Contribution – Simone Veil : un faucon sous le masque de colombe

Veil, colonisation, sionisme
Simone Veil. D. R.

Par Youcef Benzatat – Après la Seconde Guerre mondiale, où elle fut épargnée après sa déportation à Auschwitz, Simone Veil s’engage dans une carrière de magistrate en France pour ensuite finir dans une carrière politique prolifique, qui la consacrera plusieurs fois ministre, présidente du Parlement européen et, enfin, elle finit sa carrière au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007 où elle prendra définitivement sa retraite.

On retient d’elle, en tant que militante pour les droits des femmes, l’adoption en 1975 de la loi qui porte son nom, qui dépénalise l’interruption volontaire de grossesse. C’est à ce moment que le mythe Simone Veil est né. Alimenté par cette image d’une fragile colombe, rescapée miraculeusement des camps de la mort nazis et courageuse militante pour les droits des femmes, allant jusqu’à imposer à une assemblée d’hommes, dont la majorité sont des conservateurs, cette loi antipénalisation de l’IVG.

Cette image publique et surmédiatisée sera élevée à la limite de la canonisation où il est inimaginable de lui trouver quoi que ce soit à lui reprocher. Mais derrière le masque de cette fragile colombe se dissimule en vérité un véritable faucon, agissant dans un premier temps au profit de la stratégie de De Gaule dans sa gestion de la fin de la guerre d’Algérie, à partir de 1959, pour ensuite se retourner vers un soutien permanent à Israël et au sionisme dans son entreprise colonialiste de la Palestine.

C’est en rejoignant en 1959 le gouvernement du général de Gaulle, sous les ordres du ministre de la Justice, Edmond Michelet, nommé à la même date, dans la fonction de directrice de l’administration pénitentiaire de ce ministère qu’elle va jouer son premier rôle de faucon dans une mission insoupçonnée au profit du projet de dénouement de la guerre d’Algérie voulu par De Gaule. Elle fut chargée à cette occasion de gérer la relation avec les prisonniers FLN détenus aussi bien en France que sur le sol algérien pour conforter la stratégie de De Gaule dans des négociations avec une partie algérienne qu’il voulait rallier à sa cause.

A cette date, De Gaule était convaincu que rien ne serait plus comme avant dans la façon dont la colonisation de l’Algérie était menée jusque-là. Tout en projetant de garder l’Algérie française, il prévoyait des concessions hautement significatives, qui pourraient rallier à sa cause la partie modérée du FLN/ALN et éradiquer les plus radicaux parmi les indépendantistes. Il opta dès lors pour une stratégie dans laquelle il soufflait le chaud et le froid. La guerre s’intensifia sur le terrain, et du napalm fut même utilisé pour déloger les combattants de la Révolution, qui sont encore terrés dans les maquis. En parallèle, il va doter les SAS d’un décret, le 2 septembre 1959, pour renforcer leur mission psychologique de masse et espérer rallier les populations civiles à sa stratégie.

En même temps, il engagea des négociations tous azimuts pour rallier le plus grand nombre parmi les membres du FLN à sa cause. C’est à ce moment-là que Simone Veil entre en action et se porte volontaire à souffler le chaud sur les prisonniers FLN détenus dans les prisons françaises et algériennes, en assouplissant leurs conditions de détention. Elle va jusqu’à suspendre des exécutions de condamnés à mort. Elle sera soutenue publiquement, via les relais médiatiques, par son ministre de tutelle qui participe de la même stratégie à ses côtés contre le Premier ministre, Michel Debré, pour mettre une pression supplémentaire sur les détenus FLN, pour ne pas leur donner l’impression d’une quelconque abdication des autorités françaises face à la Révolution.

Après 1962, l’image de la colombe n’en sort que renforcée par cette épreuve, y compris chez les anciens détenus du FLN qui sont restés figés à l’image reflétée par le masque de la colombe. Vénérée à ce jour en tant qu’amie de l’Algérie et assimilée aux véritables militants pour l’indépendance de l’Algérie, tels que Jean-Paul Sartre, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Jacques Servan Schreiber, Françoise Giroud, Jean Daniel, Michel Rocard, Laurent Schwartz «et tant d’autres militants anticolonialistes français qui rejoignaient la lutte pour l’indépendance et la liberté du peuple algérien». Dire cela aujourd’hui, c’est dire la vérité devant l’histoire, sans concession aucune, afin que la dignité du peuple algérien soit préservée intégralement devant cette page douloureuse de son histoire.

