Boudjedra : du déni à la paranoïa?

Par Youcef Benzatat – Interrogé par le magazine Le Point dans un article paru le 8 juin 2017, intitulé «La société algérienne est submergée par l’islamisme», à propos de l’affaire de la vidéo de la caméra cachée d’Ennahar TV, Rachid Boudjedra fustige la population algérienne sur son aliénation dans un islam très conservateur avec comme conséquences des comportements intolérants et extrêmement violents et déclare avoir cru à un «enlèvement par des terroristes».

Pour un intellectuel, écrivain et doyen de «l’élite athée» comme il le prétend lui-même dans cet article, on attendait de lui une analyse à la hauteur de son rang. Ce fut une déception totale. On ne demande pas à un intellectuel de faire un constat sur le visible, celui qui est accessible au commun des observateurs de l’espace public, mais d’éclairer l’opinion sur les processus qui ont été à l’origine des situations observées en tant qu’aliénations dangereuses pour la société et de proposer des solutions ou, à la limite, ébaucher des éléments d’explication pour y remédier afin de parvenir à élever la société à plus de développement et d’émancipation. En ce sens que le rôle de l’intellectuel dans sa société c’est de se positionner en référent, comme une lanterne, pour baliser les chemins obscurs et accompagner ses contemporains vers plus de lumière.

En fait, à l’issue de son intervention dans ce magazine, on apprend que la population algérienne est profondément aliénée dans l’imaginaire mythologique religieux, avec comme conséquence une attitude généralisée d’intolérance et de violence intégriste. Un constat qui n’échappe à personne ; la population elle-même se plaint de cette aliénation infernale dans laquelle elle se sent piégée et dont elle ne sait plus comment s’en sortir. Car dans ce genre de situations, l’affirmation de sa foi dans un environnement saturé de signes de croyance et de pratique religieuse de manière excessivement ostentatoire est un gage d’intégration pour tout membre de cette communauté et lui évite de fâcheux désagréments. En atteste le boycott des partis islamistes lors des dernières consultations électorales.

Si dans cet entretien, Boudjedra remet en question la loi sur la réconciliation nationale du bout des lèvres du reste qui a permis la libération des prisonniers islamistes responsables de la barbarie des années 1990, ce n’est pas pour dénoncer son impact psychologique sur la société en termes de sentiment d’impunité qui lui est associé, mais plutôt pour préciser que ces derniers ont profité de la complaisance du pouvoir pour leur enrichissement dans les affaires. Ce qui est remis en question n’est pas à proprement parler le danger de contamination ou d’influence de la population par l’aspect fanatique de leur comportement, mais plutôt le sens de la prédation.

On attend sans doute plus d’engagements d’un intellectuel de son rang à aller à la source du problème. Car ce fanatisme n’émane pas en a priori de la population elle-même. Celle-ci apparaît d’emblée comme victime d’une instrumentalisation de la foi par le pouvoir pour perpétuer sa domination. Le principal responsable de ces intolérances et de ces violences religieuses c’est le pouvoir lui-même, qui réprime toute velléité d’émancipation de la religion dans la société. Tout en orchestrant une idéologie structurante autour des institutions et de la gestion de l’espace public. Le créationnisme érigé comme doctrine fondamentale dans l’éducation nationale où l’on apprend aux enfants comment laver les morts selon le rite religieux musulman au lieu de leur apprendre la tolérance de la différence. L’encouragement de la construction de mosquées au détriment de centres culturels, de bibliothèques municipales, de structures d’édition et de commercialisation du livre et d’organisation de manifestations culturelles à l’échelle locale et nationale. La saturation des programmes télévisuels des médias publics par les sujets religieux, y compris l’appel à la prière qui vient entrecouper toute émission en cours cinq fois par jour.

Quant à la violence religieuse, on ne peut nier que celle-ci émane essentiellement du pouvoir contre la société. Ce n’est pas la population qui persécute et embarque les non-jeûneurs et les amoureux qui s’isolent aux commissariats de police, ce sont bien les forces de sécurité. Ce ne sont pas les musulmans qui persécutent les chrétiens dans certaines régions du pays, mais bel et bien les forces de sécurité. Les atteintes à la liberté d’expression par l’emprisonnement de blasphémateurs, ce n’est pas non plus la population qui en est responsable, mais bel et bien l’institution judiciaire. L’article 2 de la Constitution, qui affirme que l’islam est la religion de l’Etat et l’éligibilité à l’exercice du pouvoir est tributaire de l’adhésion à la foi islamique, ce n’est pas la population qui l’impose.

Si à la suite de l’affaire qui l’oppose à Ennahar TV, on apprend que l’actuel président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav) Zouaoui Benhamadi est menacé d’être démis de ses fonctions, ce n’est pas pour le sanctionner d’avoir contribué à l’intolérance et à la violence religieuse sur un média, mais plutôt pour le sacrifier en tant que lampiste pour calmer les esprits face à cette affaire qui commence à s’ébruiter au niveau international.

