Sidi Saïd mobilise «ses» fédérations contre Houda Feraoun

ASS
Abdelmadjid Sidi Saïd. New Press

Le conflit au sein de la Fédération nationale des travailleurs de la poste et des télécommunications prend une tournure pour le moins étrange. Etrange pour la simple raison que, contrairement à ses habitudes, le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, s’implique personnellement dans ce conflit, au lieu de jouer le médiateur.

Selon nos informations, le patron de la centrale syndicale, qui a brillé par sa longue absence du terrain des luttes des travailleurs, a ordonné à toutes les fédérations affiliées à l’UGTA de faire des lettres de soutien de la Fédération nationale des travailleurs des PTIC, dirigée par Mohamed Tchoulak, qu’on dit très proche de lui. Ainsi, le service de la communication de l’UGTA a été chargé d’employer au fur et à mesure ces lettres de soutien, en préparation d’un rassemblement mercredi devant le siège de l’UGTA, à Alger. Un rassemblement décidé en remplacement d’une grève générale à laquelle la direction de l’UGTA a dû renoncer faute d’adhésion. Même s’il y a des résistances, Abdelmadjid Sidi Saïd refuse de renoncer à sa démarche, déclenchant ainsi un conflit ouvert avec la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique.

Pour le moment, la centrale syndicale a rendu publiques les lettres de soutien de sept fédérations, qui agissent dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’enseignement supérieur, des industries gazières, des transports, des finances et de l’habitat. Dans ces lettres, l’UGTA dénonce les pressions exercées par la tutelle sur les membres de la fédération des PTIC. Le secrétaire général de l’UGTA ne s’est pas limité à la mobilisation des fédérations. Selon nos informations, il a instruit plusieurs unions de wilaya pour fournir de «l’effectif humain» au rassemblement devant la centrale syndicale. Pour lui, il faut qu’il y ait du monde pour faire pression sur la jeune ministre Houda-Imane Feraoun, à laquelle il semble déclarer la guerre.

De nombreux observateurs s’interrogent sur cette tournure qu’a prise le conflit, en sens que le secrétaire général de l’UGTA a toujours joué la médiation entre les syndicats relevant de la centrale syndicale et leur tutelle. Cette affaire, selon nos sources, semble avoir un lien avec un rapport de l’Inspection générale des finances mettant en cause la gestion par le président de la Fédération nationale des PTIC, Mohamed Tchoulak, des œuvres sociales des travailleurs du secteur.

Hani Abdi

Comment (15)

    A3zrine
    12 juillet 2017 - 5 h 23 min

    Il faut se demander si c’est le seul motif, ce bnadem ne bouge que si syadou le lui demande.
    Syadou derrière le rideau lui ont intimé de bouger alors il gesticule. Le pire béni Oui-Oui qui existe sur terre, lui en fait partie. Mais à se demander, pourquoi veut-on lui créer des problème à cette ministre? C’est quoi l’enjeu? Le saura t on un jour?.
    Cette histoire d’arabisation ne tient pas la route, sauf si le but caché est d’achever cette société qui peine à remonter la pente, du fait de la mauvaise gestion, en consommant un PDG par an sans résultats probants, alors qu’elle a tout pour devenir numéro 2 avant ooredoo, et djezzy.




    0



    0
    Dahmane
    11 juillet 2017 - 23 h 19 min

    quand il y’aura des elections dans cette merde de L’UGTA pour voir une autre ( figoura ) que celle de ce ( banou adem ) sidhoum said … mais ca ne va pas !!!!!….depuis quand il est a la tete de ce cirque de L’UGTA …baraket ….roh ldarkoum …….




    0



    0
    Nasser
    11 juillet 2017 - 23 h 06 min

    Elle veut « arabiser » les documents de son secteur? Soit! Et les micros, les logiciels, les procédures, les documents techniques etc etc! Alors que sont secteur baigne dans la bureaucratie et l’incompétence avec des coupures à n’en pas finir et les queues interminables pour envoyer un mandat ou percevoir un chèque ou un mandat, la voilà faire une « innovation » du siècle avec son hypocrite « arabisation » des documents dont les conséquences seront plus de bureaucratie, plus de queues et plus de paresse! Plus insolite les régions kabyles ne seront pas concernés soyez en sûr, comme pour les branches scientifiques ! C’est la méthode Tebboune?