La guerre d’Algérie terminée, elle endosse sitôt l’autre masque de faucon israélien, pour un soutien permanent au sionisme dans son entreprise colonialiste de la Palestine. Une information publiée sur le site Internet de la Chambre de commerce France Israël (CCFI) indique qu’un accord secret a été signé entre la France et l’Etat sioniste d’Israël qui avait pour objectif de donner des organes de citoyens français à des malades israéliens. Un accord incompréhensible, sachant que pour recevoir un organe en France il faut patienter de longues années sur des listes d’attente interminables. Si cet accord a été tenu secret, c’est certainement pour son caractère scandaleux. C’est lors de son passage au ministère de la Santé, après la guerre israélo-arabe de 1973, qu’elle avait signé cet accord franco-israélien de dons d’organes, au moment où Israël manquait cruellement de donneurs. Cet accord qui fut appliqué avec une très grande discrétion aura permis à de nombreux Israéliens de rester en vie au détriment de citoyens français qui n’ont pas pu survivre du fait de la liste d’attente qui était exagérément longue.

Plus proche de nous fut cette déclaration insidieuse à l’ONU, le 29 janvier 2007, dans laquelle elle reprend à son compte toute la stratégie de victimisation de l’Etat colonialiste d’Israël lorsqu’il s’adresse à la communauté internationale : «La création d’un Etat palestinien aux côtés d’un Etat d’Israël, chacun vivant en paix dans ses frontières, au terme d’une négociation, devrait mettre fin aux campagnes menées contre l’existence d’Israël.» Cette déclaration se veut un écho à celles de Benjamin Netanyahu et de tous ceux qui l’ont précédé pour justifier les violences quotidiennes contre la population civile palestinienne dont les bombardements au phosphore, les assassinats arbitraires d’enfants au quotidien et l’extension illimitée de la colonisation des terres palestiniennes dont elle ne dit mot. Il s’agit pour elle de «mettre fin aux campagnes menées contre l’existence d’Israël» et non de celles menées contre la Palestine, y compris par les monarchies arabes elles-mêmes, qui ont définitivement abandonné la question palestinienne ! Quant aux frontières, elle ne donne aucune précision sur leur tracé, ce qui nous renseigne sur sa conception des négociations qu’elle appelle de ses vœux où il est hors de question de revenir aux frontières de 1967 et Jérusalem capitale de la Palestine.

C’est tout simplement la rhétorique sioniste qui inonde les médias complices pour justifier le projet sioniste du grand Israël dans lequel la Palestine en tant qu’Etat souverain doit disparaître. Une rhétorique qui doit qualifier tout discours critique envers la colonisation de la Palestine comme un discours antisémite, récemment adopté par le Parlement européen dont elle garde toujours des attaches depuis son passage en 1979 en tant que présidente de cette institution.

C’est cette même rhétorique qui est déployée par les médias complices des colonialistes israéliens et qui est reprise telle quelle par Simone Veil. En réalité, de qui Israël a-t-il vraiment peur ? Qui peut le menacer concrètement ? Alors que ses soutiens militaires sont les maîtres du monde ! D’abord, l’OTAN et, surtout, les Etats-Unis ! Que peut le Hezbollah ou le Hamas ou même l’Iran devant une puissance nucléaire qui est soutenue par les armées les plus puissantes du monde ? Simone Veil n’a jamais soutenu, ni même évoqué dans ses déclarations ces juifs israéliens, véritablement et sincèrement anticolonialistes, qui manifestent à longueur d’année à Tel-Aviv ou à New York York, ces authentiques juifs qui vivaient côte à côte avec les Palestiniens depuis des millénaires et qui veulent réellement un Etat pour les Palestiniens ! L’un d’entre eux, le plus grand musicien contemporain, ce grand M. Daniel Barenboïm, initiateur du rêve israélo-arabe, fut jeté brutalement de la tribune où il prononçait un discours critique du sionisme, à l’occasion d’une invitation à Israël pour recevoir un prix de consécration, croyant l’attirer vers leur idéologie colonialiste comme ils ont réussi à le faire avec Simone Veil et beaucoup d’autres, y compris des Algériens comme Boualem Sansal, Ferhat Mehenni, Merzak Allouache, etc., parmi lesquels des contributeurs à la propagande de l’image de colombe du faucon Simone Veil.