Au lieu d’aller crier dans les colonnes du magazine Le Point que la société algérienne est submergée par l’islamisme alors que c’est le pouvoir qui l’inonde avec, Boudjedra aurait mieux fait d’affronter ce pouvoir sur ses dérives par l’instrumentalisation de la religion contre la société. Au lieu de se contenter de son statut d’écrivain, d’ancien moudjahid, de communiste et d’athée et de fantasmer dans le délire paranoïaque de l’enlèvement terroriste, il aurait mieux valu pour lui de continuer son combat révolutionnaire entamé depuis son engagement dans la lutte pour la libération nationale et d’assumer son rang d’intellectuel éclairé.

Y. B.

Comment (41)

    Tin-Hinane
    13 juin 2017 - 14 h 03 min

    Boudjedra est un intellectuel
    Boudjedra est un intellectuel certes mais c’est avant tout un être humain, il s’est fait violemment agresser publiquement par des abrutis d’une médiocrité insondable produits de la bigoterie régnante en Algérie, et on attend de lui une analyse profonde et psychologique d’un comportement aussi vil qu’infantile ?! (…) Il faut essayer d’élever un peu le niveau en Algérie car la bigoterie enfonce ce pays dans une médiocrité sans nom ce qui est dommage car c’est aussi un pays qui s’est vaillamment battu et gagné la (…) islamiste.




    0



    0
    ALGERIEN
    13 juin 2017 - 13 h 39 min

    Boujedra est devenu le bouc-
    Boujedra est devenu le bouc émissaire d’une société bigote , bloquée , fanatisée , immorale , intolérante, zélote et qui se glorifie de ses pires déchéances .. l’Algérie est soumise à la propagande et aux chantages théologiques wahabistes d’un corps de charlatans religieux affiliés aux services des états du Golfe et de la secte des frères musulmans Egyptiens qui non seulment ne travaillent pas de leurs mains et vivent en parasites mais croient devenir les vicaires de Dieu sur terre et une police de la pensée pour imposer aux citoyens algériens libres leur ignorance , leur culture esclavagiste féodale , leurs vices , leur laideur, leurs accoutrements médiévaux ridicules, leur violence , leur intolérance , leur Misk , leurs sorcelleries et leur crimes …
    Boujedra est un écrivain algérien libre qui écrit des livres, fait honneur à son pays et le fait connaître … il n’a jamais égorgé un soldat, un enfant ou un citoyen .. même pas un mouton




    0



    0
    slam
    12 juin 2017 - 15 h 00 min

    Boudjedra a parfaitement
    Boudjedra a parfaitement raison. La société est en passe d’arriver au stade final de la fanatisation religieuse. Nous bouffons du Allah a chaque virage et du matin au soir. Une overdose de religiosité jusqu’à la nausée. Si nous sombrons chaque jour un peu plus dans la bigoterie religieuse ce n’est pas tellement à cause du Pouvoir et de ses relais islamistes. Non. Eux ne font qu’actionner nos reflexes pavloviens pour mieux nous contrôler. Être sensible au matraquage religieux c’est un peu aussi être malléable de la cervelle et incapable d’affirmer son identité de citoyen majeur et vacciné, capable de réfléchir et de tenir un discours sans copier/coller les formules et pratiques religieuses qui nous lobotomisent.




    0



    0
      Sany
      13 juin 2017 - 0 h 46 min

      Excellent commentaire… mais
      Excellent commentaire… mais à quand le réveil… pas juste derrière une plume…




      0



      0
        slam
        13 juin 2017 - 18 h 05 min

        LE RÉVEIL. Il se construit d
        LE RÉVEIL. Il se construit d’abord individuellement. Ensuite dans l’éducation de sa progéniture car il est illusoire de prétendre imposer des changements profonds à notre système educatif prisonnier de l’aliénation islamiste. Alors il faut se debrouiller autrement. Le temps des grandes revolutions emancipatrices est révolu. Place a la révolution de l’individu contre la morale ambiante. Chacun avec ses moyens pour s’émanciper à son rythme et peut-être qu’un jour tout sera limpide dans nos cervelles.




