Un accord algéro-italien pour la formation des imams 

Mohamed Aissa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. New Press
Mohamed Aissa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. New Press

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa, et le vice-président de la commission des Affaires étrangères du Sénat italien, Paolo Corsini, ont exprimé lundi à Alger la volonté des deux pays de signer un protocole d’accord en matière de formation d’imams en Italie.

«Les discussions ont permis d’avoir une vision commune pour la signature d’un protocole d’accord relatif à la formation d’imams en Italie», a déclaré Mohamed Aissa à la presse à l’issue d’un entretien avec M. Corsini. Il a expliqué que cet accord, qui permettra la formation à court et long termes d’imams sur le sol italien, est issu de l’expérience algérienne en matière de lutte et prévention contre l’extrémisme violent. La rencontre a porté également sur l’échange de points de vue et d’expériences en matière de cohabitation entre les cultures et civilisations, a-t-il dit, plaidant en faveur de l’élargissement de la coopération commune dans ce domaine dans le bassin méditerranéen afin de promouvoir les valeurs humaines, de modération et de tolérance.

De son côté, M. Corsini a indiqué avoir reçu, lors de son entretien avec Mohamed Aissa, «un témoignage exemplaire des pratiques d’une religion modérée, tolérante et de dialogue». «Le ministre a fait une démonstration très significative de cette pratique et le protocole d’accord en matière de formation d’imams sera très utile pour l’Italie» et pour le dialogue intercivilisationnel, a-t-il ajouté.

R. N.

Comment (5)

    mehdi
    11 juillet 2017 - 18 h 46 min

    le débats n’est pas sans importance , comment importer des Imams de l’Italie, Imams Chrétiens ou musulmans? quelque chose ne tourne pas ronds, pourquoi on voit des Chrétiens interdits d’activité? n y a t ils pas de compétents Imams dans notre pays pour prêcher l’Islam. Sommes nous un peuple arriérés ou handicapés, je me sent humilier comme Algérien d’entendre signer des contrats pour importer des Imams de l’Italie,
    si c’était des ingénieurs pour nous apprendre la technologie moderne de l’agriculture j’en suis fier de l’entendre.




    0



    0
    Bison
    11 juillet 2017 - 13 h 27 min

    J’allais dire j’aurais aimé qu’on leurs refourgue Belhadj, Aaribi, mokri, …et sans billet de retour si c’est possible mais, je me suis dis que nos « imams délite  » on doit les garder jalousement chez nous ( enlevez leurs les passe port et interdit de s’approcher d’une agence de voyage a moins de 100 m) on en a encore gravement besoin ( le chantier d’abrutissement du peuple doit aboutir, pas une âme saine ne doit échapper aux maîtres artisans remodeleurs des âmes).




    0



    0
    zaatar
    11 juillet 2017 - 10 h 37 min

    On diversifie nos exportations….la promotion de la valeur humaine, la tolérance, la modération et l’exercice du culte sont autant de savoir faire chez nous qu’on fait de notre société un modèle du genre…et ça a séduit les italiens qui demandent à voir de plus près. De Saint Augustin d’Hippone jusqu’à Saint Augustin des monts du Tessala.




    0



    0
    derbal
    11 juillet 2017 - 8 h 23 min

    ON VA IMPORTE DES IMAMS D ITALIE HISTOIRE DE SE FAIRE L ARGENT DE POCHE EN DEVISE(comme vouloir acheter la mosquée de Paris) COMME SI LES ALGÉRIENS ÉTAIT DES NULS EN RELIGION … ,ET…,POURQUOI PAS AU VATICAN?? c est comme ça que je vois la chose et pas autrement




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    10 juillet 2017 - 14 h 47 min

    Hahaha de Saint Augustin l’évêque de Rome à Sidna Augoustos d’Italie. ..
    Le monde est petit. ..




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.