L’enterrement

Md FLN
Mohamed Djemaï. PPAgency

Par M. Aït Amara – La mise en terre du FLN est en voie d’être achevée avec la désignation à sa tête de l’affairiste Mohamed Djemaï. Le parti historique de tous les Algériens, créé par les héros de la guerre d’Indépendance et accaparé par une poignée de politiciens intéressés, a été profané jusqu’à devenir le symbole par excellence de l’amoralité et de l’abjection.

Abdelhamid Mehri l’a livré pieds et poings liés au parti du binôme Abassi-Benhadj auquel il s’assimilait dans son for intérieur, allant jusqu’à militer pour la réhabilitation du FIS dont la dissolution a sauvé le pays d’un régime théocratique qui aurait tué dans l’œuf la démocratie balbutiante. Le FLN avait été transformé en instrument à la solde des extrémistes religieux dont il revendiquait de façon éhontée la victoire après avoir menti au confiant président Chadli Bendjedid, en lui faisant miroiter un raz-de-marée de l’ancien parti unique aux élections législatives de 1991.

Abdelaziz Belkhadem en a fait un parti hybride, trois quarts islamiste, un quart nationaliste. L’ancien président de l’Assemblée populaire nationale s’était distingué par sa collusion douteuse avec le régime des Mollahs lorsque la crise politique provoquée par les visées hégémoniques du FIS battait son plein et que les extrémistes avaient imposé le terrorisme islamiste comme moyen pour arriver au pouvoir. Ce même Belkhadem, qui sera plusieurs années plus tard, chassé comme un malpropre du FLN par l’ex-président Bouteflika, a révélé sa face cachée de mythomane hypocrite en affirmant, toute honte bue, que le mandat de l’APN n’était pas arrivé à son terme au moment de la démission de Chadli Bendjedid en janvier 1992, pour faire accroire à un coup de force de l’armée.

L’inénarrable Amar Saïdani s’est, lui, assis sur les principes fondateurs du FLN qu’il a écrasés avec ses méthodes de voyou, érigeant la grossièreté et la barbouzerie en doctrine. Sous son infâme direction, le FLN était devenu un lieu de débauche politique. L’argent sale y a fait son entrée fracassante et a exclu les militants sincères du parti qui regardaient impuissants l’omnipotent secrétaire général accaparer ce patrimoine national dont il fera sa propriété personnelle. Sa chute ne fera qu’accélérer celle de la formation dont il lâchera les commandes malgré lui.

Djamel Ould-Abbès a poursuivi l’œuvre «titanesque» de son prédécesseur en coulant définitivement le FLN avant d’être lui-même débarqué du navire naufragé. Défenseur invétéré du cinquième mandat sous couvert de la «continuité de l’œuvre de Bouteflika», son zèle lui fera prendre le même chemin que celui dont il téléguidera l’éviction de la présidence de l’APN. Le FLN deviendra, alors, à nouveau une arène où tous les coups seront permis. L’un d’eux l’atteindra et lui fera subir le même sort que son rival Saïd Bouhadja. Un inconnu au bataillon remplacera les deux hommes.

Mouad Bouchareb a hérité d’un cadre sans vie qu’il exhibera à la Coupole du complexe Mohamed-Boudiaf pour l’accrocher au trône vacillant. Et, après s’être effondré, le FLN s’en est allé chercher un fossoyeur qu’il a trouvé en la personne de Mohamed Djemaï.

L’enterrement aura lieu au cimetière de l’histoire.

