Quand la police de Macron sème la terreur dans un hôpital

manif hôpital
Forces de l'ordre et des citoyens à l'intérieur de l'hôpital Pitié-Salpêtrière. D. R.

Par Mesloub Khider – Autant l’église constitue un lieu de culte où les adeptes viennent se recueillir pour prier, autant l’hôpital est un établissement public de soins chargé d’accueillir les malades. Ces deux institutions ont pour point commun d’être des sanctuaires, autrement dit des structures jugées sacrées et inviolables. Aucune force répressive ne doit violer ces institutions. Or, à la faveur de la manifestation conjointe des travailleurs et des Gilets jaunes organisée le 1er mai à Paris, les manifestants ont été violemment brutalisés par les forces de l’ordre. Afin d’échapper à l’assaut brutal lancé par les policiers surarmés, et surtout à l’asphyxie provoquée par l’usage de gaz lacrymogènes projetés par les forces répressives, les manifestants pris de suffocation, encerclés, sont parvenus à se réfugier dans l’enceinte de l’hôpital Pitié-Salpêtrière, situé dans le 13e arrondissement de Paris, après avoir forcé la grille.

Une fois s’être réfugiés à l’intérieur de l’hôpital, les manifestants, selon les témoignages rapportés par les médias, ont tenté calmement de se fondre parmi la foule des malades et du personnel médical pour éviter d’être appréhendés par la police. Mais les policiers sont rentrés en force à l’intérieur de l’hôpital pour continuer à pourchasser les manifestants. Sans ménagement, avec brutalité, les forces de l’ordre ont interpellé de nombreux manifestants.

Le soir même, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, s’est rendu à l’hôpital Salpêtrière. Au cours de son interview, il a affirmé : «Des gens ont attaqué un hôpital et les forces de l’ordre sont immédiatement intervenues pour sauver le service de réanimation.» Déclaration appuyée par le président de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, qui a indiqué qu’il y aurait pu «se produire un drame dont [il] n’ose même pas imaginer les conséquences».

Toutefois, en recoupant des vidéos et des témoignages de manifestants, de riverains, et de personnels soignants recueillis par de nombreux médias, les événements dépeignent une réalité totalement différente, qui ne relève absolument pas d’une «attaque». Des manifestants ont bien forcé une grille pour pénétrer dans l’enceinte de l’hôpital. Mais c’est pour fuir les forces de l’ordre qui les encerclaient et surtout les gazaient.

De manière générale, l’hôpital, à l’instar de l’église bénéficiant du droit d’inviolabilité, d’une sorte d’immunité territoriale, d’une souveraineté lui permettant d’accorder un droit d’asile, un droit d’accueil, jouit officieusement des mêmes prérogatives morales. L’hôpital constitue un sanctuaire, immunisé contre toute violation de son territoire. A plus forte raison, l’hôpital doit être préservé de toute violence.

«Dans l’enceinte de Notre-Dame, la condamnée était inviolable. La cathédrale était un lieu de refuge. Toute justice humaine expirant sur le seuil», écrivait Victor Hugo pour définir le droit d’asile concédé par l’église. Dans l’enceinte de l’hôpital, ce lieu de soins, la violence étatique expire au seuil de l’entrée. Or, les forces répressives de Macron ont délibérément violé se sacro-saint principe en pénétrant dans l’enceinte de l’hôpital en vue de semer l’épouvante, de terroriser les manifestants et l’ensemble du personnel soignant ainsi que les malades.

Quoi qu’il en soit, la pénétration de forces de l’ordre dans l’enceinte des églises ou d’hôpitaux a toujours suscité la réprobation de l’opinion publique. Notamment lors des évacuations par la force de réfugiés hébergés par l’église. Aujourd’hui, à la suite de la diffusion d’images de brutalités infligées par la police française à des manifestants réfugiés dans l’enceinte de l’hôpital pour échapper à l’asphyxie provoquée par les gaz lacrymogènes, la condamnation de ces violences policières est unanime.

Pris en flagrant délit de mensonge, le ministre de l’Intérieur persiste pourtant à défendre sa fake news, soutenu par ailleurs par le Premier ministre. Une fake news visant à criminaliser le mouvement des Gilets jaunes.

La classe politique d’opposition est vent debout. Elle réclame la démission du ministre de l’Intérieur. Certains députés exigent la convocation d’une commission d’enquête parlementaire.

Fragilisé par une gestion chaotique du maintien de l’ordre, accusé d’avoir les mains couvertes de sang, le ministre de l’Intérieur risque d’être sacrifié par Macron pour sauver un gouvernement en butte à une profonde crise politique.