Y. B.

Comment (76)

    Krimo
    16 juillet 2017 - 20 h 07 min

    Benzatat,

    En réponse à votre post du 16 juillet 2017 – 10 h 58 min

    Désolé, j’ai fait l’effort de vous lire mais à votre soliloque, je n’en retiens que de la confusion, par contre ceci transparaît ««Ah non ce n’est pas comme ça qu’il faut voir les choses …….»

    Je vous soumets un cas d’une personne qui figure dans la short-list des amis de l’Algerie, que vous reproduisez dans votre article que j’oppose a Veil.

    1. Simone Veil 45 ans après l’indépendance d’Algérie, je vous cite : [ … Plus proche de nous fut cette déclaration insidieuse à l’ONU, le 29 janvier 2007, dans laquelle elle reprend à son compte toute la stratégie de victimisation de l’Etat colonialiste d’Israël lorsqu’il s’adresse à la communauté internationale «La création d’un Etat palestinien aux côtés d’un Etat d’Israël, chacun vivant en paix dans ses frontières, au terme d’une négociation, devrait mettre fin aux campagnes menées contre l’existence d’Israël.» …]

    2. 40 ans plus tard (comprendre après 1962) voici ce que dit une personne «grande amie de l’Algerie» qui figure sur votre liste et sur le même sujet
    «Mais ce concours macabre qu’Israéliens et Palestiniens semblent faire sur le nombre de morts enterrés chaque jour, les Palestiniens sont en train de le gagner, ils tuent davantage, ils tuent énormément de civils israéliens, 400 depuis le début de la seconde Intifada dans les rues, les autobus, les cafés, les lieux où la jeunesse danse, preuve que la stratégie antiterroriste d’Ariel Sharon est une impasse. A la guerre, on pardonne aux généraux de faire des victoires avec des morts, pas des défaites. ……… Mais à Paris, les personnes de bon goût ne comptent que les morts palestiniens. Quand on arrive aux autres, on ne sait plus compter. D’ailleurs, ce sont des goujats… Les fils d’un peuple supplicié devraient savoir se tenir à table, je veux dire à la guerre, et prendre les coups sans les rendre, c’est à peu près ce qu’ici et là on entend et on lit. Prendre les coups sans les rendre paraît néanmoins une conduite sur laquelle on ne doit plus pouvoir compter de la part des juifs, en aucune circonstance. En revanche, au lieu de montrer aujourd’hui – vainement – leur force, on voudrait les adjurer de montrer leur intelligence, et leur si longue sagesse. « Choisis la vie », dit le message de Moïse. »

    Sauriez-vous qui c’estɁ A votre sagacité, s’il en est, de faire le reste

    A vous suivre je dirais : plus faucon que cela tu meurs

      youcef Benzatat
      16 juillet 2017 - 22 h 32 min

      En ce qui me concerne, lorsque j’aborde un texte que je trouve confus, j’abandonne et je passe à autre chose, je ne m’acharne pas sur son auteur comme un pervers ! Plus claire que ça, je ne vois pas ce que je pourrai vous répondre, je ne peut rien de plus pour vous monsieur !

