23 000 islamistes dans le collimateur des services de renseignement britanniques

Grande-Bretagne
Des lois permissives face à une menace de plus en plus grande. D. R.

Par Ramdane Yacine – La Grande-Bretagne fait le ménage dans ses extrémistes, leurs prédicateurs et souteneurs. Il aura fallu la victoire du Brexit au Royaume-Uni pour que les Anglais reconnaissent enfin les conséquences dramatiques de leur politique laxiste envers les extrémistes religieux d’origine musulmane.

Nigel Farage, député européen britannique, a évoqué l’existence de 23 000 personnes fichées en Grande-Bretagne en rapport avec le terrorisme. «Nous pensions qu’au contraire de la France ou de la Belgique, nous avions des services au top niveau sur ce problème», a-t-il déclaré sur la chaine française TV Liberté. Et d’ajouter : «Je pense dans une certaine mesure que nous avons été imprudents car on nous a dit que 13 attaques terroristes majeures avaient été déjouées, puis nous avons eu ces 13 attentats, et maintenant nous apprenons qu’il y a 23 000 personnes fichées pour terrorisme ou en lien avec des terroristes.»

Nigel Farage reconnaît que la situation est grave : «C’est une situation absolument horrifiante et je pense franchement que nos gouvernements, pas seulement le nôtre, le vôtre (français, ndlr) aussi, ont une très lourde responsabilité pour ce qu’ils ont fait à nos sociétés.»

L’élu britannique – qui a lutté pendant 20 ans pour sortir son pays de l’Union européenne – dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas à propos des erreurs stratégiques commises par les gouvernements européens – spécialement français, britanniques et allemands – dans leur approche de l’extrémisme religieux. Ces erreurs et leur permissivité les ont amenés à faire de leur pays des bases arrières pour les groupes islamiques armés (GIA) en Algérie dans les années 1990-2000.

Les sanglants attentats commis sur son sol par les terroristes se réclamant du djihad islamique, ont entamé la traditionnelle tolérance de la Grande-Bretagne à l’égard des activistes de tous ordres réfugiés sur son sol. De longues années durant, les gouvernements britanniques avaient protégé de l’expulsion ou de l’extradition des réfugiés soupçonnés d’actes terroristes. Au nom de cette tolérance «intéressée» et purement british, des collectes d’argent pour le GIA algérien ont eu lieu en plein cœur de Londres dans les années 1990. Durant ces années-là, les autorités britanniques assuraient une protection aux cellules de soutien aux groupes islamistes armés en Algérie, qui activaient sous de multiples labels associatifs ou religieux. A cette époque, la collecte de fonds à Trafalgar Square pour le compte du GIA se faisait sous la protection de la police londonienne.

Il convient aussi de rappeler la présence sur le sol britannique de nombreux prédicateurs extrémistes, tels Omar Abdel-Rahmane, Abou Qatada et d’autres, qui ont endoctriné des milliers de jeunes durant la vague de migration d’Algériens vers ce pays à la même période, sans compter les filières pakistanaise, afghane, etc. En effet, la Grande-Bretagne est le pays – la ville de Londres en particulier – où l’islamisme moderne, la radicalité de l’islam s’est développée dans les années 1970-1980. Cet afflux avait même valu à Londres d’être rebaptisée «Londonistan». Les extrémistes prêchaient en toute liberté sans aucune forme de censure.

Le 7 juillet 2005, les attentats de Londres qui firent 52 morts, marquent un premier point de rupture avec la politique du respect de la «liberté d’expression». Abou Hamza et Omar Bakri, deux prêcheurs radicaux qui avaient pignon sur rue, sont alors bannis du territoire britannique pour incitation au djihad. Mais d’autres, comme Anjem Choudary, ont rapidement pris la suite ; cet homme d’origine pakistanaise, ainsi devenu le prédicateur le plus connu du Royaume-Uni, a été condamné à dix ans de prison en 2016 pour avoir soutenu l’organisation Etat islamique et appelé sur Youtube les musulmans britanniques à partir en Syrie.
R. Y.

Comment (28)

    Rien-ne-va-plus
    31 août 2017 - 19 h 17 min

    Celui qui sème le mal récolte les épines, et celui qui plante l’amour récolte les fleurs.




