Offensive économique algérienne en Mauritanie

La ministre mauritanienne du Commerce visitant un stand algérien. D. R.

La capitale mauritanienne, Nouakchott, a abrité une semaine durant, du 30 avril au 7 mai 2017, la plus grande exposition de produits algériens que l’Algérie n’ait jamais organisée à l’étranger. Des dizaines d’exposants et une centaine d’hommes d’affaires algériens ont pris part à cette manifestation commerciale durant laquelle 71 entreprises ont présenté une large gamme de produits de qualité brassant de nombreux secteurs. Le ministère de la Défense nationale (MDN) a pris part à cette manifestation en présentant de nombreux produits sortis de ses établissements à caractère industriel et commercial.

L’exposition des produits algériens a été inaugurée par Mme Naha Mint Mouknass, ministre mauritanienne du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, en compagnie de l’ambassadeur d’Algérie, Nour Eddine Khendoudi. La ministre mauritanienne a visité, deux heures durant, tous les stands des exposants. Dans une déclaration à la presse, la responsable mauritanienne a indiqué qu’elle a été «vraiment agréablement surprise par l’immense diversité et la très grande qualité des produits de l’industrie algérienne».

Etait également présent à cette manifestation, le commissaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), chargé du Commerce, des Douanes et de la Libre circulation, Chouaibou El Wali, a indiqué aux journalistes qu’il était «impressionné par la qualité des produits algériens exposés, ce qui dénote du progrès industriel des pays africains, à leur tête l’Algérie». Il a ajouté que ceci «est susceptible de soutenir la croissance économique dans le continent». «L’Algérie, qui est une force au niveau du continent africain, possède des capacités économiques pour relancer le développement en Afrique», a-t-il poursuivi, avant d’exprimer ses regrets que des actions de marketing, de publicité et de communication n’aient jamais accompagné d’une manière systématique ce formidable potentiel d’exportation afin de le faire connaître en Afrique et au-delà.

L’exposition des produits algériens à Nouakchott a connu un franc succès, de l’avis de nombreuses personnalités politiques et intellectuelles, hommes d’affaires et médias, qui étaient unanimes à saluer les progrès de l’économie algérienne. Le public, trois cents visiteurs en moyenne par jour, a apprécié la qualité et la compétitivité des produits algériens et l’a prouvé en vidant les étals de l’Eniem (électroménager), Candia (produits laitiers), Crin blanc (habillement), Conserverie Aïn Fouara, les établissements Rakka et Sabrinel (cosmétique), Mateg (margarine), Sarl Dary, Bel Sarl, dès les premiers jours.

1re session du Conseil mixte algéro-mauritanien

Parallèlement à l’exposition, une forte délégation, composée de 70 hommes d’affaires algériens, conduite par Youcef El-Ghazi, membre de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci), a séjourné à Nouakchott pour prospecter le marché mauritanien et entreprendre des contacts dans le cadre de rencontres B to B. Les multiples contacts organisés par les services de l’ambassade ont permis une très bonne moisson. Plusieurs contrats de représentation, d’exportation de produits algériens et de partenariat ont été signés à cette occasion.

De plus, les opérateurs algériens ont pris part à la première session du Conseil mixte des hommes d’affaires algéro-mauritanien. Créé en 2006, le conseil mixte n’a tenu sa première session que le 3 mai 2017. Une convention de coopération a été signée à cette occasion entre la Caci et la Chambre de commerce et d’industrie de Mauritanie.

En outre, une réunion de coordination, présidée par l’ambassadeur et à laquelle ont participé plus de 80 hommes d’affaires algériens, a permis un fructueux échange de vues sur les voies et moyens de renforcer les relations de coopération et de partenariat avec la Mauritanie.

Débouchés assurés

Entre l’Algérie et la Mauritanie, les relations bilatérales sont profondes. La frappe en Algérie de l’ouguiya, la monnaie nationale mauritanienne, la nationalisation avec le concours de notre pays de la société de fer Miferma, devenue SNIM, les événements de 1989 et la fraternelle entremise de l’Algérie… sont autant d’épisodes de l’histoire récente qui furent ravivés.

Emboîtant le pas à certaines entreprises algériennes déjà installées en Mauritanie, à l’image de SIM (pâtes) et de Condor (TIC), de nombreuses sociétés veulent avoir leurs showrooms à Nouakchott. C’est le cas de la SNVI (camions et bus), de GMI (camions Hyundai), de Famag (tracteurs et matériels agricoles), de Safcer (carreaux et faïences), d’Alphyt (phytosanitaires, filiale d’Asmidal), de Géant (électronique et électroménager). Ce groupe a aussi décroché un contrat de frigos-présentoirs pour une eau minérale. Iris négocie sa présence aussi, au même titre qu’Amimeur Energy (groupes électrogènes).

L’EPE Electro-industries et le groupe Elec El Djazair recevront une délégation de la Somelec (la Sonelgaz mauritanienne) pour d’éventuels contrats.

Notons, enfin, que les difficultés qui se dressent face au développement des échanges bilatéraux ont été identifiées. Elles s’articulent autour de l’absence de lignes de transport et du cadre juridique qui nécessite une réactivation ou une actualisation.

