Plus de mille migrants nigériens rapatriés la semaine dernière

migrants rapatriés
Migrants clandestins en Algérie. D. R.

 

Par Ramdane Yacine Les autorités nigériennes ont annoncé que 1 029 de ses ressortissants ont été rapatriés la semaine dernière depuis l’Algérie, où ils séjournaient de manière illégale.

Sado Saloké, gouverneur de la province d’Agadès, a indiqué à la télévision gouvernementale Sawa : «Nous avons éprouvé des difficultés pour leur accueil car nous n’avons pas d’infrastructures adéquates pour un tel nombre.» La même source dit s’attendre à d’autres vagues de rapatriement de Nigériens en provenance d’Algérie et ajoute : «Nous devons nous préparer pour les accueillir.»

Les autorités algériennes ont repris, le 1er août dernier, les opérations de rapatriement de migrants nigériens en Algérie, et ce, après plusieurs mois d’arrêt. Ces rapatriements se font en «étroite coordination avec les autorités nigériennes», avait affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, M. Benali Cherif, dans une déclaration à l’APS. Selon le même responsable, ces opérations visent à «juguler» les flux migratoires vers l’Algérie en coordination avec des pays comme le Niger et le Mali.

La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH-organisation officielle), Fafa Benzerrouki Sid Lakhdar, a révélé fin juillet que l’Algérie a dépensé 1,2 milliard de dinars (120 milliards de centimes) pour rapatrier des migrants subsahariens.  En marge d’une journée d’étude organisée à l’occasion de la journée internationale contre la traite d’êtres humains, la présidente du CNDH a révélé que l’Algérie a dépensé 80 milliards de centimes, entre 2014 et 2016, pour rapatrier 18 000 femmes et 6 000 enfants subsahariens. Mme  Benzerrouki Sid Lakhdar a par ailleurs indiqué que les autorités algériennes prévoient de débloquer 40 milliards supplémentaires pour rapatrier davantage de migrants.

L’ex-chef de cabinet de la Présidence, Ahmed Ouyahia, a déclaré que les migrants sont «porteurs de drogues, crimes et autres fléaux». Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a indiqué que les migrants subsahariens constituent une «menace» pour la sécurité de l’Algérie.

R. Y.

 

Comment (23)

    Kaci Mohand
    4 septembre 2017 - 9 h 50 min

    Très fier de voir enfin mes frères et sœurs, mes concitoyens, se réveiller face a cette crise mortelle qui risque de marquer l’Histoire de l’Algérie à tout jamais.
    Nous devons absolument éveiller à ces questions nos familles, nos amis, nos relations de travail, partout, quand vous engagez une discussion dans un bus, un taxi, sur les réseaux sociaux. Sans haine ni violence, mais dénoncer radicalement cette immigration majoritairement illégale (et fortement létale!).
    Dénoncez partout le plan Kalergi, plan mondialiste d’envahissement de notre pays. Soyez forts et surtout NE RECULEZ PAS!!!
    Pus que jamais, l’Algérie aux algériens!




    6



    0
    Anonyme
    3 septembre 2017 - 14 h 18 min

    Il faudrait refiler la facture du rapatriement des subsahariens au régime nigérien et les autres pays d’Afrique la plupart d’Afrique de l’Ouest pourvoyeurs d’immigrants illégaux en Algérie. Je trouve que le régime de Bouteflika est trop laxiste, voire irresponsable vis à vis de cette vague d’immigrants subsahariens que la population algérienne subit et doit nourrir. ne parlons pas du laxisme de ce régime de pseudo-algériens qui nous vient d’Oujda vis à vis de cette invasion de mokokos sur le territoire algérien, un laxisme plus que suspect. Si les subsahariens sont visibles et sont facilement repérables les mokokos s’infiltrent dans la société algérienne insidieusement, comme des reptiles et pourtant ils ne ressemblent pas physiquement, ils sont aussi repérables par leur accent et leur physique de type arabe moyen oriental.




    6



    1
    anti-khafafich
    3 septembre 2017 - 3 h 31 min

    je ne comprend toujours pas pourquoi pas les marocains aussi !!! est ce parce qu’ils sont « arabes » « comme » nous ? on sait tous que les attentats que connait l’europe sont tous signés : mokokos, alors on joue avec le feu ou quoi ?