Quoi qu’il en soit, si quelques salariés de l’hôpital Salpêtrière n’avaient pas filmé la scène, le dénouement de ce feuilleton interminable «Gilets jaunes » aux multiples rebondissements aurait été dramatique pour les nombreux manifestants appréhendés dans l’enceinte de l’hôpital. Sous de multiples chefs d’accusation, les juges, sous la pression du gouvernement Macron et des médias (au début très favorable à la thèse gouvernementale de l’attaque de l’hôpital), auraient lourdement condamné les «suspects». Et le gouvernement Macron aurait pu ainsi justifier l’aggravation de la criminalisation du mouvement des Gilets jaunes et l’accentuation de la répression policière et le vote de lois liberticides.

Les smartphones en ont décidé autrement. Ils ont permis de sauver la révolution populaire en cours. D’éviter une tournure réactionnaire de la politique de Macron, fondée sur le mensonge et la répression. Peut-être, dans un accès de désespoir, Macron va-t-il interdire l’usage des smartphones en France afin de pouvoir sereinement «pacifier» le pays ?

M. K.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

Comment (15)

    Felfel Har
    5 mai 2019 - 13 h 38 min

    Pourquoi l’UE, l’OTAN, l’ONU et toute la communauté internationale se taisent-elles devant le massacre des GJ par la police Macronnienne qui s’inspire des méthodes du sinistre Papon et du sioniste Satanyahou? Ne s’émeuvent-elles que de manière sélective? Ne pourront-elles pas être accusées plus tard de non-assistance à peuple en danger?
    « Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants, c’est l’indifférence des bons. » Docteur Martin Luther King Junior. A méditer!
    Le même scenario se déroule au Vénézuéla et le monde regarde ailleurs. Quelle cécité, quelle hypocrisie!

    Kikim
    4 mai 2019 - 19 h 56 min

    Le bilan des manifestations j g Au 19 avril, on recensait 1 décès, 248 blessé·e·s à la tête, 23 éborgné·e·s, 5 mains arrachées chez les manifestant·e·s.le bilan risquerait de s’alourdir avec la manifestation du 1 mai et 4 mai

    1
    1
    Zaatar
    4 mai 2019 - 0 h 30 min

    Quand est ce qu’on comprendra qu’on en a rien à battre des événements qui se passent en France? Qu’ils passent dans le JT juste pour une info encore, de la a en faire un sujet à débattre sur AP non. C’est mon avis. Les gilets jaunes et Castaner c’est une affaire des français.

    9
    3
    MELLO
    3 mai 2019 - 20 h 55 min

    Cette pratique à été transmise par la France à notre gouvernement. Une pratique en violation aux droits élémentaires des citoyens. Avril 1980 , les forces , non pas de l’ordre, avaient violé l’enceinte de l’Université de Tizi Ouzou, à la poursuite d’étudiants qui ne font que défendre le droit à l’expression et le droit d’exister.
    La démocratie , made in France, n’a de valeur que son nom, ses pratiques sont aux anti-podes du droit démocratique élémentaire. Certains francophiles s’ingenuent à défendre cette notion française de la démocratie.

    5
    4
    Anonyme
    3 mai 2019 - 20 h 22 min

    Il faut pas dire la police de Macron mais la police nationale française ???? Vous a peur de les gratinés AP ca les arrange bien oui oui la police Française avec des méthodes de Tsahal et du Mossad donc de voyous , oui ils volent ils cassent des magasins, éborgne des gens par paquets , des mains et des jambes arrachés , des gardes à vue à la pelle , des mises en détentions certains ont tout perdu travail famille le fait d avoir manifester au mauvais moment et au mauvais lieu font tomber les vielles personnes et ne font pas de distinguo une police aux ordres de Castaner et de Macron qui eux sont aux ordres du CRIF qui lui a ses directives de Tel-Aviv hé oui ..la France cest devenu pire c est pire qu un état policier tt en sortant le baratin des droits de l hommes et d un état de droit …c est plus une vérité actuellement ; écouter moi bien si lui il fini son mandat normal comme tt president avant lui , on en reparlera il est la pour foutre le bordel et changer tout pour ses propres patrons qui l ont mis a ce fauteuil les Rothschild … tout ca a été calculé à l avance rappelez vous l ancien president qui était son mentor mais était inconnu et l ont sorti qd il fallait le sortir , le premier qui s est foutu de la gueule c est Hollande Flamby avec lui le changement ben ils l ont bien senti le changement dans leurs c… les Français ; je suis l ennemi de la finance ca cetait pour les gueux ….voila ce qui vous a pendu MACRON et ca eux tous le savait d avance et ca a commencé avec Sarko l infiltration des franco juifs à ttes échelles media politiques finances ect ect voila pkoi on arrive la aussi c est mon opinion perso elle n engage que moi , bcps disaient que ca aller rester un mois on réveillonnera et on passera le jour de l an ca sera fini ; c est que le commencement de la fin des le départ je l ai dit ….personne pourra faire marche arrière jusqu’à que ca pète vraiment c est a dire a tire réel guerre civile et tt le traintrain avec ce Macron et vs verrez on y viens tt doucement . Eux qd il parlait en mal de notre police ils disaient la police algerienne ou l’armée algerienne donc idem pour eux svp à l avenir ;merci d avce AP .

