Les trois acquis majeurs du hirak selon la journaliste française José Garçon

ANP Garçon
Lors de la manifestation de vendredi dernier à Alger-Centre. PPAgency

Par Saïd N. L’ancienne journaliste de Libération et célèbre pourfendeuse de l’ANP durant les années 1990, José Garçon, s’intéresse au rôle et à la place de l’armée algérienne dans la crise politique actuelle. Elle relève dans une tribune parue dans Le Monde le caractère «inédit» de l’affichage public de la suprématie de l’institution militaire.

Présentée comme experte à la Fondation Jean-Jaurès et «spécialiste de l’Algérie», José Garçon écrit à ce propos : «La suprématie de l’institution militaire – qui, depuis 1962, a exercé la réalité du pouvoir sans partage, sauf avec les services de renseignement – est, certes, un secret de Polichinelle dans un pays où tous les gouvernements tiennent leurs charges des militaires et ne sont donc pas comptables devant le peuple. L’affichage public de cette suprématie est, en revanche, inédit.»

L’auteur de la contribution ne comprend pas que cette armée-Etat qui «a toujours veillé à se dissimuler derrière une apparence de pouvoir civil – le FLN pendant un quart de siècle puis un pluralisme de façade à partir de 1989» – consente à s’afficher et assumer son rôle de «véritable et seul colonne vertébrale du pouvoir». Pour elle, le souci de se maintenir en «société anonyme pour n’avoir jamais à rendre de comptes» n’explique pas tout.

Selon José Garçon, la détermination du soulèvement populaire a fait gagner aux Algériens trois acquis majeurs. Cela les a prémunis, d’une part, contre le spectre de la division, après les dernières manœuvres visant à bannir le drapeau berbère. Le soulèvement a, d’autre part, «consacré le réveil politique d’une société qui se bat et débat, espère et fait preuve d’une vitalité et d’une créativité impressionnantes», écrit-elle. Le troisième acquis, passé, selon elle, inaperçu marque «un changement décisif dans le fonctionnement du système car il touche aux deux constantes qui lui ont permis de se maintenir et de se perpétuer depuis l’indépendance en 1962 : une discrétion des chefs militaires proche de la clandestinité et une capacité à ne jamais laisser les luttes de clans atteindre un point de non-retour».

L’analyste relève que ces deux «garanties» de la pérennité du régime algérien «ont volé en éclats». L’omniprésence du chef d’état-major, Ahmed Gaïd-Salah, qui, écrit José Graçon, «cumule de facto les fonctions de chef d’état-major, chef de l’Etat et chef des services de renseignement» témoigne de ce rôle inédit et incertain auquel s’est astreint le commandement de l’institution militaire.

S. N.

Comment (23)

    chil
    13 juillet 2019 - 21 h 12 min

    Y a si said.N pourquoi reprendre ce que disent ceux qui ne nous aiment pas ;des textes écrits par ceux parmi nous okey et ce quelque soit le contenu ,lavons notre linge sale entre nous ,on doit s’enficher de ce pensent ou disent les autres

    anti khafafich
    12 juillet 2019 - 20 h 28 min

    les s… savent que notre PIB pourrait avoir une courbe croissante et meme exponentielle avec les arrestations des oligarques verreux, voila pourquoi sont ils genes

    12
    4
    Felfel Har
    12 juillet 2019 - 15 h 07 min

    Nous savons tous qui est José Garçon-manqué et pour qui elle roule. Nous perdons notre temps à lire ses insanités. Que ne ferait-elle pas pour pondre des articles algérianophobes? Du journalisme à trois sous!
    Des compatriotes vivant à Paris l’ont vue s’afficher avec des terroristes notoires (dont un ancien pseudo-émir FIS de Belcourt qui a ses habitudes à la Mosquée de la rue Mira à Barbes) devenus collaborateurs de la DST.
    Elle nous livre dans son analyse qui se veut intellectuelle, des infos que l’Algérien lambda sait déjà. Son objectif n’est pas d’informer seulement, mais de se servir de ces infos pour mieux vendre sa propagande anti-algérienne, son venin sioniste.
    Dans l’Antiquité, on dit que Caton l’Ancien avait une idée fixe: « Delenda Carthago » (Il faut détruire Carthage). José Garçon aurait-elle la même obsession de détruire l’Algérie? Un peu prétentieux de sa part, tout juste bonne à éructer sa haine pour une obole de ses maîtres.