    muhand
    15 juillet 2017 - 10 h 50 min

    En vous lisant ya si Benzatat j’ai de la pitié pour vous. Vous êtes vraiment un malade et incurable. Le défunt Matoub avait dit que le greffon ne veut pas prendre, entendez par là que le mélange entre arabes et autochtones ne prendra jamais. Vous êtes dans une illusion en pensant que le peuple algerien est métissé. Non la population est diverse mais pas mélangée . Les arabes ne sont pas miscibles avec les amazighs. Tout nous différencie y compris les gènes. On ne partage rien avec ces nomades errants dont vous faites partie, pas même la religion, religion musulmane que vous essayez de salir par votre comportement et vos pratiques. Les amazighs que nous sommes sont fiers de notre passé, humains nous le sommes, hospitaliers nous le sommes, ouverts à d’autres nous le sommes, la soumission nous révolte voilà pourquoi aucun colonisateur n’a réussi à nous imposer sa vision. Combien de chiens errants ont tenté de nous faire
    peur en aboyant à tue tête, nous continuons notre chemin en ne prêtant même pas attention à la meute. Vos
    protecteurs au pouvoir ont depuis toujours tenté d’effacer l’histoire de mon pays, de nous imposer une
    langue qui n’est pas la notre, peine perdue, la grandeur du peuple Amazigh à toujours su se protéger. Hier le
    colon français à voulu faire de nous des gaulois, n’est ce pas que vos protecteurs avaient accepté
    contrairement à nous qui avons pris les armes ? Hier encore alors que guerre faisait rage dans les
    montagnes de Kabylie vous vous posiez la question  » qu’ont ils ces Zeouaoua avec les français ? » Si vous
    vous sentez insulté il faut juste comprendre que pour répondre à vos insanités je suis obligé de vous
    chercher dans les égouts où vous patauger. La différence entre moi et vous Mr Benzatat est que moi, même
    si je suis un fervent opposant aux gueux qui nous gouvernent, je ne laisserai jamais des non algériens
    insulter nos gueux contrairement à vous qui j’en suis sûr, restez par lâcheté et peut être par peur, silencieux.
    Hier vous étiez traître, aujourd’hui vous l’êtes, demain vous le resterez, c’est ainsi que vous êtes fait. Comme je l’ai dit plus haut, vous me faites pitié.

      Benzatat youcef
      15 juillet 2017 - 11 h 01 min

      Vous êtes encore là le zombie des crêtes !
      Je vous croyais parti consulter à cette heure-ci ?!

        muhand
        15 juillet 2017 - 11 h 40 min

        C’est l’hôpital qui se fout de la charité? Votre cas serait un bon sujet de recherche ya si Benzatat. Je dirais même que celui qui expliquera le mal qui vous ronge aura une forte chance d’avoir le Nobel de médecine. Franchement vous me faites de la peine. Si je peux vous aider pour que vous retrouviez un peu de sérénité je le ferais, je suis humain et les humains qui souffrent me font de la peine . Faites moi signe.

          youcef Benzatat
          15 juillet 2017 - 11 h 44 min

          A votre stade il vous faudra d’urgence la camisole et l’injection, et encore ! à ce que je vois? votre cas est vraiment désespéré…

    salim samai
    15 juillet 2017 - 10 h 25 min

    Pourquoi encore la GUERRE, ces commentaires et ces insultes! On peut avoir des opiniosn differentes et se respecter!
    L´insulte ne fait pas l´Histoire! « Que celui qui n´a jamais peche…. » Il n´y a ni Ange ni Satan!
    C´est toujours un Mixed Bag de l´un et l´autre! Malheureux, c´est la nature humaine et Dieu le savait!
    Ce sont les Politicards et les Apprentis-Chouyoukh qui tendent seulement á diaboliser ou á angeliser!

      muhand
      15 juillet 2017 - 16 h 41 min

      Je vous rassure Mr Benzatat j’ai le sang de Massinissa qui coule dans mes veines et pour que vous sachiez, ce grand Aguelid a vécu près de 100 ans et a eu son dernier enfant à 96 ans, c’est vous dire que nous sommes taillés dans le roc et nourris à l’huile d’olive. Lisez Ibn Khaldoun vous saurez qui vous êtes et comment vous vous comportez.

