Bedoui : «La nomination de nouveaux walis revient à Bouteflika»

Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, s’est exprimé, aujourd’hui à Tipasa, sur les postes laissés vacants par les walis nommés ministres. Le ministre estime qu’il n’y a pas urgence puisque les wilayas concernées ne connaissent «aucunement» des dysfonctionnements. Selon M. Bedoui, les intérimaires font bien le travail et il n’y a pas lieu de s’en inquiéter.

Le ministre de l’Intérieur refuse, cependant, d’avancer de date sur la nomination de nouveaux walis à ces postes vacants. Noureddine Bedoui rappelle qu’il s’agit là d’une prérogative présidentielle et qu’il n’y a que le chef de l’Etat qui sait quand est-ce qu’il le fera. Idem pour le traditionnel mouvement dans le corps des walis, qui intervient presque chaque année. Selon le ministre de l’Intérieur, il n’y a que le président de la République qui est habilité à opérer ce mouvement.

Il est à souligner que quatre wilayas sont sans walis depuis la nomination en mai dernier du nouveau gouvernement qui a vu la promotion de quatre walis au rang de ministres. Il s’agit d’Abdelghani Zaâlane, wali d’Oran, nommé ministre des Transports et des Travaux publics, d’Abdelkader Bouazgui, wali de Blida, nommé ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, d’Ahmed Saci, wali de Tlemcen, nommé ministre du Commerce, et de Youcef Chorfa, wali d’Annaba, nommé ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.

Mais avant d’évoquer ces postes de walis, il y a le cas du ministre du Tourisme. Depuis le limogeage express de Messaoud Benagoune, 48 heures après sa nomination, le poste n’a pas été pourvu. Le Conseil des ministres s’est, d’ailleurs, réuni sans le ministre du Tourisme. Ce département ministériel est géré par un secrétaire général.

La vacance de postes de responsabilité n’est pas nouvelle au sein des institutions de l’Etat. On a vu, par exemple, le ministère du Commerce géré par intérim pendant 5 mois. Aussi, l’ex-wali d’Annaba, Mohamed Mounib Sandid, décédé en novembre 2014, n’a été remplacé qu’en juillet 2015.

Hani Abdi

Comment (8)

    Wamaz
    23 juin 2017 - 0 h 41 min

    Si la vacance de postes de ministre et/ou de wali ne présente aucun dysfonctionnement selon les dires du ministre, qu’on les supprime une bonne fois pour toute est laisser les Secrétaires Généraux gérer la situation.




    0



    0
    Amigo
    19 juin 2017 - 23 h 03 min

    A quoi sert un ministre de l
    A quoi sert un ministre de l interieur svp?




    0



    0
      Anonymous
      20 juin 2017 - 11 h 41 min

      Bou quistiou :=)))
      Bou quistiou :=)))




      0



      0
    BBA
    19 juin 2017 - 22 h 55 min

    nous appelons le president
    nous appelons le president Bouteflika et le ministre Bedoui de laisser le wali actuel de Bordj Bou Arreridj qui fat un travail remarquable malgré le sabotage qu’il rencontre de la part des élus minables , paresseux et incompétents et malgré la catastrophe qu’ a laissé l’ancien wali qui est parti à Ghardaia … pourquoi ne pas encourager les cadres de l’État qui travaillent bien et font des efforts pour le bien public .. Le bon travail de ce jeune wali de Bordj Bou Arreridj se voit sur le terrain , laissez le continuer son œuvre !!! les citoyens témoignent pour ses efforts malgré les difficultés et le lourd passif …. Bouteflika et Bedoui doivent écouter les gens et le peuple avant de changer les walis .Il y a parmi eux les bons et les mauvais , encouragez donc les bons !!!




    0



    0
    ah bon ?
    19 juin 2017 - 22 h 21 min

    Peut-on connaitre alors à
    Peut-on connaitre alors à quoi servent les ministres dans ce cas s’ils nomment pas leurs  » cadres  » ?




    0



    0
    omar m
    19 juin 2017 - 21 h 41 min

    des enarques et encore des
    des enarques et encore des admistrateurs ;le maillage de la population pour la controler est une aberation, le pouvoir s entete a corporaliser la population par l administration , c est simplement un suicide politique, au lieu de trouver des solutions a leur conditions difficiles ,on cherche a tous prix a les contonner et les cernes par l administration repressfve , et la c est dangereux , c est des actions a haut risques majeurs, meme les bureaucrates sortis de l ENA n y croient pas a cette solution, les pays devellopes limitent aux maximum la bureauratie, c c est un loby de l ENA QUI BLOQUE le devellopent du pays(ministres, wali, SG,chef de daira ,daal draal, graal,,,,,,ayez pitie de ce peuple ! les retraites font la chaine tot le matin de ceratains guichets,,,,,un exemple parmis d autres ,la justice n en parlons pas !,,,,,,,,,,,,et dire au citoyen d aller voter,,,,!




    0



    0
      Encerclés
      19 juin 2017 - 22 h 22 min

      le  » cernage  » de la
      le  » cernage  » de la populasse a commencé trés tot , juste aprés 62…, en réalité nous sommes encerclés !




      0



      0
    Anonymous
    19 juin 2017 - 19 h 15 min

    Qu’il nomme des walis ou des
    Qu’il nomme des walis ou des walous c’est pareille.Le problème reste toujours le même




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.