    39
    33
      Elliott Ness Mlah
      12 juillet 2019 - 23 h 28 min

      Mon cher Felfel, avoue que tu ne t’attendais pas à ce que la g…ce ait autant d’amis en Algérie. Tu as tapé dans la ruche et les abeilles se sont affolées pour voler au secours de leur « reine ».
      Je vais en prendre aussi pour mon grade, mais j’assume.

      10
      6
    Tredouane
    12 juillet 2019 - 13 h 42 min

    Bon je n’est nulle besoin de son analyse,en plus sur fond de nostalgie,je pense qu’ils devraient s’atteler à analysés leurs propre vécu.

    18
    18
    Pr Nadji Khaoua
    12 juillet 2019 - 13 h 08 min

    De mon point de vue, Mme J. Garçon ne déroge pas à l’objectif de l’establishment Français: celui de peser coûte que coûte sur les possibles approfondissement d’une évolution plus autonome de l’Algérie par rapport à la France.
    Ainsi la stérilité de son «qui tu qui» répéter a l’envie par ses articles syccessifs en termes d’impacts sur la stabilité générale de notre pays, ne l’a pas aider à réorienter ses analyses de façon plus objective.
    L’Algérie est analysée hors champ du réel d’un pays post-colonial en construction, ambitionnant de s’autonomiser politiquement et surtout économiquement de l’ancienne puissance coloniale rejetee par les armes et la volonté populaire depuis plus d’un demi-siècle.
    C’est cette cécité politique structurelle chez la «France profonde» qui leur fait espérer le maintien de leurs réseaux d’influences, de domination, et qui explique l’acharnement univoque d’une «plume de services» ou des «services» comme celle que represente M. J. Garçon.
    En dehors des considérations conjoncturelles, les manifestations populaires de rejet du système agonisant, dont les «têtes» étaient (sont) leurs protégés leur montrent, s’ils savent lire, que leurs voeux sont écrits sur des sables que re modelent les vagues sociales de cette terre, depuis Tin Hinan, LLa Fadhma Nsoumer, Ben boulaid, Abane Ramdane et «Tony».
    S’ils n’avaient pas ce substrat neocolonial voulant perpétuer leur domination ancienne, pourquoi n’ont ils jamais intenter d’action légale contre les corrompus du système agonisant et planqués chez eux comme Saidani, Bedjaoui, Ould Kaddour, Bouchouareb, etc ?

    Pr Nadji Khaoua

    26
    23
      Pr Nadji Khaoua
      12 juillet 2019 - 17 h 08 min

      Qui est «Tony» que j’avais mentionné dans mon premier commentaire ? C’était ce patriote bien intégré en France dans les années 60 et 70. Sa parfaite intégration lui a permis de répondre présent quand son pays d’origine (l’Algérie) a fait appel à lui, lors de la préparation de la nationalisation
      du pétrole entreprise par le Président Houari Boumedienne. Tony a pu se procurer en tant réel les copies des PV de réunions au plus haut niveau des institutions françaises et les communiquer a Alger. Cela a permis la réussite des opérations de nationalisation, sans accrocs ni obstacles majeurs.
      Pur exemple de patriotisme et d’abnégation en pratique par quelqu’un qui avait lui tout à perdre dans cette action, qui le savait, mais qui savait
      aussi que son pays d’origine avait tout a y gagner. Y a t il aujourd’hui des patriotes de ce calibre dans les partis, les universités, les administrations, le Sénat, l’APN …?

      C’est une des raisons qui me poussent à proposer la dissolution de toutes ces institutions et des Partis trop compromis avec le système politique agonisant, pour refaire, sur de nouvelles bases dont les projets (de Constitution, de critères de création et d’agrément, de financement public, etc…) doivent être rédigés par des spécialistes confirmés en droit Constitutionnel, integres et non lies a des partis politiques, pour enfin entamer la construction d’une 2e République Moderne et Sociale.
      Dans cette 2ème République, deux constantes sont à assurer:
      1 – Le sigle FLN symbolisant un patrimoine historique national, ne peut être utiliser pour nommer un parti politique.
      2 – La religion ne peut pas être la base, le programme ou être utiliser dans la dénomination d’un parti politique.

      Pr Nadji Khaoua

      25
      8
        Santa Claus
        12 juillet 2019 - 17 h 30 min

        la dissolution de toutes les institutions, c’est bien, mais qui va dissoudre toutes les institutions? tony?
        en fait, comme d’habitude, vous rêvez et comme les rêves, ça ne coûte rien, continuez à rêver.