    0



    0
    Boucemal Abdel
    11 juillet 2017 - 18 h 36 min

    I think time is up for Algerian people to use English because this language is a unique universal tool of communication and it’s the way to win enough money.
    I hope you’re ready to face this challenge.




    0



    0
      Dahmane
      11 juillet 2017 - 23 h 28 min

      etes vous le porte parole des kabyles ?…mais arretez de meler les kabyles dans tout vos conneries ..( ahdar ala rohek ) … et occupes toi de toi meme …
      c’est vraiment drole la !!!!…




      0



      0
    y en a marre
    11 juillet 2017 - 13 h 58 min

    On a marre de vos querelles , vous êtes tous des loups
    vous n’êtes pas encore rassasiés?
    Foutez nous la paix




    0



    0
    Bison
    11 juillet 2017 - 11 h 43 min

    (( » il faut qu’il y ait du monde pour faire pression sur la jeune ministre Houda-Imane Feraoun, à laquelle il semble déclarer la guerre. »))!!!! Arrêtez d’utiliser ce genre d’expression : » la jeune ministre » comme si c’est la plus jeune ministre du monde et comme si son relatif jeune âge doit suffir a excuser ses manques voire ses décisions parfois irresponsables comme celle d’arabiser totalement la poste ( elle n’a pas trouver mieux a faire que de tomber dans la facilité qui certes plaira a tous les coup au ghachi que nous sommes même si c’est pas dans l’ intérêt de cette meme populace qui exulte un instant (de gloire sans lendemains)! C’est la différence entre des vrais ministres et vraies élites qui pensent a l’ intérêt de la nation en prenant des décisions salutaires même qui fâchent et les les simples hommes ou femmes de pouvoir qui tombent dans la démagogie juste pour plaire à la masse qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez, juste l’ instant présent et assouvir ses fantasmes du moment! Donc, la jeune ministre comme vous dites a seulement deux ans de moins que lr macron president d’un pays aussi important que la France, et croyez moi son age ne le rend pas moins responsable de ses décisions et ses choix politique ! Mais que fais-je continuer à comparer or la comparaison s’arrête à l’âge biologique!
    PS. Le grand Abane avait juste 37ans le jour de son assassinat en 57 et quand on pense a tout ce qu’il a accompli pour notre nation alors je pense que madame la ministre on l’a voit vieillir d’un coup et pour n’avoir rien accompli du moins du positif!




    0



    0
    mzoughene
    10 juillet 2017 - 20 h 33 min

    ils sont perdus ;manque d imagination ils pointent du doit de pauvres refugiers arrives hier !!!! ce fameux prolaitere a contribue a casse les travailleurs et a brade des milliers d entreprises ; bouteflika tient tout ces larbins par les couilles nul ne peut broncher ! d ailleurs il n emploie que ceux qui trainent des casseroles : couches toi ou ………,?




    0



    0
    Cheikh kebab
    10 juillet 2017 - 20 h 33 min

    Sidi said est rusé. Il organise ce rassemblement pour éviter la grève!! C malin,non? Il ne s’attaque pas à là ministre au contraire.
    Et bientôt il ira à Genève au BIT se dorer 15 jours sur lac Léman.




    0



    0
    Abdelrahmane
    10 juillet 2017 - 20 h 03 min

    Mais de quoi il se mêle, ce dinosaure ?! C’est un syndicaliste, il devrait plutôt s’occuper de défendre les droits et dignité des travailleurs, les pauvres travailleurs dont le pouvoir d’achat effrite comme un sucre mouillé. Au lieu de cela, monsieur s’immisce dans le fonctionnement interne d’un ministère. Quel culot !




