Les Affaires étrangères allemandes : «Le Golfe à deux doigts d’une guerre»

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel. D. R.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a souligné le risque de voir la crise diplomatique entre le Qatar et plusieurs autres pays arabes, dont l’Arabie Saoudite et l’Egypte, déboucher sur une guerre. Il a exprimé cette crainte dans une interview accordée samedi au journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. «Le risque existe que cette crise dégénère en une guerre», a-t-il affirmé. Il explique qu’il a tiré cette conclusion des discussions qu’il a eues sur la question avec ses homologues saoudien, qatari et turc, ainsi que ses conversations téléphoniques avec ceux d’Iran et du Koweït. Mais il n’exclut pas la possibilité de résoudre la crise.

«L’Allemagne va tout faire, avec la communauté internationale et l’Union européenne, pour que ce conflit ne s’aggrave pas», avait déclaré la veille, vendredi, le chef de la diplomatie allemande à l’occasion de sa rencontre, à Berlin, avec le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani, envoyé en visite surprise en Allemagne à la recherche de soutiens à l’étranger. Sigmar Gabriel a estimé que le blocus imposé au Qatar était «lourd de conséquences» pour la population qatarie, mais aussi pour l’économie allemande.

Dans son édition du 7 juin, le quotidien des affaires Handelsblatt avait déjà fait part de la position du ministre allemand des Affaires étrangères qui n’a pas hésité à accuser le président américain Donald Trump d’attiser les conflits au Moyen-Orient en prenant le risque d’une nouvelle course à l’armement après la mise au ban du Qatar par ses voisins. Il en a donné pour preuve les récents contrats militaires géants du président américain Trump avec les monarchies du Golfe qui renforcent le risque, selon lui, d’«une nouvelle spirale à l’armement». Le chef de la diplomatie allemande s’était dit «très préoccupé par l’escalade dramatique et ses conséquences pour l’ensemble de la région». Pour lui, «on veut apparemment plus ou moins isoler complètement le Qatar et le toucher dans son existence».

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a, lui aussi, exprimé sa préoccupation sur la situation autour du Qatar, au cours d’une rencontre à Moscou avec son homologue qatari, Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani.

De toute évidence, le Qatar est décidé à résister et non pas à céder aux pressions exercées par l’Arabie Saoudite et ses alliés. Le petit émirat exige la levée des sanctions, comme préalable au déplacement de son émir à Washington pour des négociations en vue de résoudre la crise du Golfe créée par la décision de l’Arabie Saoudite, Bahreïn, l’Egypte et les Emirats arabes unis de rompre leurs relations diplomatiques avec Doha, accusé de «déstabiliser la situation en matière de sécurité» et de «soutenir le terrorisme» au Proche-Orient.

Le mouvement d’isolement du Qatar n’a pas été largement suivi. Les deux autres pays du Conseil de coopération du Golfe, le Koweït et Oman, ont fait preuve d’une neutralité bienveillante à l’égard du Qatar. Oman est particulièrement sensible à ce conflit du fait des relations privilégiées qu’entretient le sultanat avec l’Iran.

Par ailleurs, à ce jour, seuls des pays musulmans ou à majorité musulmane, à faible impact international comme Djibouti, le Sénégal, la Mauritanie, les Maldives, les Comores ou des pays déstabilisés comme la Libye et le Yémen, ont suivi, de façon différenciée, l’Arabie Saoudite. Au contraire, la Turquie a volé au secours de son allié le Qatar, alors que l’Iran a montré sa disposition à l’aider à surmonter son isolement.

La Turquie a ouvert une base militaire au Qatar alors que l’Iran a envoyé à Doha cinq avions chargés chacun d’environ 90 tonnes de produits alimentaires et de légumes et 350 tonnes de produits alimentaires ont été chargés sur trois petits bateaux depuis le port de Dayyer (sud de l’Iran) situé juste en face de l’émirat. Depuis le début de la crise, l’Iran a ouvert son espace aérien aux vols vers et en provenance du Qatar.

La volonté du Qatar de s’opposer aux mesures d’isolement de ses désormais nouveaux ennemis dans le Golfe est de nature à pousser l’Arabie Saoudite à augmenter d’un cran la batterie de mesures hostiles à Doha, dans une escalade qui pourrait déboucher, comme le prévoit le ministre allemand des Affaires étrangères, sur un conflit armé.

