La France paie des avocats pour défendre «ses» terroristes en Irak

Jean-Yves Le Drian, chef de la diploMatie française. D. R.
Jean-Yves Le Drian, chef de la diploMatie française. D. R.

Les «djihadistes» français résidant en Irak bénéficient de l’aide consulaire même s’ils sont inquiétés par les autorités irakiennes, qui sont habilitées à les juger, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement français, cité par l’agence Reuters.

Selon le ministère des Affaires étrangères, des démarches officielles ont été effectuées auprès des autorités irakiennes afin de connaître précisément la situation d’une famille venue rejoindre un des siens venu combattre en Irak, et aujourd’hui détenu quelque part dans ce vaste pays.

Au nom du devoir de protéger les ressortissants français, quels que soient les faits qui peuvent leur être reprochés, y compris donc le terrorisme ou le crime organisé, les services consulaires, et donc l’Etat française se retrouvent à couvrir et à défendre des terroristes reconnus comme tels, qui ont dû commettre des crimes abjects ou projetteraient d’en commettre en Irak ou partout ailleurs.

«Dès lors qu’ils sont français, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères met en place la protection consulaire que nous devons à tous les ressortissants français, quels que soient les faits qui peuvent leur être reprochés, avec une attention particulière pour les enfants en bas âge», a précisé le porte-parole du gouvernement. Comment expliquer, dès lors, l’acharnement des politiques français, dans leurs discours, à mettre tous les moyens en œuvre pour combattre le terrorisme qui a déjà endeuillé plusieurs fois ce pays ? En tous les cas, cette mansuétude française est en totale contradiction avec tous les dispositifs juridico-sécuritaires mis en place pour réprimer, dissuader et traquer les radicaux susceptibles de passer à l’acte ou ceux qui prépareraient leur retour des terres de combat ?

D’après les autorités françaises, près de 750 ressortissants français étaient présents fin mars dernier sur la «zone de combat» en Syrie et en Irak, c’est-à-dire aux côtés des terroristes de Daech. Le porte-parole du Quai d’Orsay assure que des personnes de nationalité française ayant commis des infractions en Irak et se trouvant sur le territoire irakien «peuvent être poursuivies par les juridictions irakiennes, en bénéficiant du droit à la protection consulaire». Sauf que, cas rares et difficilement vérifiables, les juridictions françaises pourraient également exercer une compétence si elles considéraient que ces personnes ont commis une infraction à la loi française.

R. Mahmoudi 

Comment (9)

    Anonyme
    21 juillet 2017 - 9 h 05 min

    C’est dans leurs gènes de trahir ceux qui ne sont pas de leurs communautés, ceux qui ne sont pas de souches gauloise.
    Aujourd’hui les français d’en bas et de la classe moyenne sont mis à mal par ceux qui les gouvernent. Ils les méprisent de manière très inquiétante suscitant des interrogations légitimes sur les pouvoirs politiques et économiques.

    Rayés Al Bahriya
    20 juillet 2017 - 15 h 42 min

    Le C.S/O.N.U doit se réunir d’urgence pour rappeler à l’ordre ce pays

    Voyou. ..contre exemple de la lutte anti terroriste internationale.

    Il l’a fait en Libye. ..Syrie. …MALI et Irak. …

    Ce pays doit être mis hors d’état de nuire. ..

    Les américains et les russes doivent boter le cul à ce pays voyou

    Véritable menace pour la paix dans la région.. …

    Au Qatar il se fait petit depuis.. ..leur mise à l’écart des grandes décisions

    Internationales. …

    Rien à gagner avec ces francos. ..

    Chaoui
    20 juillet 2017 - 2 h 01 min

    Les autorités françaises s’essayent encore une fois de nous prendre pour des imbéciles ! On va croire à leur mansuétude selon laquelle elles payeraient « des avocats pour défendre «ses» terroristes en Irak » ! Dans la réalité, il faut comprendre le contraire. Des ordres furent donnés pour s’attacher contre argent sonnant et trébuchant le concours des Irakiens pour identifier, localiser et abattre SOMMAIREMENT tout « djihadiste » français se trouvant sur leur sol, ceci afin de se prémunir d’eux en France, par crainte que s’ils y revenaient ils ne commettent en France ce que les services français (+USraéliens) leur avaient appris à commettre en Irak, Syrie,Libye, etc…

      bird
      20 juillet 2017 - 9 h 08 min

      Très bonne tactique ,certains djihadistes vont sortir du bois ,ils seront identifiés ,puis on perdra leur trace pour toujours ,bien joué ,pas de procès ,pas de frais ,justice est rendue .

    Moskosdz
    19 juillet 2017 - 23 h 59 min

    Plus le temps passe,plus l’on s’aperçoit que les vrais oulémas de la pègre islamiste résident à Paris,Londres,Washington et Tel-Aviv.

    Rayés Al Bahriya
    19 juillet 2017 - 23 h 00 min

    Tel est pris qui croyait prendre

    Akli Boughzer
    19 juillet 2017 - 21 h 58 min

    J’ai toujours pensé que le terrorisme islamiste est une affaire de marionnettistes.Ceux qui le gèrent n’ont rien à voir avec cette religion.Par contre la chair à canon est exclusivement musulmane vu le nombre effarant de têtes vides qui s’en réclament.

    Alfa
    19 juillet 2017 - 18 h 38 min

    Ce sont des terroristes modérés, ils ont droit à la protection de leurs parrain.

    selecto
    19 juillet 2017 - 18 h 17 min

    C’est normale ils étaient en missions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.