Le FRR s’est vidé à 90% : les réserves s’évaporent

Abderrahmane Raouya, ministre des Finances. New Press

Selon le Forum officiel des institutions monétaires et financières (OMFIF), la chute des cours du gaz et du pétrole, qui représentent 95% des exportations en valeur de l’Algérie, ont entraîné une diminution de 90% des actifs du Fonds de régulation des recettes (FRR) depuis la fin 2014.

Ainsi, le Fonds de régulation des recettes algérien a subi la plus forte baisse de réserves des grands investisseurs publics, ses actifs chutant de 85%, soit de 42,4 milliards de dollars en raison de sa contribution à l’équilibre du budget du pays. L’OMFIF a interrogé des responsables des investissements de 31 institutions publiques dont les actifs totalisent plus de 4 200 milliards de dollars.

Selon l’enquête annuelle publiée aujourd’hui, les grands investisseurs institutionnels publics – banques centrales, fonds de pension et fonds souverains – prévoient de renforcer leurs investissements dans l’immobilier, les infrastructures et obligations vertes et les ressources renouvelables.

Les craintes d’une nouvelle crise au sein de l’Union européenne, le Brexit et les inquiétudes suscitées par la présidence de Donald Trump et par un retour en force du protectionnisme ont aussi été évoqués par les participants à l’enquête. Cette dernière fait aussi ressortir un intérêt croissant des grands investisseurs publics pour l’économie verte, 38% des participants disant prévoir d’augmenter leurs investissements en obligations vertes et 35% leur exposition aux ressources renouvelables.

L’enquête a été réalisée parallèlement au rapport et au classement annuels de l’OMFIF qui portent sur 750 institutions monétaires et financières publiques. La Banque centrale chinoise reste le premier investisseur institutionnel public avec 3 097 milliards de dollars d’actifs à la fin 2016, en baisse toutefois de 9%, soit de 307 milliards de dollars.

L’Agence monétaire de l’Arabie saoudite (Sama), le nom de la Banque centrale du pays, est sortie de la liste des dix premiers investisseurs publics mondiaux, tombant à la 11e place, après un recul de 76,3 milliards de dollars de ses actifs à 539 milliards de dollars. Elle a été remplacée à la 10e place par le Fonds de pension des fonctionnaires fédéraux américains dont le total des actifs atteint près de 558 milliards de dollars. La Banque nationale suisse occupe la 7e position à la faveur d’une hausse de 76 milliards de dollars de ses actifs liée à ses interventions sur le marché des changes destinées à prévenir l’appréciation du franc suisse.

Par ailleurs, les grands investisseurs institutionnels publics, principalement les banques centrales, ont augmenté leurs avoirs en or de 377 tonnes en 2016 pour les porter à 31 500 tonnes, au plus haut depuis 1999, selon l’OMFIF. La Réserve fédérale américaine continue d’afficher les réserves d’or les plus importantes devant la Bundesbank.

Ramdane Yacine

Comment (10)

    Anonymous
    14 juin 2017 - 17 h 48 min

    Le FRR s’est vidé à 90% : les
    Le FRR s’est vidé à 90% : les réserves s’évaporent
    Les responsables ?, silence radio
    Les comptes à rendre ?, et bilan, silence radio
    Les mesures à prendre, débat, et un plan d’action de redressement ?, silence radio
    La fuite en avant continue, de plus bel,…..dans l’opacité totale
    On efface tout, et on recommence éternellement,….., à 0




    0



    0
    Abou Stroff
    14 juin 2017 - 10 h 01 min

    « Le FRR s’est vidé à 90% :
    « Le FRR s’est vidé à 90% : les réserves s’évaporent » titre R. Y.. nooooooooon, monsieur, les réserves ne se sont pas évaporées « dans la nature ». ces réserves sont quelque part. puisque l’économie algérienne continue à patauger dans la gadoue, cela veut dire que ces réserves ont été privatisées (à travers des détournements, des surfacturations, de la prédation pure et simple, etc.) et sont donc dans les poches de ceux qui gèrent la distribution de la rente (ne dit on pas qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même?). Moralité de l’histoire: si l’Algérie était un pays » normal » et si le peuple algérien était un peuple » normal », nos augustes dirigeants auraient été obligés de rendre des comptes. Mais, comme nous sommes au pays des miracles, on ruminera pendant un temps notre colère, et nous attendrons qu' »on » nous gave de nouveau (les tubes digestifs ambulants que nous sommes, sont, par nature, réfractaires à tout idée de changement et encore moins à toute idée de révolution, n’est ce pas?).