        11
        7
          Pr Nadji Khaoua
          12 juillet 2019 - 19 h 40 min

          Cher «Santa Claus»,
          Je ne rêve pas du tout. D’ailleurs si vous et les amis lecteurs cherchez bien, vous trouverez le modus-operandi de mes propositions dans mon article «Projet pour une
          2ème République Moderne», publié par A.P. et plusieurs de nos médias et e.médias il y a plusieurs semaines déjà.
          Ce modus opperandi s’articule ou s’enclenche a partir de la désignation, soumise à l’accord des plus hautes autorités centrales de notre État, d’une Commission Présidentielle formée par un nombre restreint (2, 3 ou 4) des personnalités les plus intégrés et indépendantes de ce pays. Cette Commission Présidentielle aura les prérogatives et les pouvoirs du Chef d’État, pour lui donner les moyens politiques et juridiques de mener les changements souhaités et en 1er lieu, la rédaction d’un Projet de Constitution par des spécialistes en Droit Constitutionnel, intégres et indépendants de toute chappelle partisane.
          En même temps, un nouveau gouvernant restreint se chargera de la gestion quotidienne et des questions urgentes (approvisionnement du marché,
          rentrée sociale, etc.).
          Ensuite le reste s’enclenchera facilement si une nouvelle politique d’information et d’explication objectives sont menées par des journalistes patriotes et compétents en direction des citoyens. Évidemment les opérations de la Justice contre les prédateurs continueront sans relâche.

          Pr Nadji Khaoua

          7
          9
    Lghoul
    12 juillet 2019 - 12 h 43 min

    L’acquis No 1: Tous les algériens sont unis et s’acceptent tous dans toutes leurs diversité culturelles – Acquis No.2: Tout ce qui vient du FLN/RND et de l’ancien système n’est interprété que comme corruption, mensonges et décéption. Il arrivera même un temps ou les gens auront honte de dire qu’ils ont fait parti du FLN/RND de type corruption a grande échelle quand les prisons n’auront plus de place. Acquis No.3: 50% des voleurs et des corrompus sont en prison, les autres 50% suivront bientôt. Et enfin, l’acquis No.4 qui a son pesant d’or: Les algériens enfin savent qui sont leurs VRAIS ennemis, le vrai « hizb frança et la vraie « main de l’étranger ». Avec tous ces acquis, personne ne pourra berner les algériens, personne ne pourra les changer et personne ne pourra les faire retourner aux années de sommeil, de zombies et de naivité.
    En 4 mois le peuple algérien a appris des vérités qu’il lui sera impossible d’apprendre si par malchance le système n’a pas commencé sa chutte libre.

    34
    4
      Kobé
      12 juillet 2019 - 14 h 35 min

      @Ghoul :Si l’on s’en tient à ce que la presse relate, le gouvernement si on peut dire est actuellement en position fœtale, sanglotant sous ses couvertures avec ses petits poings fermés. Et s’il serait de bon ton de garder de saines distances avec ce que cette presse généralement inféodés nous explique compte-tenu du taux invraisemblable de calembredaines qu’elle colporte régulièrement avec gourmandise et ce d’autant plus que, subventionnée à mort, elle n’est plus en prise avec son peuple depuis un moment, on peut aussi ne plus accorder davantage aux déclarations ex officielles des membres de l’exécutif qui expliquent à peu près tous en chœur : Fautes de Grives peuple Algérien vous mangerez des merles .En sommes pour eux ce qui arrive n’est qu’un fâcheux concours de circonstance s’il n’y avait pas eu ces satanés collaborateurs qui n’aident en rien le plus grand escroc que l’Algérie ait connu Boutef n’aurait finalement pas accepté les mesures imbéciles de son Ouyaya et le clown Sellal. Les déclarations débiles et les petites phrases à l’emporte-pièce, tout ça finalement c’est la faute au peuple .Il n’en reste pas moins vrai qu’au final, c’est tout de même le Président de la République qui donne son accord et détermine effectivement les impulsions politiques prises par ses sinistres et ses ridicules parlementaire avec lui qui passe le plus clair de leur temps au Galerie Lafayette à Paris . Malheureusement, cette défausse chaotique n’a rien de fortuite , elle est parfaitement courante au sein de nos institutions qui je précise n’existe plus depuis l’avènement d’un certain Général .

