Des artistes algériennes rendent hommage à Fairouz à l’Opéra d’Alger

fairouz
Fairouz. D. R.

Une soirée musicale empreinte de sonorités orientales a été animée samedi à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih par des artistes algériennes en hommage à la chanteuse libanaise Nouhad Haddad, plus connue sous le nom d’artiste de Fairouz, une légende vivante et une des voix les plus célèbres dans le monde.

Organisé par l’Office national de la culture et de l’information (ONCI), le concert a vu défiler sur scène cinq chanteuses talentueuses qui ont repris avec succès les plus célèbres chansons de Fairouz, qui célèbrera en novembre prochain ses 83 ans.

Accompagnées par un orchestre philharmonique dirigé par le maestro Kamel Mouati et soutenues par des choristes, Farida Reguiba, Amel Sekkak, Lamia Bettouche, Selma Kouiret et Souad Bouali, toutes révélées par le programme musical télévisé dédié aux jeunes talents «Alhane oua chabab», ont puisé dans le riche répertoire de la star libanaise pour gratifier le public algérois qui a manifesté une grande complicité avec les jeunes interprètes de Fairouz.

Se succédant sur la scène de l’opéra, les chanteuses, très distinguées par leurs voix sublimes et cristallines, ont repris des tubes de Fairouz, dont Irjaa ya hawa, Aktoub ismek, B’hibek ya Loubnan ou encore Sa’alouni ennas.

Proposé par le Conseil des ministres arabes de la Culture, réuni en décembre dernier à Tunis (Tunisie), l’hommage, placé sous le signe «Fairouz symbole de la culture arabe 2017», se veut une reconnaissance à la chanteuse qui continue de marquer par sa voix la scène musicale arabe qu’elle a servi durant 60 ans. Présent à la cérémonie, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a affirmé en marge du concert que l’hommage à l’artiste Fairouz se veut une «reconnaissance aux génies et talents qui ont marqué le monde arabe dans tous les domaines».

L’Algérie, a-t-il souligné, est «reconnaissante» envers Fairouz qui a glorifié et chanté la Révolution à travers Rissala ila Djamila (Lettre à Djamila), une chanson sortie en 1959 et dédiée aux femmes combattantes algériennes engagées dans la Révolution algérienne parmi lesquelles est citée nommément l’héroïne Djamila Bouhired. Etaient également présents, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, le directeur général de l’ONCI, Lakhdar Bentorki, aux côtés de personnalités du monde des arts et de la culture.

R. C.

Comment (6)

    anonyme
    8 octobre 2017 - 17 h 21 min

    La première visite de fairouz en algérie remonte à 1968 ( voir cet article documenté sur le sujet https://gloseur.wordpress.com/2017/05/18/algerie-1968/ ) elle chanta pendant cette tournée une chanson ( autre que Jamila) dédiée à la révolution et qui est aujourd’hui complètement inconnue. La télévision algérienne conserve peut-être un enregistrement de ces concerts.




    0



    0
    ZORO
    13 septembre 2017 - 17 h 23 min

    @ZAATAR :Droles de coincidences dans cette vie!!! Ce matin au moment où je m. apprêtais à t ecrire j ai éternué longuement madame m a suggéré de prendre un peu de Zaatar j ai souri devant cette etrange coincidence. (Je te jure quec c est vrai). Cher Zaatar,comme toi j ai une guitare que j ai acquise en 69 pour 150 Da,j ai aussi mon piano fabrique a ORAN en 1930 ,je l ai eu en 72 apres avoir emprunter 2000 Da, ma derbouka est tunisienne ,mon instrument prefere est le luth qui se trouve malheureusement en mauvais etat (mon petit fils l a fait tombe)je suis tres heureux de te trouver dans ce domaine de la musique qui n a jamais separe les gens. Signe ZORO QUI SE RETROUVE.




    0



    1
    ZORO
    10 septembre 2017 - 19 h 57 min

    Aucun intervenant sur ce sujet artistique je constate que nos internautes sont tous des acharnés politiques,ils aiment dire et se contredire s offusquer et s insulter ,se blesser et medire ,degager vers l autre la haine qui les ronge pouvu qu il soit different .eh oh ghoul !, bison !, khafafich !et toute la clique voila un sujet qui vous permettra d adoucir vos moeurs , calmer vos nerfs remplir vos coeurs, d amour et de respect pour le prochain .SIGNE ZORO. LE MUSICIEN!!!!




    1



    1
      zaatar
      12 septembre 2017 - 8 h 45 min

      Détrompez vous cher ami. Je suis un fada de la chanson en général, et j’apprécie particulièrement quelques chanteurs de l’orient même si je suis plutôt amateurs de la chanson française, américaine et anglaise. J’adore écouter cette grande Dame de la chanson arabe qu’est Fairouz, je l’écoute tout autant à la maison qu’en voiture (je ne le fais plus les CD n’étant plus à la mode et on m’a volé le dernier CD de Fairouz que j’avais en voiture). En ce moment c’est Majda Erroumi qui a pris la relève (de part mon appréciation) je l’écoute régulièrement avec Carole SAMAHA. J’écoute également Marouane Khouri que je compare à Abdelhalim Hafedh (que j’aimais écouter également à l’époque). Pour en revenir à Fairouz, l’une des plus belles voix de la chanson arabe, c’est effectivement un monument de la chanson tout court avec quelques autres comme Warda, Oum Kalthoum, Farid et abdelhalim. Il m’arrive de chantonner sa célèbre chanson El Qods que je trouve sublîme, ou bien bint echalabia…




      0



      0
      zaatar
      12 septembre 2017 - 9 h 05 min

      Cher ZORRO, si vous êtes musicien, vous devez certainement jouer d’un instrument. Moi je joue bien à la guitare, je joue également du piano (clavier) et je tape un peu de la batterie…on devrait être capable de faire un petit groupe non? et jouer comme au bon vieux temps, les chansons des Beatles ou celles de nos compatriotes, comme le groupe les Abranis, ou bien Thagrawla ou Ideflawen ou bien aussi les chansons d’Idir que je joue très bien à la guitare….sur cet instrument je suis plutôt porté Flamenco et les morceaux de Paco De Lucia (Entre Dos Aguas, Rio Ancho devenue Mediteranean sundance,…), Baden Powel, Jose Feliciano, Al Di Meola…et puis d’autres encore que j’aime bien écouter.




      0



      0
    ZORO
    10 septembre 2017 - 14 h 56 min

    Fairouz, je lui ai toujours reserve la place du milieu entre WARDA et OUM KELTOUM. A un ami americain qui m avait offert une cassette du Concerto d’Aranjuez en 1980, je lui ai remis une de Fairouz en lui precisant quelle etait l une des meilleures voix du monde arabe, pour moi la meilleure. Le lendemain apres l avoir écouté l’expression de son visage disait plus de FAIROUZ que ses mots.
    Si ces artistes pensaient a visiter notre theatre je ne raterai pas leur spectacle meme sur un strapontin.




    1



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.