M. A.-A.

Comment (25)

    Thomson
    4 mai 2019 - 16 h 00 min

    Ce parti qui est la cause de nos malheurs aujourd’hui a toujours été dirigé par des voyous, des affairistes, des arrogants, des incompétents, des analphabètes,……

    9
    1
    kad
    4 mai 2019 - 9 h 28 min

    Oui, maintenant que la justice est sur la voie de l’indépendance on peut parfaitement ester en justice ce ramassis de malfaiteurs invétérés. Ils ont utilisé ce symbole de tous les algériens, pour dépouiller le pays de toutes ses richesses, et ont ainsi trainé dans le caniveaux ce FLN si cher à nos yeux. Mais non! si on le fait maintenant ces gens sans foi ni loi risque de mener ce qui reste du pays à la ruine. Alors soyons patients et attendons d’élire un président digne de ce nom, qui s’attellera à préparer une constitution d’un pays libéré dans laquelle on demandera (le peuple) que le symbole « FLN » sera déposé sur un piédestal dans les méandres de l’histoire ou il retrouvera toute sa splendeur. C’est seulement après ça que nous demanderons des comptes à travers la justice à tous ceux qui ont salit ce symbole si cher aux algériens.

    10
    BEN
    4 mai 2019 - 9 h 12 min

    La société est à l’image de ce partie écrasée par des individus d’argents. il faut dire aux algériens que que te temps de l’argent facile et que le temps de kfaza sont terminés. et ceux qui s’ y aventures risquent gros. Le seul intérêt qui compte est celui du bien être des gens dans leur quotidien et pour y arriver il faut des élus a la hauteur et non pas ce genre de raclures

    MELLO
    3 mai 2019 - 22 h 19 min

    Parler du FLN , c’est faire référence aux grands martyrs de la Révolution Abane Ramdane , Larbi Ben M’hidi , Zighout Youcef et tant d’autres qui avaient lutter avec un militantisme sans faille. Mais en 1962, fin de la révolution , fin de militantisme sous la bannière du FRONT DE LIBÉRATION NATIONALE. Usurpation de sigle par une caste vorace qui avait pourtant mis l’ALN au musée. L’enterrement a eu lieu en 1962, toutes les péripéties qui s’en suivent ne sont que de la prédation et usurpation de sigle.
    Pourtant, le 16 Juin 1965 , un accord historique entre le FLN et le FFS , qui sera suivi par le PRS de feu Boudiaf, pour la reconnaissance d’un espace démocratique . Malheureusement, le 19 Juin de la même année, le coup d’État de Boumediene met fin à cette naissance démocratique. A ce jour, nous payons les décisions predatrices de ces vautours.

    12
    3
    ZORO
    3 mai 2019 - 19 h 24 min

    MONSIEUR AIT AMARA le critique que vous etes, si sensé il etait , meme a vouloir plaire au groupuscule qui partage ses idees , devrait se garder de citer dans le mal un geant tel que MEHRI.
    SIGNEZORO…Z…

    3
    9
    Nec R.I.P
    3 mai 2019 - 19 h 09 min

    Qu’il ne repose pas en paix (Nec R.I.P)

    6
    1
      kaledo
      4 mai 2019 - 20 h 09 min

      Qu’il repose en PET !

    pomme
    3 mai 2019 - 18 h 25 min

    Pour ceux qui pensent assister aux funérailles du FLN se trompent lourdement.Ce type de structure politique est quasi-immortelle et ne disparait pas par enchantement. C’est puissant et increvable tant qu’il y aura des individus qui y croiront. Et la charge symbolique du FLN est profondément ancré dans l’inconscient collectif algérien. C’est un acteur historique, mais il n’est plus en phase avec les valeurs qu’il a portées.Soit, il démontrer son utilité, se régénère et continue à représenter une partie de la société, soit il continue à servir le système et mourra d’une mort lente.

