Ould-Abbès panique face à l’offensive médiatique de ses adversaires

Ould-Abbès, FLN
Les rangs des frondeurs grossissent, et Djamel Ould-Abbès est gagné par le doute. New Press

Le Front de libération nationale (FLN) alerte ses militants sur l’existence sur les réseaux sociaux de fausses pages de communication au nom du parti. La direction de cette formation politique, secouée par d’interminables dissensions internes, assure que la seule page FLN est celle du secrétariat général dont le lien se trouve sur le site officiel du parti. Toutes les autres pages et sites qui utilisent le sigle de l’ex-parti unique n’ont rien à voir avec le FLN. Les faux profils et les fausses pages sont des pratiques très répandus sur les réseaux sociaux. Même au nom de membres du gouvernement, comme cela a été le cas du nouveau ministre de l’Energie et tout récemment du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune.

Aussi des anciens ténors du FLN, tel que Abdelaziz Belkhadem, devenu dissident depuis le coup de force de Amar Saïdani en 2013, utilisent-ils depuis des années le sigle du FLN dans leurspages sur les réseaux sociaux. Si la direction du FLN a jugé nécessaire de communiquer sur le sujet, c’est qu’elle voit en cette multiplication de fausses pages une réelle menace pour la stabilité du parti. Cela surtout que l’étau se resserre sur le secrétaire général, Djamel Ould Abbès, de plus en plus contesté depuis la débâcle du FLN aux élections législatives du 4 mai dernier. Des élections dans lesquelles l’ex-parti unique avait perdu sa majorité à l’Assemblée populaire nationale.

Depuis sa nomination en octobre 2016, Djamel Ould-Abbès ne cesse d’attirer les foudres des cadres importants et connus au sein du parti. Son mode de gestion est plus que jamais décrié et même par ceux qu’il a lui-même ramenés et placés dans des postes de responsabilité. Lâché par ses sponsors, Djamel Ould-Abbès tente de gagner du temps. Il a même demandé «un délai de grâce» au chef de l’Etat qui est également président du parti.

Fortement fragilisé par le scandale du marchandage des listes électorales dans lequel étaient impliqués son fils et ses proches collaborateurs, ses adversaires, qui sont très présents sur le front médiatique, connaissent bien l’importance de la communication. Et dans une guerre politique, la propagande est une arme redoutable pour abattre ses adversaires. On a vu comment Hocine Khaldoune a éclaboussé le SG par sa très médiatisée démission du bureau politique où il était justement chargé de la communication. Idem pour Moussa Benhamadi qui a, lui aussi, fait sensation la semaine dernière par sa démission de son poste de conseiller du SG en charge de la communication.

Au fur et à mesure que les rangs des frondeurs grossissent, Djamel Ould-Abbès est gagné par le doute et la crainte des conséquences, notamment sur des membres de sa famille, de son éjection de la tête du FLN.

Hani Abdi

Comment (9)

    Tataouine Les Bains
    15 juillet 2017 - 20 h 01 min

    Hein ya Ould Abbes tu paniques avec les réseaux sociaux hein ! Quand toi tu te permettais de dire ce que tu voulais à la télé à la radio sur tes opposants (partis politiques ou protecteurs internes à ton parti etc… etc..), sur la politique, en mentant aux algériens ou en foutant de leur gueule sans qu’ils puissent de répondre , eh bien aujourd’hui »hui ya dada Ould Abbes gràce à ceux qui ont inventé Internet et à Bille Gate, on peut te répondre et te critiquer par réseaux sociaux interposés ou par facebook etc… etc… ! çà va aller de plus en plus vite et çà va faire progresser la liberté d’opinion et la démocratie et toi tu ne pourras plus rien faire depuis ton musée nommé FLN !