      29
      3
    Abou Stroff
    12 juillet 2019 - 11 h 04 min

    « Les trois acquis majeurs du hirak selon la journaliste française José Garçon » titre S. N..
    pourquoi avoir attendu l’avis d’une journaleuse française pour mettre en relief les acquis du hirak?
    il aurait suffi d’interroger Abou Stroff pour, grâce à sa modestie légendaire, qu’il nous explique l’acquis incommensurable produit par le hirak.
    je pense que le hirak a permis aux algériens lambda de « mûrir » et de ne plus accepter qu’un gus, n’importe quel gus, se prenne pour le nombril du monde et exige d’être qualifié de « fakhamatouhou ».
    le reste, tout le reste découle de cet acquis qui devrait permettre aux algériens du moment de se métamorphoser en citoyens après avoir été réduits (ou s’être réduits) à de simples tubes digestifs ambulants et rien d’autre.
    PS: quant à la place de l’armée, elle ne peut être que centrale dans la dynamique à venir de la formation sociale algérienne.
    en effet, le système basé sur la distribution de la rente a empêché et continue d’empêcher l’émergence d’un société civile et du citoyen d’une société moderne (d’où lé stérilité avérée de tous les soi disant partis politiques)
    . en d’autres termes, l’armée DOIT, au moment présent, jouer le rôle de leader aussi bien dans le domaine économique que dans les domaines idéologico-politiques.
    moralité de l’histoire: ceux qui demandent le retrait de l’armée de la vie politique n’ont pas compris que les modèles produits par les formations sociales où le capitalisme, en tant que système, a atteint sa plénitude, ne partent pas de l’analyse concrète d’une situation concrète mais projettent leur fantasme sur une réalité précapitaliste où l’armée est la seule force organisée et où l’armée est la seule force en mesure de dynamiser une réalité qui tourne en rond depuis des décennies.

    23
    11
      Zombretto
      12 juillet 2019 - 11 h 32 min

      Salut, Père de Stroff !… Dans le principe, ce que tu dis du rôle de l’armée dans un système rentier a beaucoup de sens, mais malheureusement, en Algérie, ce n’est pas le haut commandement actuel avec Gaïd Salah à sa tête qui pourrait jouer ce rôle. Je le vois plutôt comme un frein à tout progrès dans un sens positif. Si tu as des éléments qui te permettent de me détromper et d’être optimiste à son égard, je suis tout ouïe.

      21
      7
        Abou Stroff
        12 juillet 2019 - 13 h 46 min

        Komrad Zombretto, je te salue!
        tu auras remarqué qu’à aucun moment je n’ai mentionné gaïd. ce qui revient à dire qu’à mon avis, gaïd n’est pas qualifié pour diriger le saut qualitatif qu’a mis en branle le « hirak ».
        je persiste, cependant, à soutenir qu’en dehors de l’armée qui repose sur une structure moderne (contrairement aux soi disant partis politiques qui n’ont de partis que le nom et qui ressemblent plutôt à des sectes) il n’y a point de salut.
        je ne t’apprendrais rien en avançant qu’au sein de l’armée, il y a une élite qui ne demande qu’à servir son pays (et non à remplir ses poches et les poches de ses proches).
        PS: l’absence de société civile (au sens de Gramsci ou de Marx) et par ricochet, l’inexistence du citoyen m’autorise à penser que les soi disant partis politiques ne sont que des entités sans projet social différencié et dont l’objectif est d’être au plus près du robinet de la rente.

        22
        4
          Zombretto
          12 juillet 2019 - 14 h 36 min

          Re-salut, Komrad Père de Stroff !… C’est bien la réponse à laquelle je m’attendais de ta part, et comme toujours, de mon point de vue aussi c’est la bonne !

          7
          4
      Al Batriote
      12 juillet 2019 - 12 h 53 min

      Al [email protected] Stroff
      ce que vous dites est en partie vrai, mais la réalité qui tourne en rond depuis des décennies est du fait de cette armée que l’on a bridé par un haut commandement obsolète pour une partie, et occupé par le développement de leurs affaires personnelles pour une autre.

