Abderrahmane Belayat à Algeriepatriotique : «Ould-Abbès doit rendre des comptes !»

Abderrahmane Belayat. New Press

Abderrahmane Belayat, qui coordonne l’action de la direction unifiée pour la sauvegarde du FLN, revient sur les derniers développements que connaît ce parti, notamment l’appel signé par des membres du Comité central dans lequel ils demandent à Djamel Ould-Abbès de démissionner de son poste. Il explique le fond de la crise et ne voit d’autre solution que la mise en place d’une instance de transition sous l’autorité du président du parti qui n’est autre que le président Bouteflika. Abderrahmane Belayat assure que les candidats FLN aux dernières législatives ont été désignés par un «comité clandestin» au dehors des instances du parti.

Algeriepatriotique : des membres du comité central du FLN réclament la démission de Djamel Ould-Abbès en raison de la baisse (par rapport à 2012) du nombre de sièges obtenus lors des élections législatives du 4 mai. Adhérez-vous à cet appel ?

Abderrahmane Belayat : je ne suis pas de ceux qui prennent le train en marche. Nous n’avons pas attendu ce scrutin pour alerter sur la destruction en marche du FLN. Dès le départ, nous avons averti, dénoncé et mis en garde contre le coup d’Etat opéré le 29 août 2013. Depuis, nous n’avons pas renoncé au combat pour rendre le FLN à ses authentiques militants. Ceux qui ont cautionné, par leur silence, cette dérive dangereuse pour le parti viennent de se réveiller. Ce n’est pas une mauvaise chose. Grand bien leur fasse et qu’ils ne s’arrêtent pas en si bon chemin.

Pensez-vous que Djamel Ould-Abbès soit le seul responsable des résultats du FLN aux législatives ?

Les résultats obtenus lors de ces élections législatives étaient attendus. Pourquoi ? Parce que les listes de candidatures ont été confectionnées par un comité clandestin, ce que n’osera jamais dire Djamel Ould-Abbès. Le fonctionnement normal du parti veut que la sélection des candidats à une élection se fasse par le bureau politique ; ce dernier a été écarté de cette opération et a laissé Ould-Abbès agir seul. Le résultat est sans appel. Djamel Ould-Abbès a confié la tâche à ce comité clandestin, qui a écarté les vrais militants qui ont audience auprès du peuple et même les sympathisants. Des intrus ont été ainsi mis sur les listes du FLN. C’est la première fois qu’un responsable du FLN décide «seul» des candidats à une élection en ignorant les instances du parti. Cela n’a jamais été fait ni par Ben Bella, ni par Boumediène, ni par Chadli, ni par Mehri, ni par Benhamouda, ni par Abdelaziz Belkhadem.

Appuyez-vous cette exigence de démission de Djamel Ould-Abbès ?

Je disais que notre combat pour le retour à la légitimité statutaire et au fonctionnement réglementaire du parti est antérieur à la désignation de Djamel Ould-Abbès comme gestionnaire du parti. Et nous ne nous sommes jamais détournés de cet objectif qui est de remettre le FLN sur rail.

Aujourd’hui, Djamel Ould-Abbès, qui n’a jamais été élu secrétaire général du FLN, doit rendre des comptes de sa gestion unilatérale du parti. Notre combat ne vise pas à changer un nom par un autre. Nous luttons pour que le FLN revienne à ses véritables militants. Nous disons ainsi à tous ceux qui sont jaloux et soucieux de l’avenir de leur parti que nous sommes disposés à apporter notre contribution à son sauvetage.

Comment ?

Nous appelons depuis 2013 à une organisation, une structure ou instance de transition qui serait placée sous la haute autorité du président du parti. Cette proposition reste d’actualité. Elle est la seule solution à la crise dans laquelle se débat le parti depuis presque quatre ans.

Le comité central est la plus haute instance habilitée à élire le secrétaire général et même à convoquer un congrès extraordinaire. Pourquoi donc voulez-vous une instance de transition ?

Si nous demandons une instance de transition, c’est parce que, depuis 2013, le FLN ne s’est pas doté d’une instance dirigeante légitime, issue de la base militante à travers la tenue d’un congrès selon les exigences des statuts et du règlement intérieur du parti. L’actuel comité central est issu d’un congrès taillé sur mesure, duquel a été exclue la base militante. D’ailleurs, sa composante est inconnue et incertaine.

