Libye : pourquoi la rencontre d’Al-Sarraj et Haftar à Paris est un fiasco

macron sarraj haftar
Emmanuel Macron en compagnie de Fayez Al-Sarraj et du maréchal Khalifa Haftar. D. R.

En réussissant, mardi, à réunir dans une même salle du château de La Celle Saint-Cloud, dans les Yvelines, Fayez Al-Sarraj, à la tête du Conseil présidentiel libyen, et le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) qui contrôle l’est et le sud du pays, et en les persuadant surtout «d’agréer» une déclaration en dix points évoquant la tenue d’élections au printemps prochain, le président français Emmanuel Macron a réussi un joli coup diplomatique.

Peu d’observateurs s’attendaient, en effet, à ce qu’il puisse mettre d’accord aussi vite les deux principaux protagonistes de la crise libyenne. Chemin faisant, ce succès – si l’on peut véritablement parler de succès – lui permettra certainement de gagner quelques points dans les sondages et de faire oublier ses premières déconvenues de politique interne.

L’initiative «macronienne» a-t-elle maintenant quelques chances d’aboutir ? Dans le cas de la Libye, tout le monde sait depuis au moins la conclusion de l’accord politique de décembre 2015 qu’il n’est pas aisé d’amener Al-Sarraj et Haftar à respecter leurs engagements. La question se pose d’autant que les deux figures de proue de la scène politique libyenne n’ont absolument rien signé à Paris. Ils ne se sont donc engagés sur rien. En somme, il n’y a aucune garantie de résultats. Les deux «acteurs» se sont globalement contentés de rappeler les fondamentaux de l’accord de Skhirat, parrainé par l’ONU, selon lesquels «la solution de la crise libyenne ne peut être que politique et passe par un processus de réconciliation nationale associant tous les Libyens».

La seule nouveauté réside dans le fait qu’Al-Sarraj et Haftar se sont engagés à organiser des élections au printemps 2018… dans le cas où les conditions le permettraient. La déclaration fait bien de mettre l’accent sur ce détail, car il n’est pas évident, en effet, que les conditions d’un déroulement d’une élection régulière soient réunies d’ici là. A peine rendue publique, l’initiative française commence déjà à rencontrer ses premiers écueils.

C’est ainsi que les dirigeants du Parti de la justice et de la construction (PJC), réputé proche des Frères musulmans libyens fortement implantés à l’ouest, a rejeté hier en bloc, dans un communiqué rendu public, le plan de paix d’Emmanuel Macron, qu’ils considèrent comme une violation de l’accord politique inter-libyen. Le PJC insiste également sur l’idée que toute modification de l’accord doit se faire sous l’égide de l’ONU et être conforme aux articles du texte signé en décembre 2015.

La même source estime, en outre, que «la rencontre de Paris répond à des agendas extérieurs et est de nature à aggraver les divisions entre les Libyens», précisant que certains pays constituent une partie du problème. Dans la foulée, le PJC a appelé les Nations unies au respect de l’accord inter-libyen, conformément à la résolution 2259 du Conseil de sécurité, et à ne pas tenir compte des initiatives en dehors du cadre onusien. La levée de boucliers du PJC suffit sans doute à marquer le début de la fin de l’initiative française.

A ce propos, de nombreux spécialistes du dossier libyen attirent l’attention sur le fait qu’«Al-Sarraj et Haftar ne sont pas les seuls acteurs de la scène libyenne et que la rencontre de Paris peut aussi bien réussir qu’aggraver la fragmentation du pays». A ce propos, ces mêmes spécialistes soulignent qu’Al-Sarraj n’a pas reçu, par exemple, de mandat de négociation de la part de ses soutiens à Tripoli et à Misrata et qu’à son retour il risque de se faire tirer les oreilles.

Sadek Sahraoui

Comment (16)

    moussa
    27 juillet 2017 - 14 h 34 min

    Le pétrole , et le gaz libyens, et rien que ces derniers qui comptent dans la stratégie de Total-état français. L’appropriation des richesses minières de l’Afrique, un espace économique vital pour les politiciens, patrons et surtout militaires français du Sahel. La concurrence secrète franco-italienne sur les richesses de la Libye s’exacerbe de plus en plus
    L’Algérie en position sécuritaire ultra défensive, et ultra prudente, (comme la Russie)
    Regarde passivement ce qui se passe: guerre géostratégique égypto-franco-italienne pour le partage des zones d’influences en Libye.