Houari Achouri

Comment (24)

    aissa
    14 juin 2017 - 9 h 53 min

    bon pour la flambé du pétrole
    bon pour la flambée du pétrole




    0



    0
    Muhand Amuqrane
    12 juin 2017 - 3 h 30 min

    En Afrique du Nord, nous
    En Afrique du Nord, nous sommes Amazigh. Donc, les problèmes arabo-arabes ne nous concerne pas. Qu’ils règlent leur hypocrisie entre eux. Nous nous n’avons rien à voir. Amazigh, de Tamazgha, ouvrez vos yeux !




    0



    0
    Anonyme
    11 juin 2017 - 23 h 09 min

    Quand Le ministre des
    Quand Le ministre des affaires étrangères du Qatar disait à nôtre ministre des affaires étrangères algériennes bientôt ce sera à vôtre tour que le printemps arabe touchera.
    Les menaces ce sont retourner sur celui qui les a proférées.
    La puissance d’Allah Soubhanou est incommensurable et inattendue.
    Qui voulait prendre il ait pris.




    0



    0
    Expression
    11 juin 2017 - 21 h 02 min

    Dieu n’a rien fait au hasard
    Dieu n’a rien fait au hasard qui cherche trouve pour que les Arabes ouvre enfin les yeux il faut du changement radicale si c’est pas la guerre yallah




    0



    0
    Anonymous
    11 juin 2017 - 18 h 53 min

    J’espère bien qu’il n’y aura
    J’espère bien qu’il n’y aura pas de guerre.




    0



    0
    WARDA
    11 juin 2017 - 18 h 34 min

    POUR CHAQUE PHARAON DIEU
    POUR CHAQUE PHARAON DIEU CREE UN MOÏSE ! Ce n’est pas un adage, ni un slogan creux . C’EST L’EXPRESSION DE LA VOLONTE DIVINE , pour ceux qui CROIENT VRAIMENT ! LE SHTROUMPF AMERICAIN, gangster, cow-boy, mal dégrossi, CE NERON DES TEMPS MODERNE , se cassera le nez pas plus tard QUE TRES BIENTÖT ! HADHA ELLI KH’REDJ LES’ FAR BLA T’FAR , ISSIRLOU KI SAYED les AUTRUCHES ! WA HOUA THANNI  » YALQA !  » ET CE N’EST PAS LE MONDE QUI PLEURERA CE PARVENU, COMME IL L’A FAIT pour son seigneur NELSON MANDELA RAHIMA HOU ALLAH !




    0



    0
    T'ZAGATE
    11 juin 2017 - 16 h 19 min

    Moi je suis persuadé qu’il n
    Moi je suis persuadé qu’il n’y aura pas de guerre entre pays arabo-musulmans du Golfe si ce ne sont pas les américains ou les européens qui la provoque d’une manière ciblée! Aucun pays arabo-musulman ne se risquera à commencer la guerre si les occidentaux ne sont pas derrière ! Et comme les forces militaires occidentales sont présentes aussi bien au Qatar, en Turquie, aux Émirats Arabes Unis, en Égypte, au Koweït et en Arabie Saoudite, donc çà ne dégénèrera JAMAIS, au GRAND JAMAIS !




    0



    0
    BabElOuedAchouhadas
    11 juin 2017 - 16 h 16 min

    Vivement cette guerre pour
    Vivement cette guerre pour faire disparaître ces feodales Monarchies Arabes absolues (pays du Golfe – Jordanie – Maroc ) qui ont détruit des pays comme la Syrie, le Yémen, l’Irak et la Libye tout en assassinant femmes et enfants.




    0



    0
    Mohammed El Maadi
    11 juin 2017 - 15 h 09 min

    Je ne vais pas pleurer si ces
    Je ne vais pas pleurer si ces deux pays s’entre-tue .L’Arabie saoudite a soutenue les groupe armées en Algérie et le Qatar a bombé le torse en nous menaçant .Que peut faire Alger en cas de conflit surtout si Washington donne son aval ? RIEN .
    On n’a l’occasion de régler de veux compte c’est le moment ou jamais car qui peut croire un instant que Riyad nous reconnaîtras un quelconque rôle dans ce conflit. ? Les Saoudiens ont fait sienne du slogan « avec nous ou contre nous  » Nous avons une chance inouïe de marcher sur leur cadavres mais non ! Il faut faut au pays jouer au humanitaires cela suffit comme rôle.On n’est une grande puissance et il faut qu’on nous respecte ou alors on va cueillir des pâquerettes le dimanches avec une bure.