    youcef Benzatat
    15 juillet 2017 - 2 h 11 min

    Dr Knock ! Il ne vous reste qu’a allez consulter, votre folie risque de vous embarquer dans des aventures dangereuses, comme celle que le zombie de la meute nous brandit sur cet espace, à menacer de prendre les armes contre les arabes de la plaine à partir des collines oubliées. Vous vous voyez déjà en héros, je suppose, à la tête d’une katiba en campagne où vous serez l’adjudant-chef, avec comme soldats : le putois, Mello, Krimo et le zombie en éclaireur. Mais contrairement à Hitler, où presque toute la population aryenne de la Bavière était kabyle, vos soutiens à vous se réduirons comme une peau de chagrin et il vous arrivera exactement ce qui est arrivé à Coluche à deux heures moins le quart avant le Christ. Car les Algériens, généralement, ne sont ni arabes, ni Amazighs et sont un mélange très riche de peuples venus de toutes parts et qui se sont métissés avec les autochtones et trouverons insultant que vous les dépouiller de leur richesse pour leur imposer votre fantasme de la pureté ethnique et se retournerons contre vous. Les amis de Simone ne vous seront d’aucune utilité à ce moment-là, gardez-vous de cette illusion. Essuyez votre bave et cessez de brailler, et prenez RDV dès maintenant. Vos amis du matin dz étaient par centaines à vouloir détourner mes écrits, je n’ai décidé de le quitter que lorsque Benchicou a cédé son canard aux porte-voix de la bataille pour laquelle tu es engagé. Vous pourriez être des milliers, mon efficacité vous neutralisera à chaque tentative. Observez-vous depuis un certain temps sur AP, mes écrits vous empêchent de dormir et de vivre en sérénité, sinon vous ne viendrez pas en meute à dénigrer. Parfois il suffit d’une seule plume pour confondre mille milles de Knock et beaucoup de putois, de Mello, de zombies et de krimo. Vous êtes à présent lessivés, il ne vous reste plus que les insultes et toute sorte de vulgarité comme arguments, jusqu’à la menace. C’est pour cela qu’il est urgent de consulter avant qu’il ne soit trop tard !

      Dr Knock
      15 juillet 2017 - 9 h 59 min

      Sauvé par le gong, n’est-ce pas? Vous êtes K.O je ne frappe pas un homme par terre! Adios!
      Prêchez maintenant à vos bigots!

        Benzatat youcef
        15 juillet 2017 - 10 h 58 min

        Mesquine !!

      Krimo
      15 juillet 2017 - 11 h 14 min

      Benzatat

      « Il suffit d’une plume …….  » !!!!! Comme vous avez raison pour une fois, mais y a un hic ya si Benzatat, la plume il faut la tremper (pas tromper) dans l’encre et surtout pas dans le fiel.

      Ceux qui s’erigent contre vos ecrits le font d’abord pour votre bonne conscience et surtout pour l’ethique que vous bafouez. Je ne vais pas me lamenter sur votre sort puisque vous assumez votre posture victimaire agrementee d’un chouia de forfanterie. Joli apanage pour cultiver le paradoxe.

      Si la meute comme vous dites, vous aurait mis en peine, c’est parce que raison et non reson(ance).

      Dans ce pays devenu Cour des miracles, il est loisible de tartiner sa culture a satiete et toutes les elucubrations sont permises. Rouh ya Malek Bennabi, Rouh ya Mostepha Lacheraf, que dire de Mammeri, Issiakhem, Kateb Yacine, Mohamed Dib et beaucoup d’autres illustres plus jeunes ou plus vieux qui ont laisse la culture algerienne aux mains …….

      Pour menager le moral l’ecoute de » sobhane allah ya ltif » d’El Anka s’impose

        youcef Benzatat
        15 juillet 2017 - 11 h 54 min

        Vous vous évertuez à citer de grands noms, mais vous êtes incapable de démontrer que vous avez bien compris le propos de l’article et d’avancer le moindre argument contradictoire qui puisse faire débat ! Vous réagissez par une pulsion de contrariété par quelque chose qui n’est aucunement en rapport à l’article lui-même et ceci explique l’invective, l’insulte, l’expression désespérée de la haine qui vous anime envers mon opinion sur les séparatistes berbéristes en enrobant tout cela par des assertions absurdes que vous me prêtez ! Taisez-vous monsieur et mettez-vous à lire cela vous fera beaucoup de bien j’en suis certain.

          Krimo
          15 juillet 2017 - 23 h 29 min

          Benzatat,

          Vous élevez l’outrecuidance au rang 8 de l’Art. Apparemment vous lire, devrait vous situer au rang d’auteur universellement admis et reconnu par la complexité d’un style et d’écriture ou fond et forme tanguent d’un bord à un autre. Vous citer des noms connus et reconnus en la matière risquerait de vous bruler quelques neurones ……… alors qu’il y a en a si peu (de neurones).

          Ya si Benzatat «ritti zouaylek ou chad l’ardh» votre article se résume au seul titre «Simone Veil : un faucon sous le masque de colombe». Dès les premières lignes de votre article vous mettez en exergue votre nationalisme mal place et vous passez a la vindicte, sur un air «maaza oulaou taret» et de par votre prétention c’est le «habhabisme » qui prend le pas, tout en ignorant que : vous insultez l’intelligence.