L’actuel secrétaire général n’a pas été élu. Son bureau politique s’est disqualifié. On ne peut pas, de ce fait, s’accrocher à des instances illégitimes et totalement discréditées. Il faut donc une organisation transitoire au sommet, qui préparera le terrain pour élire des instances légitimes et de manière légale.

Nous réitérons dans ce contexte notre appel au président du parti afin qu’il agisse et permette la mise en place de cette instance de sauvetage du FLN. C’est une urgence impérieuse pour éviter une véritable catastrophe lors des prochaines élections des assemblées communales et de wilaya.

Que faites-vous concrètement, au sein de la direction unifiée que vous dirigez, pour enclencher ce processus de transition et redresser le parti ?

Nous sommes en contact permanent avec la base militante du parti. Nous sommes également en contact avec les cadres du FLN, les élus locaux et les parlementaires. Ne n’avons jamais déserté le terrain des luttes pour la préservation de notre parti. Nous ne baisserons pas les bras tant que le FLN n’est pas, à nouveau, entre des mains sûres, celles de ses authentiques militants.

Propos recueillis par Hani Abdi

Comment (40)

    Anonymous
    14 mai 2017 - 9 h 30 min

    Tant qu’on a pas le courage
    Tant qu’on a pas le courage de s’attaquer au FLN dans sa globalité jusque dans ses racines et débusquer les criminels de guerre qui sont dans ses rangs. Tant que les tueurs ou les tueuses d’enfants sont considérés comme des héros, le FLN restera au pouvoir et poursuivra l’humiliation qu’il fait subir au peuple algérien.
    Tant que des minables tueuses d’enfants qui font exploser des bombes sont considérées comme des héroïnes, tant que des exterminateurs de lettrés ( affaires des bleus), tant que des auteurs de massacres de masse comme celui de Mellouza sont considérés comme des héros et des références pour les générations futures, l’Algérie ne sera pas libérée.
    Il faut s’attaquer à a racine du mal et débattre de la guerre d’Algérie car c’est cette guerre qui lie les mains du peuple et l’empêche de se libérer de façon effective, c’est cette imposture qui interdit toute marche vers la vraie liberté du peuple algérien.




    0



    1
    AMAR MOKHNACHE
    13 mai 2017 - 21 h 11 min

    y en a encore qui evoque le
    y en a encore qui evoque le glorieux FLN pour justifier leur encrage a la rente PLUTOT A UNE algerie DEVENUE UNE FRISSA ENTRE LES MAINS DE JELLABS SANS SCRUPULES…CES GENS QUI ONT LACHE DES VALEUREUX MELLOUKI SANS AUCUN ETAT D AME POUR DE MISERABLES TRABENDES ….CES GENS QUI N OSENT MEME PAS LAISSER UNE TOUTE PETITE PLACE DANS L HISTOIRE D ALGERIE POUR DES VALEUREUX MOUJAHEDS DE LA TREMPE DU CAPITAINE ZOUBIRQUI A FAILLI CREVE DE FAIMS CAR DES HOMMES QUI NE MANQUERONT PAS D ETRE CITES DANS LES POUBELLES DE L HISTOIRE SE SONT ACCAPARES DE L AIDE INTERNATIONALE EN LES ABONDONNANT A LEURS SORT!! ADMIRONT COMMENT L HISTOIRE SE REPETE POUR NOUS MONTRER SES EGOUTS….CETTE NAUSEABONDE ODEUR QUI REVIENT NOUS RAPPELER LEURS FAITS D ARMES..




    0



    0
    AMAR MOKHNACHE
    12 mai 2017 - 14 h 04 min

    C est vraiment dommage le FLN
    C est vraiment dommage le FLN comme le RND et encore moins les autres formations politiques demeurent tous identiques..ils fonts semblant d’avoir des « personalites » qui gerent et « entretiennent  » de semblants de  » contestatations  » mais en fin de compte ils repondent tous aux appels « A LA SOUPE »
    de nos jours , les convictions , voire les scrupules n ont plus de sens! ax debuts et depuis l’activisme tres animes du derboukiste nous avons cru qu il y a avait une « opposition » qui donnerair naissance a l emergence de mouvement reformateurs…mais on s est vite trompe ! rien que des  » pokemones  » qui tentent de nous occuper pour nous detourner de l essentiel!
    l’appel a la soupe a ete bien entendu…et aucune personnalite ni du FLN ni DU RND n ont denonce un trucage qui ne leur fait pas honneur!!!