    2



    0
    water water
    31 août 2017 - 17 h 31 min

    Je ne comprend pas, on prend l’Islam et on fait avec plusieurs cocktails de boissons, Islamisme, Islamiste, Islamophobie, Islam modéré, Islam extrémiste , Islam de la déesse république , Islam des ayato machins, Islam des cd morts en attendant les dvd.

    Il n y a qu’un seul intégrisme en ce monde, le dicta de la pensée humaine.
    La chaleur humaine déforme l’Islam comme la chaleur déforme la lumière pour former un mirage.,




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2017 - 12 h 32 min

    L’islamisme n’est pas l’islam. C’est même le pire ennemi de l’islam et des musulmans. Cette idéologie criminelle, qui prône l’exact contraire de ce que professe l’islam, oeuvre à faire détester l’islam et les musulmans partout à travers le monde. L’islamisme est une création occidentale. L’islamisme a été créé par les Anglais pour contrer l’empire Ottoman musulman dans le monde arabe. Il a été créé par des agents de sa majesté britannique avec la complicité de la confrérie wahhabite et de la tribu des Al-Saoud. Plus tard ce seront les Américains qui utiliseront cette idéologie pour contrer les Soviétiques en Afghanistan en créant El Qaîda et tous ses clones à l’image de Daesh etc..




    4



    0
      Karim LALMAS
      31 août 2017 - 15 h 04 min

      @Anonyme, cher compatriote, je respecte ton analyse, mais il faut que tu saches toi en tant qu’ALGERIEN que les ottomans ont été aussi des colonisateur chez nous autant que la France! Ce n’est pas parce qu’il avait le Coran dans leur bagage que ce ne sont pas des colonisateurs ! Ils ont exercé leur suprématie politique et administrative et leur puissance sur nous sans qu’on puisse broncher ! On les même aidé à asseoir leur puissance en Andalousie ! Il faut que tu te mettes définitivement dans la tête cette vérité historique ! Et en plus ces ottomans nous ont colonisés plusieurs siècles, donc plus que les Français sur le plan du temps!! Voilà, j’ai dis ce que j’avais à dire et libre à toi de penser ce que tu veux penser ou de me prouver le contraire, peut-être que je me trompe !




      11



      0
      Abou Lahab
      31 août 2017 - 16 h 24 min

      Une simple question dis nous seulement un seul fait des islamistes qui n’est ni dans le Coran , ni dans la sunna , ni dans la sira et qui les différencient des musulmans.




      0



      0
    QUE DIRE ?
    31 août 2017 - 10 h 59 min

    et dire que cela fait plus de 20 ans qu’ils sont implantés surtout en angleterre et allemagne , ils font la chaine pour prendre l’aumone ( environ 650 eur ) par mois pour enfin mettre une étiquette sur ceux qui leur donnent l’argent afin de survivre en les appellant des mécréants ( des koufars ) !!!
    bref : il n’ya que des imbéciles comme les islamistes qui peuvent faire ça sans parler que sans la technologie ….etc des koufars : ILS SONT NUS ! ( ok ok , ils peuvent garder leurs siwak car c’est un truc naturel …)




    7



    0
    BEKADDOUR Mohammed
    31 août 2017 - 6 h 46 min

    La photo… Dieu est donc un policier anglais ! Muni de cette photo cet heureux policier au salon avec sa femme ; « Tu vois, ma chérie, ils sont tous face contre terre devant moi ! »… Je vous laisse le roman !
    Les sociétés européennes sont des « sociétés de spectacle », que reste t-il du spirituel lorsqu’on se donne en spectacle ! ?




    7



    0
    anti abou lahya
    30 août 2017 - 23 h 07 min

    WAW ! UN VRAI CIRQUE DE MUPPET SHOW !!!
    je ne sais qui a dit plus haut : les islamistes traitent les occidentaux de koufar , mais cela ne les empêche pas de quémander les aides financiéres et allocations données par les gouvernements occidentaux , et dans ce cas çi dessus de la part de la reine (kafira ) : quelle honte ces imbéciles écervelés , ils sont devenus la risée de la planéte .