    9
    1
    naim
    3 mai 2019 - 17 h 39 min

    L’Oligarchie francaise, détentrice effective du pouvoir en France est aux abois. Le golem qu’elle a crée et placé à l’Élysée, Macron, est cramé. L’illusion est découverte puis chassée par un peuple qui commence
    à sortir de sa léthargie. Le tiers-monde, apprend ainsi, à son grand étonnement, en voyant ces images violentes de la répression en France, combien l’imposture de la « démocratie » est aveuglante. La France enfin laisse voir son vrai visage. Celle d’un domaine signeurial non encore affranchi du système de caste malgré les slogans trompeurs d’égalité révolutionnaire. Le seul mérite à reconnaitre avec Macron est que sa médiocrité exemplaire a permis aux Français d’ouvrir les yeux. Et cela est une grande étape vers la révolution, la vraie peut-être.

    16
    1
      Laziz
      4 mai 2019 - 0 h 35 min

      Je vois l evolution de la capital paris. Elle se meurt . C est devenu un cimetierre il ne fait plus bon vivre a paris. Le paris by night c est terminé. Lz rêve de tput bon parisien c est de fuire cette ville si ce n ai le pays. Je vous jure que la vie est très chère. On es même plus en sécurité. Les touristes ont fondues comme neige au soleil. Et je rajouterai ceci.il n y mê

      me ou presque plus de gens de confession talmudiste.la situation est très grave.

      3
      1
        Anonyme
        5 mai 2019 - 9 h 04 min

        Les touristes ont fondu comme neige au soleil? Et même pire les parisiens veulent fuir leur ville et même leur pays?
        Mais c’est une bonne nouvelle! Enfin nous allons être débarrassés de fafa et on va pouvoir vivre tranquille sans qu’on nous parle à longueur de journée de fafa, de ses gilets jaunes, bleus, blanc, rouges etc…
        Nous allons pouvoir parler de nos problèmes économiques et voir comment nous allons sortir notre pays du bourbier dans lequel nous nous trouvons après plus de 50 ans de gestion aléatoire par des prédateurs bien de chez nous.
        Et puis Paris by night ,on s’en fiche! Rien ne vaut Alger by night!

    Anonyme
    3 mai 2019 - 11 h 45 min

    C’est une dictature qui ne parvient plus à le dissimuler.

    25
    4
    Kenza
    3 mai 2019 - 10 h 29 min

    Afin de discréditer le mouvement des G J, Castaner emploie les méthodes de répression de Tsahal….il est conseillé par le Crif et les sionistes pour que la police française utilise les mêmes méthodes que l’armée israélienne contre les palestiniens à Gaza. D’ailleurs, le samedi 16 mars où ils avaient décidé de laisser Paris aux casseurs, Macron était allé faire du ski et Castaner était dans une discothèque se payer du bon temps avec une franco-israélienne proche du CRIF.
    Normalement, Castaner devrait démissionner même si ça ne va rien changer, puisque la marionette des Rothschild le remplacera par quelqu’un qui doit être lui aussi soumis au lobby sioniste…ça va juste lui permettre d’avoir un peu de répit et gagner du temps.

    31
    3
    Hors manip
    3 mai 2019 - 10 h 27 min

    Plus de 5 mois de crise er de manifestations violentes, irresponsables et haineuses.
    Combien de morts?
    Aucun
    11 semaines de manifestations pacifiques, responsables et respectueuses. Combien de morts ?
    Deux victimes innocentes.

    5
    38
      Anonyme
      3 mai 2019 - 11 h 44 min

      Faux. Il y a au moins 3 victimes en France depuis le début du mouvement des Gillets Jaunes, dont une Algérienne, tuée dans son appartement par une bombe lacrymogène à Marseille.

      33
      1
      HORS MANIP ?!
      3 mai 2019 - 12 h 07 min

      Aucun mort chez les GJ en êtes-vous réellement sûr, renseignez-vous sans oublier les MUTILÉS.

      27
      3
      Kassaman
      3 mai 2019 - 14 h 55 min

      Bien sûr des morts , notamment une mamie Algérienne à marseille. Sans compter les innombrables yeux arrachés ainsi que des mains amputées.
      Incroyable de mentir à ce point à l’heure d’internet et des smartphones.

      25
      Kenza
      4 mai 2019 - 10 h 55 min

      C’est totalement faux. En plus de l’algérienne Zineb Redouane octogénaire tuée par une bombe lacrymogène reçue en plein visage alors qu’elle fermait ses volets, il y a une dizaine de morts par accident indirectement liés au mouvement des G J. Sans compter les dizaines d’éborgnés, d’amputés, de traumatisés et de blessés dus à la répression et la violence des forces de sécurité contre les manifestants.

      SOUTIEN AUX GILETS JAUNES !

      7
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.