        0



        0
      leputois
      13 juin 2017 - 7 h 15 min

      Ce sont les impacts inter
      Ce sont les impacts inter sociétales et inter individus qui créent un environnement donné. Ce dernier est toujours en mode dynamique car les contraintes que s’exercent les sociétés entre elles et les individus entre eux sont continues et permanentes. Ces contraintes, régies par l’égoïsme de l’individu, son désir de richesse, d’expansion de domination de l’autre…etc, font que l’environnement global est en constante mutation. En y rajoutant le développement de l’intelligence créant d’autres facettes à la diverse façons de tromper pour son égoïsme, son ego, son enrichissement…etc, l’être humain est toujours en alerte à la moindre modification de son environnement. Il cherchera automatiquement à s’adapter pour survivre dans le cas rudimentaire, vivre normalement dans le cas un peu plus complexe, et vivre encore mieux dans le cas encore un peu plus complexe. Il développera alors toute sorte d’artifices grâce à son intelligence soit pour berner ses prochains, soit pour dominer par la force…etc. Cet état de fait on le retrouve à tous les niveaux de la société et dans toutes les statures. Si vous prenez nos gouvernants, ils ont usés de plusieurs artifices pour arriver là où ils sont. Ils ont par exemple usé de la brosse, rendus des services, ont du probablement s’agenouiller pour obtenir les postes qu’ils occupent. Un peu plus bas il y a ceux qui sont en attente dans les mêmes postures et espèrent cette récompense. D’autres usent de la violence. Car n’ayant rien à se mettre sous la dent ils vont forcer les verrous pour voler, agresser..etc. D’autres usent de malices pour berner et tirer profit., d’autres cherchent à prendre le pouvoir et usent de tous les coups. Beaucoup usent de la religion, car cette dernière est une nappe qui peut s’étendre sur beaucoup de pans de la société…Bref, le dénominateur commun est que l’individu cherche à améliorer son bien être dans son environnement. La différence des un par rapport aux autres se situe simplement dans l’environnement dans lequel il se trouve. Et plus cet environnement est complexe plus les artifices utilisés sont évolués.




      0



      0
    leputois
    12 juin 2017 - 8 h 52 min

    En suivant la flèche de l
    En suivant la flèche de l’article aux interventions, on terminerais par citer Blaise Pascal: Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou. Non?




    0



    0
    cactus algérien
    11 juin 2017 - 11 h 26 min

    en fait , le Boujedra dans
    en fait , le Boujedra dans cette phase d’intellectuel bien casé , dormant sur ses lauriers ,jouant de sa notoriété donne l’air d’un opportuniste qui cher he un coup d’éclat dans le monde littéraire , ce qu’il n’a pu faire dans un roman , il veut le reussir par un buzz médiatique , pourquoi aller claironner son fiel anti-islamisme dans un magazine qui tire à bout portant sur tout ce qui est arabe et même quand on est démocrate , l’essentiel est d’être de leur camp donc de leur vision du onde , non ce n’est pas la religion qui est le moteur ‘ croyant ou icroyant) , c’est plutôt de maintenir la logiqe de l’occident dominateur face au tiers monde , toujours eux nous donnant des leçons et nous leurs élèves , alors au nom de la victimisation et trouvant là un bon pretexte , Boujedra se colle à cette aubaine et faire passer son affaire en occident , vraiment l’équipe Ennahar tv sont des amateurs!




    0



    0
    Aidouni
    11 juin 2017 - 8 h 41 min

    @keltoupet. Les vertus (dont
    @keltoupet. Les vertus (dont le libéralisme) et les vices d’un peuple ou d’une nation ne se créent pas en 20 ans mais sont les résultats de traditions centenaires et même millénaires qui, avec le temps, s’enracinent dans l’ADN social de ses citoyens sous forme de couches cumulatives et successives.
    OUI, les Algériens ont subi une transformation (heureusement encore superficielle) importée du MOYENT-ORIENT, qu’ils ont acceptée volontairement. Parce la grande majorité de notre peuple confond l’ISLAM avec l’ARABITE. Et parce que notre friction avec le modernisme importé par les colons signifiait pour nous, avant tout, exploitation et soumission que nous avons combattues pendant 130 ans. Depuis un certain temps nous assistons, DIEU merci, à une prise de conscience nationale ancrée dans l’AMAZIGHITE de notre peuple. Il est donc aujourd’hui important de multiplier les efforts pour que le combat amazigh ne soit plus le combat d’une région mais celui de tous les Algériens. Ce combat ne peut jamais être celui du MAK, mais des Algériens patriotes.




    0



    0
    Anonymous
    11 juin 2017 - 1 h 57 min

    Cet écrivain, qui mérite
    Cet écrivain, qui mérite respect pour son parcours et ses œuvres littéraires, n’a jamais osé dire un seul mot sur les dérives de ce système. la raison il en fait partie.