    19



    0
    Moskosdz
    30 août 2017 - 22 h 35 min

    Même celui qui tente d’apprivoiser une vipère,elle finira par le mordre à la moindre occasion,ça apprendra à ces Anglais d’avoir fermé les yeux sur ces criminels voilés d’un islam à leur mesure qui appelaient au meurtre en Algérie et en Égypte dans les années 90.




    10



    1
    ZIZOU
    30 août 2017 - 19 h 34 min

    je me rappel que plusieurs hommes politiques européens de passage a Alger a l’époque prenait les conseil des algériens concernant les islamistes pour de la rigolade il c’est même permis de dire au algériens que nous les européens nous sommes des pays démocratique et ils sont libres de parle au médias de critiquée de circulé librement et ils nets pas question d’etre extradé et aujourd’hui ils ont non plus besoin ils veulent les renvoyés pour foutre la merde comme si ils non pas fait assez




    9



    1
    Mohamed El Maadi
    30 août 2017 - 16 h 05 min

    C’est très bien mais a condition que les Anglais nous refourgue pas leur Afghan.Je trouve qu’au pays vous avez une drôle de politique pour recuperez tout ces fous furieux .Vous ne comprenez pas au pays qu’on ne veut plus d’eux ? Un exemple moi quand je vais au pays je ne garde pas ma langue dans ma poche contre ces gens la mais il peut qu’un jour je soit kidnappé et liquidé dans une champignonnière et on étouffera l’affaire pour ne pas chatouillé les grands Manitou du musé des horreurs ;




    9



    2
      bird
      30 août 2017 - 19 h 13 min

      Quelle catastrophe si l’on perdait le camarade El Maadi ,ses écrits et analyses d’une rare pertinence manqueraient à notre réflexion ,des sit -in seraient organisés par l’amicale des joueurs de dominos de Barbès .




      1



      6
    Rayés Al Bahriya
    30 août 2017 - 15 h 56 min

    Leurs armées de zouave…harkis au nom de la reine et de la couronne..

    Nouveaux soldats à la solde du grand chaytan Israël…maudit.




    6



    2
    Tin-Hinane
    30 août 2017 - 15 h 50 min

    Ouais, après les avoir crées, armés, payés et soutenus pour nous tuer maintenant ils les embarrassent, c’est l’histoire de Mary Shelley le Dr Frankenstein et sa créature, too bad qu’une si belle histoire d’amour entre les pays occidentaux et leurs mercenaires islamistes finisse comme ça.




    8



    2
      mourad
      30 août 2017 - 23 h 17 min

      Bien dit,Yatek Saha,tous des hypocrites. …qu ils les jettent à l eau maintenant qu ils ne leur servent à rien et qu ils arrêtent de soutenir les pays du moyen orient pourvoyeurs d idées macabres et violentes !!!




      4



      1
    Abdelghani Sekfali
    30 août 2017 - 15 h 34 min

    Cette photo, qui illustre cet article de Ramdane Yacine, montre un policier londonien qui sécurise une route barrée par des musulmans pour faire leur prière! Les Londoniens doivent ainsi attendre que ces individus (je dirais ces imbéciles qui jouent avec le Coran), finissent leur prière pour reprendre possession de leur rue. Cette photo remonte au temps où les britanniques pensaient que la liberté de prier dans la rue est considérée comme un droit constitutionnel, un droit de l’homme, un droit démocratique, un droit à la liberté de conscience, un droit à la liberté tout court ! Ils ne pensaient pas que toutes ses notions sont, à la base, bannies du cerveau et de la pensée d’un islamiste pour qui ses notions sont considérées comme « kofr » dans leur lexique idéologico-religieux ! Ils ne savaient pas que la démocratie et la liberté sont chez les islamistes est juste un chemin pour asseoir leur idéologie et que dès qu’ils prennent un pouvoir dans quelque pays qui soit, adieu la démocratie et la liberté !

    Bizarres britanniques incroyablement hyper tolérants envers l’islam politique radical, alors qu’un mauvais stationnement dans les rues de Londres est considéré dans la culture anglaise comme un trouble à l’ordre public, un grave acte d’incivisme, une grave infraction et que le véhicule est mis à la fourrière sur le champ ! Rouuuh ya moh, rouuuh, le boomerang n’a pas dit son dernier mot !