    3



    1
    Anonyme
    2 septembre 2017 - 22 h 47 min

    Quelle performance ! Une goutte d’eau dans un océan. Et le gouverneur d’Agades de nous faire de la publicité-dénonciation. 1029 Nigériens reconduits chez eux par l’Algérie dans des bus climatisés alors qu’il aurait fallu en reconduire plus de 100000 ! Chaque jour il en vient chez nous des milliers. L’autre jour plus de 8000 sont venus en une seule journée grossir les réseaux de mendicité !
    On les voit venir avec leurs gros sabots ces migrants, bientôt ils nous réclameront le droit à la régularisation administrative, le droit au logement, le droit au travail, le droit à la nationalité pour leur progéniture née chez nous et en cas de refus d’obtempérer à leurs demandes il n’est pas exclu qu’ils porteront l’affaire devant les tribunaux internationaux.
    Cette migration incontrolée est un cheval de Troie dédié à tous les prétextes d’ingérence sur notre territoire
    Merci à AP de nous avoir livré l’interview de qualité avec M Laurent Ozon que tout le monde doit lire et qui confirme nos appréhensions sur ce fléau migratoire qui va faire disparaitre le peuple algérien de la surface la planète.




    13



    1
      Anonyme
      2 septembre 2017 - 23 h 27 min

      La loi sur le droit du sol aux étrangers pour cause de naissance sur notre territoire doit être abolie et ne jamais la nationalité aux enfants des étrangers clandestins qui nous envahissent. L’Algérie n’a jamais colonisé ni attaqué aucun pays, elle n’est pas un pays d’immigration, l’immigration par la force doit disparaître de notre pays, il n’en est pas question, sinon nous disparaitrons en temps que peuple, l’Algérie appartient au peuple algérien et non pas aux étrangers, même la nationalité accordée, que Bouteflika a promulgué, aux conjoints étrangers des algériens qu’ils soient hommes et surtout femmes devrait être abolie.




      16



      1
    oups
    2 septembre 2017 - 21 h 00 min

    vu que c’est surtout les conflits et guerres déclenchées par (…) sarko et b.h.merd … , on devrait alors leur faire un cordon à ces subsahariens pour qu’ils arrivent plus vite en France ….hahahahahahah on verra bien ensuite la tronche de B.H.Merd




    9



    1
    chaoui04
    2 septembre 2017 - 19 h 01 min

    Qui est responsable de tout ce déferlement de criquets sahariens si ce n’est pas la France.Ce pays ,à ce moment même est entrain de piller les richesses de ces deux nations (Mali et Niger) avec la complicité des soufifres gouvernants.Qui est responsable de tout ce déplacement si ce n’est les conflits créés volontairement par Sarkain et Hollande le mou pour nuire directement l’Algérie et la mettre dans une future instabilité.Pour mettre un frein à ces envahisseurs, nos gouvernants devront équiper ces africains de zodiacs performants et les lâcher pour un éventuel débarquement des cotes francaises. C’est la solution. L’état algérien devra faire des sacrifices financiers en leurs achetant des embarcations pour une traversée de la méditerranée.




    10



    1
    USMS
    2 septembre 2017 - 17 h 27 min

    La belle affaire, rapatriement de 1000 migrants sur près de 100 000. Une question bête et méchante: comment justifier la somme considérable (120 milliards de cmes) dépensée pour rapatrier des personnes que l’on peut transporter par bus, camion où le cas échéant par les c130 de l’armée dont je salue le sacrifice extraordinaire qu’elle consent pour nous défendre contre l’invasion étrangère et nos politiciens de pacotille.