    0



    0
    Felfel Har
    12 mai 2017 - 13 h 22 min

    Cher Monsieur, en 1975, je
    Cher Monsieur, en 1975, je travaillais pour un bureau d’études et vous m’avez fait le privilège de me recevoir en tant que DAGRAL de la Wilaya d’Alger. Voilà donc 42 ans que vous êtes aux affaires! Avez-vous penser prendre votre retraite? Cette question, je l’adresse aussi à tous les nanogénaires séniles qui s’agrippent encore à leur poste. N’avez-vous pas compris que vous êtes le PROBLEME et non la SOLUTION de notre peu enviable situation. Ceux dont on se gaussait hier, se sont enhardis et nous tournent en bourrique. Alors que le pays regorge de richesses, l’Algérie d’en-bas souffre et celle d’en-haut bat tous les records d’enrichissements illicites. Dans aucun pays du monde, on n’a vu autant de milliardaires bâtir des fortune en si peu de temps (20 ans). Yarham babakoum, faites nous plaisir, disparaissez et laissez-nous reconstruire la maison Algérie sur de nouvelles bases, de solides fondations!




    0



    0
    Bill
    12 mai 2017 - 12 h 56 min

    Qui tu es toi belayat? Quel
    Qui tu es toi ? Quel valeur ajoutée t as apporté pour le pays (…) le peuple en a marre de vous, vous avez mis le pays a genoux et vous n avez pas honte drogue, trafic d influence… khabbi rassek…




    0



    0
    TOZ
    12 mai 2017 - 12 h 10 min

    Ya tonton Belayet (celui qui
    Ya tonton Belayet (celui qui crie) , le problème que tu soulèves depuis 2013 est un problème interne FLNno/FLN , donc cela intéresse pas le peuple algérien ! Et donc débrouillez vous entre vous les loups, les hyènes, les crocodiles et les dinosaures du FLN de 1962 ! C’est votre problème et vous ne cessez pas de parler de çà depuis longtemps déjà , vous parlez tout le temps de postes à pouvoir dans votre parti, du pouvoir d’un clan sur un autre au sein de votre parti, de listes de députés ou de président d’APC , du fonctionnement interne de votre parti politique etc, etc … et donc , « oua bicouli sarah’a » , çà intéresse pas du tout les citoyens algériens dans leur très grande majorité !




    0



    0
    sublisoft99
    12 mai 2017 - 8 h 20 min

    le fils de belayat vendeur de
    le fils de belayat vendeur de cocaine….le fils de ould abas trafiquant de liste éléctoral..QUI REND DES COMPTES POUR QUI !..le soir Abderrahmane et djamel vont mangé el mechwi a club des pins ils vont mourir de rire ,le cinéma le théatre le cirque des faux scénarios mediatique pour un peuple endoctriné , Revéillez vous (non vérifié) mazal maftanche rahou régued coma.




    0



    0
    No Boutef
    12 mai 2017 - 7 h 52 min

    Chacun son tour cher BELAYAT
    Chacun son tour cher BELAYAT,Boutef Ne peut pas satisfaire tout le monde ,les postes de Ministres Et postes de sénateurs sont limités ,quant au partage des postes de députés FLN ,il est organisé par celui qui est nommé à la tête de celui-ci Par Le RAIS.Vous avez pris l’habitude de recevoir De suite un poste Par Boutef des que vous êtes mécontent ,mais il faut que cela tourne celui qui n’est pas servi cette fois ,il patiente pour la prochaine fois .Je vous donne juste l’exemple du Vieux Salah GOUDJIL ,c’était un adversaire farouche aux dirigeants du FLN,Boutef a entendu son mécontentement,il lui a donné un poste de sénateur,Et depuis il ne parle plus .Youyouuuuu Tahia Bouteflika.




    0



    0
      Patriot
      12 mai 2017 - 9 h 39 min

      Bravo No Boutef,tu as résumé
      Bravo No Boutef,tu as résumé en quelques lignes ce qui s’est passé depuis 17 ans .




      0



      0
    Tbahdayel
    11 mai 2017 - 23 h 09 min

    le cirque Amar est beaucoup
    le cirque Amar est beaucoup plus sérieux que tout ce qui se passe !
    les occidentaux nous regardent ….et sont morts de rire !!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.