    15



    2
    yassine
    30 août 2017 - 15 h 23 min

    Je prie Allah pour qu’ils les foutent tous dehors . Retour dans leur pays d’origine ou bien enfermement de type Guantanamo .
    Les premiers beneficiares seront les musulamans .
    Cette horde de salafistes nous pourrit la vie




    15



    0
      Abdelghani Sekfali
      30 août 2017 - 16 h 20 min

      Cher @yassine , ce n’est pas la peine de prier Allah , car Allah est trop au dessus de tout çà ! Mais ce qui est certain, c’est que petit à petit (step by step) tous ces crétins extrémistes islamistes takfiristes, wahabbistes et Frère Musulmans, les occidentaux vont s’occuper d’eux sans l’aide de Dieu, car Dieu est loin de tout le crétinisme de ces écervelés ! Il est vrai que çà prendra du temps car les dégâts de l’islam politique sont profonds partout sur la planète, mais c’est désormais un objectif prioritaire des occidentaux !




      16



      1
    un simple musulman
    30 août 2017 - 14 h 52 min

    Pièce Théâtrale en plein Londres !
    les islamistes ( et non pas les musulmans ) ne sont que des guignols qui tentent de se faire une place ( qu’ils n’ont justement pas ) dans la société . en plus de cracher dans la soupe , ils touchent les allocations en Angleterre qu’ils désignent de kouffars : SI CE N’EST PAS DE LA PURE FOLIE ET DE L’HYPOCRISIE DE LA PART DES ISLAMISTES …ALORS DITES MOI CE QUE C’EST ?




    14



    1
    Anonyme
    30 août 2017 - 14 h 28 min

    Londres : les enquêteurs suivent une piste marocaine
    Selon la presse britannique, Scotland Yard recherche un Britannique d’origine marocaine, déjà cité dans les attentats de Casablanca en 2003 et de Madrid en 2004. Samedi, Al-Qaida a envoyé une deuxième revendication.
    LE MONDE | 09.07.2005 à 11h54 • Mis à jour le 09.07.2005 à 16h44 |
    Par Yves Eudes avec le service International – LONDRES de notre envoyé spécial
    A