    0



    0
      Abou De Nerfs
      12 juin 2017 - 14 h 38 min

      La société algérienne est
      La société algérienne est gangrenée par l’intégrisme islamique. Ça a commencé sous Chadli en mal de légitimité et de compétence qui a fait appel aux illuminé égyptiens comme Qardaoui et cie pour endoctriner les esprits faibles,désarmés et incultes des algériens Boutef a livré les algériens pieds et poings liés aux discours religieux archaïques,obscurantistes et fanatiques des imams incultes et hors de leur siècle !C’est Le Général Lamari qui a dit, à juste titre, que si le terrorisme islamiste a été vaincu, son idéologie macabre et rétrograde a triomphé grâce au régime corrompu et anti-démocratique en place qui veut par cette religiosité de bas étage ,camoufler son incurie,son incompétence ,ses passe droits,la protection des corrompus hauts placés,la fraude électorale.Faire tout ce qui est illégal et anti-constitutionnel tout en jouant au « pieux » musulman. Hypocrisie totale !




      0



      0
    m.larbi
    10 juin 2017 - 23 h 25 min

    Une télévision au rabais, une
    Une télévision au rabais, une caméra cachée grotesque, des animateurs sans culture, des téléspectateurs friands de violence, un écrivain prétentieux, violent, haineux, colérique et d’un cynisme pathologique . Voilà, réunis, tous les ingrédients d’un buzz accompli. La Ghaita Band n »a pas perdu son temps pour donner le LA. Prestement, lestement! . Cette affaire n’aurait jamais dû prendre autant d’ampleur n’eût été ce besoin atavique de Boudjedra de parler de lui. il est connu pour sa soif des manchettes et il est connu pour être un bon client des plateaux de télévision. Il est aussi connu pour ne pas être trop regardant sur la qualité du média dont il est l’invité. Pourvu que ça mousse! quant au fond de l’histoire et pour le musulman que je suis, l’athéisme de Boudjedra ne m’intéresse pas. Sa profession de foi simulée non plus. Par contre, ce que, je trouve navrant et même tout à fait exaspérant, c’est la facilité avec laquelle les gens succombent à tant de frivolités. Je passe mon temps à regarder les caméras cachées algériennes . Elles sont toutes, sans exception, d’une violence inouie. Si Said Bouteflika devait rendre visite à toutes ces malheureuses victimes pour les rassurer, il aurait fallu qu’il s’appelât UBU. Autrement dit, ce qui est Normal (comme on dit au pays) pour le dernier des quidams devient un crime de lèse majesté quand c’est Boudjedra qui trinque. Il ne m’a pas fait pitié. Au contraire, je l’ai trouvé pathétique pendant la caméra cachée et franchement minable après coup.




    0



    0
    ZORO
    10 juin 2017 - 22 h 51 min

    @ Mello , je m excuse cher
    @ Mello , je m excuse cher ami ,mon epee ne semble avoir aucun effet dans cette cage de Faraday !!!




    0



    0
      Mello
      11 juin 2017 - 15 h 18 min

      Cher ami, c’est trop donner
      Cher ami, c’est trop donner de l’importance a cette marabounta que de les considerer dans une cage de Faraday.
      La cage de Faraday fait partie des principes universitaires, ou seuls des chercheurs peuvent y travailler. Y a t-il des chercheurs parmis eux ? Toi qui connait ce principe , y a t-il , chez ces gens la, des mesures precises ?. La rente , ils la manipule a la pelle, sans compter. Quant aux nuisances externes, ils peuvent dormir sur les deux oreilles, mais , de ton epee , ya si Zoro, tu peux couper l’ alimentation. Saha ftour koum




      0



      0
    Anonymous
    10 juin 2017 - 21 h 45 min

    je sens la fin de la dynastie
    je sens la fin de la dynastie algérienne abandonnée par les votants; boujedra qui a bien profité aussi de ce pouvoir car il se prétend ancien moujahid.




    0



    0
      Azizoran
      11 juin 2017 - 10 h 22 min

      Être ancien Moudjahid ne veut
      Être ancien Moudjahid ne veut pas dire être du pouvoir !




      0



      0
    Riadh
    10 juin 2017 - 18 h 00 min

    Benzetat comme Abou stroff
    Benzetat comme Abou stroff visent bien et font mouche sans se leurrer tant sur Boudjedra que sur le reste, c’est a dire l’instrumentalisation du sentiment religieux du citoyen a des fins moins que politiques, de ventre et de (…), par le pouvoir actuel.. Sauf que Benzetat n’évoque pas le poids réel du fait religieux au sein de notre population. La croyance, surtout la peur de la mort et du châtiment dans l’au delà, transcendent nettement la soif de liberté et de démocratie. Si le commun citoyen avait a choisir entre son Islam et la démocratie, il n’hésiterait pas a opter pour sa religion, c’est a dire Dieu. Donc Boudjedra n’a pas tout a fait tord en mentionnant le poids de l’islamisme, bras avance de la propagande intégriste, dans la société algérienne. Il l’aurait dit a un organe de presse algérien, n’aurait rien changé. Mais du fait qu’il revendique haut son non attachement a la religion et c’est son affaire, le rend suspect des qu’il évoque la religion. Mais il aurait du ajouter le rôle néfaste et insidieux du pouvoir qui s’allie directement ou indirectement a la mouvance intégriste pour jouer sur la fibre sincèrement croyante du citoyen. La c’est plus grave car le préjudice est plus grand contre la société maintenue dans un état d’arriération culturelle et cultuelle avancé pour mieux la dominer et l’exploiter