    0



    0
    Tin-Hinane
    27 juillet 2017 - 11 h 11 min

    Mais c’est qui Macron et c’est qui la France ??? pourquoi doivent ils s’ingérer directement dans les affaires libyennes ? C’est le boulot de l’ONU pas celui de la France. Que l’Algérie s’en mêle ça se comprend c’est un pays frontalier et l’Algérie n’a pas foutu le chaos en Libye comme l’a fait la France. Comment peut-on permettre aux français de continuer à s’ingérer dans ce qui se passe en Libye et pourquoi les libyens se prêtent à ce jeu?
    Et ce Macron il ne sait même pas de quoi il s’agit, il ne doit même pas savoir où se trouve la Libye lui qui croit que l’Islam est une religion polythéiste (il l’a dit avec des mots), enfin que Dieu vienne en aide à certains arabes et à certains africains, enfin à tous ceux qui croient que la France est encore une puissance.




    0



    0
    MDAMAR
    27 juillet 2017 - 10 h 44 min

    L’ Algérie a tout fait pour rapprocher ses deux antagonistes mais notre valeureux et infatigable « pèlerin » M Messahel n’a pas été écouté malgré ses efforts pour amener ces deux libyens à un consensus. il a suffit que Macron claque des deux doigts pour que ces deux responsables accourent à Paris. cela dénote un esprit de colonisé qui reste toujours inféodé à l’occident. le maréchal-ferrant et El Sarraj (le sellier) préparent la jument -Libye à Macron pour l’enfourcher :le premier des fers à cheval pour avoir les pieds fermes en Libye et le second EL GARBOUS pour le duc Macron futur maître et donneur d’ordres aux libyens. Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages ,tout prince a des ambassadeurs ,tout marquis veut avoir des pages




    0



    0
    Kenza
    27 juillet 2017 - 0 h 07 min

    C’est juste une rencontre qui va permettre à Sa Majesté Macron de grappiller quelques points dans les sondages en faisant croire aux pauvres Français que grâce à leur grand président, la France a encore son mot à dire sur le plan international….En fait, comme il le fait depuis son élection, c’est juste de la Com destinée aux gogos français!




    0



    0
    benchikh
    26 juillet 2017 - 21 h 26 min

    Ils choisissent bien leurs bêtes ,deux imbéciles dans le château pour signer sur leur vie et leur liberté .Ils n’apprennent pas du passé ,comme dit un proverbe danois »Défendre son erreur est une nouvelle erreur « .Sa me rappel dans notre métier agricole la poule de chair ,on leur fait grossir ,non pas ,pour l’aimer ou conserver mais pour l’égorger, comme ils ont fait avec tous les présidents des pays malheureux .La rentrée du château ce n’est pas comme la sortie ,ils ont signés sur leurs âmes ,pauvre imbéciles.




    0



    0
    Paperassen.
    26 juillet 2017 - 20 h 40 min

    Mr Macron la priorité est de sortir la France de l’OTAN et Euro , afin de redonner son Indépendance à votre cher Pays …. L’économie française se decide à Bruxelles et la Politique Étrangère à Washington par les Usa qui commandent l’OTAN auquel la France est rattaché par un Traité liant la France à l’OTAN via L’Union Européenne , par ce fait la France est pieds et poings liés et Vous avec Mr Macron !! .Votre démarche sur la Libye rentre dans le contexte OTAN auquel Vous êtes juste un Humble Serviteur comme à été avant Vous Sarkozy et le docile Hollande/Fabius Al Nosra fait du bon boulot !!….La Politique Étrangère Française n’existe plus C’EST Mr USA Israël Sionisme qui décide.




    0



    0
    Felfel Har
    26 juillet 2017 - 20 h 04 min

    Tout ce que Macron a réussi à faire, c’est de mener deux bipèdes à la fontaine. Réussira-t-il à les faire boire? Si Macron y croit c’est qu’il est plus bête qu’on le croyait. Pour lui, tout est dans la com; il n’arrête pas de discourir sur tous les sujets, de s’agiter pour épater, pour surprendre et pour tenter de briller. Il a un sacré problème d’égo. Attendons une semaine et nous verrons ce qui restera de sa feuille de route. D’autres avant lui se sont échinés à faire entendre raison aux libyens, en vain, et il pense que lui, et lui seul, en deux temps trois mouvements, en a fait des partenaires pour la paix. Il y a des moments où le volontarisme devient un défi pour la volonté. Dis papa, c’est loin l’Amérique? Rame et tais-toi!