    Secours, enquête, réactions des autorités. Deux jours après les attentats, on compte officiellement 49 morts ­ mais le bilan définitif sera plus élevé ­ et quelque 700 blessés. La rame de métro qui a explosé entre les stations de Russell Square et de King’s Cross est toujours coincée dans un tunnel à une seule voie, à peine plus large que les wagons, et plusieurs corps n’ont pas encore été remontés à la surface. Les premiers sauveteurs ont progressé dans le noir, au milieu des décombres, parmi les rats, dans un air saturé de substances chimiques nocives dégagées par la chaleur de l’explosion.
    Une fois sur place, ils ont dû dégager les victimes dans un espace totalement confiné, puis les ramener sur plusieurs centaines de mètres jusqu’au quai de la station, parfois au péril de leur vie car la voûte du tunnel est endommagée. La remontée finale a aussi posé problème, car Russell Square est une station très profonde, équipées d’ascenseurs inadaptés à ce type d’urgence.
    En outre, les opérations de dégagement et d’identification des derniers corps sont ralenties par les nécessités de l’enquête. Les unités antiterroristes et les experts examinent et collectent méticuleusement les plus petits indices, qui pourront servir lors des phases ultérieures de l’enquête et des procédures judiciaires.
    Des moyens considérables ont été déployés pour les besoins de l’enquête, alors qu’Al-Qaida a revendiqué une nouvelle foi l’attentat samedi matin. Jusqu’à présent, la police est peu loquace.
    Vendredi soir, personne n’avait été interpellé et les enquêteurs affirmaient ignorer si les responsables des attentats se cachaient au Royaume-Uni, s’ils avaient quitté le pays ou s’ils s’étaient fait sauter avec leurs bombes.
    Pourtant, un nom et un mouvement terroriste ont fait leur apparition, cités par une partie de la presse britannique de samedi sur la base d’une source policière. Le nom est celui d’un islamiste britannique originaire du Maroc, Mohamed Al-Guerbouzi, installé avec sa famille dans la banlieue de Londres et recherché par les polices européennes depuis que sa disparition a été signalée ; le sigle est celui du Groupe islamique combattant marocain (GICM).
    L’un et l’autre sont connus. Agé de 46 ans, Mohammed Al-Guerbouzi (alias Abou Aissa) a été régulièrement cité dans les affaires de terrorisme. Les Marocains, qui l’ont condamné à vingt ans de prison par contumace dans le cadre des attentats de Casablanca de 2003, ont demandé (en vain, pour des raisons légales) son extradition à Londres, où Al-Guerbouzi réside depuis plus d’une vingtaine d’années. En Espagne, l’un des responsables présumés des attentats de Madrid, Jamal Zougham, aurait, juste avant de se suicider, contacté par téléphone Al-Guerbouzi. Les polices italienne, belge, allemande, française ont, elles aussi, eu à traiter du cas El-Guerbouzi.
    DES BOMBES DE MOINS DE 5 KG
    Le Marocain est présenté comme le chef du GICM, une organisation salafiste apparue dans les années 1990 à Peshawar, au Pakistan, à l’initiative de Marocains anciens combattants en Afghanistan. Prêchant « l’instauration d’un Etat islamique au Maroc » , ce groupuscule, qui figure sur la liste des organisations terroristes du département d’Etat, serait responsable des attentats de Casablanca et de Madrid. Les enquêteurs n’ont publié aucune d’information sur le type d’explosifs et de détonateurs utilisés dans les attentats de Londres. Ils ont fait savoir que les quatre bombes pesaient chacune moins de cinq kilos et qu’elles étaient assez petites pour tenir dans un sac à dos.
    Celles qui ont explosé dans le métro étaient posées sur le plancher des wagons, dans des zones réservées aux passagers debout. Les systèmes de surveillance électroniques puissants et sophistiqués installés dans les transports londoniens n’ont rien empêché, mais peut-être aideront-ils à faire avancer l’enquête.
    Les enquêteurs ont aussi besoin d’informations sur la vie des terroristes avant les attentats. Les responsables de la ville ont exhorté les habitants à aider la police, en rapportant tout événement suspect, même minime, ou datant de plusieurs semaines. Un numéro de téléphone gratuit et anonyme a été mis à la disposition des citoyens. Le chef de la police, Ian Blair, a lancé un appel « aux habitants de toutes croyances et de toutes convictions » . « Les communautés ont des yeux et des oreilles, et nous comptons sur elles pour avancer rapidement » , a-t-il dit.
    En surface, tous les accès à la station Russell Square restaient barrés vendredi soir. L’entrée du métro était cachée par des bâches. Les bureaux et les magasins étaient fermés, seuls les riverains avaient le droit de circuler dans le périmètre, sous escorte policière.
    Le reste du quartier avait retrouvé son animation habituelle. Tout était ouvert, les habitants semblaient sereins : les Londoniens avaient décidé de ne pas se laisser impressionner et de ne pas s’apitoyer sur leur sort. L’exemple vient d’en haut, car même si certains habitants sont toujours à la recherche de leurs proches tous les responsables politiques et administratifs de la ville tiennent le même discours : « business as usual » . Vendredi soir, il n’y avait pas de Français parmi les morts ou blessés graves. Le Quai d’Orsay a mis un numéro de téléphone à la disposition des Français : 0-800-174-174.
    Le maire de Londres, Ken Livingstone, a déclaré que lundi matin, il irait travailler en métro comme d’habitude. Ian Blair, chef de la police de Londres, n’a pas hésité à minimiser l’événement, en le comparant aux épreuves passées. « Londres est une cité immense , a-t-il lancé. Elle survivra à ces quatre bombes minables » .

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2005/07/09/un-marocain-soupconne-pour-les-attentats-de-londres_671184_3214.html#cWRhzdkSskf70DW2.99




    3



    2
    Wahiba
    30 août 2017 - 14 h 18 min

    Abaci Madani en est le mercenaire du terrorisme.