    11
    14
      Nasser, Toronto
      4 mai 2019 - 18 h 15 min

      Je pense q u l m y aura pas que le fln qui sera concerné par l avènement de la 2ème république.
      L ancien régime va progressivement emporté avec lui l opposition qu il a enfantée.
      Il y aura sûrement d autres partis politique qui vont apparaître mais je doute que le peuple suive encore les anciens partis. A ses yeux ils ne seront plus crédibles.
      En un mot , il y aura une réformation politique avec l émergence de jeunes talents pour prendre la relève du ant attendue.
      Regardez le paysage politique en France avec l arrivée de Macron. Il y a eu émergence de où elles forces a savoir , Lrem, la France insoumise..
      Mais on entend plus parler de la droite, du Parti socialiste , du Parti communiste…
      En Algérie, ce sera la
      Même chose: pourquoi?
      Parce que devant une nouvelle réalité politique, il faut de nouveaux acteurs politiques sinon on tombera dans le recyclage et le rafistolage et on aura pas avancé.
      Il est temps de s arrimer au 21 eme siècle avec tout ce que cela suppose en termes de nouvelles compétences et d élites a même de relever les défis qui sont devant nous.
      La politique de demain n aura d importance que si sur le terrain elle. Donnera naissance à des mutations socio économiques profondes et une transparence des règles du jeu qui permettront à chaque algérien de vivre prospère dans ce pays continent qui regorge de richesses
      Nasser

        pomme
        4 mai 2019 - 20 h 13 min

        Macron, c’est du recyclage PS et UMP : les électeurs traditionnels de ces mouvements se sont retrouvés chez LREM.Ce n’est que de la cosmétique.Le pari algérien est de faire émerger des mouvements politiques représentants les idées et les visions du peuple algérien dans toute sa diversité : des conservateurs, des progressistes, des nationalistes, des écologistes, bref des organisations pluralistes et suffisamment représentatives.Pour moi, l’enjeu se joue au local.Il faut absolument organiser une démocratie communale, à l’échelle de la Daira, des lieux de vie des algériens, et que tout cela ruisselle dans la société.

    SaidZ
    3 mai 2019 - 17 h 30 min

    Comment peut-on concevoir, imaginer un affairiste président d’un parti politique !? …..pendant ce temps là, gaid demande au peuple de s’armer de patience!

    17
    1
    KHOUROTO
    3 mai 2019 - 17 h 27 min

    FLN des Harkis et ex. Collabos, il suffit d’enquêter sur ses dirigeants et députés et vous auriez la réponse

    24
    2
    Antisioniste
    3 mai 2019 - 16 h 25 min

    En ce jour de la liberté de la presse, je tiens à saluer tous les Journalistes digne de cette appellation noble. Quant au FLN je dis RIP, que ses membres reposent en pièce.

    18
    2
    Zaatar
    3 mai 2019 - 15 h 10 min

    Après tout ce qu’il a fait on va lui faire une cérémonie et un enterrement ? Pardon messieurs, 57 ans déjà de cordons liés, 57 ans de coups de massue sur la tête et sur le dos, 57 ans de manque de respect envers les algériens, ce FLN doit disparaître à tout jamais dans les conduits de m…

    27
    Digage!
    3 mai 2019 - 14 h 43 min

    Le PFLN ( oui Pari FLN pas FLN , pas de trompage sur la marchandise svp) est un appareil trop précieux aux mains des clans pour le mettre au Musée.

    Chaque Maitre qui vient le façonne à son image et le met au garde-à-vous pour mener le combat de la Chitta qui s’annonce.

    Vous ne voyez pas que ce nouveau secrétaire général est taillé sur mesure pour Gaid Salah ?
    Bientôt il va rameuter les cachiristes pour bien brosser les randjass de leur nouveau Patron.

    Tant que ce PFLN ne disparait pas de la scène politique, cela voudrait dire qu’un clan est déjà au Pouvoir.

    23
    3
    El Vérité
    3 mai 2019 - 13 h 53 min

    Un million et demi de nos meilleurs combattants sacrifier pour que des affairiste, ni honneur, ni dignité s’emparent de leur emblème, c’est honteux révoltant et inadmissible

