Louisa Hanoune contre Ennahar : le verdict connu le 28 juin

Le jugement dans l’affaire Hanoune sera connu dans deux semaines. New Press

Le procès de l’affaire opposant la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, au directeur du journal Ennahar, Anis Rahmani, s’est déroulé aujourd’hui au tribunal de Bir Mourad Raïs.

Après plusieurs heures de réquisitoires et de plaidoiries, le jugement est mis en délibéré pour le 28 juin courant. Autrement dit, le verdict sera connu dans deux semaines. Deux autres «affaires», en diffamation, liées à la même plainte de Louisa Hanoune intentées contre le groupe médiatique Ennahar auront lieu le même jour. Louisa Hanoune et son parti avaient déposé plainte contre ce média après la campagne qu’il a menée contre la secrétaire générale du PT et certains membres de sa famille. Une campagne qualifiée par des responsables du PT d’«ignoble». L’ex-député PT Smain Kouadria avait, lui aussi, déposé plainte contre la télévision et le quotidien Ennahar pour «calomnie et diffamation».

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, cet ex-député, basé à Annaba, avait affirmé que «le journal et la télévision Ennahar se sont transformés en un outil de propagande pour tous ceux que dérange le Parti des travailleurs, qui s’oppose au bradage des deniers et de l’argent publics». La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, avait rapidement réagi à ce qu’elle qualifiait de «pseudo-enquête» publiée par le journal arabophone Ennahar sur ses «prétendus biens» et ceux de sa famille à Annaba.

Lors d’une conférence de presse tenue en décembre 2015, la pasionaria du PT avait dénoncé «une campagne de propagande» pour laquelle elle «ne va pas se taire». Elle avait annoncé que sa famille a déjà déposé plainte contre le journal Ennahar. Louisa Hanoune parlait d’une véritable cabale médiatique visant sa personne et sa famille, menée par ceux qu’elle aurait «dérangés» par ses prises de position politiques.

Elle réfutait totalement le contenu de l’«enquête» diffusée par ce quotidien, prenant à témoin la population d’Annaba qui connaît bien sa famille. La SG du PT avait regretté que des médias servent d’outil de «propagande» pour tenter de «salir» son image, sa réputation et porter atteinte à la dignité de sa famille, en véhiculant des «mensonges». Louisa Hanoune défiait ce média d’apporter la preuve des «allégations mensongères» qu’il avait diffusées. Elle avait rappelé avoir «toujours fait (sa) déclaration de patrimoine» en insistant sur le fait qu’elle ne soit pas «fausse, comme le font d’autres».

Outre ces actions en justice, Louisa Hanoune avait saisi également la haute instance du pays, à savoir la Présidence de la République sur les dérives de cette chaîne et de ceux qui y sont derrière.

Hani Abdi

Comment (3)

    slim
    14 juin 2017 - 17 h 45 min

    durant le même mois, juin,
    durant le même mois, juin, deux procès à 2000 kilomètres l’un de l’autre. Le premier intenté par le président bouteflika contre le journal le monde, devant la justice française, le second, intenté par louisa hanoune, , contre la tv Ennahar, devant la justice algérienne.

    Qui gagnera son procès, celui qui est traité par la justice française ou celle qui est traité par la justice algérienne.




    0



    0
    Mello
    14 juin 2017 - 17 h 05 min

    Deux choses importantes a
    Deux choses importantes a retenir: la lenteur dans le traitement des affaires par notre justice et l’intrusion des medias dans les affaires familiales. Notre justice a cette particularite de faire trainer toutes les affaires jusqu’a perdre les tenants et les aboutissants . Y’a t-il intrusion des autres pouvoirs , notament l’executif ? . Quant aux medias , ne dit on pas que la presse est la faiseuse d’opinions ? Elle oriente les masses selon le bon vouloir des magnats du moment . Certains le prennent pour de la democratie, d’autres l’appellent corruption de l’imaginaire collectif ou oppression. N’est ce pas vrai que c’est cette meme presse qui refuse d’assumer son role dans l’eveil de la conscience nationale en participant pleinement a la destruction de l’ecole et de la justice Algerienne ? Qui a humilie Assia Djebbar, Md Dib , Rachid Mimouni et tant d’autres . Qui a banni Kateb Yacine en faisant de lui un mendiant, un soulard ? . Malheureusement , elle continue , toujours, son terrorisme moral et sa persecution contre les elites ( de tout bord) avec autant de zele et d’arrogance. Notre presse parle comme si le peule n’a jamais existe, comme si en Algerie, il n’y a que des generaux, des ministres et des walis.




    0



    0
    Anonymous
    14 juin 2017 - 15 h 32 min

    Ils vont se neutraliser , c
    Ils vont se neutraliser , c’est tout bénéf pour l’Algérie . Moins suivi de moins donne plus.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.