Ali Haddad répond à l’Etat : «Vous me devez 1 000 milliards !»

Haddad
Le groupe ETRHB-Haddad a répondu aux mises en demeure. New Press

La très attendue réponse du groupe ETRHB-Haddad aux mises en demeure qui lui ont été adressées le 16 juillet dernier ont été publiées aujourd’hui sur quatre supports médiatiques.

En tout, le groupe de l’homme d’affaires Ali Haddad a répondu à 9 mises en demeure concernant des projets routiers, autoroutiers et des voies ferrées. Grosso modo, le groupe qualifie ces mises en demeure d’«injustifiées» et d’«infondées» en donnant des explications détaillées et référencées au cas par cas. Il évoque également des retards de paiement de situations honorées qui datent de plusieurs mois.

A titre indicatif, sur le projet de réalisation de la nouvelle ligne ferroviaire à voie unique Relizane-Tiaret-Tissemsilt sur 185 km, le groupe ETRHB-Haddad informe le maître de l’ouvrage que les travaux n’ont jamais été à l’arrêt et se déroulent dans des bonnes conditions, et demande au maître de l’ouvrage de lever les contraintes persistantes à ce jour qui entravent l’avancement des travaux. Parmi ces contraintes relevées par le groupe, il y a des oppositions et des déviations de réseaux «au nombre de 317, soit 1,7 contrainte par kilomètre».

Le groupe ETRHB demande également «la libération des études du lot ‘gares’, en souffrance depuis leur date de remise le 13 mars 2014». A cela s’ajoute «la libération des études de changement de tracé demandées par le maître de l’ouvrage pour le contournement des contraintes techniques majeures et évitement des agglomérations urbaines sur un linéaire minimum de 31 kilomètres. En outre, le groupe en question sollicite le maître de l’ouvrage pour paiement  de plusieurs situations des travaux en souffrance totalisant 3,6 milliards de dinars et d’une production stockée de 1,2 milliard de dinars.

Dans ses réponses à toutes les mises en demeure, le groupe ETRHB fait état de situations de travaux réalisés non payés. Le total de créances du groupe auprès des maîtres de l’ouvrage dépasserait les 10 milliards de dinars, soit plus de 1000 milliards de centimes.

Parmi les projets concernés par les mises en demeure, la réalisation de la route reliant la ville de Bouinan à l’autoroute, la réalisation de la ligne à double voie électrifiée, le doublement de la RN24 entre Figuier et Oued Isser sur 15 kilomètres et le doublement de la route échangeur Est Bouira à Sour El Ghozlane. Ces mises en demeure ont bénéficié d’une importante médiatisation car elles sont intervenues dans un contexte politique nouveau, marqué par l’annonce par le gouvernement Tebboune de la séparation du monde politique du monde des affaires.

Hani Abdi

Comment (40)

    mzoughene
    3 août 2017 - 13 h 15 min

    Citation :
    « cette phrase date de1920 ! elle provient de la philosophe russe et américaine Ayn Rand »
    Quand vous vous rendez compte que pour produire, vous avez besoin de l’autorisation de quelqu’un qui ne produit rien….Quand vous rendez compte que l’argent, c’est pour ceux qui font des affaires non pas avec des biens mais avec des faveurs…….Quand vous vous rendez compte que beaucoup sont devenus riches avec des pots-de-vin et une influence plus que pour leur travail, et que la loi ne nous protège pas de ces individus, mais qu’elles les protèges eux….Quand vous vous rendez compte que la corruption est récompensée et que l’honnêteté mène vers le sacrifice de soi-même………..Alors vous pouvez dire sans avoir peur de vous tremper, que la société est condamnée.




    1



    0
    Anonyme
    1 août 2017 - 14 h 11 min

    Je suis bien curieux de comprendre comment les manques à gagner sur retards de paiements ont été calculés par les services financiers de ETRHB.




    0



    0
    derbal
    27 juillet 2017 - 23 h 20 min

    la meilleur défense c est l attaque




    0



    0
    Dyhia
    27 juillet 2017 - 22 h 14 min

    J’espère qu’il ne s’agit pas d’une vengeance ou d’un règlement de compte.
    Tebboune a été cité dans l’affaire KHALIFA….Tebboune a le pouvoir et renvoi la balle à l’autre CAMP, pendant que Le peuple court derrière les logements gratuits. Chacun fait ce qu’il peu.




    0



    0
    Tinhinane
    27 juillet 2017 - 20 h 58 min

    Haddad revendique de l’argent qu’il a pris des banques sans rendre des comptes. Il s’en sert comme si c’était sa propriété privée.
    Si notre justice était forte, ces trabendistes qui se prennent pour patrons seront réduits aux chômeurs. Il n’ont jamais rien gagné loyalement.