    14



    1
    Anonyme
    2 septembre 2017 - 15 h 22 min

    L’Afrique sera peuplée en 2050 de 50 milliards d’habitants, le boum démographique en Afrique noire est extrêmement élevé, si nous ne prenons pas des mesures appropriées pour mettre fin à ce flux migratoire africains noirs sur notre territoire, nous serons submergés. Ouyahia a dit aussi que nous sommes menacés par les trafiquants de drogues, et la criminalité de ces populations africaines, c’est dire que le problème est extrêmement grave, il sait de quoi il parle. La question est comment ces sahéliens ont pu rejoindre les villes du Nord? des enquêtes doivent être faites sur cette question. Dans les années 80 nous avions des camps de réfugiés maliens et nigériens prés des frontières avec le Mali et le Niger. Les populations de ces pays voisins ne pouvaient jamais attendre les villes du Nord de l’Algérie ainsi que se balader dans les villes du Sud algérien. Il y a un grave problème de corruption et de mafias à l’intérieur des frontières algériennes et c’est là que des enquêtes doivent être diligentées pour enrayer ce flux migratoire insupportable sinon ce sera la catastrophe pour notre pays, qui deviendra un pays de substitution à tous les noirs africains déshérités, alors que les populations africaines sont à la veille d’atteindre 4 milliards d’habitants. Nos villes ressembleront à Calcula en Inde ou à Dacca eu Bengladesh. Il faut stopper immédiatement ce flux migratoire vers l’Algérie et cela c’est la responsabilité de l’armée et des services de sécurité algériens. Aussi les algériens doivent faire leur contribution en cessant d’aider ces gens qui mendient chez nous dans tous les coins de rue. L’État algérien doit veiller à ce que des ghettos africains soit démonter au fur et à mesure que certains africains tentent de monter des tentes et ne laisser aucun espace de disponible pour ce genre de problèmes de ghettos. Ces envahisseurs illégaux doivent être cantonnés dans des camps de réfugiés aux frontières avec le Mali et le Niger en attendant l’étude de leur dossiers et les rapatrier ces immigrants africains chez eux immédiatement. Le Niger qui nous envoie toute sa misère devrait faire profil bas et s’excuser vis à vis de l’Algérie, les dictateurs de ce pays devraient commencer à récupérer les richesses minières nigériennes qui sont aux mains de la France pour nourrir leur population, idem pour le Mali voisin .




    16



    3
      Anonyme
      2 septembre 2017 - 16 h 58 min

      Vous avez raison. Les statistiques montrent que la femme algérienne fait 2.3 enfants en moyenne, celle du Mali à peu près 7 et celle du Niger à peu près 8. L’Algérie compte aujourd’hui 42 millions d’habitants, le Mali 20 millions, le Niger 20 millions. En 2050, l’Algérie comptera 55 millions, le Mali 60 millions et le Niger 80 millions. Si on n’arrête pas immédiatement cette bombe démographique sur nos frontières, plus de 100 millions de subsahariens envahiront l’Algérie. Déjà aujourd’hui alors qu’ils ne sont que quelques centaines de milliers ils se font envahissants, arrogants menaçants et violents, qu’en sera t-il demain quand ils seront plusieurs millions ? Il y a sur youtube des vidéos où on les voit agresser des Espagnols, des Marocains et des Italiens.




      16



      1
      Anonyme
      2 septembre 2017 - 17 h 04 min

      Il s’agit de 4 milliards d’habitants sur le continent africain et non pas 50 milliards comme je l’ai écrit par erreur.




      10



      0
    الهوارية في كندا
    2 septembre 2017 - 14 h 24 min

    C’est bien, il doivent rentrer et vivre chez eux, l’Algérie pourrait garder que les intellectuels, médecins, vétérinaires, ingénieurs en manque en Algérie par l’expatriation de nos médecins.
    Saha Eidkoum




    6



    7
      Anonyme
      2 septembre 2017 - 15 h 24 min

      Même pas, nous n’avons pas besoin de leurs médecins entre autres, ils en auront besoin pour eux. Peut être des travailleurs saisonniers contractuels pour l’agriculture, la construction entres autres qui devraient rentrer chez eux à la fin de leur contrat.




      13



      2
        anonyme
        15 septembre 2017 - 19 h 39 min

        Des saisonniers au sud pas au nord et sans leurs femmes et leurs enfants et même avec ces restrictions ils finiront par nous envahir donc ne donnez aucune chance à ces criquets subsahariens de rester chez nous vraiment aucune chance.