    0



    0
    Anonymous
    10 juin 2017 - 17 h 25 min

    Boujedra a raison
    Boujedra a raison




    0



    0
      Saadsaid dz
      11 juin 2017 - 15 h 51 min

      D’accord il a raison, mais
      D’accord il a raison, mais pourquoi?il n’a pas riposte en disant par exemple OUI JE SUIS TEL ….ET TOI qui t’a permis de me poser tes questions absurdes tel que (tu n’est pas un musulman etc..) si j’étais a sa place je lui répondrais autre chose et comme ça tout le monde saura les dérives sur ce qui prépare par cette médiocre chaîné .manupulé par des extrémistes d’orients tel qu’elkhardaoui et d’autres.




      0



      0
    Mello
    10 juin 2017 - 15 h 22 min

    Comparaison , n’est pas
    Comparaison , n’est pas raison , alors on y va. Boudjedra ecrivaint, Djaout ecrivain, l’un est de ce bas monde , l’autre est en haut , dans le ciel comme on dit aux enfants. Djaout Tahar avait dit  » Nos enfants, n’est ce pas, c’est pas des petits japonnais, c’est pas des petits americains, c’est pas des petits autrichiens…. ». Djaout , en homme de l’avenir , etait de ceux qui pouvait faire reculer les horizons pour que les enfants puissent respirer et vivre a l’aise dans pays. Il avait tout pour aider a ouvrir toutes grandes les portes qui font les petits paradis terrestres. N’est ce pas que nos enfants ont aussi droit au bonheur comme tous les petits du Japon, d’Amerique, d’Autriche ou d’ailleurs ?. Alors, pourquoi ne pas aider a ouvrir toutes ces portes, n’est ce pas Mr Boudjedra ? Ne faut pas trouver un autre discours ?.




    0



    0
    Dr Knock
    10 juin 2017 - 15 h 17 min

    Oh pardon mello , j’étais
    Oh pardon mello , j’étais loin d’avoir saisi le lieu exact où le bât a blessé. Que vous rejoignez Benzatat dans cette chasse aux sorcières me surprend. Lui à la rigueur je le comprends , il fait feu de tout bois, il sait qu’il n’y pas mieux que le registre émotionnel pour attraper son quidam. Mais vous qui mordez si facilement, voyons ! C’est le ramadhan qui vous a fait perdre votre sens critique ? Ce que Boudjedra a dit n’a aucune importance en soi , son crime c’est d’avoir débusqué encore un refoulé et de nous avoir fait récidivé. Je voulais être cohérent avec moi-même qui défendais K.D et Sansal contre lui lorsqu’il snippait , comme Benzatat aujourd’hui , sur eux. Et ben moi je m’en fiche qu’il aille le dire au Pape ou au diable, à son imam, ou à je ne sais qui d’autre. Boudjedra est un intellectuel qui écrit en français, il est de toute façon lu quoi et d’où qu’il écrive, et ce qu’il dit ne laisse indifférent ni chez nous ni ailleurs.




    0



    0
      Mello
      11 juin 2017 - 15 h 37 min

      Non, mon frere, le sentiment
      Non, mon frere, le sentiment d’etre cite, en ma qualite de citoyen Algerien comme etant un islamiste, ce mot qui vadrouille dans l’espace mondial et qualificatif d’un etre repudiant, m’offusque, cher Dr . Que cette declaration de fausse image, vienne de n’importe quel cadre , quel qu’en soit sa nature, cela me revolterait , car quoi de pire que d’etre mis de cote au controle aux frontietes, pendant que des citoyens du monde, ne portant aucune étiquette , passent sans probleme. C’est vraiment ecoeurant. Voila pourquoi ….saha ftour koum.




      0



      0
    Abdelrahmane
    10 juin 2017 - 13 h 59 min

    @ rachid boudjedra déclare
    @ rachid boudjedra déclare « avoir cru à un «enlèvement par des terroristes ». Arrête ton char, boudjedra! Depuis plus de 10 ans, le canular de la caméra cachée sur un plateau tv est devenu tellement banal, tellement cucul que personne ne tombe dans le panneau. la supposée victime se doute vite de la chose mais joue le jeu pour ne pas tout faire capoter. nous-mêmes dans la vie réelle, quand on rencontre une situation insolite, on se pose la question s’il ne s’agit pas de camera cachée. Galek « j’ai cru à un enlèvement terroriste » hahahah. Yakhi boujedra, yakhi !




