Le rappel à l’ordre du Président : ce que Bouteflika reproche à Tebboune

Bouteflika Président
Le rappel à l'ordre de Bouteflika sonne comme un avertissement à Tebboune. New Press

Le Président Abdelaziz Bouteflika aurait rappelé sévèrement à l’ordre la nouvelle équipe gouvernementale, à sa tête Abdelmadjid Tebboune. Selon le journal Ennahar, connu pour être proche des cercles de décisions, le chef de l’Etat aurait adressé une instruction à caractère urgent au Premier ministre afin qu’il mette un terme à ce qu’il qualifie de «véritable harcèlement des opérateurs économiques».

Le Président Bouteflika, ajoute la même source, aurait exprimé sa «déception» quant à «la médiatisation exagérée de l’action du gouvernement». Le chef de l’Etat aurait ainsi appelé dans ce sillage le gouvernement à cesser de faire de la publicité à son action. Le Président Bouteflika, toujours selon la même instruction, aurait demandé au gouvernement de cesser de faire pression sur les walis pour bloquer le foncier industriel et de rappeler les équipes des inspecteurs et contrôleurs du ministère du Commerce et des Finances dépêchées sur le terrain pour «exercer» des pressions sur les opérateurs économiques.

Par la même instruction, Bouteflika reproche au gouvernement d’Abdelmadjid Tebboune d’avoir puisé dans l’argent destiné au financement des investissements productifs pour poursuivre le programme de construction des logements promotionnels publics. Les griefs du chef de l’Etat contre le Premier ministre et son action ne se limitent pas à cela. Le président Bouteflika reproche à son Premier ministre sa façon de faire. Il lui demande de cesser de «faire pression sur les walis» sur le dossier du foncier industriel.

Dans cette instruction-remise à l’ordre du Premier ministre, le chef de l’Etat ordonne également à l’équipe gouvernementale de libérer toute marchandise ou équipement bloqués au niveau des ports à cause de la mise en place des licences d’importation.

Cette instruction du chef de l’Etat sonne comme un désaveu pour le Premier ministre qui s’est distingué dès sa nomination par un nouveau style et une action bien médiatisée. Cette médiatisation semble ainsi déplaire au chef de l’Etat, qui l’a déjà relevé dans son instruction.

Hani Abdi

Comment (64)

    Inquiet
    10 août 2017 - 21 h 09 min

    LA PRISE DE CONSCIENCE, LA SOLIDARITE, ET L’UNITE DU PEUPLE ALGERIEN
    AVEC SES ELITES NATIONALISTES INTEGRES, SINCERES, COMPETENTES,DEMOCRATIQUES
    POUR UN CHANGEMENT CIVILISE, DEMOCRATIQUE, PACIFIQUE, ET RESPONSABLE

    L’UNION CONTRE LA CORRUPTION, LA RUSE POLITIQUE ,
    LA SUPERCHERIE ECONOMIQUE- FINANCIERE-FISCALE, L’OPPORTUNISME, LA DIVISION, ET L’AVILISSEMENT DE L’ALGERIE,, DE SES INSTITUTIONS, ET DE SON PEUPLE

    L’UNION CONTRE LA MENACE DE LA DISPARITION DE L’ALGERIE, EN TANT QU’ETAT,
    AVEC SES INSTITUTIONS LEGITIMES, ET LEGALES, DE PLUS DE CINQUANTE CINQ ANS
    DE SON ECONOMIE BRADEE A VIL PRIX, ET EN TANT QUE PEUPLE MILLENAIRE,
    VIVANT, ET JALOUX DE SA PERSONALITE, ET DE SON INDEPENDANCE CHEREMENT ACQUISE

    Anonyme
    9 août 2017 - 22 h 22 min

    Le président nommé son PM et son gouvernement ; l exécutif ordonne au législatif par une feuille de route une politique économique et social et sécuritaire ; ce Mr Teboune applique cette feuille de route et forcement ca ne plais pas à une caste qui a élaboré un système opaque ; ce Mr Teboune fait un inventaire de son prédécesseur Mr Sellal ou bcps ont profité d un système qui aimeraient pérenniser à long terme mais ce Mr PM Teboune que je ne connais pas mais qui m a l air d etre un patriote et se soucier de l avenir de son pays et de son peuple veut mettre un grand coup de pied à cette fourmilière . Mr Chirac à dit à Mr Sarkosy ministre de l intérieur à l époque ; j ordonne et tu t exécute et dans un état de droit . le PM en France chef du gouvernement est le patron de la politique intérieure du pays tt en suivant la feuille de route de l exécutif le président. ca doit être la même puisque ns suivons svent le modèle Français même au niveau des lois . donc Mr Teboune n est pas une marionnette je pense et fera ce qu on lui a demander de faire mais doit avoir le soutien du president et de l ANP et surtout du peuple algérien ds sa mission pr l intérêt suprême du pays et de son avenir .