    0



    0
    Ighil zekri
    26 juillet 2017 - 18 h 18 min

    Macron veut péter plus haut que son d……. ! (hachakoum !). Il veut nous la jouer à la grenouille qui voulait devenir plus grosse qu’un boeuf….. qu’elle a fini par éclater. Ya si Macron ou maquereau, il faut bien comprendre que la france n’a plus cet aura qu’elle avait du temps du grand Charlot ! La france n’a plus aucune influence dans le monde tant sur les plans socio-économiques que politiques et autres… Ou en d’autres termes spécifiquement algériens : diyèche t’koun ? Aou ghir henni guemartek…..!!!!!! Sache qu’aucun problème en Afrique du Nord ne peut trouver de solution viable et durable s’il n’y a pas l’accord préalable de l’ALGÉRIE SEULE ET UNIQUE PUISSANCE RÉGIONALE DANS CETTE PARTIE DU MONDE !!! Voilà pourquoi la réunion de Paris concoctée par la france n’a pas réussie……




    0



    0
    Amezza n Vgayet
    26 juillet 2017 - 17 h 55 min

    L’initiative de Macron n’est pas un fiasco mais elle peut le devenir si les libyens continuent à s’entre-tuer.La Libye n’est pas une nation mais une mosaique de tribus.La stabilité despotique sous Kaddafi a volé en éclats laissant un pays sans Etat sans armée et sans classe politique républicaine et digne.Les despotes sont champions dans l’art de faire le vide autour d’eux.Après moi le déluge !Telle est leur devise.




    0



    0
    Non a' l'Etat arabe
    26 juillet 2017 - 16 h 42 min

    Apres avoid soutenu kadafi voilà l’ islamisme « demokhratique ».




    0



    0
    Anonyme
    26 juillet 2017 - 16 h 01 min

    Les. Francais sans moquent éperdument des problèmes inter libyens.
    Les français seul les problèmes qui les concernent au quotidien les intéressent.
    Le chômage , le pouvoir d’achats en baisse , la vie cher , un avenir incertain pour leurs enfants , la dévalorisation des pensions de retraites et et et la liste et très très longue.
    La popularité de Maron le lampiste continuera de dégringoler et ne regrinpera jamais car ce cancre n’a pas les mains libres pour diriger la France.
    Il n’est la à la tête de la France que pour exécuter des ordres très impopulaires très contraignantes qu’ont lui dicte de cercle de l’ombre.
    Il n’est pas là pour être aimé mais juste de bouclier pour d’autres qui eux sont les vrais dirigeants de la France.
    Ce sont eux qu’il l’ont sortie de l’ombre et l’ont placer aux commandes du bateau France.




    0



    0
    y en a marre
    26 juillet 2017 - 15 h 21 min

    LES NOUVEAUX HARKIS
    BANDE DE RATS , RENÉGATS, TRAÎTRES
    ….




    0



    0
    SIDI-ZEKRI
    26 juillet 2017 - 15 h 11 min

    Quelle démarche fière avec le torse bombé de ces deux valeureux coqs Arabes qui encadrent le président Français oubliant qu’il y’a des pays voisins qui peuvent les aider j’en suis sûr à aplanir leurs différents.
    J’aimerai savoir ce que pense notre ami internaute Y en A Marre de cette énième honte (encore une) des dirigeants Arabes et d’où est ce qu’il arrive à tirer sa fierté de se faire passer pour ce qu’il n’est pas. Oh pardon! il nous enverra peut être aux fins fonds de l’histoire pour argumenter …. .
    Avec tous mes respects ya Y en A Marre!!!




    0



    0
      y en a marre
      26 juillet 2017 - 23 h 58 min

      ne mélange pas entre quelques dirigeants arabes traîtres que je vomis et le peuple arabe, tu peux m’en dire de ce que tu penses de si Mhenni et de said saadi et de tes ali haddad et la liste est longue
      Vous, vous êtes des anges




      0



      0
        SIDI-ZEKRI
        27 juillet 2017 - 3 h 22 min

        Ya Y En A Marre je vais vous étonné en vous disant qu’en ma qualité d’Algérien ( Eh oui ça existe la qualité d’être Algérien fier) les personnes que vous avez cités sont pires que les autres et les raisons sont simples à comprendre.
        Bien à vous Mrs Y En A Marre!




        0



        0
    Raselkhit
    26 juillet 2017 - 14 h 51 min

    Il était tout à fait évident que Macron ,suite à tous ses échecs interne;se devait de trouver une alternative pour les médias main stream français c’était la Lybie ou l’Afrique Le » sahel il venait de prendre l’initiative « G5 » qui a débouché sur la crise du CEMA et son limogeage il fallait donc tout faire oublier La solution de facilité « Donner un costume à Macron




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.