    0



    0
    Mlaoua
    10 juillet 2017 - 18 h 54 min

    Pourvue que la guerre continue entre les deux figures du système. Sidi Said soutient un supposé pilleur des œuvres sociales, qui selon le rapport de l’inspection générale de finance, a constaté (mais tardivement)t la mauvaise gestion des œuvres sociales par le président de la fédération des PTIC, comme si ces œuvres sociales n’ont pas été pillées avant.La question que l’on se pose: pourquoi l’inspection générale n’a rien fait quand la majorité des secteurs sont touchés par des détournement sous formes divers, mais cette dernière (IGF) se taisait. Alors que des travailleurs savaient que 95% parmi eux n’ont jamais bénéficié de ses œuvres sociales gérées d’une manière la plus opaque depuis l’indépendance par les dinosaures de l’UGTA. Malheureusement, on trouve aujourd’hui beaucoup de travailleurs qui ont pris leur retraite, mais sans bénéficier aucune fois. Alors qu’il y a mille et une façon de gérer d’une manière équitable ses œuvres sociales pour que tous les travailleurs puissent bénéficier, au moins trois ou quatre fois durant leur carrière.Le problème de gestion des œuvres sociales est l’un des plus grands problèmes ou des milliards de dinars partent en fumée, mais sans que l’état n’intervienne pour contrôler
    son argent.Quant à Houda Feraoun, cet enfant gâté du système, qui a vu un danger s’approcher, ne lésine pas d’utiliser les moyens populistes pour faire face à ses adversaires.L’ordre est venu d’elle pour généraliser l’utilisation de la langue arabe dans son secteur n’est pas fortuit(alors que des problèmes prioritaires restent en suspens), si ce n’est d’attirer quelques sympathies pour faire face à ses adversaires qui dénoncent le fonctionnement anachronique de son secteur; ou presque rien ne marche. J’ignore si un jour viendra pour que notre pays verra le bout de tunnel pour pouvoir nous débarrasser de ces bras cassés.




    0



    0
      akildar
      11 juillet 2017 - 12 h 34 min

      c’est le silence de la population qui encourage ces nouveaux venus(es)




      0



      0
    elhadj
    10 juillet 2017 - 18 h 53 min

    une gouvernance de plusieurs mandats présidentiels n a pas donne les résultats escomptes auxquels les citoyens s attendaient naïvement .le non renouvellement générationnel du personnel politique;une économie gérée dans l opacité qui a engendrée l émergence d une oligarchie mafieuse;une gabegie dans les dépenses révélée par les innombrables projets non achevés ou abandonnes ainsi que les importations massives parfois surfacturées de marchandises inutiles.des institutions qui ne jouent pas leur rôle efficacement conseil constitutionnel;cour des comptes;commissions d enquêtes par les représentants du peuple APN et Senat .les contraintes subis par les partis tout cela a conduit a la démobilisation des citoyens confrontes a gérer difficilement la cherté de leur vie quotidienne




    0



    0
    Abou Stroff
    10 juillet 2017 - 17 h 52 min

    la politique de la diversion est en pleine expansion. la plèbe observe et ne peut que s’étonner de la tournure que prennent les « évènement ». ouyahia raciste, sidi saïd qui s’attaque à feraoun qui veut arabiser la poste, tebboune qui attaque, indirectement sellal, le nouveau ministre de l’industrie qui s’attaque à bouchouareb, aïssa qui s’attaque aux ahmadite, fakhamatouhou qui vise un 5ème mandat, etc. les algériens passeront cet êté à se poser un tas de questions mais oublieront de poser les questions qui fâchent. que demander de plus au bon Dieu?




    0



    0
      zaatar
      11 juillet 2017 - 10 h 29 min

      Cher Abou stroff je te salue,
      Que demander de plus au bon dieu? je crois que Sidhoum Said aurait demandé du Bon vin et du Boursin n’est ce pas. Maintenant pour les Algériens, effectivement, à se poser des tas de questions en oubliant celles qui fâchent iront quémander au Bon dieu du elbina et rabi ehanina. C’est pas sorcier, c’est dans toutes les émissions télé. Il parait qu’on crée de la richesse ces derniers temps, ça devrait faire plaisir à fakhamatouhou et compagnie…. bonne journée l’ami.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.