Benghebrit : «Pour le renforcement du rôle de l’administration et de l’action éducative»

Nouria Benghebrit
Nouria Benghebrit. New Press

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé mercredi à Ouargla que durant cette nouvelle année scolaire, l’accent sera mis sur le renforcement du rôle de l’administration et de l’action éducative. Dans une allocution prononcée lors de la cérémonie du coup d’envoi officiel de la rentrée scolaire 2017-2018, la ministre a affirmé que «durant cette nouvelle année scolaire, l’accent sera mis sur le renforcement du rôle de l’administration et de l’action éducative», précisant que cette «année sera une année réussie» grâce aux efforts de tous, étant donné que «chacun des acteurs du secteur apportera sa contribution au développement du système éducatif de notre pays dans le cadre de la poursuite du processus des réformes engagées en 2003».

Soulignant l’importance du «dialogue et de la communication dans le cadre de la complémentarité, de la coordination et du respect mutuel», la ministre a mis en exergue le rôle de l’école à travers sa contribution à la consécration de la culture du civisme et de la tolérance et à la préparation de nos enfants à la vie sociale en leur inculquant des connaissances qui cadrent avec les besoins des structures et des institutions qui régissent la vie scolaire et sociale.

«Une école citoyenne et de qualité ne saurait être sans des enseignants compétents et bien formés», a soutenu Mme Benghebrit, soulignant que «la formation et notamment la formation continue des enseignants reste notre première priorité pour cette année scolaire». Il sera également axé cette année sur la pédagogie en privilégiant l’amélioration des apprentissages et des pratiques pédagogiques, en particulier dans le cycle primaire, ainsi que sur l’évaluation pédagogique, l’orientation scolaire et sur la promotion des activités culturelles et parascolaires, a affirmé la ministre.

Un intérêt particulier sera accordé à la formation et au renforcement du professionnalisme des fonctionnaires ainsi qu’à la bonne gestion des ressources humaines et des finances des établissements grâce à la numérisation, a-t-elle ajouté. «Le dialogue social responsable et continu est l’une de nos priorités pour assurer un climat serein favorisant de meilleurs résultats scolaires», a souligné Mme Benghebrit.

La ministre, qui a assisté au cours inaugural consacré cette année à l’écocitoyenneté, a précisé que ce thème entrait dans le cadre des orientations stratégiques nationales et de l’engagement volontaire de l’Algérie au titre de la mise en œuvre des objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations unies à l’horizon 2030. Elle a, à cet égard, rappelé qu’une convention avait été signée en 2002 avec le ministère chargé de l’environnement pour la mise en œuvre d’un programme visant à introduire l’éducation environnementale dans le cursus scolaire. Le secteur compte désormais 12 379 clubs verts auxquels participent 267 000 élèves à travers tous les établissements scolaires du pays, a fait savoir Mme Benghebrit.

La ministre de l’Education nationale a inauguré, dans la wilaya d’Ouargla, un nouveau groupement scolaire dans la commune de Hassi Benabdallah (20 km du chef-lieu de wilaya) qui a abrité la cérémonie du coup d’envoi officiel de la nouvelle année scolaire. La première responsable du secteur a achevé sa visite par l’inspection de l’école primaire Dekkar-Belkhir, dans la commune de Sidi Khouiled.

R. N.

Comment (4)

    BEKADDOUR Mohammed
    7 septembre 2017 - 13 h 09 min

    Commentaires lus, mon grain de sel, c’est une Grande Dame qui n’a rien à envier par exemple à une Merkel, entre autres. Je sais ce qui prévaut dans le réel: l’incivisme, une jeunesse inquiétante, mais Mme La Ministre mérite ce conseil: ne vous adressez qu’aux femmes et jeunes filles de votre pays, elles sont l’avenir de l’homme algérien, ce paumé !
    « Etrange l’homme sans rivage, et la femme riveraine », ce verset de Saint John Perse contient le salut du Nous Algériens. C’est à nos mères, à nos soeurs de prendre les commandes, soyons humbles, nous les hommes nous ne valons plus rien. Car comme l’a si bien exprimé Mohammed Iqbal, La Femme est La Gardienne du secret… de La Vie. D’ailleurs Tahya El Jazaïr, c’est Une Femme !




    1



    3
    [email protected]
    7 septembre 2017 - 0 h 44 min

    c’est des phrases qu’elle apprend par-cœur. Elle sait que l’administratif a ruiné l’école : tout le luxe va à l’administration aux structures faramineuses et coûteuses et rien pour l’école et sa pédagogie.




    2



    0
    Khalouta H'lououa
    6 septembre 2017 - 17 h 36 min

    ….. «Pour le renforcement du rôle de l’administration et de l’action éducative» ….

    Ya Madame Benghebrit, les citoyens, la société civile, les syndicats, les partis politiques, le gouvernement, le (président), tout ce beau monde restera sourd à vos appels et ne comprend d’ailleurs même pas ce que vous voulez dire ! Comment se comprendre ou espérer changer les choses dans une Algérie où la « k’fazaa » et l’intérêt égoïste personnel direct sont érigés en norme et où chacun à son poste ne pense qu’à sa ventre, sa cagnotte et sa besace et s’en fout de la république, de la culture, de l’école et du devenir du pays ! Il faut se réveiller Madame !

    Tous mes respects quand même car tout le monde sait que vous êtes une combattante in fine !




    1



    2
    MELLO
    6 septembre 2017 - 15 h 57 min

    Tout est beau chez cette Dame: une école de qualité – des enseignants formés – des écoles neuves et propres – un environnement saint et une rentrée scolaire sans accroc. Malheureusement ce ne sont que des paroles, car cette école de qualité n’est point visible à l’horizon . Aucune réforme des programmes n’a été faite pour en faire une école de qualité. Depuis l’Indépendance, se posant comme l’incarnation du peuple, le pouvoir a utilisé l’idéologie populiste, ce qui a permis, d’une part, d’éviter la sanction du suffrage universel et, d’autre part, de faire taire toute opposition qui se présenterait comme alternative. Mais, ce faisant, il se coupait de la population dont il n’avait connaissance qu’à travers les rapports de police. L’image du pouvoir se dégrada au sein de la population au fur et à mesure de la dégradation des conditions de vie de la population. Le déclin de légitimité du pouvoir ne s’est, cependant, pas accompagné de l’extinction du populisme comme idéologie, il s’est accompagné d’un changement dans ses formes d’expression et Mme la Ministre l’a bien compris.




    5



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.