tu es imbattable ! Ta bassesse me laisse froid et me conforte dans mon opinion que les minables prennnent toujours des pseudos qui sont trop lourd à porter pour eux. Je te dis MERDE, toi, ton momo ou Bouffi VI . Espèce de minable dégénéré. Si tu étais Algérien, tu saurais qu’il n’y a pas pire insulte pour un Algérien que d’être pris pour un marocain. Je te crache à la figure, espèce de minable larbin du FLN-RND ! Ta brosse ne te servira à rien, car tu ne recevras rien d’eux !




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.