Le logement promotionnel aidé bientôt relancé

LPA
Abdelwahid Temmar, ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville. New Press

Par Ramdane Yacine – Le ministère de l’Habitat va réintroduire la formule du logement promotionnel aidé (LPA), au grand bonheur des milliers de postulants. La formule LPA est gelée depuis 2012 ; sa réintroduction se fera avec de nouveaux mécanismes «susceptibles d’éviter la reproduction des erreurs du passé». C’est ce qu’a déclaré ce matin, sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio algérienne, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, qui a affirmé que «cette formule, qui arrange une importante couche de la population, sera introduite avec d’autres mécanismes de financement».

Il est ainsi envisagé, entre autres, d’«associer désormais le fonds de garantie (Fgar) de façon à bien cerner le volet financier du projet et de préserver aussi bien les intérêts des collectivités, que celle des souscripteurs», rapporte, pour sa part, l’APS.

Mais avant de lancer ce chantier, le département de M. Temmar compte «épurer cette formule de toutes les carences et lacunes qui ont emmené les pouvoirs à la geler». Pour ce faire, une commission de travail a été mise en place ; sa mission est de «faire un état des lieux approfondi par rapport à ce qui a été réalisé dans le cadre de cette formule, d’identifier les insuffisances en vue d’apporter les correctifs nécessaires, avant d’envisager un retour à la formule du logement promotionnel aidé» a précisé le ministre.

A ce titre, l’accent sera mis sur l’encouragement de la formule LPA avec l’implication des collectivités locales, comme le précise le document mis en ligne sur le site du Premier ministère. Le logement promotionnel aidé est, faut-il le rappeler, un logement neuf réalisé par un promoteur immobilier, conformément à des spécifications techniques et des conditions financières définies. Il est destiné à des demandeurs éligibles à l’aide de l’Etat. Ce segment s’adresse à des postulants à revenus moyens et l’accès à ce type de logement est réalisé selon un montage financier qui tient compte notamment d’un apport personnel du bénéficiaire.

Le ministre de l’Habitat a annoncé que des commissions seront créées pour prendre en charge cette formule de logement et juguler ainsi mes éventuels détournements.

R. Y.

Comment (2)

    Alilou
    13 septembre 2017 - 8 h 28 min

    Toutes vos politiques de subvention sont une insulte à l’intelligence y compris celle du logement.
    Comment en effet admettre qu’un cadre paie son logement jusqu’à 1 milliard quand les autres le paie à 200/300 millions. Vous inverser l’échelle des valeurs car ce cadre pour payer son logement est condamné à vivre dans la misère; ce n’est pas ses 10.000, 20.000 ou même 30.000 DA de différence de salaire qui vont combler les 700 millions qu’il va payer en plus.
    Pour le logement social, c’est encore plus injuste. Les algérois (et je suppose tous les citadins) sont condamnés à vivre chez la famille et souvent réduit au célibat, quand les ruraux (3ouroubi) envahissent les bidonvilles sans aucune pudeur et se voient décerner des logements (souvent plusieurs).




    0



    0
    Salim31
    12 septembre 2017 - 13 h 03 min

    Et voila: tebboune limogé, sa politique aussi je me demande de ce qui adviendra de l’AADL 2 et des espoirs de milliers de gens qui attendent avec espoir. C’est quoi ce sous developpement? jeter le ministre et jeter toute sa politique avec!!! pour ce qui est des formules il faut faire comme toute la planete et adopter la « location public » a prix de la location reel c’est la seul formule qui pourrait regler ce probèlme rapidement. Si l OPGI loue des logements incessibles pour 6000 ou 8000 dinars par mois, c est mieux que 30000 chez le prive et l avantage c est que les opportunistes ne sont pas interesse etant une formule avec loyer reel, incessible et sous-location non interessante




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.