      Marre du khorti
      10 août 2017 - 3 h 33 min

      « l exécutif ordonne au législatif par une feuille de route une politique économique et social et sécuritaire » ??? Oui, en Algérie, pays où les institutions ne sont que des façades, mais dans les pays démocratiques, en vertu du principe de séparation et d’indépendance des pouvoirs (éxécutif, législatif, judiciaire…), l’exécutif n’a pas normalement à ordonner quoi que ce soit au législatif.

        Anonyme
        11 août 2017 - 0 h 39 min

        le président Bouteflika a bien nommé Mr Teboune PM ainsi que le président Macron a nommé Edouard Philipe PM ; ses deux premiers ministres suivent la feuille de route de leurs présidents respectifs qui les ont nommé même en France tu vois ; il applique la politique et le programme de Macron ; la ou je te rejoins la démocratie signifie les pouvoirs séparés  » la justice  » et qui n est pas en Algérie indépendante du pouvoir à la différence d une vraie démocratie comme la France un état de droit ; mais en attendant ttes les ordonnances de justices et les peines sont rendus  » au nom du peuple algérien  » même si pr bcps ca reste une façade mais on ne peut condamner sans articles de lois même en Algérie je ne pense pas qu’on juge au faciès mais avec des faits des preuves et des témoignages et je pense qu en Algerie les algériens ne sont pas envoyé en prison si ils n ont rien fait d illégal ; même ds les pays démocrate les plus fort les plus riches s en sort mieux que les autres dvt l éducation; la médecine et la justice c’est une triste réalité du au capital finance ; seul le PM espagnol ;anglais; pays bas et Belgique car ils ont des rois et reines donc mènent leurs propres gouvernances ; mais la GB il doit être investi par la reine malgré le vote démocratique qu il soit travailliste ou conservateur et remet sa démission qd il quitte son poste a la reine .Ainsi que la chancelière allemande sont vraiment les patrons de la politique gouvernementale interne . Enfin l Algerie n est pas la France et n a pas de 5 eme republique et l executif ds ses pays sont le president et le gouvernement ; le législatif est plutôt le parlement ou qd il y a cohabitation entre un pm elu aux élections législatives en France . l Algérie reste souveraine et n est pas laïque donc de fait elle est illicite ds la constitution et ds ses lois et ca personne ne le changera je pense en Algérie et autres pays arabes musulmans ; terre d islam contrairement à la France terre chrétienne n est pas forcement un modèle mais la justice est indépendante du pouvoir en France ; tt citoyen est justiciable sauf le président pdt son mandat.

    Mohamed
    9 août 2017 - 22 h 03 min

    Notre chère Armée Nationale Populaire, l’A.N.P, doit sauver le pays, ses institutions, son économie
    Et son peuple, otages d’un clan affairiste parasitaire, mafieux, et vorace, depuis 1999,
    Qui a ruiné l’économie,du pays et sa base productive de richesses, devenue une économie des importations
    Et appauvrit , avilit , et humilie son peuple

    Krim
    9 août 2017 - 21 h 51 min

    Manoeuvres, et calculs politiques pour les élections présidentielles 2019
    D’un coté :
    L’économie informelle, et des importations, création d’une société de consommation,
    Le libéralisme sauvage commercial, et de services, sans bases agricoles, et industrielles solides
    La domination d’une oligarchie minoritaire, opportuniste, parasitaire, et incompétente
    Et la marginalisation de l’état, de ses institutions, et du peuple

    De l’autre coté;
    La légalité de l’état, l’état de droit, les institutions fortes, les investissements productifs
    Sources de créations de richesses, d’emplois, et de surplus pour les exportations
    Bref, la reconsidération du role de l’état , et de ses institutions

    Djamel BELAID
    9 août 2017 - 20 h 26 min

    Mr Tebboune mérite de réussir. Il a toute notre sympathie. Sa réussite passe également par un ferme engagement de la société civile dans le soutien à son action. Djamel BELAID.

      anonymus
      9 août 2017 - 21 h 10 min

      un geste de Gaid l’aiderait beaucoup
      ca a été fait pour amar saadani

        Djamel BELAID
        9 août 2017 - 22 h 37 min

        Le meilleur soutien est celui de la rue. Un soutien populaire massif contre les prédateurs de l’économie nationale. Quant aux décideurs du pays, ils doivent nettement orienter le mandat en cours vers plus de bonne gouvernance. Les prédateurs doivent être livrés à la justice et être sanctionnés. Cela apportera plus de soutien à la direction politique actuelle pour les défis qui nous attendent. Djamel BELAID.

