Le prince Al-Senoussi : «La Libye sera sauvée à condition de revenir à la Constitution de 1951»

Senoussi
Le prince Idris Abdellah Abed Al-Senoussi. D. R.

Par Sadek Sahraoui – S’exprimant lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Tunis, le prince libyen Idris Abdellah Abed Al-Senoussi a présenté un projet politique destiné, a-t-il dit, à mettre fin à la crise dans laquelle est plongé son pays depuis 2011, date du renversement par l’Otan de Mouammar Kadhafi. Ce projet politique consiste globalement à un retour à la Constitution de 1951. «Le retour à la Constitution de 1951 est une solution efficace et pacifique pouvant permettre une sortie de crise rapide», a soutenu le descendant du roi Mohammed Idris El-Mahdi Al-Senoussi.

Le prince Idris Abdellah Abed Al-Senoussi, qui a grandi en exil depuis l’âge de 12 ans, a dressé un constat d’échec des différentes initiatives de sortie de crise lancées jusque-là. Et c’est d’ailleurs, a-t-il dit, ce même constat d’échec qui l’a persuadé de prendre ses responsabilités et de passer à l’action. «Le projet que je présente consiste à revenir à la Constitution de 1951 et à s’appuyer sur elle, parce que c’est la seule constitution libyenne existante et parce qu’elle représente la légitimité constitutionnelle et légale pour l’Etat libyen», a-t-il soutenu.

Le prince Idris Abdellah Abed Al-Senoussi a tenu, par ailleurs, à souligner que «la Constitution de 1951 est celle qui a donné la légitimité même au roi Idriss et a construit l’Etat libyen à ses débuts comme une entité juridique qui respecte et répond aux lois internationales». Tout en affirmant qu’il ne cherche pas à rétablir la monarchie, il a indiqué que «la Constitution de 1951 est l’unique cadre légal et légitime complet qui a le consentement de tous en Libye». «C’est le seul cadre pouvant permettre de stabiliser et avoir un soutien populaire, car déjà existant, et ne requiert pas de perdre du temps pour en élaborer un nouveau», a-t-il expliqué.

Outre la mise au goût du jour de la Constitution de 1951, le prince libyen propose qu’avec l’appui de tous les acteurs libyens, le pays passe par une période de transition. «Le plan de sortie de crise que je propose exige que la période de transition soit conduite par une personnalité consensuelle (…) et qui n’a eu aucun rôle ou pris part à l’enlisement de la situation politique et sociale actuelle», a-t-il insisté. A signaler enfin que le conférencier a pointé du doigt la situation alarmante que vit son pays et son peuple. «C’est pourquoi, je crois qu’il est temps de mettre fin à l’injustice dont ont souffert l’ensemble des Libyens», a prévenu le prince Idris Abdellah Abed Al-Senoussi.

S. S.

Comment (6)

    Libyen
    10 septembre 2017 - 20 h 54 min

    Non merci, Saif el Islam serai une meilleur idée. Mais bien tenté ^^….




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    9 septembre 2017 - 10 h 13 min

    Des roitelet arabes usurpateurs et despotes miserabilisant leur peuple.
    Les senoussi de Libye avaient assassiné Charles Eugène De Foucauld….avec la complicité des officiers français…




    0



    0
    A3zrine
    8 septembre 2017 - 19 h 16 min

    En demi mot, il dit , je suis votre salut. Je n’ai pas géré et je n’ai participé à aucune action, donc je suis clean, votez pour moi….




    0



    0
    mzoughene
    7 septembre 2017 - 22 h 07 min

    Un roi originaire de beni snous de la wilaya de tlemcen qui vas reprendre son trone en libye ! ca nous rappelle son ancêtre amazigh chichnaq premier roi et pharaon d Égypte ! le retour de l histoire est en cours et avec la libye amazigh les beni mezghena ne sont pas loin des pyramides d egypte ! l histoire est en marche et des bouleversements stratégiques sont a prévoir ! ce roi algérien dont le père est ne a mazouna dans la wilaya de mostaganem et originaire de beni snous wilaya de tlemcen, s il est installe l Algérie sera sécurise sur le flan est et sud est ! et cela vas déranger la nos voisins et ……..la france !




    4



    1
      AIT Chaalal
      8 septembre 2017 - 15 h 45 min

      Le 1er septembre 1969, alors que le roi Idriss 1er est en déplacement en Turquie, le Mouvement des officiers unionistes libres du tout jeune capitaine Mouammar Kadhafi, fils de berger âgé de 27 ans, organise à Tripoli un coup d’État et le dépose sans effusion de sang. Un Conseil révolutionnaire est mis sur pied. La Libye se dote ainsi de l’un des dirigeants les plus mégalomanes et les plus incontrôlables du monde, qui ne lâchera plus le pouvoir pendant plus de quatre décennies. C’était une erreur fatale sur le plan géostratégique commis par l’Algérie de Mohamed Boukharouba de laisser renversé le roi idriss car il été un souverain qui porte bien l’Algérie et son peuple dans son coeur et surtout sa ville natale, Mostaghanem .




      0



      0
    BEKADDOUR Mohammed
    7 septembre 2017 - 21 h 47 min

    J’ai un BEAU souvenir de La Libye du temps de Elgueddafi, sans y être allé, juste une BELLE rencontre avec le vice consul de Libye à … Marseille ! Pour cette raison, ce prince qui tient à préciser que l’ère des monarchies est révolue, c’est à son honneur, mérite ce conseil d’Un Algérien PUR : Le Karcher du criminel, aventurier Sarkozy, a une place en Libye, pour désinfecter La Libye des BHL et autres Sarkozy, sauver les gens de ce territoire de leurs erreurs contre eux mêmes, erreurs qui ont désarçonné tous les voisins, et valent à Europe le fruit de sa connerie ÉTHYLIQUE ! ETC




    6



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.