          A l’instar de votre article et a votre manière de porter le jugement dénué de toute valeur, je vous donne un exemple : vous dites que Jean Jacques Servan Schreiber était un ami de l’Algérie et pourtant, juif de son etat il était aussi lieutenant au sein de l’armée française durant la guerre d’Algérie. J’aiguise mon nationalisme a tout va sur le mode Benzatat en vous suivant dans votre turpitude ….. et sur ce simple fait je l’aligne sur Le Pen père. Pas besoin, votre réponse je vous la donne «Ah non c’est pas comme ça qu’il faut voir les choses …….» La j’oserai en vous disant : tiens un soupçon de raison vous rattrape.

          Ubu rougirait devant vous.

          youcef Benzatat
          16 juillet 2017 - 10 h 58 min

          Votre commentaire est toujours vide comme les précédents, excepté l’objection suivante : « A l’instar de votre article et à votre manière de porter le jugement dénué de toute valeur, je vous donne un exemple : vous dites que Jean Jacques Servan Schreiber était un ami de l’Algérie et pourtant, juif de son état il était aussi lieutenant au sein de l’armée française durant la guerre d’Algérie » ! Par votre mauvaise foi et votre déconnection du débat en Algérie, vous ne pouvez comprendre cette assertion qui est en fait une citation insinuée en réponse à un article paru sur un quotidien algérien « Hommage d’un ancien prisonnier politique FLN à Madame Simone Veil », qui lui-même est une réponse à mon précédent article, intitulé (« l’indigène » Boudiaf à l’ombre de « madame » Simone Veil). Voici la citation complète approprié : « Après 1962, l’image de la colombe n’en sort que renforcée par cette épreuve, y compris chez les anciens détenus du FLN qui sont restés figés à l’image reflétée par le masque de la colombe. Vénérée à ce jour en tant qu’amie de l’Algérie et assimilée aux véritables militants pour l’indépendance de l’Algérie, tels que Jean-Paul Sartre, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Jacques Servan Schreiber, Françoise Giroud, Jean Daniel, Michel Rocard, Laurent Schwartz «et tant d’autres militants anticolonialistes français qui rejoignaient la lutte pour l’indépendance et la liberté du peuple algérien ». Dire cela aujourd’hui, c’est dire la vérité devant l’histoire, sans concession aucune, afin que la dignité du peuple algérien soit préservée intégralement devant cette page douloureuse de son histoire. » et voici la citation extraite du texte d’origine : « C’est ainsi que, à l’écoute de nos avocats en lutte, elle prenait avec la plus grande modestie une part invisible pour le grand public, dans la lutte des intellectuels, des journalistes, des scientifiques, comme Jean-Paul Sartre, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Jacques Servan Schreiber, Françoise Giroud, Jean Daniel, Michel Rocard, Laurent Schwartz et tant d’autres militants anticolonialistes français qui rejoignaient la lutte pour l’indépendance et la liberté du peuple algérien. Ils ont sauvé l’honneur de la France et de la République pendant la Guerre d’Indépendance et rendu possible l’espoir d’un rapprochement futur des peuples algérien et français. »
          Je garde cependant du respect pour ce journal, car il produit du débat sans animosité comme vous le faites ! Il était de son droit de me répondre et je suis également en droit de répondre à sa réponse. Voilà l’éducation qui vous manque, faire débat en s’élevant réciproquement et non pas de déformer les propos de quelqu’un avec comme seul argument la bestialité, parce que mon propos contredit votre attitude à vouloir vous faire ami d’Israël par tous les moyens, pour vous aider à obtenir l’indépendance de la Kabylie ! A ce propos, la Kabylie c’est mon pays, ma patrie et je l’a défendrai avec toute la force de mon « Nationalisme » comme vous dites, et je suis en droit de m’attaquer à tous ceux qui ont des intentions malveillantes contre elle. Vous êtes malhonnête de plus, parce que vous me prêtez de l’aversion pour les Juifs alors que dans l’article c’est plutôt l’inverse qui transparait, en rendant hommage à tous ces juifs qui militent pour deux Etats indépendants ! Alors je vous conseille de prendre soin de lire ces trois articles cités, qui font débat autour de beaucoup de questions et faites-vous une opinion digne de quelqu’un qui prend la parole en public au lieu de venir déverser sur nous votre haine et votre bestialité !