Ramdane Yacine

Comment (7)

    Anonymous
    13 mai 2017 - 14 h 09 min

    Il faut éviter que les
    Il faut éviter que les investissements des algériens- qu’Ils soient publics ou privés- se fassent uniquement sous un angle commercial et de profitabilité à court terme. Ne faisons pas ce que nous reprochons aux autres. Mais pour réussir le volet économique, il faut l’inscrire dans une vision à long terme.
    Comment les entrepreneurs et les élites des deux pays imaginent-elles leur avenir dans 30 ans?
    Quels sont, sur le court, le moyen et le long termes, les défis économiques, sociaux, culturels, scientifiques auxquels les deux Nations seront confrontées?
    Pour que cette coopération soit durable, les acteurs algériens et mauritaniens devraient communiquer intensément sur leurs visions stratégiques réciproques et tenter d’identifier ce qui les unit et ce qui les sépare. Et une foire, aussi réussie soit elle, est insuffisante pour cela.
    Il est absolument certain que la progression des échanges avec les pays voisins, notamment la Mauritanie, ouvrira, à tout le Maghreb et les pays de la zone sahélo-Sahélienne, des perspectives de développement durable à condition que leurs dirigeants mettent de coté les visions unilatérales et les intérêts étroits, une vision qui est celle d’une minorité d’acteurs qui trouvent leur compte dans la dépendance vis-à-vis de l’ex-puissance coloniale et des autres hégémonismes.




    0



    0
    Anonyme
    12 mai 2017 - 18 h 30 min

    SI VOUS RÉPONDEZ AUX ATTENTES
    SI VOUS RÉPONDEZ AUX ATTENTES DE TOUT LE MONDE.

    Beaucoup trop de gens vivent une vie qui n’est pas à eux. Ils vivent leur vie en fonction de ce que les autres pensent qui est le mieux pour eux … ils vivent leur vie en fonction de ce que leurs parents, leurs amis, leurs ennemis ou leurs professeurs, pensent qui est le mieux pour eux … Ils ignorent leur voix intérieure et leur intuition. Ils sont tellement occupés à plaire à tout le monde, à vivre à la hauteur des attentes des autres, qu’ils perdent le contrôle de leur vie. ils oublient ce qui les rend heureux, ce qu’ils veulent, ce dont ils ont besoin … et finalement, ils s’oublient eux-mêmes.

    Vous avez une vie (celle-ci en ce moment) Il faut la vivre et surtout ne pas laisser les opinions des autres vous distraire de votre vérité.




    0



    0
    Jean_Boucane
    12 mai 2017 - 12 h 06 min

    Très bonne initiative… on
    Très bonne initiative… on vous souhaite beaucoup de réussite! Après la Mauritanie, il faut viser le Mali




    0



    0
    Bouabsa
    12 mai 2017 - 11 h 10 min

    @AP. Tout d’abord un grand
    @AP. Tout d’abord un grand MERCI pour avoir offert une plate-forme qui publie la voix des PATRIOTES algériens. Je me permets une suggestion relative à a dialectique appropriée à la conviction des Algériens et à l’image qu’ils se font d’eux-mêmes. En effet AP est lu dans beaucoup de pays francophone en Afrique et ailleurs. Donc il faut faire attention à la dialectique qui peut blesser nos voisins sahéliens ou subsahariens. Les Algériens veulent coopérer, contribuer au développement et exporter la paix. Et non conquérir. Les mots conquêtes, offensive, etc… ont un gout et une connotation négatifs, qu’il serait préférable d’éviter. BON COURAGE !!




    0



    0
    Nhab DZ
    12 mai 2017 - 10 h 42 min

    Nous sommes en retard. nous
    Nous sommes en retard. nous avons la capacité et les moyens d’être leader en Afrique. Il faut d’urgence libéraliser les échanges commerciaux pour permettre à nos opérateurs de gagner des parts de marchés et ainsi créer des emplois en Algérie, et ailleurs pourquoi pas. Le business doit-être gagnant-gagnant.
    Qu’est ce qui nous paralyse ! La bureaucratie et le manque de transparence. Pour exporter, il faut une logistique parfaite. Les liaisons avec les pays Africains se feront principalement par la route. Il faut donc avoir des routes parfaites et des flottes de camions pour partir à l’asseau de l’Afrique. Ah oui, notre système bancaire est totalement dépassé. Les banques de Djibouti (respect pour ce pays ami) sont plus moderne que les nôtres. Quand tu rentre dans une banque Algérienne, tu subi le sort du papillon qui rentre dans un cimetière. A méditer




    0



    0
    Citoyen
    12 mai 2017 - 10 h 41 min

    Bravo, il faut continuer,
    Bravo, il faut continuer, progresser et investir tout les pays d’Afrique. Soyons agressive sur le plan Business et libérons les initiatives afin que nos entrepreneurs créent de la richesse dans le pays pour la consommation locale mais SURTOUT pour exporter afin de palier à la dépendance des hydrocarbures. L’Algérie doit être un marché pour nos entrepreneurs PAS uniquement pour les pays étrangers. La culture entrepreneurial doit être une priorité et apprenons à mesurer nos actions par des résultats chiffrés, à se fixer des objectifs ambitieux et d’en mesurer les étapes d’avancement.




    0



    0
    anti-khafafich
    12 mai 2017 - 0 h 38 min

    Très bien, continuez !
    Très bien, continuez !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.