    0



    0
      Anonymous
      11 juin 2017 - 17 h 44 min

      Une puissance se mesure à son
      Une puissance se mesure à son économie, ses industries ses services, son tourisme, son système de santé, son degré d’éducation et sa recherche scientifique ainsi qu’au nombre de brevets déposés, à sa démocratie, au niveau intellectuel de ses dirigeants économiques et politiques, à ses relations géostratégiques et pas seulement au nombre d’armes qu’elle possède surtout quand elle ne les fabrique pas…




      0



      0
        LAMBDA
        12 juin 2017 - 0 h 32 min

        Tout à fait .
        Tout à fait .




        0



        0
    Anonymous
    11 juin 2017 - 14 h 59 min

    Les pays du golfe n’ont pas
    Les pays du golfe n’ont pas les capacités de discernement de ce qui est bon ou mauvais pour eux et leur peuple ce qui les amènent à commettre des erreurs. La zizanie qu’ils ont semé dans les pays musulmans se retournent maintenant contre eux, le pire dans cette dérive de la religion c’est qu’ils n’en ont pas conscience, les richesses du pétrole les a détournés de l’adoration DU TOUT PUISSANT.




    0



    0
    HANNIBAL
    11 juin 2017 - 14 h 58 min

    Mais non il s’agit d’un
    Mais non il s’agit d’un spasme de mauvaise humeur le reste n’est que gesticulation les occidentaux pensent a leur intérets la citerne de pétrole contre la citerne de gaz et ya plus de base américaine boum des 2 cotés et ça s’embrase et ça donne un baril a 400 dollars qui dit mieux quand a ceux qui ont suivit larabie yahoudite que pour l’aumone et dont fait partit bouffi VI qui en bénéficit cette position neutre est de tendre les mains des deux cotés tel un esclave qu’il a toujours été a leur traine !!




    0



    0
    makroute aliace gazouze
    11 juin 2017 - 14 h 53 min

    Je crois qu’il prend ses
    Je crois qu’il prend ses rêves pour des réalités celui là! Nous ne sommes pas à deux doigts d’une guerre entre pays du golfe c’est du n’importe quoi ! c’est du pure fantasme…
    C’est fou! A chaque fois que l’ont voient un malaise sociale ou une crise diplomatique dans un pays arrabe vous avez des spéculations européenne malveillante comme c’est un nouveau printemps arrabe c’est le début de la guerre ext…,
    Ont devrait faire pareil, la réciprocité! Surtout quand ont voient l’Allemagne et les États unis en ce moment c’est pas fameux…




    0



    0
    Ait walou
    11 juin 2017 - 14 h 39 min

    Et dans toute cette escalade,
    Et dans toute cette escalade, le but est de relever le prix du baril de pétrole…




    0



    0
    M'digouti
    11 juin 2017 - 13 h 44 min

    -:À 2 doigts d’une guerre?…
    -:À 2 doigts d’une guerre?………Il y a 1 doigt en plus ……




    0



    0
    lhadi
    11 juin 2017 - 13 h 17 min

    Dans ma conception de la
    Dans ma conception de la politique étrangère algérienne comme dans ma vision du monde, il me semble important de concilier l’exigence d’un homme d’Etat et le pragmatisme d’une force tranquille, l’attachement profond à la souveraineté nationale et la conscience éclairée d’une nécessaire adaptation aux évolutions de l’histoire.
    L’ambition d’une Algérie maitresse de son destin, messagère de valeurs universelles, attachée au respect de la souveraineté des pays, de l’identité des peuples et soucieuse de défendre sa vision d’un monde multipolaire; cette ambition, la présidence de la république doit en être le premier garant. A cet égard, la diplomatie algérienne doit se mettre en action pour demander aux antagonistes de résoudre la crise par la voie du dialogue afin de parvenir à une stabilisation au proche-orient. L’Algérie n’a pas le droit de rester inerte et silencieuse devant le cataclysme programmé. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
      Wech dakhlek
      12 juin 2017 - 0 h 48 min