    Abumazen
    14 juillet 2017 - 22 h 18 min

    Il s’appelle maksen et en France se fait appeler Michel
    Bouffeur de cochons

    Abumazen
    14 juillet 2017 - 22 h 16 min

    Vive houari boumedienne

    Abumazen
    14 juillet 2017 - 22 h 13 min

    L’Algérie est UN UNIS INDIVISIBLE
    Que vous le vouliez ou non

    youcef Benzatat
    14 juillet 2017 - 21 h 29 min

    Personne n’est en droit d’interdire à quiconque d’aller ou il veut, mais il est permis de traiter de complicité de crime quiconque se rend dans un lieu où un crime abominable s’y déroule sans le dénoncer, c’est écrit juste sur le commentaire au dessus ! Vous n’avez pas honte de fabuler et mentir !

    youcef Benzatat
    14 juillet 2017 - 20 h 48 min

    On n’entend plus que vous comme d’habitude, comme sur le Matin dz, vous êtes toujours là en meute, vous croyez peut-être m’intimider et me faire peur pour que je cesse de sensibiliser nos citoyens sur le danger que vous représentez sur la paix civile dans mon pays avec votre idéologie séparatiste, haineuse et raciste, fausse route, je vous combattrai jusqu’à votre éradication…

      youcef Benzatat
      14 juillet 2017 - 21 h 25 min

      Je suis persuadé que si vous alliez vous cultiver un petit chouia cela va certainement contribuer à l’inhibition de votre bestialité !
      Pour votre information, le mot Kabyle est un mot façonné au cours de circonstances de hazard et qui n’a aucun fondement ethymologique. Les arabes appelaient tous les habitants d’Algérie des hautes montagnes, là ou ils ne pouvaient pas accéder, par le mot « kabails » « tribus », ce sont en effet les français qui lui ont donné le nom kabyle et kabylie. C’est dire que toute l’humanité sont des kabyles depuis l’ancien monde. De quoi êtes vous fièrs ? De votre ignorance, de votre esprit grégaire, de votre cloisonnement sur vous mêmes, enfin tous les ingrédients qui constituent le nid du fascisme ! Tout ca c’est la faute au pouvoir qui vous a mal élevé et vous a maintenu dans l’ignorance…Pour en fabriquer les monstres que vous êtes devenus aujourd’hui.

        MELLO
        14 juillet 2017 - 22 h 07 min

        Vous devez donc connaitre ces fameux bureaux arabes. Les bureaux arabes sont des structures administratives mises en place par la France après la conquête de l’Algérie en 1830. Créés en 1844, leur but est le renseignement et la définition d’une politique indigène. Contrairement aux arabes qui définissent les kabyles comme tels, les Français connaissent mal le pays qu’ils occupent et ses habitants. Leurs connaissances de la langue, la religion, la culture sont très pauvres alors qu’ils doivent vivre au quotidien avec la population. Ainsi naît l’idée de bureaux arabes qui permettraient d’établir un contact entre les autorités françaises et la population indigène. En 1844, l’organisation des Bureaux Arabes est définie par un arrêté ministériel. Dorénavant ceux-ci sont un lien entre l’autorité militaire française et les indigènes. À tous les niveaux, ces bureaux sont subordonnés à l’autorité militaire. En 1870, il existe près de 50 bureaux avec un secrétaire arabe (« khodja »). Dans tous les bureaux arabes, de 150 à 200 officiers jouent le rôle de juges et de percepteurs des impôts. Beaucoup d’entre eux considèrent qu’ils ont une mission civilisatrice et que leur but est d’apporter le progrès et l’émancipation aux indigènes. L’administration française, à travers ses « bureaux arabes », procède à l’arabisation des noms de famille et de lieu. C’est ainsi que, par exemple, Iwadiyen devient les Ouadhias, Aït Zmenzer est transformé en Beni Zmenzer ou encore Aït Yahia en Ould Yahia. Après la révolte des Mokrani, ces actions, d’après l’analyse d’Alain Mahé, prennent le caractère d’une politique de destruction de l’identité kabyle : pour casser la cohésion de la société villageoise, la généralisation de l’état civil donne lieu à l’attribution de noms arbitraires et différents aux membres d’une même famille. Bonne lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.