L’ambassadrice des Etats-Unis salue le professionnalisme de la police algérienne 

Joan A. Polaschik, ambassadrice des Etats-Unis en Algérie. New Press
Joan A. Polaschik, ambassadrice des Etats-Unis en Algérie. New Press

L’ambassadrice des Etats-Unis à Alger, Joan Polaschik, a salué le professionnalisme de la police algérienne et son rôle pionnier dans le renforcement de la coopération policière, a indiqué, lundi, un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Lors de l’audience que lui a accordée le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, Mme Polaschik a salué «le professionnalisme de la Police algérienne et son rôle pionnier dans le renforcement de la coopération policière sur les plans régional et international», indique le document.

A signaler que Mme Joan Polashik, ambassadrice partante, avait été nommée en 2014 par le président Barack Obama. Elle sera remplacée par John P. Desrocher, qui occupait auparavant la fonction de sous-secrétaire à l’Egypte et au Maghreb au département d’Etat. L’Administration Trump a décidé de nommer un spécialiste des questions sécuritaires, ce qui augure d’une relation encore plus particulière entre les Etats-Unis et l’Algérie dans ce volet. En effet, le nouvel ambassadeur US connaît bien l’Algérie pour avoir été en charge des affaires liées à la région Mena et à l’Afrique du Nord. Il occupait auparavant la fonction de sous-secrétaire à l’Egypte et au Maghreb au département d’Etat.

Les Etats-Unis considèrent que le dialogue stratégique Algérie-USA – dont la première réunion s’était tenue en octobre 2012 à Washington – est «le fondement» sur lequel les Etats-Unis et l’Algérie ambitionnent le renforcement de leurs relations futures dans les domaines politique, économique, culturel, scientifique et sécuritaire.

R. N.

 

Comment (7)

    Hadj Brahim
    18 juillet 2017 - 11 h 08 min

    Les relations avec les USA ont toujours été importantes, tant cette puissance New-coloniale détermine ses intérêts dominants dans différentes régions, de gré ou de force au win-lose. Imposant un déploiement militaire dans toutes les régions du monde, et en guerre permanente directement ou indirectement hors son territoire depuis, elle ne tolère aucun développement d’une souveraineté rivale, ni justice économique, quitte à engloutir des pays entier dans le chaos ! l’Histoire du siècle dernier en est témoin pour les amnésiques … et, la région du MENA à plus d’un titre contemporain.
    Mis à part le «romantisme diplomatique» d’usage … La «guerre contre le terrorisme» n’a pas la même définition et objectifs, que le reste du monde, ni d’ailleurs «la mondialisation», dont je vous invite à écouter une édifiante conférence du Prof. HES Omar Aktouf ;
    1.https://www.youtube.com/watch?v=rxPUsFrzKkY&
    2.https://www.youtube.com/watch?v=JSIUzzrrzz0
    3.https://www.youtube.com/watch?v=XXqVjvHreiE
    4.https://www.youtube.com/watch?v=GXOmbC8zlKY
    Et, d’autres encore …




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    18 juillet 2017 - 9 h 40 min

    Changement d’ambassadrice et changement de lunettes et donc de vision d’avenir dans les relations
    USA ALGERIE.
    Le non verbal et le corporel en dit long.
    Vision stratégique gagnant gagnant désormais pour nos deux pays.
    Bonne chance Mme l’ambassadrice.
    (…)




    0



    0
    y en a marre
    18 juillet 2017 - 8 h 56 min

    Allah Youstor
    VIVE GERONIMO PAIX A SON ÂME




    0



    0
    alfa
    17 juillet 2017 - 21 h 38 min

    USA do not have friends they have interest.. period (G.W.bush)




    0



    0
    Djamel
    17 juillet 2017 - 20 h 29 min

    Quand les USA t’encense c’est qu’il y a un marché juteux avec la police, acquisition de matériel sûrement. Et dieux sait combien les Algériens aiment être caressés dans les sens du poil par les gwars occidentaux.




    0



    0
    TARZAN
    17 juillet 2017 - 19 h 41 min

    avec les USA c’est gagnant -gagnant. ce sont les USA qui ont été les plus proches de l’algérie lors de la lutte anti terroriste. et puis cette ambassadrice est tout simplement une amie de l’algérie et des algériens. et je pense que dès qu’elle a su qui étaient les algériens, elle est tombée sous le charme. elle a vu que la roujoula des algériens n’est pas un vain mot. si elle est sincère, elle aura la baraka algérienne de nos saints de l’islam.




    0



    0
    Amitou
    17 juillet 2017 - 15 h 58 min

    Nos relations avec les USA sont d une importance capitale pour notre Pays.Nous avons tout a gagner par l apport des technologie modernes de ce grand pays.Il faut se rappeler du soutien indefectible des USA dans notre lutte d independance.Une amitie sincere entre le peuple Americain et Algerien.D ailleurs une ville aux USA porte le nom de l Emir Abdelkader.
    La ville d’El Kader (1 500 habitants) se trouve aux Etats-Unis d’Amérique, dans l’Etat de l’Iowa. Elle est jumelée à la ville de Mascara depuis 1984. C’est en 1846, lorsque l’Emir Abd El Kader combattait l’envahisseur français depuis déjà 16 longues années, que trois Américains, John Thompson, Timothy Davis et Chester Sage décidèrent de nommer leur petit campement El Kader, pour rendre hommage à la bravoure devenue légendaire, à l’esprit chevaleresque et à la grandeur d’âme de l’Emir Abdelkader. Dans la presse américaine du XIXè siècle, l’Emir Abdelkader représentait le mythe de ce noble chevalier arabe qui, l’épée à la main, repoussait l’envahisseur. Dans la conscience collective, l’Emir Abdelkader ne pouvait pas manquer de rappeler aux Américains du XIXè siècle les exploits de leurs aînés, les pères fondateurs de la nation américaine, face, en particulier, à l’Empire britannique. De nombreux historiens se plaisent à comparer l’Emir Abdelkader à Georges Washington.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.