    0



    0
    Anonymous
    10 juin 2017 - 13 h 34 min

    Personnellement , j’ai bien
    Personnellement , j’ai bien aimé l’article, il y a le pouvoir et il y a ceux qui tirent les ficelles en instruisant ce pouvoir
    L’auteur de cet article a parfaitement raison
    Je n’aime pas l’islam de ce pouvoir , par contre je me réfère toujours à l’islam de mon père ( allah yarhamou, qui enrôlé de force par l’armée française durant la seconde guerre mondiale, faisait sa prière et son ramadhan à -20° sur le front , près de Colmar)
    Oui, l’auteur a raison, cet islam frelaté que les saoudiens nous ont concocté a permis d’anesthésier un peuple qui ne trouve refuge que dans une foi enrobée de violence et d’intolérance et que s’assignent à développer les milliers de mosquées construites depui deux décennies




    0



    0
    Aidouni
    10 juin 2017 - 13 h 19 min

    Boujedra s’en prend à la
    Boujedra s’en prend à la société algérienne qu’il accuse d’être trop islamisée et fanatique. Moi je lui réponds que cette société est beaucoup plus libérale qu’il l’est lui-même. Car c’est bien cette société qui lui a donné les honneurs qu’il mérite, malgré l’athéisme qu’il affiche publiquement.




    0



    0
      keltoupet
      10 juin 2017 - 17 h 45 min

      @aidouni14h19 « cette société
      @aidouni14h19 « cette société ÉTAIT plus liberale, non pas EST… » Nuance!! y a qu à voir les accoutrements féminins et masculins d aujourd’hui et d il y a vingt ans avant la décennie islamiste ainsi que les programmes des chaines privées les présentatrices en foulard y en avait pas dans la télé algérienne, le vocabulaire ou langage algérien tend à changer façon moyen orientale aussi.!!..on disait « Lah ibarek » on dit mashallah, on disait « sbah el khir, tessabhou b,khir » on dit plus que salam alikoum, on disait « sahit ou saha » on dit jazaka lahou kheiran, on disait « rabi wkilhoum » on dit désormais hasbiya allahou wa ni3ma el wakil….l identité et la caractéristique culturelle algérienne subissent un changement forcé importé par les médias entre autres, la société vire vers le prosélytisme FréroSalafiste et l intolérance, et la violence…vous ne le voyez donc PAS dans l espace public les administrations et
      certaines universités, et Partout même audio visuel, y compris jeunes podcasteurs et youtubeurs!!




      0



      0
      Mlaoua
      11 juin 2017 - 18 h 15 min

      C’est vrai que c’est une
      C’est vrai que c’est une société très islamisée.Son accusation l’avait bien justifiée.Désolé de dire que cette société ne lui a rien donné, mais au contraire le rejette parce qu’il est athée.D’ailleurs rarement qu’on entend parler de lui chez nous et surtout du coté des médias arabophones.En plus, très peu d’Algériens ont lu ces livres.La chaîne Ennahar, dont les animateurs sont le produit de cette société très islamisée, l’avait invité pour se venger de lui en raison de ses positions laïques qu’elles a toujours affichées et de son athéisme qu’il n’a jamais caché contrairement aux autres intellectuels qui n’assument rien : ni leur islamisme et ni encore moins leur athéisme. Boudjedra fait exception en étant franc.Mais la contradiction que je n’arrive pas à comprendre chez ce dernier, pourquoi s’approche-il de ces chaines qu’il qualifient d’ islamistes telles: Ennahar et Echourouk ? Cette dernière venait elle aussi de l’inviter pour répondre aux mêmes questions que celles formulées par les animateurs d’Ennahar. Je crois que Boudjedra en répondant aux invitations des deux chaines citées qu’ils connait bien, cherche à se faire une publicité mais qui est mal tournée contre lui. Alors il mérite ce qui lui est arrivé.C’est vrai que l’islamisme qui gangrène notre société est devenu un obstacle qui empêche notre pays d’avancer.




