Femmes démocrates du RCD : «Tebboune ne mesure pas la gravité de la crise»

Femmes démocrates RCD
Conseil national des femmes démocrates du RCD. D. R.

Les Femmes démocrates du Rassemblement pour la culture et la démocratie (FDRCD) alertent sur l’aggravation de la crise économique qui secoue le pays et mettent en garde contre les conséquences désastreuses sur les couches sociales les plus vulnérables. «La faillite de la politique économique mise en place depuis vingt ans avec son lot de chômage, de coupes dans l’éducation, de dégradations des services sociaux et sanitaires augure d’une situation plus difficile pour les catégories sociales les plus fragiles, dont les femmes», ont-elles souligné dans la résolution de leur conseil national tenu ce week-end.

Pour les FDRCD, «le plan du gouvernement Tebboune qui ne prend pas la mesure de la gravité de la crise ne peut que compliquer les problèmes posés au pays en différant leur résolution». Sur un autre registre, les femmes démocrates du RCD considèrent que les prochaines élections locales constituent une opportunité et une tribune pour relayer les légitimes préoccupations de la femme algérienne et encourager le combat pour la citoyenneté. Elles appellent «l’ensemble des militantes et sympathisantes de notre organisation à s’impliquer dans cette échéance, y compris par la constitution de dossiers de candidature dans leurs localités respectives».

Les FDRCD évoquent également l’affaire de l’enfant Houssem Belkacemi de Tipasa, disparu le 28 juin et retrouvé mort le 2 juillet non loin du domicile familial «confirme la défaillance massive dans le fonctionnement du dispositif Alerte-enlèvement. Plusieurs organisations, dont la nôtre, ont alerté à maintes reprises sur l’inefficacité du dispositif. Dans de telles conditions, l’effet de dissuasion qu’il était censé jouer se trouve frappé de nullité».

Les FDRCD estiment que, pour faire avancer toutes les bonnes causes et améliorer le vécu des Algériens et des femmes en particulier, il faudra une large mobilisation citoyenne.

Au niveau du RCD, il a décidé de donner la priorité à l’installation des coordinations régionales en vue d’asseoir et d’élargir l’audience de notre organisation pour sensibiliser et mobiliser les femmes autour de leurs revendications. « Le rapport de la chargée à l’organique qui a mis l’accent sur l’attente citoyenne suscitée par notre mouvement trace un programme d’installation de six nouvelles coordinations régionales, à savoir Ouargla, Oran, Tlemcen, Mostaganem, Batna et Chlef», ont souligné les femmes démocrates du RCD, qui se disent «convaincues que c’est en s’organisant librement et en fédérant les énergies que nous pourrons concrétiser les aspirations à la citoyenneté des femmes».

Hani Abdi

Comment (2)

    Moh
    16 juillet 2017 - 20 h 41 min

    Drôles de femmes dites « démocrates » qui refusent de soutenir la cause du peuple Sahraouie c’est le cas des partis dits islamistes et démocrates d’ailleurs, les deux se sentent proches du Maroc.




    0



    0
    mouatène
    16 juillet 2017 - 17 h 45 min

    les femmes démocrates du rcd ont dit, c’est OK !!! et leurs maghbounines qui sont restés à la maison suivre les séries tv, qu’ont ils dit ?. ont ils des avis ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.