    0



    0
    amar rabah
    15 juillet 2017 - 11 h 43 min

    REALISATIONS du FLN historique du FLN de Abbane et Ben Mhidi et de Ben Boulaid et Boudiaf ( et leurs autres camarades ) : 1-Décolonisation définitive du pays …2-Unité et fraternité du peuple algérien …3-Emancipation d’une nation algérienne souveraine libre et indépendante pour la première fois dans l’Histoire .. 4- Création d’un état national républicain et d’une armée nationale populaire pour la première fois depuis le royaume de Massinissa …5 – Fondation du concept et de l’Idée de Citoyen algérien ( mouwatana ) pour la première fois dans l’histoire des berbères et de l’Islam … 6-Création d’une diplomatie algérienne révolutionnaire et ensuite républicaine reconnue dans le concert des nations …7- Recionnaisance des nations unis de la nation algérienne , de ses frontières et de son état .. 8- Contribution au rêve de libération nationale de dizaines de peuples en Afrique , Asie et Amérique latine ..
    RUINES ET CATASTROPHES DU FLeN ET SES APPARATCHIKS CORROMPUS : 1-Division dés 62 (par le courant baathiste) des algériens en catégories arabes et non arabes et lancement du régionalisme et autres fléaux idéologique comme la destruction de la Fraternité algérienne …2- Corruption généralisée dans l’état et la société et perte de la valeur du Travail et de l’amour patriotique .. 3- introduction de l’Idéologie terroriste et impériale du wahabisme saoudien et des frères musulmans égyptiens et ses conséquences mortelles en 92 …4- Haines , violences , extrémismes et fléaux de la division algérienne entre islamistes et non islamistes , arabes – kabyles , ibadistes – malekistes , salafistes – soufistes etc… 5- Haines et hostilité généralisée et irrationnelle contre l’étranger ( arabes , européens , noirs , blancs etc..)…5- Arrêt des grands travaux nationaux et stratégiques ( Barrage vert , reboisement , Route Africaine , Mille villages , programmes régionaux de développement etc.. 6- Destruction des élites algériennes par la division arabisants – francisants , par la fuite des cerveaux et la Harragua de la jeunesse .. 7- Destruction de l’education nationale par les Grands Mensonges et fraudes sur l’Histoire algérienne et la wahabisation de la révolution algérienne , par la massification de la fraude scolaire , par le remplacement de la culture, de la technologie et de la science par le charlatanisme wahabiste et la culture de la Rokia , de Ibliss, de Daech et de la paresse et l’ignorance …8- persécution du patrimoine musulman et culturel algérien en général , les Zaouïas , les Saints algériens , le écrivains , les artistes , les femmes , la culture moderne et technique acquise auprès des Roumis, l’esprit d’Excellence algerienne et du travail bien fait etc… 9- Destruction de la paysannerie et du monde rural algérien et sa production vivrière et culturelle et son remplacement par le lumpen prolétariat wahabisé paupérisé et son contre état trabendiste et contrebandier des villes poubelles et sans activités de production urbaines ..10- Tentative de destruction de l’Institution de l’armée nationale algérienne et son corps d’officiers en 92 et leur remplacement par des milices islamistes wahabistes dirigées par des Emirs et des tueurs sadiques esclavagistes au service de puissances arabes du Golfe
    CONCLUSION : les querelles du FLeN de flen et felten ne concernent pas les nationalistes algériens et n’offrent aucune solution aux catastrophes qu’ils ont crées . Seuls l’ETAT républicain et son ARMEE sont encore notre dernière chance et notre salut avec la bénédiction de Dieu s’il daigne encore sauver ce pays de son ensauvagement , de ses corruptions, de sa régression et de son dépérissement … Bouteflika aura fait un miracle s’il met un terme aux partis et surtout au FLeN et engage le pays dans le solution de la discipline patriotique et de la REPUBLIQUE ALGERIENNE NATIONALE MILITAIRE , AU TRAVAIL ET ARMEE JUSQU’AUX DENTS




    0



    0
    Anonyme
    15 juillet 2017 - 11 h 18 min

    Le FLN se targue d avoir 2 millions d adherents au final des legislatives son score etait 1,7 million de voix; pour qui ont votait les 300milles adherents du FLN? Meme ses propres militants (convaicus ou pas) l’ont laché. Les slogans qui datent de aam dekious ne font plus recette; les affairistes du parti ne peuvent convaincre une population confrontee a la dure realite du quotidien social. La population rejette tout idee d election synonyme de fraude endemique.
    le prix du petrole degringole et les insuffisances manageriales apparaissent dans toute leur nudite!
    le peuple tourne le dos au pouvoir; la jeunesse numerisee exige plus; l environnement instable de l Algerie; les refugiés africains envahissent l algerie se dirigeant ver le nord ; le dinar ne vaut rien et les paniers se vident. pour le citoyen c est la faute aux elus du fln (…)




    0



    0
    Felfel Har
    14 juillet 2017 - 22 h 28 min

    Quand on sert le Prince du moment avec autant de zèle, il faut s’attendre à passer en un clin d’oeil, de la grandeur à la décadence. Comme jadis les piles Wonder, notre demi-docteur s’est éreinté à force de servir son rôle d’idiot utile. Game over! Je crains pour lui qu’il soit trop tard, il est sur une rampe de lancement et la mêche est allumée. Souhaitons-lui (comme le monde l’a fait quand John Glenn s’était lancé dans l’espace) « God speed »!