      Vous etes un islamiste
      Vous etes un islamiste deguiser en bienfaiteur panarbe qui veut nous implique a tout pris pour sauver le « soldat « QATAR – votre bla bla diplomatique ne changera rien ton Qatar est foutu et l Algerie ne frequente pas les pays infrequentable




      0



      0
        lhadi
        12 juin 2017 - 10 h 44 min

        Socrate déclarait : « Je sais
        Socrate déclarait : « Je sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien ». Il ne niait pas l’existence de la vérité. La vérité existe même s’il ne la connait pas ; vaut mieux une ignorance qui se connait qu’une ignorance qui s’ignore. Il vénérait les dieux tout en avouant son ignorance à leur égard. Cet aphorisme, loin de prouver son scepticisme, témoigne de son désir de vérité. Il découvrit qu’il avait au moins une science, celle de son ignorance. Platon appellera « double ignorance » le fait de ne pas savoir et de vivre dans l’illusion de son savoir, c’est-à-dire ne pas avoir conscience de son ignorance. La « double ignorance » est grave, malfaisante si elle est le fait de personnes importantes. Pascal a écrit : » Je tiens pour impossible de connaitre un tout si je ne connais pas singulièrement les parties, mais je tiens impossible de connaitre les parties si je ne connais pas le tout ». Nul spécialiste ne peut se passer d’une culture plus large que celle de sa discipline. Fraternellement lhadi ([email protected])




        0



        0
    Omar
    11 juin 2017 - 12 h 37 min

    Monsieur le MAE Allemand, je
    Monsieur le MAE Allemand, je crois qu’il serait plus bénéfique pour l’Allemagne de s’occuper d’affaires plus sérieuses comme la négociation de la sortie de la Grande Bretagne de l’UE afin de reconstruire une Europe plus forte et plus indépendante que de s’occuper des affaires interminables et sans solution des arabes. Pourquoi ne pas faire comme la Chine, la Russie et l’Inde : attendre calmement que tout le monde s’auto-détruise et intervenir en vainqueurs, en sauveurs pour établir un monde meilleur??
    Comme le disait Blondin dans la Bon, la Brute et le Truand : il y a deux catégories de gens dans le monde : ceux qui détruisent et ceux qui construisent, Donc chers amis allemands, soyez de la deuxième catégorie et laissez les destructeurs faire leur boulot…




    0



    0
      Omar
      11 juin 2017 - 13 h 38 min

      Juste une question :

      Juste une question : pourquoi les gens en général n’aiment pas voir et affronter la réalité telle qu’ils la voient de leurs propres yeux et conscients que c’est l’unique réalité? Mais ils montrent le contraire de ce qu’ils savent au plus profond d’eux-mêmes que c’est la réalité… Est-ce une manifestation d’hypocrisie, une peur d’affronter la réalité aussi amère soit-elle? Moi, je crois que c’est un faiblesse et que chacun de nous doit surmonter cette faiblesse, se réveiller et regarder le monde autrement, sans aucun préjugé.
      Oui, le monde est rempli à 70% d’hypocrites qui chaque jour et chaque minute œuvrent à rendre la vie difficile aux 30% de la population qui ne le sont pas et également à eux-mêmes… donc il ne faut pas avoir le doigt facile et cliquer sur le bouton « je n’aime pas » sans avoir au préalable une vision lointaine de ce qui est écrit… merci à tous




      0



      0
    anonyme
    11 juin 2017 - 12 h 26 min

    Il faut dire quel TRUMP est
    Il faut dire que TRUMP est un criminel!




    0



    0
      Anonymaoui
      11 juin 2017 - 14 h 22 min

      Non, au contraire c’est un
      Non, au contraire c’est un homme bien faisant puisqu’il va permettre à l’humanité de se débarrasser de deux sources de nuisance criminelle qui à travers el quaida daech la secte des frerots le wahabisme et leurs pseudo associations caritatives ont endeuillé le monde surtout les pays musulmans non monarchiques.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.