Le torchon brûle entre le mufti de la Tunisie et Djamaâ Al-Azhar

Al-Azhar
Les propositions du président tunisien Caïd Essebsi ont provoqué les foudres d'Al-Azhar. D. R.

Par Ramdane Yacine – La guerre est déclarée entre les deux institutions religieuses de référence en Tunisie et en Egypte, à savoir le mufti de la République tunisienne et Djamaâ Al-Azhar. Et pour cause, le soutien apporté récemment par le mufti de Tunisie, Athmane Batikh, au président tunisien Beji Caïd Essebsi qui a plaidé pour l’égalité dans l’héritage entre les deux sexes et pour permettre à une musulmane d’épouser un non-musulman a provoqué les foudres d’Al-Azhar.

Dans un communiqué publié de samedi dernier, l’institution Al-Azhar est revenue sur le sujet en déclarant refuser qu’on porte atteinte aux convictions des musulmans et aux principes de leur religion, et ce, de par la responsabilité religieuse qu’elle assume depuis plus de 1000 ans. Al-Azhar a ajouté : «Il n’y a pas d’exégète devant le Coran et les versets consacrés à l’héritage» et «les textes qui régissent les questions de la famille sont clairs», selon le site due la chaîne satellitaire Al-Arabiya.

Auparavant, le mufti de la République tunisienne avait déclaré que «chacun a sa position et tout le monde à droit de donner son avis» mais que «les gens de La Mecque connaissent mieux ses récifs», ajoutant qu’il «interdit toute ingérence dans une affaire et un débat intérieur en Tunisie» et qu’«on doit respecter toutes les positions et tous les avis», écrit encore le média.

D’après la même source, le mufti de Tunisie dit avoir puisé cette idée d’égalité dans le partage de l’héritage de l’«essence» même de l’islam qui est, ajoute-t-il, «une religion qui apporte la prospérité et le bonheur pour les personnes et non pas un mal ou une souffrance», ajoutant que «là où se trouve l’intérêt des êtres humains, il y a la justice divine».

Athmane Batikh a indiqué également que les intérêts changent en fonction du temps et de l’espace d’une période à une autre, d’un groupe de population vivant dans un environnement à un autre, et que le droit divin dans les questions existentielles et sociales peut changer et évoluer d’un endroit à un autre, d’une communauté à une autre et d’un environnement à un autre.

A propos du mariage d’une musulmane d’un non-musulman, le mufti tunisien explique qu’«il y a dans cela un intérêt pour les humains», expliquant que le monde entier a changé et il y a des principes et des lois locales et internationales qui régissent la relation entre le mari et la femme et qui «empêchent le mari de lui imposer quoi que ce soit, de l’agresser ou de la soumettre» et que ces lois «protègent la liberté de culte de tout un chacun».

Pour rappel, le vice-grand imam de la mosquée Al-Azhar, cheikh Abbas Chouman a réagi violemment, dans une déclaration aux médias, le 14 août dernier, contre le discours du président Béji Caïd Essebsi, prononcé la veille à l’occasion du 60e anniversaire de la Journée nationale de la femme, où il appelait à consacrer l’égalité dans l’héritage entre l’homme et la femme et à autoriser le mariage d’une Tunisienne musulmane avec un non-musulman.

Par ailleurs, le syndicat des imams tunisiens s’est opposé, lui aussi, aux propositions de M. Caïd Essebsi. Fadhel Achour, secrétaire-général de ce syndicat, a exprimé, dans une déclaration à Shems FM, une radio tunisienne, son opposition au contenu du dernier communiqué du mufti de la République, Othman Batikh, appuyant les propositions présidentielles, et demandé à ce dernier de démissionner.

R. Y.

 

Comment (38)

    Nasser
    23 août 2017 - 21 h 53 min

    Al-Azhar? Voilà Makri l’Algérien! Mais de quoi je me mêle? Les frères musulmans, les Al-Saoud, le Qatar, la turquie d’Erdogan, les islamistes algériens et d’ailleurs, enfin tous les islamo-wahhabo-salafo-takfiristes, mêmes méthodes et tactiques d’actions, mêmes sournoiseries, même arrogance et suffisance, même incivisme, mêmes anti patriotisme, mêmes objectifs !




    0



    0
    Cheikh kebab
    23 août 2017 - 21 h 26 min

    Bravo M Batikh,ca c du courage!! El azhar ne détient pas le monopole de l’interprétation de l’islam. Batikh a répondu de manière magistrale !! Des règles et recommandations à adapter aux époques,aux lieux,aux circonstances..etc..etc..!! Exemple: une jeune bachelière refuse de voyager seule sans son haram ; est-ce que les conditions de voyage étaient les mêmes du temps du prophète ?? Idem pour le jeûne :il est permis de ne pas observer carême en voyage! Est-ce que un voyage Alger Marseille (1h30) en avion est insupportable pour ne pas jeûner?? Etc..etc..des tas de choses ont changé ya M le mufti d’él azhar !! C fini votre fonds de commerce et expliquez nous plutôt pourquoi aucun pays dit arabe n’est devrloppé?? Et pourquoi aucun pays dit arabe ne s’entend avec l’autre? Et pourquoi les musulmans s’entretuent en Irak,Syrie,Libye,Yémen,Tunisie,Algérie??




    0



    0
    Le Patriote
    23 août 2017 - 12 h 54 min

    à Si-Ahmed El Wahrani: Bien noté. Mais sais-tu que Bourguiba n’en avait qu’une seule (de c…) et il s’en vanta quand il était président (sénile) à vie de ce petit pays devant l’assemblée? Au point que les journaux satiriques le surnommèrent « Habib le mono ». Bonne journée




    0



    0
    Le Patriote
    23 août 2017 - 12 h 42 min

    Le 19 août 2017 – 19 h 32 min je te postais le commentaire suivant
    @ Aïcha Benguendouze 9 août 2017 – 18 h 08 min
    ============================
    En septembre 2013 vous signiez un article honteux intitulé :
    « L’Algérie m’a fait perdre l’espoir de vivre dans la dignité ».
    En novembre 2014 à 01h31 à un raciste français qui écrivait : « Vous aimez l’Algérie ? Alors partez vivre là-bas » vous répondiez sans équivoque: – « Non pour l’Algérien moyen ». Et vous expliquiez que « Vivre derrière des barreaux dans les maisons, appartements ou autre lieu après avoir chassé les privilégiés coloniaux..??? » alors que le raciste reconnaissait que « le million de pieds noirs avait quitté le pays pour un voyage sans retour ». Un million ? Combien sommes-nous actuellement ? Près de 40 millions. Avec un TOL (taux d’occupation du logement) de 7 personnes par logement, faites le calcul : soit 6 millions de logements alors que pieds noirs avaient laissé moins de 300.000 logements classés « Biens vacants ». votre cerveau bloqué sur « 1962 » pour justifier votre délire.
    J’invite les patriotes à aller sur Internet et taper « Aïcha Benguendouze » pour lire la suite de l’article.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.