        1



        0
    Anonyme
    2 septembre 2017 - 14 h 10 min

    Le gouverneur de la province d’Agadès, a indiqué à la télévision gouvernementale Sawa : «Nous avons éprouvé des difficultés pour leur accueil car nous n’avons pas d’infrastructures adéquates pour un tel nombre.»
    S’agissant d’un simple retour au bercail de ses compatriotes, de quel accueil et de quelles infrastructures adéquates parle-t-il ? Avant de s’installer illégalement chez nous, ces gens étaient installés chez eux quelque part au Niger, non ? Ils ne viennent pas d’une autre planète ! Les autorités algériennes ne font que les rapatrier chez eux à dose homéopathique et avec beaucoup de tact et de ménagement pour ne pas effaroucher les snipers gouvernementaux et non-gouvernementaux occidentaux.
    Ca c’est la meilleure ! Monsieur le gouverneur voulant nous faire croire que le retour, chez eux, de 1039 de ses ressortissants ressemblerait aux 12 travaux d’Hercule, nous propose sans doute de garder chez nous les dizaines de milliers d’autres en attente d’être rapatriés !
    Donc si on comprend bien, le mieux serait peut-être que le Niger se vide de tous ses habitants afin que monsieur le gouverneur ne gère personne et reste à son poste pour jouir de tous les privilèges dus à son rang.
    Monsieur le gouverneur ferait mieux de dire à ses concitoyens candidats au départ sous d’autres cieux que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, que leur avenir c’est chez eux qu’ils doivent le faire en se retroussant les manches et en adhérant aux valeurs universelles qui ont fait que des pays défavorisés au départ sont les plus prospères aujourd’hui.
    Le Niger est presque 4 fois plus vaste que l’Allemagne et 4 fois moins peuplé, il est traversé par le fleuve du même nom qui est le 3e d’Afrique après le Nil et le Congo. Le Niger a en plus des richesses minières.
    Au lieu d’avouer son impuissance pour une tâche minime, monsieur le gouverneur ferait mieux de demander à l’Algérie de lui fournir l’assistance technique pour développer son agriculture, son élevage, son BTP, son industrie, son système de santé, son université.
    Avec des dirigeants compétents et intègres, le Niger sera un pays où il fera bon vivre.




    19



    2
    un algérien
    2 septembre 2017 - 13 h 46 min

    Sado Saloké, gouverneur de la province d’Agadès, a indiqué à la télévision gouvernementale Sawa : «Nous avons éprouvé des difficultés pour leur accueil car nous n’avons pas d’infrastructures adéquates pour un tel nombre.»n
    Mais qu’est-ce-qu’il raconte celui-là ? pourquoi les accueillir (au Niger) alors que tout simplement chaque émigré doit rentrer dans son village comme ils y étaient avant cad là où ils habitent , c’est vraiment du n’importe quoi afin de soutirer à l’Algérie qques sous après tous les déboires subis par ces énergumènes.




    17



    1
    Jamais trop tard pour bien faire
    2 septembre 2017 - 13 h 42 min

    je me demande comment les autorités algériennes pourtant assez sur le qui-vive , n’ont pu voir rapidement qu’il s’agissait d’une ruée illégale vers les terres algériennes et que cela allait toucher top ou tard à la sécurité et stabilité du territoire ?
    si on laisse faire ….croyez moi que dans 25 – 30 années ….on ne reconnaitra plus les nôtres …




    15



    2
    Belamri rafik
    2 septembre 2017 - 13 h 04 min

    Malgré le nombre de rapatriés annoncé par le gouvernement, il y a toujours autant d’africains qui mendient avec leurs femmes et enfants au niveau des feux tricolores, à la sortie des mosquées et à l’entrée des cimetières !




