Boutarfa jeudi à Moscou pour rencontrer son homologue russe

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa. New Press

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, se rendra jeudi à Moscou, où il rencontrera son homologue russe, Alexander Novak, pour discuter de la coopération bilatérale entre les deux pays dans le secteur énergétique et de la situation du marché pétrolier mondial.

Cette rencontre entre les deux ministres se tiendra à quelques jours de la réunion des pays de l’Opep prévue le 25 mai à Vienne.

Pour rappel, la Russie (non membre de l’Opep) et l’Arabie Saoudite, grands producteurs de pétrole, étaient tombés d’accord lundi dernier sur la nécessité d’une prolongation de l’accord de réduction de la production pétrolière jusqu’en mars 2018.

Cette mesure doit permettre «de réduire le niveau des stocks de pétrole à leur niveau moyen des cinq dernières années et de souligner la détermination des producteurs à assurer la stabilité, la prévisibilité et le développement durable du marché», avaient indiqué M. Novak et son homologue saoudien, Khaled Al-Falih, dans un communiqué commun.

«Moscou et Riyad consulteront les autres pays producteurs de pétrole avant le 25 mai afin de parvenir à un consensus complet sur une prolongation pour neuf mois de l’accord de réduction de la production», avaient-ils avancé.

Les pays membres de l’Opep et onze pays producteurs non membres vont discuter de la possibilité de prolonger l’accord de réduction de la production à Vienne, les 24 et 25 mai, avait ajouté le ministre russe.

Pour sa part, le ministre koweïtien du pétrole, Issam Elmerzoug, qui préside la commission chargée de vérifier les réductions, avait affirmé lundi dernier que les pays producteurs de pétrole devraient renouveler un accord sur une extension de six mois de la réduction de la production de pétrole.

«Il y a un consensus presque total sur l’importance d’étendre l’accord sur au moins six mois», avait-il soutenu.

A ce propos, M. Boutarfa avait aussi indiqué récemment que l’Algérie était également favorable pour prolonger la durée de la baisse de la production de pétrole.

Pour faire remonter les prix du pétrole, en novembre 2016, lors d’une réunion à Vienne, les pays de l’Opep et onze Etats non membres ont convenu de réduire la production de pétrole de 1,8 million de barils par jour pendant le premier semestre 2017.

R. E.

Comment (4)

    leputois
    18 mai 2017 - 9 h 48 min

    Nos dirigeants mafieux ne
    Nos dirigeants mafieux ne changeront pas de ligne directrice. Celle qui dérive de la rente pétrolière. Ils en peuvent faire autrement d’ailleurs car manque d’idées, manque de génies, manque de savoir faire mais surtout manque d’honnêteté et abondance de crapuleries et de traîtrises. Nos savants dirigeants ne se posent qu’une seule question. Que deviendront ils lorsqu’il n y aura plus de rente pétrolière? Du coup, tous les efforts sont à mettre au bénéfice de solutionner la chute du prix du baril et de tout faire pour que celui ci remonte en toutes circonstances. On comprend alors les allées et venues de Mr Boutarfa et se gigotement un peu partout chez les pays producteurs de pétrole et surtout ceux dont l’influence sur le prix du baril est vraiment conséquente. N’allez pas chercher d’autres explications ailleurs sur les déplacements du Ministre de l’énergie et sur la focalisation du gouvernement et de la mafia sur la question de la chute du prix du baril. C’est ce qui conditionne leurs survies ici en Algérie et leur maintien au pouvoir.




    0



    0
    Anonymous
    18 mai 2017 - 6 h 46 min

    La Russie ne peut rien faire
    La Russie ne peut rien faire pour nous aider . Nos problèmes sont intrinsèques à notre société : corruption , paresse , trop plein de religion .




    0



    0
    Nobody Paris
    17 mai 2017 - 15 h 45 min

    OUI A L’ENTENTE ALGERO-RUSSE.
    OUI A L’ENTENTE ALGERO-RUSSE. AU CONTACT DE LA RUSSIE
    L’ALGERIE NE PEUT QUE PROGRESSER. LA RUSSIE PEUT NOUS AIDER A FINALISER LES GRANDS PROJETS TEL LE BARRAGE VERT.




    0



    0
    Mello
    17 mai 2017 - 15 h 09 min

    Notre Bouterfa , ne en 1948,
    Notre Bouterfa , ne en 1948, ira rendre visite a son homologue Russe Alexander Novak ne en 1971. Deux generations differentes pour deux pays , qui se cotoient dans les affaires economiques, tout en etant les deux plus grands dans leur continent. La Russie n’a pas rejoint cette OPEP car ils connaissent bien sa composante constituee de traitres a la solde des USA.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.