      11
      4
    Zombretto
    12 juillet 2019 - 10 h 39 min

    Pour moi, l’acquis numéro un, et de loin, est la disparition de la peur chez l’algérien. L’armée n’a plus cette aura de mystère qui épouvantait le peuple. Il n’y a pas plus de quelques mois que peu de gens auraient osé prononcer le nom de Gaïd Salah en public, peut-être même en privé, comme un monstre, ou comme la Mafia, dont la seule évocation pouvait les faire apparaître devant vous pour vous punir. Cette autocensure a disparu et rien ne la fera plus revenir. Gaïd Salah doit comprendre ça. Il doit absolument comprendre que si l’armée réussit à garder le pouvoir en Algérie, ça sera purement par la force des armes et qu’aux yeux du peuple algérien l’armée n’a plus aucune légitimité pour contrôler la politique. Son rôle doit devenir celui d’une institution au service de l’état, aux ordres de l’état légitime et non l’inverse. Forcer les algériens par les armes à se mettre à carreau ne peut pas durer bien longtemps. Une fois qu’ils n’ont plus peur rien ne peut les arrêter.

    22
    11
    صالح/ الجزائر
    12 juillet 2019 - 10 h 12 min

    Qu’attend on de la « célèbre pourfendeuse de l’ANP durant les années 1990 » et «spécialiste de l’Algérie» , si ce n’est la poursuite à pourfendre l’institution militaire algérienne , dont la mère , l’ALN , a triomphé sur toutes les armées françaises , malgré le recours au service de l’OTAN , et à des «trucs» tels que le rétablissement de «l’ordre» ou «de pacification» , l’Opération «Oiseau bleu» ou la «Force K» , l’opération «Cantate» pour éliminer l’un des géants de l’histoire de l’Algérie , la « Bleuite » et tant d’autres «machins» restés inutiles devant la volonté des «indigènes» à se libérer du joug colonial français .
    Lorsque les médias français , néo-coloniaux , sont mécontents de ce qui se passe en Algérie, c’est la preuve que ce qui se passe est juste.
    Pourquoi cette «experte» à la dite Fondation ne se penche pas sur le vrai jeu de Paris dans la crise libyenne , après la découverte à Gharyan , la ville reprise à la milice armée du «maréchal» , des missiles antichars américains de type «Javelin» appartenant à la France ? , elle gagnerait sûrement plus de crédibilité auprès des lecteurs non experts .

    17
    14
    MELLO
    12 juillet 2019 - 9 h 43 min

    Les trois acquis du hirak ? Inutile d’attendre quelqu’un d’outre mer pour nous le dire, il suffisait d’être dans ce mouvement pour comprendre et voir ces acquis.
    – khawa-khawa est le premier acquis , tous les Algeriens de deux sexes , de tout age marchaient cote a cote ‘
    – Debloquage de l’interdiction de manifester a Alger décidée par un certain …. Ali Benflis en 2001 , alors chef du gouvernement ,
    – Titre de meilleurs manifestants pacifiques au monde , avec plus de 20 millions de marcheurs sans degat.
    Parler de marcher a Alger est un contre sens, parceque ceux qui sont a la place Audin , ne peuvent rejoindre la Grande poste par cette foule compacte.
    Les acquis du hirak ne peuvent pas être commentés par quelqu’un qui joue la sainte nitouche par rapport a notre ANP.

    21
    11
      Tamime
      12 juillet 2019 - 10 h 08 min

      Que José Garçon aille au diable ! je n’ai même pas envie de lire son avis car elle a toujours été hostile à l’Algérie. Sa haine viscérale de notre pays fait que ses écrits sont très subjectifs donc d’aucune valeur pour nous. je préfère de très loin lire Edwy Plenel. Ses écrits sont aussi parfois « acides » mais sincères !

      20
      10
        Elephant Man
        12 juillet 2019 - 10 h 18 min

        @Tamime
        Juste une précision mediapart est également un meRdias inféodé au sionisme. Ils ont censuré à de nombreuses reprises Youcef Benzatat dès que ça ne correspond pas au CRIF.
        Savoir que la France a la rancoeur tenace envers l’Algérie.

        19
        15
          Farida
          12 juillet 2019 - 13 h 06 min

          Fakou ! Pourquoi ? Alors niez ses rapports sur la corruption a grande echelle. Au moins ils ont des dossiers et des preuves ! Alors tu as peur de ton tour peut etre !

          7
          6
    Elephant Man
    12 juillet 2019 - 7 h 28 min

    Je me suis arrêtée direct à Fondation Jean Jaurès qui n’est autre qu’un think tank ultrasioniste qui finance zaama l’anticomplotisme (Rudy Reichstadt) piloté par Jean-Yves Camus ultrasioniste intervenant régulier du CRIF, et enfin le clou du clou l’ancien secrétaire général de cette fondation n’est autre que mon ami l’ultraMÉGAsioniste Gérard Collomb maire de Lyon.

    44
    22

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.