    27
    1
    Pr Nadji Khaoua
    3 mai 2019 - 13 h 10 min

    Je l’avais mentionner en détail dans ma contribution «Proposition pour une 2ème République Moderne en Algerie».
    Ce travail a été publier les premières semaines d’après le 22 février 2019.
    La mise au musée de l’Histoire est une des deux conditions préalables à la construction de la 2ème République Moderne, dont le socle est la loi, le droit et le respect absolu des Droits de l’Homme.
    La deuxième condition est l’interdiction inscrite dans une nouvelle Constitution, de
    création de partis politiques sur une base ou un programme religieux.
    Sans satisfaire au préalable ces deux conditions, par leur inscription claire et nette dans le texte d’une nouvelle Constitution, qui sera premunie de toute manipulation, ajouts ou réécriture au moins
    pendant 3 générations (100 ans), le système prédateur, autoritariste et rentier persistera, que les Algériens rejettent depuis avant les manifestations massives actuelles (combat des les années 1980 de notre icône vivante, notre Benyoucef Mellouk, Kherrata, Khenchela, etc).

    Pr Nadji Khaoua

    22
    8
      Vector
      3 mai 2019 - 14 h 19 min

      Vous demandez « le respect absolu des Droits de l’Homme » mais les « Droits de l’Homme » n’est que le nom « savant » donné au mœurs occidentales !
      La preuve est que les revendications des LGBT, avant les années 80, n’étaient pas considéré comme des « Droits de l’Homme » en Occident alors qu’aujourd’hui elles en sont quasiment l’alpha et l’oméga !
      Mais contrairement aux postulats des droits de l’homme en Occident, des adultes consentant ne peuvent être polygames !

      13
      6
      Professeur m'a tuer
      3 mai 2019 - 14 h 50 min

      Cher Professeur,
      Je l’avais mentionner : mentionné
      Ce travail a été publier : publié.
      Cordialement

      7
      1
        Pr Nadji Khaoua
        4 mai 2019 - 6 h 25 min

        Bonjour. Merci beaucoup pour votre rigueur
        toute «orthographique».
        Sauf qu’ecrire sur les chapeaux de roue
        a partir d’un vieux mobile n’est pas la même
        chose qu’écrire sans contrainte de temps lorsque
        l’on est assis face à une feuille blanche portant
        a la main libérée un beau plumier.

        Pr Nadji Khaoua
        [email protected]

      Vector
      3 mai 2019 - 15 h 09 min

      L’économie algérienne est un « système prédateur, autoritariste et rentier  » car l’Algérie n’a aucun avantage comparatif sur son marché domestique et encore moins sur le marché internationale ! Et non l’inverse !
      Les algériens s’illusionnent tellement sur ses compétences nationales qu’il font d’un fabriquant d’huile et de sucre, Monsieur Issad Rebrab, pour ne pas le nommer, un égal d’un Steve Jobs ou d’un Elon Musk !
      Mes propos sont sans mépris pour Issad Rebrab car je ne lui arrive pas à la cheville comme lui même n’arrive pas à la cheville d’un Mark Zuckerberg !
      Car quand on ne peut pas faire grossir le gâteau pour s’enrichir, l’objectif est d’avoir la plus grosse part possible !

      9
      3
    Abou Langi
    3 mai 2019 - 11 h 45 min

    Non, il ne mérite ni cérémonie ni enterrement ! Ce FLN-là sortira de l’histoire par le trou des chiottes et disparaitra dans les égouts de l’histoire.

    36
    3
    El Kendy
    3 mai 2019 - 11 h 27 min

    Le FLN était dans le coma depuis 1962 et il est mort comme l’écrit Mr. Ait Amara et moi j’ai décidé de
    ne pas assister à son enterrement pour ne pas voir ces Messieurs qui étaient à sa tête entrain de se serrer
    les mains et de se féliciter d’avoir atteint leur objectif. Mais ils oublient le peuple, lui est toujours la, et il le montre chaque vendredi.

    23
    1
    Alatriste
    3 mai 2019 - 11 h 26 min

     » Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Qui vivra verra !

    5
    18
    SI KADDOUR
    3 mai 2019 - 11 h 02 min

    Ceux qu’ils arrivent aux citoyens qui font confiance au premier venu;très souvent se sont des ex-collabos et de fils de harkis;sinon comment puisse détruire toute une nation qui a sacrifiée un quart de sa population;dans l’espoir de vivre mieux,s’est produit le contraire

    20
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.