    0



    0
    nacer
    14 juillet 2017 - 20 h 14 min

    LE VRAI DANGER POUR L’ALGÉRIE VIENT DE BOUTEFLIKA LUI MÊME , ce vieillard malade physique et surtout mental, fait courir un danger réel au pays qui n’est PAS LE SIEN




    0



    0
      Nordesque
      14 juillet 2017 - 20 h 26 min

      Entièrement d’accord! l faut vraiment être aveugle pour ne pas voir le réel danger que fait peser ce grabataire marocain, déconnecté de tout, à l’existence même de notre chère Algérie.




      0



      0
    lhadi
    14 juillet 2017 - 19 h 25 min

    Les authentiques algériens qui aiment leur pays autant que leurs parents se soucient plus de la nouvelle dépréciation de la monnaie nationale passée sous silence par les panégyristes d’un système d’un autre âge dont la seule conviction est l’absence de conviction.

    Comment, dans ces conditions, ces griots es en génuflexion d’un Président de la république au demeurant fatigué, vieilli, victime d’un accident vasculaire et d’une certaine usure du pouvoir, peuvent-ils protéger l’Algérie de tout ce qui peut la diviser, l’isoler, la réduire ou la détourner de sa véritable identité ? Comment, dans ces moments difficiles, peuvent-ils s’engager pleinement dans un combat vital pour l’avenir du pays : celui de la défense d’un humanisme consacré au nom des valeurs auxquelles le peuple algérien est attaché.

    Humanisme fondé sur une même exigence de justice et de sécurité, d’ordre et de tolérance, de liberté et de responsabilité. C’est-à-dire une autorité de l’Etat qui puisse garantir la protection et le bien-être de l’ensemble de nos concitoyennes et nos concitoyens.

    A la lumière des maux qu’il endure, le peuple d’Algérie est soucieux pour la restauration d’un Etat républicain qui puisse mener ses véritables missions au service d’une politique économique et sociale à la fois plus juste et plus ambitieuse, plus dynamique et plus simple, plus ouverte et plus transparente.

    Il fonde l’espoir sur une autorité politique, respectueuse de la loi fondamentale de la république; une autorité qui ne se retourne pas de la seule tache qui mérite adhésion : celle qui consiste à encourager l’esprit d’initiative et d’innovation au sein de la société algérienne qui aspire à plus de dialogue, d’autonomie et de dynamisme.

    C’est dans cet esprit que nous devons nous affranchir de tout dogme idéologique et saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités que nous offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru ouvert, prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité.

    La responsabilité d’une nouvelle gouvernance ,d’union nationale et populaire de compétences, est d’oeuvrer pour un Etat fort, une République solide, une Algérie moderne, apaisée condition sine qua non pour faire face à ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Sa responsabilité sera d’accompagner l’entrée de notre pays dans le troisième millénaire et d’y faire fructifier ses atouts. Ce troisième millénaire s’annonce porteur de bouleversements gigantesques, qui seront probablement la source d’autant de progrès et d’innovations que de drames, de crises, de conflits et d’instabilité.

    J’ai pleine confiance dans la capacité de la « génération Algérie » à relever les défis de tous ordres auxquels l’Algérie sera confrontée et dans son aptitude à jouer un rôle de premier plan dans l’évolution de la situation politique du pays et… du monde.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
      nacer
      15 juillet 2017 - 10 h 21 min

      merci, je me sens moins seul à voir cette amère réalité. ce qui me désole et me chagrine c’est que tout le monde est devenu KHOUBZISTE et tant qu’il a la bouche pleine, il se fout de ce pays. Meme l’armée est à plat ventre….il n’y a plus de patriote????




      0



      0
    mhd dz
    14 juillet 2017 - 18 h 09 min

    Virez cette brosse à reluire s.v.p.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.