          Mohand
          10 août 2017 - 18 h 06 min

          Cher ami,
          le peuple est terrorisé par son vécu et comme vous les savez, la moindre manif pacifique est interdite depuis 1999, les prédateurs sont considérés comme des génies dans notre pays et quant au gouvernement, de manière générale, il n’y a rien à attendre d’eux.
          Le pays leur appartient, nous, on doit les remercier de nous laisser vivre dans leur propriété, et puis, ils sont tellement intelligent et nous, nous sommes encore seulement des indigènes illettrés et incultes, c’est la continuité du colonialisme, la seule différence, c’est que les colons aimaient le pays et ces derniers, je ne crois pas que c’est le cas, en tout cas, il n’y a rien dans leurs actes qui ferait penser à l’amour du pays.

    Ferhat
    9 août 2017 - 16 h 53 min

    Quelle Bêtise…. Faut -il que ça soit par voie de presse. Il suffisait au président d’appeler son premier ministre pour lui signifier cela, sans remue ménage … toutes ces supputations ne sont qu’une guéguerre pour les intérêts des uns et des autres au sein du pouvoir….Entre-temps le peuple algérien reste spectateur. L’Algérie de 2017 pour laquelle se sont scarifié les Didouche, Abane, Ben Mhidi, Amirouche, et autres est devenue la risée du mon entier…… Jusqu’à quand cela va – t -il durer ?

    prédator.dz
    9 août 2017 - 16 h 17 min

    Il y a une chose que je voudrais comprendre dans ce pays, toutes les luttes pour le pouvoir, avec le pouvoir ou contre le pouvoir se font à la sauce kabyle ? Soit en utilisant la menace kabyle (supposée ou réelle), ou bien en remontant les kabyles les uns contre les autres, soit en les utilisant pour la corvée de cuisine, soit en leur faisant porter le chapeau (les bonnets d’âne), en un mot les kabyles ressemblent à ce légume « roi » qu’est l’oignon. Lorsqu’il est absent dans une sauce le goût n’y est pas. le plus drôle dant tous ça ce sont les kabyles eux même qui sont toujours chargés de la corvée de l’éplucher! les larmes sont garanties d’avance!

      MELLO
      9 août 2017 - 17 h 59 min

      Aujourd’hui comme hier , la presse privée aux ordres et les médias publiques embrigadés , ont pour mission de porter la façade démocratique et de fabriquer l’opinion intérieure et internationale ; par campagnes successives ils se mobilisent pour organiser la confusion et la désaffection politiques , encourager la résurgence de toutes sortes d’archaïsme , et tout spécialement pour réactiver le spectre de l’intégrisme . La préoccupation étant , comme toujours , soit de reconduire les notabilités et les élites domestiquées de la société civile et politique soit d’en promouvoir .d’autres après les avoir programmées .Il n’y a là , décidément ,rien de nouveau dans ce processus rôdé à longueur de décennies : les mêmes manipulations tactiques au service d’un objectif stratégique immuable : Recomposer le champ politique pour ne pas en perdre la maîtrise .  » Il fallait bien que quelque chose change pour que tout puisse rester comme avant »
      Pour nous, Algériens, l’heure est venue de tirer ensemble les leçons de notre histoire, de nous écouter les uns les autres par-delà les différentes chapelles, de débattre de nos échecs pour rendre une actualité aux idéaux de Novembre et trouver les conditions de leur réalisation. C’est la seule garantie pour éviter une véritable bombe à retardement : la dislocation d’une majorité de la société exclue de toute retombée de la manne pétrolière et gazière. C’est l’unique voie pour soustraire l’ Algérie à une instabilité permanente nourrie par l’absence de volonté réelle de réduire les tensions régionales qui empêchent tout processus d’intégration de notre pays.

    Benarbi Lahcène
    9 août 2017 - 15 h 42 min

    Franchement et sincèrement chers amis internautes algériens, rien qu’avec une image pareille de « notre » Président, est-ce qu’on peut croire qu’il (Bouteflika) est capable de rappeler à l’ordre quiconque ou de faire quoique se soit !

    Il est connu qu’un être humain affaibli, incapable de se faire comprendre par les autres, est incapable personnellement , donc en personne, de « mettre de l’ordre » ou de « rappeler à l’ordre » quelqu’un ??? !!!! Avec tous le respect qu’on peut avoir pour Bouteflika. On ne peut lui souhaiter qu’une retraite digne et une fin de vie digne et de la considération aussi bien pour lui que pour notre chère Algérie !

      Nasser
      10 août 2017 - 18 h 07 min

      c’ est juste difficile à croire et c’ est pout cette raison que je pense que c’ est un coup monté contre le 1° ministre,

    AISSA
    9 août 2017 - 15 h 31 min

    LAISSER L’HOMME BOSSER IL EST DROIT DANS SES BOTTES.

