Le champ de Hassi Messaoud produira du gaz dans 2 mois

Hassi Messaoud
900 000 mètres cubes de gaz torchés seront récupérés quotidiennement à Hassi Messaoud. New Press

Le champ à vocation pétrolière de Hassi Messaoud (Ouargla) produira, pour la première fois d’ici deux mois, 10 millions de mètres cubes de gaz par jour, a indiqué hier sur le site le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, selon l’agence officielle.

«Grâce à l’intelligence et aux efforts de nos cadres et nos ingénieurs, nous allons pouvoir, pour la première fois, récupérer d’importantes quantités de gaz destinées à la vente au niveau du champ de Hassi Messaoud», a précisé M. Ould Kaddour, en marge d’une visite d’inspection au Centre industriel Sud (CIS) de Hassi Messaoud où Sonatrach réalise actuellement le projet d’expédition de gaz destiné à la vente à partir du CIS.

Pour M. Ould Kaddour, «ce projet est d’importance vu qu’il va permettre de récupérer d’importantes quantités de gaz au niveau de Hassi Messaoud, puis les vendre, notamment dans la conjoncture actuelle du recul des prix du pétrole». «Nous sommes actuellement limités par les accords de l’Opep dans les ventes de pétrole brut, donc notre nouvelle stratégie est de proposer tout ce que nous pourrons vendre comme gaz. C’est pourquoi nous sommes en train de chercher partout des quantités de gaz qui nous paraissaient auparavant minimes (…), mais ces petites quantités, ajoutées les unes aux autres, vont nous donner des quantités très importantes destinées à l’exportation, donc de nouvelles entrées en devises pour le pays», a-t-il souligné.

M. Ould Kaddour a inauguré ensuite l’unité de récupération des gaz torchés de Guellala, à Hassi Messaoud, qui permettra de récupérer 900 000 m3 de gaz torché quotidiennement, dont 500 000 m3 destinés à la vente et le reste à l’exploitation.

R. Y.

 

Comment (3)

    zaatar
    10 septembre 2017 - 10 h 24 min

    A voir. et ça ne fera que retarder l’échéance fatale. Ce qu’il y a de vraiment d’incompréhensible c’est qu’on parle du savoir faire de nos ingénieurs et de leurs compétences mais que l’on a jamais utilisé pour développer les autres secteurs économiques pour nous passer des hydrocarbures. On vante les mérites de nos compétences mais pour rester dans la dépendance des hydrocarbures….j’allais écrire on ne sait plus quoi penser, mais en fait on sait très bien quoi en penser.




    1



    1
    karimdz
    10 septembre 2017 - 9 h 39 min

    C est très bien, pourvu que l argent serve également à investir dans les énergies renouvellables parce que le gaz et le pétrole dans 15 ou 20 ans c est fini.




    1



    0
    BERKANI
    7 septembre 2017 - 15 h 22 min

    En reconnaissant l’apport des cadres et des ingénieurs algériens sur le champ pétrolier de Hassi Messaoud, le PDG de SONATRACH rend du même coup hommage à tous les cadres et ingénieurs ayant contribué à la survie puis à la croissance de sa grande entreprise, depuis l’indépendance à nos jours. C’est une grand première dans un pays où la démagogie et la hogra de l’intellectuel ont fait oublier une élite silencieuse qui, sans elle, aurait précipité le pays dans la misère et le chaos. Merci Monsieur le Président !




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.