      0



      0
    Abou Stroff
    10 juin 2017 - 13 h 05 min

    « On attend sans doute plus d
    « On attend sans doute plus d’engagements d’un intellectuel de son rang à aller à la source du problème. » souligne Y. B.. à propos de boudjedra qui ne serait pas allé au fond des choses. je relève donc le défi et je vais être radical (c’est à dire toucher la racine de la problématique). j’avance, avec la modestie qui m’étouffe, qu’il y a une convergence d’intérêts entre la marabunta qui nous gouverne (dont le parrain du moment est kouider el mali), c’est à dire un ramassis de rentiers-prédateurs qui prennent l’Algérie et les algériens pour leur propriété privée et la vermine islamiste qui n’est essentiellement qu’une partie « marginalisée » ou dominée de la marabunta qui constitue le tout.
    en effet, la marabunta gère (en s’enrichissant) la rente grâce à sa privatisation des structures de l’Etat algérien tandis que la vermine récupère une partie de la rente grâce à son quasi-monopole sur le commerce formel et informel.
    en outre, la vermine couvre de son idéologie la rapine organisée qu’opère la marabunta sur la rente (n’est ce pas Dieu qui enrichit qui il veut, selon la « vulgate » religieuse?).
    en d’autres termes, la marabunta et la vermine ne sont que deux facettes d’une même chapelle. car, tous les algériens lambda remarquent que les dirigeants de la marabunta d’une part et les dirigeants de la vermine se ressemblent comme deux gouttes d’eau et s’entendent comme larrons en foire sur le dos des algériens lambda. ils s’enrichissent sans travailler, profitent et font profiter leurs proches des bienfaits de la rente et s’acoquinent souvent ensemble.
    reconnaissons qu’il n’y a que les aveugles qui ne voient pas que toutes les télés qui font, d’une manière ou d’une autre, l’apologie de l’idéologie intégriste sont aux mains de pontes de la marabunta et servent, avant de servir la cause de la vermine islamiste, la cause de la marabunta en endormant les algériens lambda.
    moralité de l’histoire: si la marabunta qui nous gouverne et la vermine islamiste ne sont que les deux facettes d’une même chapelle, il me parait inutile d’essayer de combattre la vermine si, dans le même mouvement, la marabunta n’est pas neutralisée.
    PS: reconnaissons, enfin, que celui qui a avancé que la religion était l’opium du peuple n’avait pas tort du tout. ainsi, pendant que les autres peuples se sont débarrassés du carcan religieux et planifient un « amarsissage » sur la planète Mars, les peuples musulmans continuent à s’interroger sur la longueur des jupes de femmes et sur la couleur halal de leur petites culottes.




    0



    0
      leputois
      10 juin 2017 - 16 h 46 min

      Bonjour Cher Abou Stroff, je
      Bonjour Cher Abou Stroff, je pense que tu as tout dit dans un résumé entier et complet. On ne peut y rajouter quoique ce soit. J’aime bien le « pendant que les autres peuples se sont débarrassés du carcan religieux et planifient leur « amarsissage », les peuples musulmans continuent de s’interroger sur le longueur des jupes des femmes …. ».L’expédition habitée vers Mars sera probablement pour les années 2030 – 2040 au plus tard. La reconstitution de l’atmosphère martienne ne posera pas de problème, le principal souci en fait est la tenue de l’homme dans l’espace pendant plusieurs mois voir plusieurs années. Tout tourne autour de cette question qui sera probablement résolue dans une dizaine d’années à peu près.




      0



      0
        Dr Knock
        10 juin 2017 - 17 h 40 min

        « La reconstitution de l
        « La reconstitution de l’atmosphère martienne » ? Sur terre, n’est-ce pas? Une bonne idée qui réglera le problème de la longueur des jupes et des qamis.




        0



        0
    Anonymous
    10 juin 2017 - 13 h 03 min

    Comment dire les choses ?
    Comment dire les choses ? Nous serons un peuple uni quand nous réserverons nos critiques internes pour la sphère interne. Pour ce faire, la libre expression est nécessaire. En cela, Boudjedra a eu tort d’évoquer les choses ainsi dans ce magazine non-algérien, d’autant que les algériens ont fait preuve d’une immense solidarité pour lui. Mais ! Et il y a un « Mais », cher M. Benzatat, votre acharnement est aussi inapproprié. En écoutant Boudjedra et vous, ensemble, nous avons de visu le malheur de notre peuple : se parler franchement de face, mais sans se blesser cruellement. Boudjedra ne doit pas regarder le verre à moitié vide en s’épanchant au Point, toute la blogosphère algérienne s’est soulevé dont des croyants purs et durs. c’est le verre à moitié plein qu’il aurait regardé. Mais vous M. Benzatat, il va falloir que vous sachiez ce qui est le plus important… (…). Sans rancune, mais vous aussi, comme Boudjedra, vous êtes des caractériels agaçants.




    0



    0
    Dr Knock
    10 juin 2017 - 11 h 51 min

    Ah non Monsieur Benzatat, là
    Ah non Monsieur Benzatat, là vous lui faites vraiment un mauvais un procès ! C’est une fixation ! Vous aviez enfourché un mauvais canasson pour repartir en inquisition. Que n’aviez-vous besoin de faux prétextes pour l’achever ! C’est un acharnement ! C’est une interview, pas une communication dans un congrès scientifique, tout de même ! Il ne faisait que répondre aux questions du journaliste qui étaient orientées, je ne vois pas ce qu’il aurait répondu d’autre à ce genre de question : « Qu’est-ce que cet épisode horrible dit de l’état actuel de la société algérienne ? Cette violence banalisée, ces inquisitions ? » Et vous vous ne dites pas autre chose que ce qu’il a dit. Je ne vois vraiment pas comment on ne saurait ne pas être d’accord avec lui. Qui ne fait pas le même constat que lui ? Laissez-le revenir de ses dérapages et de sa folie des grandeurs c’était parce qu’il s’est cru tout permis. Il l’avoue d’ailleurs : « Je ressens une sorte d’échec total. Ce que j’ai dit à l’époque était de l’optimisme idiot…»