    LE NUMIDE
    9 août 2017 - 14 h 36 min

    LE NON DIT DE BOUTEFLIKA: il reproche à Teboune et ses ministres d’avoir verser dans la facilité et d’avoir preter le flanc à un jeu médiatique folklorique malsain de ressentiment intégriste entretenu sciemment par les cercles wahabo-baathistes de face book et du parti HMS , contre les operateurs économiques et au détriment de l’efficacité et du bon sens de la politique de la stabilité dans une conjoncture fragile et minée de dangers .. Nous ne pensons pas Mr Tebboune un fanatique de la guerre régionaliste et idéologique anti- kabyle ( nous ne le connaissons pas ) c’est apparemment un homme d’Etat vu sa longue expérience , mais les faits sont là , il a été entrainé peut être même son insu par ce jeu diabolique de Mokri et Bouteflika est assez malin pour savoir que derrière ces irruptions folkloriques antifrançaise et anti Hadad avec le volontarisme de Tebboune comme alibi , et tout le boucan qui fut lancé dans les réseaux sociaux intégristes et crypto-baathistes c’était sa personne qui était visée .. Le volontarisme du nouveau gouvernement a été manipulé et squatté par les agitateurs professionnels de MOKRI et parasité et mobilisé par cette compagne en lame de fond des cercles idéologiques menés par les frères musulmans et les résidus du Baath , en apparence contre certains operateurs économiques en les connotant sur les thèmes de leur appartenance régionale kabyle , mais en vérité pour régler des vieux comptes idéologiques du « Printemps arabe » , par la provocation et secouer le cocotier de la politique de stabilité et d’équilibres nationaux prônée par Bouteflika surtout dans son état de maladie .. Ce qui indispose gravement la raison d’état dont tout président algérien incarnation de la nation est garant et ce dont Tebboune ne s’ en est aperçu que trop tard .. certains cercles proches du gouvernement ont eu cette tentation malsaine et c’est une faute grave

    !!!
    9 août 2017 - 13 h 05 min

    Notre président à été séquestré par des anti-Algériens avec des intentions plus que douteuse de faire main basse progressivement sur notre territoire !
    Merci AP, de passer mon message !!!!
    J’espère que notre futur président ne sera pas placé par un pays étranger et j’espère qui sera ultra NATIONALISTE comme BOUMEDIENE, empoisonné après avoir nationalisé nos hydrocarbures et nos mines (…)

      malik
      9 août 2017 - 17 h 33 min

      Teboune n’a, apparemment, pas bien saisi sa feuille de route et il a confondu entre vitesse et précipitation. Il s’est attaqué à un pacte économique et social qui constitue un modèle de dialogue social à travers le monde et que le président est l’artisan principal et c’est autour de sa personne que ce consensus est construit.
      Il s’est acharné contre les entrepreneurs et il a crée un climat de peur chez la population avec le début des pénuries.
      Il est tout à fait normal qu’il soit rappelé à l’ordre par celui qu’il l’a nommé et à qui il doit rendre compte de ses actes et décisions.

        anonymus
        9 août 2017 - 21 h 15 min

        on ne peut cacher la foret avec un arbre
        bien mal acquis ne profite jamais

    Anonyme
    9 août 2017 - 12 h 05 min

    Je ne crois pas un seul instant que c’est de l’enfumage .Vous leur attribuez trop d’intelligence. Je dirai que nous sommes arrivés à l’incurie et je pense que là haut ,les mafieux se préparent à fuir le bateau.

    Amar
    9 août 2017 - 11 h 52 min

    Vous l’aurez compris, dans ce pays pas une tête ne dépasse, le patron s’appelle désormais Bouteflika, reste à savoir lequel?
    L’homme providence, revenu au chevet d’une Algérie malade.
    Force est de constater que le remède pour sauver ce pays s’éloigne chaque jour encore un peu plus.

    Anonyme
    9 août 2017 - 10 h 51 min

    Surement une manipulation des Marocains et de leur roitelet Momo 6 pour détourner l’attention sur les évenements du Rif et jaloux qu’ils sont des avancées démocratiques et économiques de notre chère Algérie !

    Abbane
    9 août 2017 - 10 h 40 min

    DU CINÉMA, QUI PROUVE QUE C’EST le président et non le frère l’auteur. Un scandale, du jamais vu sur la planète !! Ça suffit d’humilier ce peuple

    Ammar
    9 août 2017 - 9 h 07 min

    L’informel s’est imposé comme pratique économique et maintenant comme pratique politique gouvernementale!… l’ère de la gouvernance informelle?
    C’est un aboutissement logique d’un processus politique qui ne reposait pas sur un projet de société, mais sur l’intérêt d’un groupe au-dessus de l’intérêt de nation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.