    9



    0
    Mohand
    30 août 2017 - 13 h 29 min

    Il ne faudrait pas que ces extrémistes soit expulsés vers notre pays qui malheureusement est la poubelle des pays occidentaux pour accueillir tous ces monstres.
    Hier, ils condamnaient notre gouvernement qui se débattait des ces monstres, étant victime des ces monstres, ils ont inversé les rôles comme étant des victimes, ils décapitaient tout notre peuple sans pitié avec un horrible acharnement.
    C’est à eux d’assumer leurs responsabilité, ils ont des prisons pour ça, ils ont qu’ à se servir de leur humanisme pour trouver une solution maintenant qu’ils les ont bien dressé comme des chiens enragés.
    Ce sont même leurs mercenaires qu’ils envoient pour détruire les républiques musulmanes, ils ont oublié que ces mêmes monstres pouvaient se retourner contre eux.




    10



    3
      Abdelghani Sekfali
      30 août 2017 - 16 h 36 min

      @Mohand , tout à fait d’accord avec toi pour dire que ces extrémistes , ces partisans de l’islam politique, ces écervelés, il faut les renvoyer en Arabie Saoudite, mais pas chez nous en Algérie, surtout pas !




      10



      2
    Abou Lahab
    30 août 2017 - 13 h 19 min

    Mieux vaut tard que jamais . Les britanniques pourront peut-être enfin se réveiller et prendre conscience du danger mortel qui pèse sur eux en hébergeant sur leur sol la bête immonde islamique .




    9



    2
      un simple musulman
      30 août 2017 - 14 h 58 min

      « la bête immonde islamique « .
      la bête immonde islamiste aurait été mieux ..non ?




      6



      3
        Abou Lahab
        30 août 2017 - 20 h 54 min

        Tous les musulmans, continuent à prendre le Coran
        au pied de la lettre. En conséquence, , il n’existe pas de différence
        entre l’islam, l’islamisme et l’intégrisme islamique. L’islam est profondément ancré dans
        toutes les sociétés musulmanes et l’intégrisme n’est qu’une manifestation
        excessive de cette culture. L’islamisme est l’intégralité de l’Islam. Il en est la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L’Islam des intégristes et des islamistes, c’est tout simplement l’Islam selon les normes islamiques.




        5



        2
          anti abou lahya
          30 août 2017 - 22 h 07 min

          alors je suis désolé de vous dire que vous n’avez pas encore saisie la leçon de l’islam qui est juste une religion de paix , alors que l’islamisme est une version politisée et politicarde utilisée par certains ( des sectes en général ) afin de prendre possession du pouvoir sur les populations par le biais de la religion ( en orientant leurs esprits sans qu’ils , les peuples , ne se rendent compte ) , en résumé : on ne peut pas comparer le théologien AL GHAZALI , à un moins que rien nommé ali benhadj , abbassi ..etc




          4



          4
          Mohand
          1 septembre 2017 - 18 h 05 min

          Je ne sais pas ou vous avez lu votre Coran qui rappelle à si méprendre à ceux qui veulent nous apprendre notre religion alors qu’ils ne sont pas musulmans.
          Si on tient compte de vous écrits, la religion musulman aurait disparue de la surface de la terre depuis bien longtemps, hors, elle a une existence de quatorze siècles et restera jusqu’à la fin de l’existence humaine sur terre,
          Les délires de certaines sectes que vous qualifiez de musulmanes apparent aujourd’hui étaient inconnu il y un demi siècle pour faire gros,
          Ces mêmes délires se sont produit (et que certainement aussi perdureront jusqu’à la fin de l’humanité sous d’autres noms) dans l’histoire humaine à travers les siècles sans qu’il y est un parfum de l’islam, sans que même l’islam existe et d’autres religions.
          Pour finir, les Amériques sont une manifestation du christianisme aussi, la Palestine aussi est aussi une autre manifestation si on suit votre raisonnement,
          Je ne cherche pas à excuser ces monstres qui n’ont aucune place dans n’importe quelle région de la terre, mais les bombardement des occidentaux sur des pays musulmans, vous les qualifiez de quoi?




          0



          0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.