    15



    1
    Mohand
    2 septembre 2017 - 12 h 15 min

    Ils peuvent aller dans les pays frontaliers qui reçoivent d’énormes assistances dans tous les domaines y compris sécuritaire sans compter la manne financière à coup de milliards de devises qu’apporte les touristes.
    Dans notre pays, nous survivons grâce aux ressources naturelles que nous vendons (partagées avec les partenaires étrangers pour leur apport technique que nous n’avons pas ou plus) et n’avons aucune autre source économique de substitution, autant dire qu’on est sur une lame de rasoir qui peut nous être fatale à tout moment.
    Autant dire que nous sommes un pays très pauvre contrairement à ce qu’on essaye de nous faire croire et faire croire aux autres, les pays frontaliers vivent avec l’argent qui rentre dans leurs pays, ce qui est le contraire de notre cas, un baril de pétrole de vendu est perdu à jamais pour juste maintenir en vie un citoyen et ce n’est pas une usine de voiture qui fabrique quelques milliers de voitures dans l’années pour le marché national qui fera décoller notre économie.
    Il faut accueillir les étrangers en tant que touriste uniquement, nous n’avons pas combattu le colonialisme pour avoir d’autres colons à notre charge qui à l’avenir disputerons les droits de notre descendance comme leur appartenant.
    Que ceux qui veulent nous donner des leçons, ils n’ont cas les prendre en charge chez eux.
    Pendant ce temps, eux ils choisissent une émigration sélective, une bon cheval de course c’est pour eux et les chevaux inutile pour nous et rein n’est laissé au hasard y compris dans le sport, il n’y a qu’à voir leurs équipes sportives pour comprendre de c’est de l’importation et rarement des descendants de l’émigration.
    Il ne faudrait pas que nos organismes caritatifs se prennent d’angélisme, il y a des concitoyens qui n’ont ni toit, ni de quoi manger et encore moins se soigner (je ne parle même des soins dentaires qui est luxe et dont beaucoup d’entre nous n’ont plus de dents à un jeune age et les lunettes comme si elle n’éxistent pas sur la planète), il y a beaucoup qui attendent même leurs morts tellement qu’ils sont dans la douleur quotidienne.
    Je ne dirais pas que les migrants sont responsable de notre situation, c’est leur faire un mauvais procès et totalement faux, mais nous ne pouvons partager ce que nous n’avons pas.




    14



    3
    Rien-ne-va-plus
    2 septembre 2017 - 11 h 03 min

    En effet les migrants subsahariens constituent une «menace» pour la sécurité de l’Algérie. Peut-on alors dissocier ce problème vraiment épineux des plans malveillants des forces du mal concoctés contre notre pays?
    C’est la raison pour laquelle, ne faut-il pas remédier à cette menace à la source pour la tarir complètement et éviter aux pays une déstabilisation certaine, et aux contribuables d’énormes dépenses inutiles dans un contexte socio-économique de plus en plus difficile.
    Vous dites 1029 migrants rapatriés au Niger la semaine dernière. Peut-on être sûr d’un autre côté que ce nombre ou à peu près son double n’a pas en même réussi à passer encore la frontière – grâce à la mafia – et prendre le même chemin illégal des migrants-pionniers pour « s’évanouir encore dans la Cité ».
    La grande question qui reste donc d’actualité est comment malgré la surveillance des frontières, et un dispositif préventif interne de sécurité, ces migrants africains ont-ils réussi à se propager dans les villes et villages et y trouver facilement refuge. Sans mesures préventives draconiennes, ce « jeu au chat et à la souris » risque de durer longtemps à nos dépens.




    13



    1
      USMS
      3 septembre 2017 - 9 h 09 min

      Tant qu’ « ils » n’auront pas décidé de fermer les 6700 kms de frontière et de déclarer zone militaire une bande de qq kilomètres où il ne ferait pas bon de s’aventurer, cette invasion car s’en est une ne cessera et au contraire ira crescendo. S’il n’y avait pas anguille sous roche, que viennent faire chez nous des africains aussi éloignés de notre pays que les camerounais, ivoiriens, centre africains et tant d’autres. Si nos gouvernants ne prennent pas les mesures nécessaires pour mettre le holà, il se pourrait bien que nous aurons bientôt notre « KKK’.




      4



      0
    Algérie Authentique
    2 septembre 2017 - 10 h 09 min

    ils reviendront!




    12



    3
      Anonyme
      2 septembre 2017 - 22 h 46 min

      Tu as raison ils reviendront avec l’argent qu’ils ont ramassé en Algérie durant plusieurs mois, le temps que l’hiver passe en Algérie, ils paieront les passeurs avec cet argent de la mendicité. Les algériens devraient être plus responsables en cessant de leur donner de l’argent, ceux qui veulent leur donner quelque chose qu’ils leur donnent des vêtements et de la nourriture mais jamais de l’argent.




      8



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.