    0



    0
    Kahina
    27 juillet 2017 - 19 h 22 min

    Haddad oublie que ces 1000 Milliaires ne lui appartiennent pas.
    Je crois qu’il parle de l’argent qu’il a dépensé pour soutenir le 4eme Mandat lui permettant de continuer, avec ses complices, de siphonner les banques.




    0



    0
    Expression
    27 juillet 2017 - 17 h 38 min

    C’est gens la ne sont que des hommes de paille dans une chaine de mafieux le peuple comme d’habitude à que ces yeux pour pleurer !!!…




    0



    0
    jair57
    27 juillet 2017 - 16 h 02 min

    Ca rappele etrangement Sawaris avec Djezzy finance a grandes pompes par les bansues Algeriennes sur ordres il d’est enrichi dur ke fos de l’etzt piur rn fin de compte reclamr des dus.




    0



    0
    MELLO
    27 juillet 2017 - 14 h 45 min

    Avec le départ du général Toufik, la pègre a juste changé l’un de ses chefs tout en restant fidèle à son code d’honneur. Illusions d’optiques me disait mon ami l’ingénieur! . Il continua à me prouver ses dires, les mêmes circuits officiels et parallèles qui agissaient hier au nom du général Toufik, au nom des généraux, redoublent leur présence pour nous rappeler que les maîtres faussaires d’hier sont les maîtres faussaires d’aujourd’hui… Et que cela ne sert à rien de nous enthousiasmer. Cela ne sert à rien d’être honnête, intègre, compétent, intelligent, noble , courageux et talentueux. Le seul critère qui vaille dans ce pays c’est d’appartenir au milieu de la pègre, de la clandestinité ou règnent la fausseté, la ruse, les sales connivences et les faux semblants. Ils nous pillent et ils titillent nos fibres sensibles. Ils ne savent pas a quel point ils mettent en danger le pays.




    0



    0
    Felfel Har
    27 juillet 2017 - 14 h 31 min

    Je trouve dans cette cabale une similitude parfaite avec l’affaire Khalifa. Au début on aide quelqu’un à ramasser fortune de manière illégale, on en profite pour se remplir les poches (tout « service rendu » mérite récompense), et on s’empresse de lui monter de toutes pièces une « affaire d’État » pour mieux l’éliminer et éliminer toute trace de complicité. Le pov’con sera le seul à payer et les acolytes s’en sortiront blanchis et….. riches. Il se dit que c’est comme celà que certains se sont payé des appartements de luxe à Paris sur le dos du pauvre Moumène (enfin le Trésor Public l’a fait en faisant passer ces transactions en « Pertes et Profits, ce qui a fait de nous, contribuables, de généreux donateurs sans notre consentement, mais avec celui du liquidateur qui n’a rien vu). Alilou, il faut que tu comprennes que c’est la fin des haricots pour toi, on s’est servi de toi pour s’enrichir et tu seras le seul à payer la tournée. Game over!




    0



    0
    slimane
    27 juillet 2017 - 14 h 05 min

    Le culot, la hardiesse, et l’audace des ياءكل في الغلة و يسب في الملة
    Un homme enfanté, entretenu, aidé, et protégé par des influents, et des puissants clans affairistes, et commerçants du Bazar
    Dans les institutions d’état gravement affaiblis et menacées d’effondrements par les fissures crées par la Mafia politico-financière depuis 1999
    Il doit tout à l’état algérien, qui lui a donné un plan de charge démesuré, et économiquement, non prioritaire et non rentable (Infrastructures et secteur tertiaire des services) par rapport à l’Agriculture prioritaire créatrice de richesses matérielles exportables (secteur primaire), sacrifiée
    L’Industrie prioritaire créatrice de richesses matérielles exportables (secteur secondaire), sacrifiée
    Les P.M.E agricoles, agro-alimentaires, industrielles dynamiques et rentables qui peuvent exporter (…)
    L’état algérien existe bien avant….. 1965, n’est ce pas Mr. Ali Haddad
    L’état algérien, vous a fourni la protection sociale, l’éducation et les soins, à moindre frais Maintenant, vous osez jongler, dribbler, contourner les lois et les écritures comptables
    Avec vos conseillers juristes, et vos comptables achetés à prix d’or, combien vous avez amassé, et accumulé de richesses, et d’argent, pour attaquer l’état qui vous a crée
    Sans aucun retour pour le développement durable, matériel, et concret pour l’économie du pays
    Un amas de chantiers, de camions et de poussière défigurant nos riches plaines agricoles, les transformant en routes hideuses, mal faites, au détriment de nos beaux produits agricoles du terroir tués par les poussières de vos engins.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.