    0



    0
      leputois
      14 juin 2017 - 22 h 02 min

      Evidemment mon Cher Watson…
      Evidemment mon Cher Watson….




      0



      0
    el wazir
    14 juin 2017 - 7 h 18 min

    Tout ministre des finances
    Tout ministre des finances qui arrive, annonce « le déficit » du FRR: ce FRR est créé pour servir pendant les périodes difficiles, et c’est ce qui s’est passé (aucune production national industrie, santé agriculture, logement, culture, sport, …ETC ,tout est importé) et avec ça, vous trouvez a vous plaindre. Le ministre veut trouver les conditions idéales pour faire son travail de haut argentier de l’état sans s’appuyant exclusivement sur la rente pétrolière. Alors que ses missions c’est de travailler dans les conditions existante et procurer de la performance et des résultats positifs. Si maintenant vous craignez l’échec avant même de commencer, dans ce cas vous n’avez pas a accepter le poste:




    0



    0
    Stroump Rieur.
    13 juin 2017 - 21 h 26 min

    Le Capitalisme est arrivé au
    Le Capitalisme est arrivé au bout de son développement naturel , croissance , dividendes , emprunts , décroissance , encore dividendes , Bourse, inflation …un. circuit fermé , qui le mène au canibalisme par les Fonds de pensions , Fonds d’investissement qui achèvent le cycle , Fonds de pensions qui s’alimentent sur la bête , jusqu’à sécher la bête….. Capitalisme , Vampire




    0



    0
    Anonymous
    13 juin 2017 - 19 h 03 min

    Austérité, serrage de la
    Austérité, serrage de la ceinture, et tours de vis supplémentaires, pour le peuple
    Un gouvernement qui part, (sauve qui peut,….. dissimulé derrière les législatives)
    Sans rendre des comptes, ni un bilan, dans la transparence, et la démocratie responsable
    Devant l’A.P.N (qui manque de crédibilité, de compétence, et de pouvoir réel)
    Le destin malheureux du peuple algérien, appelé à, uniquement, voter,
    Dans des campagnes électorales trop couteuses, pour notre trésor public, et pour notre économie
    Triste, et malheureux pays




    0



    0
    bougamouss
    13 juin 2017 - 8 h 08 min

    L’économie verte n’est as du
    L’économie verte n’est as du tout rentable, surtout avec un baril à 48 Dollars.L’économie verte, même en Europe
    est totalement « in-rentable ».Elle l’est tellement, que les états donnent des subventions à coups de milliars aux gens qui installent des panneaux photovoltaïques etc…Et cet argent vient du contribuable, évidemment.




    0



    0
    Anonyme
    13 juin 2017 - 0 h 59 min

    Les rats naturalisés finiront
    Les rats naturalisés finiront par grignoter ce qui reste du trésor public avant de nous faire un bras d’honneur et se sauver.




    0



    0
    Anonymous
    13 juin 2017 - 0 h 36 min

    Et pourtant Mr. Sellal (bilan
    Et pourtant Mr. Sellal (bilan ?, comptes à rendre de sa gestion ?) ne cesse de nous marteler par ses assurances
    Algérie abusée, et exsangue (hémorragie de nos finances, et de nos ressources depuis 2012)
    Peuple dupé qui ne croit plus aux discours, et aux assurances: tout va bien, tout est stable
    Tout y va au mieux,…..

    Une paralysie, et un discrédit total touchant nos institutions (1999-2019)




    0



    0
    el hadj
    12 juin 2017 - 17 h 55 min

    oh mon Dieu , le pays a été
    oh mon Dieu , le pays a été ruine en si peu de temps ce qui va nous entraine vers des tensions facteurs de désordres. la mal gouvernance, les sur facturations,les transferts illicites de capitaux,les importations sauvages,la corruption;la démobilisation citoyenne du peuple,le fosse encore plus grand entre les citoyens et ses institutions,le fonds de régulation réserve qui a été épuisé en si peu de temps;le matelas de réserve en devises en voie de liquidation c est dire que le pays s achemine vers les tensions et le désordre si ca continue comme ca c est le desaroi qui s installe;.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.