    0



    0
      Mello
      10 juin 2017 - 12 h 24 min

      L »Algerien, cet Algerien n
      L »Algerien, cet Algerien n’aurait il pas pu eviter ce genre de reponse accablant ses freres et soeurs? Un media etranger ne doit pas etre le porte-parole d’une situation interne qui nous regarde. Ce que cet individu a oublie, c’est qu’il enfonce le clou qui pointe deja par la force de nos dirigeants, en nous faisant passer a l’international comme etant des terroristes. Nous connaissons nos maux, nous maitrisons notre inculture, mais ces maux nous concernent, ils sont enfouis en nous. Je n’admettrais a personne d’aller croasser notre misere intellectuelle, de surcroit a un media de France, notre comportement ne regarde que nous-memes. Mr Benzetat a bien fait de tirer sur la bride afin de faire taire cette paranoia qui ne dit pas son nom, n’est ce pas Dr knock ?




      0



      0
        ZORO
        10 juin 2017 - 13 h 20 min

        khamsa we khmissa 3lik mello
        khamsa we khmissa 3lik mello nesta3raf bik sahit sahbi SIGNE ZORO ….Z….




        0



        0
          Mello
          10 juin 2017 - 14 h 54 min

          Chaud au coeur d’un patriote
          Chaud au coeur d’un patriote qui ne veut que du bien pour ses semblables. Ce beau monde frequentant les medias d’outre mer, s’agite comme un essain de moucherons autour d’un fruit murissant. Dommage pour eux, il ne leur reste plus qu’une seule cartouche , chercher de fructifier leur passe . Zoro, attention, notre memoire est courte, attention aux tirs de pigeons, faut sortir ton epee. Saha bouzzelouf.




          0



          0
        Karamazov
        10 juin 2017 - 15 h 28 min

        Mais j’alhoucine ! @mello qui
        Mais j’alhoucine ! @mello qui rejoint Benzatat, je n’en reviens pas ! J’allais dire comme Bourbiga , alors hadek rssas ga3 contre Benzatat, safi c’est pour de faux ? @melo comme témoin à décharge ça vaut le meilleur des réquisitoires. Si Benzatat ne vous fait pas révoqué , bien entendu ! Je crois que je vais arrêter d’être algérien!




        0



        0
          Mello
          11 juin 2017 - 15 h 59 min

          On ne rejoins personne, il y
          On ne rejoins personne, il y a une idee, un message qui est assez descriptif d’un individu frappe non pas par la paranoia, mais carrement outrageux. Ne dit on pas que l’ennemi de mon ennemi est mon ami, ceci pour etre dans cette relation de joignabilite. Alors, avec cette declaration de Boudjedra, je cesserais d’etre Algerien, malheureusement il est impossible de nous defaire de notre nationalite, de ce fait il me reste qu’a lutter sur ce genre de demagogie, je refuse d’etre celui que je ne suis pas, c’est a dire islamiste. J’irais le crier sur tous les toits.




          0



          0
        Hend Uqaci
        10 juin 2017 - 17 h 43 min

        Par contre parler de San
        Par contre parler de San Egidiot ou de lausanne c’est mieux, n’est-ce pas?




        0



        0
          Mello
          11 juin 2017 - 15 h 46 min

          Parler de Saint Egidio, je
          Parler de Saint Egidio, je suppose que tu fais reference au contrat de Rome signe par des personnalites politiques qui ne veulent que du bien pour notre pays. Je t’invite a lire ce contrat et tu trouveras que c’etait la seule issue a la sortie de crise qui nous ravageait. Une proposition rejetee par ce pouvoir et ses acolytes car un ciel qui s’eclaircira fera ressortir toutes ces taupes qui vivent au depend des autres. Quant a Lausane, mon cher compatriote, c’est une tres belle ville , paradisiaque que seules les grandes figures visitent ou y habitent.




          0



          0
    zorbalg
    10 juin 2017 - 11 h 46 min

    C’est bien Victor Hugo à
    C’est bien Victor Hugo qui disait à propos de Chateaubriand « c’est triste un lion qui aboie » Soubhana allah ça lui irait comme un gant!




    0



    0
      Yeoman
      10 juin 2017 - 22 h 00 min

      C’est pathétique un chat qui
      C’est pathétique un chat qui essaie de rugir. Et ça te va à merveille. Et laissons Allah de côté car il n’y est pour rien.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.